Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

4.z - Autres - Page 4

  • Wall Street Journal | Trump pourrait être le premier président de la Silicone Vallée | @digital @adetem @sommetsdigital

    TRUMP POURRAIT ETRE LE PREMIER PRESIDENT DE LA SILICON VALLEE

    Par Andy Kessler | Wall Street Journal | traduit de l’Anglais par Philippe Jourdan

    Follow @andykessler | @pjourdan1967

    trumpQue cela plaise ou non, Donald Trump a « disrupté » la politique. On pourrait même dire qu’il est le premier Président de la Silicone Vallée. Ce qu’Amazon a fait aux libraires, Napster à la musique et Uber aux taxis, Mr. Trump l’a fait au Parti Républicain, aux élections présidentielles et peut-être à la gouvernance globale.  « Bouger vite et briser les règles » sont des slogans affichées partout sur Facebook. Cela ne vous rappelle rien ?

    En surface, Mr Trump et la Silicone Vallée sont aussi opposés que l’huile et l’eau. Il est un homme de l’immobilier. Très fortement endetté. Issu d’une famille d’hommes d’affaires. Un mépris affiché des immigrants. Contre le commerce libre. Mais en réalité, il partage le même ADN disruptif. Aucun respect pour l’autorité. De gros risques pour de gros profits. La plupart des gens peuvent penser que vous êtes fous, à vouloir vous battre contre les moulins à vent. Les voitures qui se conduisent toutes seules ? Trump en tant que Président ? Ce n’est que pure folie jusqu’au moment où cela arrive.

    silicone vallee, silicon valleyComme la Silicone Vallée, Mr. Trump brise toutes les règles. Amazon a combattu la taxe fédérale pendant toute sa croissance. Uber a juste ignoré les ordonnances prises à son encontre de « cesser et de s’abstenir ». Napster n’a jamais entendu parler des droits accordés par les Copyrights. Mr Trump a insulté ses opposants, se met lui-même hors-jeu,  et se moque pas mal de la publicité télévisée. Tout entrepreneur a lu « The Lean Startup » (« l’entreprise dégraissée »), Mr. Trump pourrait lui avoir écrit « The Lean Campaign » (« La campagne dégraissée »).

    Les deux voient Twitter comme une arme de disruption massive des médias. Comme Mr. Trump, beaucoup dans la Silicone Vallée parlent en phrases très courtes – en parfaite adéquation avec la limitation technique de Twitter à 140 caractères. Mr. Trump est un obsédé des 

    sondages, de la même façon que la Silicone Vallée est obsédée des Likes, des Retweets et d’amasser les Followers.

    Mr. Trump a une relation très particulière avec la vérité (qui n’est pas sans rappeler l’affaire Theranos). Il veut apparaître amaigri (à la manière de Steve Jobs). Et tout comme Amazon a lentement construit une économie mondiale de la donnée sur Internet, et Uber une société de livraison (et non de transport), Mr. Trump dit souvent quelque chose pour distraire ses opposants pendant qu’il poursuit en réalité d’autres buts.

    Il est aussi disruptif qu’Amazon, Uber et Napster et aussi risqué que n’importe quelle start-up de haute technologie.

    Mr. Trump veut que l’Amérique soit de nouveau une grande nation, alors que la Silicone Vallée veut rendre le monde meilleur. En cela, la vie veut copier l’art et à son tour l’art veut copier la vie. Dans la fiction de la chaîne HBO, « Silicone Vallée », Gavin Belson, dirigeant de Hooli, une société qui ressemble fortement à Google, déclare à la manière de Trump : « Je ne veux pas vivre dans un monde dans lequel quelqu’un voudrait rendre le monde meilleur que ce nous réalisons ».

    elon musk, teslaÊtre disruptif, c’est prendre le risque de se tromper tôt et souvent. Le fondateur de Tesla et de SpaceX, Elon Musk, était sans le sou en 2009-2010. « J’étais à court de cash », a-t-il écrit dans une procédure judiciaire de divorce ; il empruntait à des amis et dormait sur leur canapé. Mr. Trump est également passé par là, avec des faillites de casinos, qui l’ont obligé à emprunter à des amis banquiers qui lui ont même pris son yacht.

    Quoi d’autres ? La Silicone Vallée est souvent accusée d’être pleine de « potes » technologiques et entretient ses propres rumeurs confinées aux discussions de vestiaires – regardez le Gamergate.

    La Silicone Vallée pratique sa propre forme de populisme. La technologie est pour les masses plus que pour l’élite. Les smartphones, les réseaux sociaux et la réalité virtuelle, toutes ses applications nécessitent des milliards d’utilisateurs, entraînant un raisonnement populiste dans la conception des produits, sinon une idéologie de « transfert du pouvoir, rendu au peuple ».

    Oui la Silicone Vallée détruit des emplois que Mr. Trump préférerait sans doute préserver. Mais à l’issue de plusieurs cycles, la technologie finit par créer plus d’emplois qu’elle n’en détruit, détenant ainsi plus de pouvoir économique que n’importe quel Président.

    hillary clinton, trump, crowdpac

    Peu importe. Dans l’ensemble et à l’exception de Peter Thiel, les personnes dans la Silicone Vallée déteste Donald Trump. Hillary Clinton l’a emporté à hauteur de 85% à 9% à San Francisco et de 73% à 21% dans le comté de Santa Clara. Les technophiles ont des sursauts émotionnels dont Meryl Streep tirerait fierté. Mais je pense que c’est d’abord parce qu’ils voient secrètement un petit Donald Trump en chacun d’entre eux. C’est la vallée entière qui a besoin d’une thérapie.

    Mais si j’étais Donald Trump, je me méfierais. Le petit secret qui entache la Silicone Vallée, c’est que 9 fonds d’investissement sur 10 échouent, parfois de manière spectaculaire. Alors, une présidence Trump sera-t-elle disruptive ? Le jury n’a pas encore été choisi pour trancher, mais s’il s’inscrit dans la continuité de sa campagne électorale et ferment vraiment des services et des agences obsolètes comme la FCC, il pourrait se voir attribuer le titre de Premier Président de la Silicone Vallée.

    Mr. Kessler, un ancien dirigeant de fonds d’investissement, est l’auteur de « Eat people » (« Manger les gens ») (portfolio, 2011). 

  • #Luxe, calme et volupté dans les palais dorés du millionnaire cubain Fidel Castro | #Cuba #FidelCastro #SegoleneRoyal

    ARTICLE PARU DANS LE JOURNAL LES OBSERVATEURS.CH, SUISSE, LE 05-12-2016

    [LIRE L'ARTICLE EN LIGNE]

    Fidel Castro, héros de la révolution marxiste latino-américaine, est mort depuis maintenant une semaine et sa dépouille croule sous les éloges funèbres dispensés par une pseudo-élite intellectuelle superficielle qui s’extasie devant les faux concepts humanistes du communisme international. Toujours les mêmes bobos conformistes de la pensée unique qui dispensent des bobards à longueur de temps et trompent énormément.

    Fidel Castro ne fut pas seulement un sanguinaire révolutionnaire, un dictateur féroce, un boucher pour les pauvres Cubains, un ennemi politique sans état d’âme, qui transforma, « l’île en une énorme prison entourée d’eau » selon les mots de sa propre sœur Juanita qui n’ira pas à son enterrement. Au nom d’une révolution des pauvres sensée libérer les prolétariens et apporter le bonheur à Cuba il en fit son domaine personnel pour son plus grand avantage et se maintenir au pouvoir. De révolutionnaire marxiste il devint millionnaire capitaliste tout en cultivant, pour le public et les médias complaisants, l’image idyllique du chef incorruptible et détaché des biens matériels : le pur des purs révolutionnaires qui en privé nage dans l’or pendant que son peuple meurt de faim.

    Selon le magasine Forbes, Fidel Castro faisait partie des hommes « les plus riches parmi les rois, les reines et les dictateurs. » La fortune de Castro est estimée à 900 millions de dollars dus en partie aux revenus d’une minière d’or et de nombreuses entreprises d’États sous son contrôle. Certains observateurs occidentaux et cubains expatriés parlent aussi d’une banque en Angleterre et de 270 entreprises de par le monde sous son emprise. On est bien loin des quelques pesos avec lesquels il se targuait de vivre, à l’instar de la majeur partie des Cubains.

    Yacht en bois rare, whisky de 12 ans d’âge, belles femmes, jacuzzi, étaient quelques unes des commodités que s’offrait le Lider maximo. Propriétaire d’une île paradisiaque proche de Cuba, Cayo Piedra, il aimait y recevoir des personnalités comme l’inhumain président de l’Allemagne de l’Est Erich Honecker qui décida de l’érection du mur de Berlin ou l’écrivain communiste Gabriel García Márquez.

    « Il laissait entendre que la révolution ne lui donnait aucun répit, aucun plaisir, qu’il ignorait et méprisait le concept bourgeois de vacances. Il mentait  » affirme un des ses anciens compagnons d’armes resté à ses côtés jusqu’en 1994, le lieutenant-colonel Juan Reinaldo Sanchez, réfugié ensuite à Miami et décédé mystérieusement après ses révélations sur le dictateur cubain parues dans un livre intitulé « Double vie de Fidel Castro ».

    « Il était convaincu que Cuba était sa propriété » écrit Sanchez. Outre la vie capitaliste, tant honnis en public mais si aimée en cachette, il aimait les femmes : il eut plusieurs épouses, plusieurs maîtresses et huit enfants qui tout comme lui aiment la vie luxueuse. Le colonel Sanchez raconte : « Pendant que son peuple mourrait de faim Fidel Castro a vécu avec toutes les commodités. Et cela est vrai aussi pour ses huit enfants, les diverses épouses et amantes. Le tout dans le plus grand secret ».

     

  • @Shiseido retrouve le devant de la scène : Témoignage d’un client [#stratégie #Paris #Parfum #Maquillage #soin #Dolce&Gabbana #déploiement] [#promiseconsulting-blog.com]

    Shiseido retrouve le devant de la scène

    By Sabine de Seeze, 2016-10-10+, Cosmétiquemag hebdo N°736, p.1, Stratégie

    Le CEO du groupe Shiseido commence le mois d’Octobre avec une double stratégie :

    1.  La licence Dolce & Gabbana rejoint le groupe Shiseido
    2.  Regroupement des équipes BPI et Shiseido France en un même siège à Paris. Paris devient par la suite le pôle dédié aux parfums, dirigé par Nathalie Helloin-Kamel, auquel Dolce & Gabbana se rajoute.

    Avec New York spécialisé sur le make-up et Tokyo sur le soin, CEO Masahiko Uotani souhaite concentrer le groupe à long terme sur un « One Shiseido ».

    Après le chiffre perdu avec Jean Paul Gaultier ainsi que la transformation du marché et ses acteurs, la megabrand Dolce & Gabbana aide le groupe japonais de s’imposer de nouveau en tant qu’acteur important.

    Le président de Shiseido EMEA a comme objectif d’amener la marque « d’ici à dix ans à un milliard d’euros de chiffres d’affaires » (De SEZE, 2016). Suite au succès de Nars en Europe et la difficulté de Bare Minerals de s’établir au Sud de l’Europe, Dolce & Gabbana démontre les nouvelles ambitions du groupe Shiseido en déploiement du maquillage.

    [LIRE L’ARTICLE SUR COSMETIQUEMAG HEBDO N°736/OCTOBRE 2016]

  • #Pharmacies : Rester dans une logique de diagnostic pour la #cosmétique – La #grenouille et la #marque [#promiseconsulting-blog.com]

    "Quel parallèle entre une grenouille et une marque ?"

    By Fabienne Colin, 2016-10-01+, Pharmacien Manager N°161, News : Face à Face

    Le marché du soin en officine se porte bien, au détriment de la parfumerie. Une opportunité que le pharmacien a intérêt à exploiter pour fidéliser. Conseils de Philippe Jourdan, expert en Marketing, diplômé d’HEC et fondateur de Promise Consulting, un groupe spécialisé dans l’accompagnement stratégique des marques cosmétiques.

    Philippe Jourdan est co-auteur du livre « Le marketing de la grenouille » est précise que l’évolution des consommateurs due à différents facteurs et notamment à la digitalisation de l’économie oblige les acteurs de non seulement être conscient mais de prendre de bonnes décisions. En effet, « le changement en cours est à la fois profond, rapide et porteur de conséquences sur un horizon beaucoup plus court terme qu’ils ne l’envisagent » (Jourdan, 2016).

    D’où le conseil d’échapper au syndrome de la grenouille. Plonger dans une eau réchauffé lentement, ce batracien meurt sans s’être aperçu du changement de son environnement. Au contraire, dans une eau rapidement montée en température, elle a un réflexe de survie.

    Le parallèle avec la grenouille est donc clair : la marque doit mettre en place un marketing de l’agilité, car en cette période fragile de mutation et de transformation digitale les entreprises ne disposent pas beaucoup de temps pour évoluer et s’adapter aux consommateurs et au monde qui change.

    Mais les officines ont-elles changé assez rapidement ?

    [LIRE L’ARTICLE EN ENTIER]

    [SE RENSEIGNER SUR « LE MARKETING DE LA GRENOUILLE]

    [SE RENSEIGNER SUR LA REVUE PHARMACIEN MANAGER]

  • Le travel retail veut embarquer les #millennials [#TFWACannes #travelretail #Cannes #expérienceclient #séduction #digital #maquillage #L’Oréal]

    Le travel retail veut embarquer les millennials

     

    By Patricia Thounael, 2016-10-10+, Cosmétiquemag hebdo N°736, p.1, TFWA Cannes

    Le salon TFWA Cannes l’a ressenti pendant la première semaine d'Octobre: Le travel retail peut commencer sa préparation pour une nouvelle période.


    Après les attentats, la dépréciation du rouble et les lois d’anti-corruption en Chine, le travel retail gagne espoir avec les « millennials ».


    En effet, cette cible des 20 à 35 ans est sensée de voir leurs revenues doubler d’ici à 2020, ce qui représente de nouvelles opportunités : « Cela implique d’inscrire le travel retail dans une nouvelle dimension de l’expérience client pour séduire et d’accélérer sur le digital pour se connecter à elle » (Thouanel, 2016).

    C’est ici, que le travel retail peut se laisser inspirer par exemple par la marque de maquillage Nyx de L’Oréal, qui est née via les réseaux sociaux et qui a réussi à créer une expérience client séduisante.

    [LIRE L’ARTICLE SUR COSMETIQUEMAG HEBDO N°736/OCTOBRE 2016]

  • #Pharmacies : Rester dans une logique de diagnostic pour la #cosmétique - Le #pharmacien et le #besoin de #transparence

    "Comment le pharmacien doit-il s’adapter au besoin de transparence ?"

    By Fabienne Colin, 2016-10-01+, Pharmacien Manager N°161, News : Face à Face

    Le marché du soin en officine se porte bien, au détriment de la parfumerie. Une opportunité que le pharmacien a intérêt à exploiter pour fidéliser. Conseils de Philippe Jourdan, expert en Marketing, diplômé d’HEC et fondateur de Promise Consulting, un groupe spécialisé dans l’accompagnement stratégique des marques cosmétiques.

    Pendant que les clients avaient le réflexe de se rendre en pharmacie uniquement pour l’ordonnance, ils s’adressent aujourd’hui au pharmacien pour des questions de soin. En effet, la crise a fait émerger un nouveau type de consommateur qui devient prêt de fréquenter les pharmacies pour leurs achats.

    Or, grâce à l’ambiance, l’aménagement et l’accueil des beauty consultants, des enseignes comme Sephora favorisent jusqu’à présent beaucoup plus des achats de plaisir, qu’une pharmacie. C’est la raison pour laquelle les pharmaciens doivent détecter cette opportunité, prendre des bonnes décisions et agir.
    Les officines doivent se réorienter et réinventer, devenir des magasins ouverts qui attirent la clientèle, non seulement pour des problématiques de soin, mais également pour d’autres envies.

    Cela signifie-t-il qu’il faut passer au libre-service comme en grande distribution ?

    [LIRE L’ARTICLE EN ENTIER]

    [SE RENSEIGNER SUR LA REVUE PHARMACIEN MANAGER]