Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

4.z - Autres

  • Imprimer

    [#Promiseconsulting] [#opinionlab] СООБЩЕНИЕ ДЛЯ ПРЕССЫ | Франко-российские отношения: 74 % французов за то, чтобы растопить лёд.

    russie, putin, policy, government, macron, relations, foreign policy

    russie,putin,policy,government,macron,relations,foreign policy

    russie,putin,policy,government,macron,relations,foreign policy

     

    Скачать коммюнике на английском языке

    http://files.panelontheweb.com/client/DLclient.aspx?id=4791&alea=28528316&set=1

    Получить доступ к слайдам в крупном формате:

    http://files.panelontheweb.com/client/DLclient.aspx?id=4785&alea=52164732

    russie,putin,policy,government,macron,relations,foreign policy

    russie,putin,policy,government,macron,relations,foreign policy

    russie,putin,policy,government,macron,relations,foreign policy

    russie,putin,policy,government,macron,relations,foreign policy

    russie,putin,policy,government,macron,relations,foreign policy

    russie,putin,policy,government,macron,relations,foreign policy

    russie,putin,policy,government,macron,relations,foreign policy

    russie,putin,policy,government,macron,relations,foreign policy

    russie,putin,policy,government,macron,relations,foreign policy

    russie,putin,policy,government,macron,relations,foreign policy

    russie,putin,policy,government,macron,relations,foreign policy

    russie,putin,policy,government,macron,relations,foreign policy

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Imprimer

    [#Promiseconsulting] [#opinionlab] The French-Russian relations: 74% of French want to "break the ice"

    PRESS RELEASE

    THE FRENCH-RUSSIAN RELATIONS: WHAT DO THE FRENCH THINK?

    At a time when the government of President Macron wishes a warming of relations between France and Russia, an exclusive survey to know the opinion of the French about their vast “neighbor.”

    Survey realized online and on mobile between the 26th August and the 02nd September 2019 on 1,000 French, aged 18 years and more and representative of the French population. 

    Promise Consulting, a consulting firm, and Panel On The Web, a market research institute, surveyed an online panel to gauge French opinion about Russia (the country, the people, the culture, and the political system). The following objectives were assigned to the opinion survey before a press release on French-Russian relations and opportunities for in-depth political, cultural, and economic collaboration.

    - To assess the proximity or distance of the French to Russia, and the reasons why they feel close to or far from Russia.

    - To evaluate the French opinion on the relations between Europe and Russia, on the European sanctions and the subsequent Russian embargo on European food products, in the wake of the events in Crimea.

    - To assess the French opinion on the relations between France and Russia: state of play and desired areas for improvement.  

    The opinion poll was conducted in the wake of G7 Biarritz summit, marked by the previous meeting between the Presidents Emmanuel Macron and Vladimir Putin at the residence of Brégançon. The main results are analyzed below.

    To download in ENGLISH language in WORD and PdF

    [CLICK HERE]

    To download in RUSSIAN languages in WORD and PdF

    [CLICK HERE]

    To download the excerpt of slides in HD (see below):

    [CLIQUER ICI]

    To publish these results on social networks:

    #Promiseconsulting #Panelontheweb #PublicOpinionLab 

    To contact the authors of the survey:

    (Interviews, testimonials, live interviews, analyses)

    panel,promiseconsulting,panelonthewebpro,opinionlab,poll,opinion,french,russia,russian,putin,macron

    Pr Philippe Jourdan, CEO, Associate Professor

    Promise Consulting

    Telephone: +33 6 62 66 09 27

    Mail: philippe.jourdan@promiseconsultinginc.com

    panel,promiseconsulting,panelonthewebpro,opinionlab,poll,opinion,french,russia,russian,putin,macron

    Jean-Claude Pacitto, Research Director, Assistant Professor

    Promise Consulting

    Telephone: +33 6 13 85 92 74

    Mail: jean-claude.pacitto@orange.fr

    THE EXPERTS’ POINT OF VIEW

    panel,promiseconsulting,panelonthewebpro,opinionlab,poll,opinion,french,russia,russian,putin,macronPhilippe Jourdan and Jean-Claude Pacitto, the authors of the study, give here their testimony and analysis on the main lessons of the survey. If the French seem to stand at a certain distance from Russia, the majority wishes to maintain good relations between our two countries, and fiercely hope they improve in many areas

    Russia wakes lively debates in the media, fed by alarming international news. However, the opinion of the French people about Russia is much less known. How do our citizens perceive Russia? How do they apprehend current and future French-Russian relations, in the context of diplomatic warming desired by the two Presidents, Macron and Putin?

    RUSSIA, A EUROPEAN COUNTRY: A DISPUTED ISSUE

    Is Russia for the French a European State? Do the French people share the Gaullist vision of a Europe stretching from the “Atlantic to the Urals”? The opinion is almost equally shared: 39% consider that Russia is not a European state against 37% who think the opposite, perfect illustration of the allegory of the two-headed Russian eagle, a head turned towards the West, another to the East. The reasons given are not of the same nature: those who answered “yes” emphasize geographical, historical, and cultural proximity, while those who answered “no” mobilize political antagonisms (between our regimes). These political arguments (suspected lack of freedom, autocratic government, …) transcend the political affinities. 

    EUROPEAN SANCTIONS AND RUSSIAN EMBARGO: POORLY KNOWN DECISIONS

    While most of the French people are aware of the European economic sanctions (and their counterpart, the Russian embargo on European food products), they are still 4 out of 10 (41%) to ignore their existence and their purpose. Those who ignore the most of these sanctions are the sympathizers of the radical left “France Insoumise” (LFI). At the same time, the LFI sympathizers are also the most numerous to consider Russia as a “threat” (51%). The expressed fear strongly embodied (if not fantasized) around the personality of Vladimir Putin (91%), contrasts with a lack of knowledge of the facts likely to objectify it. The same conclusion applies to a lesser extent to the other political currents. 

    In the end, only 28% of the French people are strongly convinced of the worthiness of the European economic sanctions, and it is the sympathizers of the moderate right (“Les Républicains”) who are the most dubious (51%).

    FRENCH-RUSSIAN RELATIONS: FRANCE CAN DO BETTER

    Historically, Russia has always been the subject of fierce debates and aroused contrasting opinions from our fellow citizens, ranging from frank admiration to equally sincere distrust. Our survey shows that if the views are opposed, following the political affinities, a vast majority of the French people (74%) crave an improvement of the French-Russian relations. French people emphasize the importance of those relations for our country (94%), of which they deplore the relative freezing (40%). The French, predisposed to the “realpolitik,” judge that Russia has become (again) an essential actor in foreign policy, is an unescapable arbitrator of many conflicts (Syria, Ukraine, Middle East,…) or hot topics   The French, followers of the "realpolitik", are of the opinion that Russia has become (become again) an essential actor in foreign policy with a rank of actor and arbitrator on many conflicts (Syria, Ukraine, Middle East) or “hot” issues (climate, economy, immigration, European construction), and that France must take this into account.

    THE FUTURE OF THE FRENCH-RUSSIAN COOPERATION: A MOBILIZING ISSUE

    The French-Russian cooperation, which involves improving the relations between the two states, is a subject that mobilizes the French: only 6% of them think that the quality of the relationship between the two countries is not essential for France. 

    Supporters of a positive dynamic are more likely to be recruited from LREM (“La République en Marche”) (56%) and LR (“Les Républicains”) (55%), and not, contrary to a view too often held, from radical-wing supporters (“Rassemblement National”) (44%). Once again, our opinion survey reveals an odd paradox: radical left-wing supporters (LFI, “La France Insoumise”) are more numerous to think that Russia is a threat (51% vs. 44% of the population), but at the same time, they are also more likely to want that French-Russian relationship improves (94%). This result is essential, which reveals that opinion is not fixed and that it is likely to change quickly. The context, linked to recent international events, weights easily on the French judgment about Russia. In the future, it can be assumed that the divisions will fade, as the conflicts that have generated them (Syria, Ukraine, Crimea) will decrease in intensity on the ground, and consequently in the media. 

    The potential for improving French-Russian relations is high and multi-faceted: the French prioritize environmental issues, humanitarian cooperation, bilateral foreign policy, and economic contracts, because of results deemed unsatisfactory in these areas. However, most cultural matters (university exchanges, scientific collaboration, tourism, and artistic exchanges) can also be improved.

     

    RUSSIA, A EUROPEAN COUNTRY: A DISPUTED ISSUE

    panel,promiseconsulting,panelonthewebpro,opinionlab,poll,opinion,french,russia,russian,putin,macron

    EUROPEAN SANCTIONS AND RUSSIAN EMBARGO: POORLY KNOWN DECISIONS

    panel,promiseconsulting,panelonthewebpro,opinionlab,poll,opinion,french,russia,russian,putin,macron

    panel,promiseconsulting,panelonthewebpro,opinionlab,poll,opinion,french,russia,russian,putin,macron

    FRENCH-RUSSIAN RELATIONS: FRANCE CAN DO BETTER

    panel,promiseconsulting,panelonthewebpro,opinionlab,poll,opinion,french,russia,russian,putin,macron

    THE FUTURE OF THE FRENCH-RUSSIAN COOPERATION: A MOBILIZING ISSUE

    panel,promiseconsulting,panelonthewebpro,opinionlab,poll,opinion,french,russia,russian,putin,macron

    panel,promiseconsulting,panelonthewebpro,opinionlab,poll,opinion,french,russia,russian,putin,macron

    METHODOLOGY

    panel,promiseconsulting,panelonthewebpro,opinionlab,poll,opinion,french,russia,russian,putin,macron

    panel,promiseconsulting,panelonthewebpro,opinionlab,poll,opinion,french,russia,russian,putin,macron

    panel,promiseconsulting,panelonthewebpro,opinionlab,poll,opinion,french,russia,russian,putin,macron

    panel,promiseconsulting,panelonthewebpro,opinionlab,poll,opinion,french,russia,russian,putin,macron

  • Imprimer

    #Panelontheweb : mise en ligne de notre nouveau site panelonthewebpro.com (espace entreprises)

    Lundi 14 Octobre 2019

    PROMISE CONSULTING| PANEL ON THE WEB, PIONNIER DES ETUDES EN LIGNE DEPUIS 2000, LANCE SON NOUVEAU SITE DEDIE AUX ENTREPRISES

    Après avoir mis en ligne un nouvel espace pour la communauté des internautes de notre panel, PANEL ON THE WEB annonce le lancement d'un NOUVEAU SITE dédié aux entreprises du secteur privé (annonceurs, agences,...), non marchand (associations) et public (gouvernement, administration).

    https://panelonthewebpro.com

     

    CONTACTEZ-NOUS

    Valérie Jourdan, CEO, Panel On The Web

    valerie.jourdan@panelontheweb.com

    Téléphone : +33 1 78 09 03 64

     

    Lire la suite

  • Imprimer

    #Panelontheweb #Promiseconsulting | Mais qui était John Wanamaker ?

    "LA MOITIE DE L'ARGENT QUE JE DEPENSE EN PUBLICITE L'EST EN PURE PERTE, MAIS JE NE SAIS PAS LAQUELLE." [1]

     

    [1]- Cette phrase célèbre est souvent attribuée à tort au publicitaire Ogilvy. En réalité, elle fut prononcée par John Wanamaker (1838-1920), un célèbre homme d'affaires américain, fondateur de la première chaîne de grands magasins américains Wanamaker à Philadephie au 19ème Siècle. Son intuition fut confirmée bien des années plus tard par A. Morgenztern, directeur chez Publicis Conseil dans les années 1970, qui démontra que les publicités pleine page dans les quotidiens ne généraient q'un taux de mémorisation (Béta) de 50%.  

     

    Comme beaucoup de nos clients, vous partagez la frustration de John Wanamaker.

     

    Promise Consulting | Panel On The Web a mis au point une approche simple, scientifique, éprouvée et adaptée à tous les secteurs pour répondre à deux questions clés : 

     

    1- Quelle allocation optimale entre offline et online, grands médias et autres médias publicitaires ? 

    2- Quelle contribution de chaque média (et de leur interaction) à ma marque, et au développement de mes ventes ?

     

    Vous disposez ainsi d'une règle de décision pour une répartition efficiente de vos investissements publicitaires.

     

    Vous ne savez pas quelle moitié de vos investissements média est effectuée en pure perte, nous avons déjà la réponse !

     

    CONTACTER NOUS :

    Valérie Jourdan +33 6 62 66 09 27 | + 33 1 78 09 03 65

    valerie.jourdan@promiseconsultinginc.com

  • Imprimer

    #Promiseconsulting #Panel On The Web | Annonceurs, découvrez les coulisses de notre nouveau #site # panelistes

    Promise Consulting| Panel On The Web, pionnier des études en ligne depuis 2000, lance son nouveau site dédié à la gestion de sa communauté en ligne. 

     

     https://panelontheweb.com

     

    20 ans déjà que Panel On The Web, pionnier des études en ligne, a été créé.  Nous sommes fiers et heureux de vous annoncer le lancement de notre nouveau site panéliste dédié à notre communauté forte de plus de 150,000 panélistes en France (et de plusieurs millions dans le Monde). Plus ergonomique, plus simple, plus convivial,ce site est destiné à accompagner notre croissance.

     

    1ER ENGAGEMENT :  nous nous inscrivons dans le strict respect des centres d'intérêt de nos répondants, pour leur proposer des études qui les concernent. C'est le gage de taux de réponses élevés et d'une participation assidue.

    panel paneliste marketing etude online remuneration

    2EME ENGAGEMENT : à l'heure du digital mobile, nous sommes la seule plateforme d'études en ligne 100% Mobile et Auto-adaptative : chaque répondant est ainsi libre de répondre sur le support de son choix, PC, portable, tablette, Windows, Mac ou Android. Mieux encore, le design du questionnaire s'adapte automatiquement au média, pour une expérience de questionnaires en ligne 100% immersive. Depuis 2019, nous sommes également 100% compatible WeChat.

    panel paneliste marketing etude online remuneration

    3EME ENGAGEMENT : adhérent depuis 2000 à la charte Syntec et Esomar, nous sommes 100% RGDP. Nous garantissons à nos répondants un anonymat complet, le respect des données qui nous sont confiées, et la transparence sur l'utilisation de la data, qui n'est jamais utilisée à d'autres fins que l'étude marketing.

    panel paneliste marketing etude online remuneration

    En savoir plus : valerie.jourdan@promiseconsultinginc.com | +33 6 09 31 65 19

    Lire la suite

  • Imprimer

    #Promiseconsulting #Luxurylab | Actualités Juin 2019

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

     

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promise, luxurylab, consolab, marketing, etude, digital, data

    promise, luxurylab, consolab, marketing, etude, digital, data

    promise, luxurylab, consolab, marketing, etude, digital, data

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Imprimer

    [#Promiseconsulting] [#Luxurylab] Et si les Millénaiux n'existait pas ?

    VOICI UNE ANALYSE QUI REJOINT PARFAITEMENT QUELQUES-UNES DE CONCLUSIONS DE NOTRE ETUDE SUR LES MILLENIAUX ET LEUR RAPPORT AU LUXE MENE EN PARTENARIAT AVEC @EIML

     
    ENTRETIEN AVEC @VINCENTCOCQUEBERT #INROCKS
     
    Qui sont véritablement les millennials ? Vincent Cocquebert s'interroge, dans “Millennial Burn-Out : X, Y, Z... Comment l'arnaque des 'générations' consume la jeunesse”, sur la construction d'un archétype qui réduit la jeunesse à une vision marketing. 

    "Narcissiques mais engagés, nonchalants mais hyperactifs, slasheurs mais en quête de stabilité… "  Vincent Cocquebert, rédacteur en chef du magazine Twenty, retrace avec Millennial Burn-Out, qui paraît aux éditions Arkhê le 15 février, la construction d'un énième mythe générationnel confrontant la jeunesse à des impératifs schizophréniques. Urbain, Arty, militant, créa... Sommes-nous condamnés à vivre dans une Story Instagram ? Et surtout, que cache le fantasme d'une génération au consumérisme joyeux et éthique, en phase avec les mutations économiques de son époque ?

    Le journaliste pointe les limites et les dangers d'une vision étriquée des nouveaux entrants dans le monde du travail. Non seulement, le décalage entre l'attente des entreprises et les aptitudes de cette jeunesse "née avec Internet", mais également la façon dont elle est utilisée pour mieux justifier l'ubérisation accélérée de la société. Enfin, cette homogénéisation ne dissimulerait-elle pas les véritables fractures sociales qui sont à l'oeuvre à aujourd'hui ?

    LIRE L'ARTICLE COMPLET : http://bit.ly/2uuEhG7

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] For #India's #HNI, Luxury homes are passé

    With the steady growth in the number of High Net-worth Individuals (HNIs) in the country, the concept of luxury homes is becoming passé. This is primarily because these individuals are well-versed with the international standards of luxury, and hence, the real estate industry is trying hard to catch up with these expectations. It is this changing landscape that has prompted the rise of ultra-luxury homes. via @QRIUS http://bit.ly/2Timv3D #Promiseconsulting #luxury #India

     

  • Imprimer

    #Chtchoukine à la Fondation #Vuitton : les coulisses de l'expo de tous les records

    ARTICLE BFM BUSINESS | INTERVIEW DONNE LE 11-03-2017 | NINA GODART

    Interview de Philippe Jourdan, CEO, Promise Consulting

    LIRE L'ARTICLE EN LIGNE : http://bit.ly/2q0dErL

    Obtenir le prêt par la Russie de 130 œuvres de la collection Chtchoukine a réclamé une débauche de moyens humains et matériel pour LVMH et Bernard Arnault. Pour un retour sur investissement qui ne se compte pas en euros.

    Objectif atteint pour la Fondation Vuitton, qui visait 1 million de visiteurs. 200.000 de plus se sont même pressés à l'exposition "Icônes de l'Art Moderne - La Collection Chtchoukine", qui vient de s'achever. Autant que le record historique détenu jusque-là par le Petit Palais, avec "Toutankhamon et son temps" en 1967. Et encore, la Fondation privée du numéro 1 mondial du luxe a atteint ce total en un temps bien plus court: un peu plus de 4 mois contre 7 mois et demi pour les trésors du Pharaon.

    paris, lvmh, louis vuitton, Chtchoukine

    Un succès à mettre au crédit notamment de Jean-Paul Claverie, proche conseiller de Bernard Arnault depuis 1991. C'est lui, l'homme qui conçoit le projet fou de cette exposition il y a presque trente ans. Dans les années 80, alors qu'il officie au cabinet de Jack Lang, il rencontre le petit-fils de Chtchoukine, André-Marc Delocque-Fourcaud, lui-même fonctionnaire au ministère russe de la Culture.

    Ce dernier rêve d'exposer à Paris la collection de son grand-père, l'homme d'affaires russe Sergueï Chtchoukine. Un rêve partagé par Jean-Paul Claverie. La collection en question comprend des centaines de chefs d'œuvres de l'art moderne, des Gauguin, Matisse, Picasso, Manet, Monet, Van Ghogh. Ce trésor valorisé à plus de 6 milliards d'euros a dû être abandonné en Russie par l'amateur d'art avant-gardiste qui a fuit le pays après la révolution de 1917. Il ne remettra jamais la main dessus. Ses héritiers non plus. La collection est confisquée par l'administration russe, remisée sous Staline qui y voit un art bourgeois honni, puis dispersée en 1948. Ce qu'il en reste a été réparti entre deux musées: celui de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg, et le musée Pouchkine de Moscou. Jamais, depuis, les tableaux n'avaient été réunis, et encore moins dévoilés ensemble hors de Russie.

    paris, lvmh, louis vuitton, Chtchoukine

    Monter une telle exposition a donc relevé de l'exploit. Y compris sur le plan financier? La Fondation a-t-elle par exemple dû payer pour présenter les 130 oeuvres exposées à la Fondation Vuitton, parmi lesquels 29 Picasso, 22 Matisse, 12 Gauguin? Selon plusieurs porte-paroles de musées, les "fees" (droits à payer pour exposer des oeuvres) sont une pratique courante pour les fondations privées. Mais Jean-Paul Claverie assure que Bernard Arnault s'étant engagé à prêter, en échange, des œuvres de sa collection personnelle, aucun contrepartie financière n'a été versée. Reste que la Fondation a dû consentir à d'autres investissements très coûteux, que n'aurait sans doute pas pu se permettre un musée public.

    Comme pour chaque prêt de musée, l'emprunteur a dû assurer les œuvres inestimables qu'il a exposées. Là encore, impossible de connaître le coût de cette protection. Un représentant d'Axa Art admet juste que "même l'État français n'aurait pas les moyens d'assurer la Joconde ou l'Origine du Monde". Il a aussi fallu garantir la sécurité des œuvres, durant leur transport, et pendant l'exposition. Avec notamment "plusieurs gardes par salle, 24 heures sur 24", souligne notre source.

    Le groupe a dû prendre à son compte d'onéreux contrats de restauration, sur place en Russie, avant d'obtenir de transférer les œuvres. Comme pour "L'atelier Rose" de Matisse, dont les grands aplats de couleur menacent de se détacher, et qu'il fallait réencadrer (ci-dessous).

    Le groupe n'a pas lésiné non plus sur les moyens humains. Bernard Arnault s'est impliqué personnellement. Le dirigeant français se reconnaît dans le parcours de Chtchoukine, un homme d'affaire qui doit sa fortune au textile et qui achète des œuvres pour participer au rayonnement culturel de la France. Il a fait sien le rêve de son conseiller et déployé toutes les ressources à sa disposition.

    "Les experts du groupe, toutes les connaissances des différentes maisons de LVMH en Russie ont été mobilisées. Bernard Arnault a parlé à Vladimir Poutine à maintes reprises depuis une dizaine d'années", explique une source. C'est encore l'homme le plus riche de France qui a négocié personnellement la prolongation de deux semaines de l'exposition.

    Le patron du numéro un mondial du luxe est aussi parvenu à faire signer la préface du catalogue de l'exposition à Vladimir Poutine au moment où la situation géopolitique lui faisait renoncer à un voyage en France. Il a obtenu que les héritiers de Chtchoukine renoncent contractuellement à tout recours sur la succession, condition sine qua non de la tenue de l'exposition à Paris. Et du gouvernement français la publication d'un arrêté qui garantit aux musées russes l'insaisissabilité de toutes les œuvres prêtées.

    paris, lvmh, louis vuitton, Chtchoukine

    Le succès de l'exposition a-t-il permis de rentabiliser l'évènement? Pas sûr. Les organisateurs ne donnent aucun chiffre. Mais à 14 euros l'entrée à plein tarif et 5 euros le tarif réduit, on obtient une estimation grossière de 12 millions d'euros tirés de la vente de tickets. Soit juste de quoi rentrer dans des frais estimés entre 10 et 13 millions d'euros selon Le Monde. Jean-Paul Claverie, affirme, lui, que "c'est beaucoup moins"

    Quoi qu'il en soit, "le mot rentabilité n'a pas sa place dans ce type d'opération", analyse Philippe Jourdan, directeur de Promise Consulting et expert du secteur du luxe. Même si des évènements d'une telle ampleur "valorisent la fondation Louis Vuitton, le bâtiment de Frank Gehry en soi", reconnaît le spécialiste, le bénéfice qu'en retire le groupe ne se compte pas en euros. Ce coup magistral sert surtout à "associer le beau et le luxe à un moment où son image pâtit de consumérisme, de mercantilisme". Et à renforcer le statut d'un Bernard Arnault mécène "qui redistribue sa richesse en donnant accès à la culture".

  • Imprimer

    Rumeurs sur la vente de #Puma | @Puma @Kering @bfmbusiness

    NINA GODART | BFM BUSINESS | 25 AVRIL 2017

    Les rumeurs autour d'une éventuelle cession de Puma par Kering vont bon train ces jours-ci. Faut-il y accorder du crédit? Réponse et analyse de Philippe Jourdan, directeur de Promise Consulting.

    puma, luxe, lvmh, under armour, kering

    [lire l'article en ligne]

    Kering s'apprête-t-il à vendre Puma? Le PDG du numéro deux mondial du luxe, François-Henri Pinault, a quitté officiellement le conseil d'administration de l'équipementier mi-avril. Aussitôt, les rumeurs de cession récurrentes de la marque de sport qui flirte avec la mode ont refait surface. D'autant qu'il avait indiqué l'été dernier qu'il conserverait ses 85% du capital Puma, au moins jusqu'en 2018. Alors que l'échéance approche, ces supputations des marchés sont-elles à prendre au sérieux? L'analyse de Philippe Jourdan, spécialiste du luxe et directeur de Promise Consulting.

    [NG] LA VENTE PROCHAINE DE PUMA EST-ELLE PLAUSIBLE ?

    [PJ] En 2014-2015, on parlait de vente parce que Puma traversait une période de remous au même moment que Gucci, qui d'ordinaire tire les résultats du pôle luxe. Du coup, les dirigeants de Kering se demandaient quelle activité il fallait céder pour supporter l'autre. Le top management de l'équipementier avait été complètement renouvelé. Björn Gulden avait pris la direction générale. Il devait solidifier l'activité sport pour rendre Puma moins poreuse aux vicissitudes du "lifestyle", la mode, aux performances très cycliques.

    Et là, il y est parvenu. Les équipes d'Arsenal et de l'OM sont tombées dans son escarcelle. Dans la mode, le recrutement de Rihanna, égérie très populaire et directrice du style, a été une très juteuse opération. Donc personnellement, je pense que si le rééquilibrage des résultats entre le pôle luxe et le pôle sport de Kering se confirme (Puma vient de relever ses objectifs 2017 après un premier trimestre où le bénéfice a doublé, à 50 millions d'euros, ndlr), la cession devient moins urgente, et moins stratégique pour le groupe. En même temps, pour réussir une belle vente, le mieux est de dire qu'on n'est pas vendeur.

    [NG] CES BONS RESULTATS NE RENDENT-ILS PAS LA MARQUE D'AUTANT PLUS BELLE A MARIER ?

    [PJ] Si la motivation était purement financière, le prix de Puma aujourd'hui serait effectivement bien plus élevé qu'hier. Mais avant de racheter Puma en 2007, la santé de l'ex-PPR ne tenait qu'aux résultats de Gucci. Depuis, François-Henri Pinault a toujours martelé vouloir faire grandir Kering sur deux jambes: le luxe d'un côté, le sport-lifestyle de l'autre. Une vente contredirait ce discours.

    Kering pourrait néanmoins avoir besoin de fonds pour financer ses investissements dans Saint Laurent et Bottega Venetta. Mais les deux jambes de Kering marchent, et lui rapportent de la trésorerie. Le groupe pourrait encore avoir besoin d'une rentrée importante de cash s'il y avait une opportunité d'achat pour le pôle luxe. Mais aujourd'hui, il n'y a pas vraiment de grandes marques sur le marché.

    [NG] SI UNE VENTE SE CONFIRMAIT, QUI POURRAIT-ETRE CANDIDAT AU RACHAT ?

    [PJ] Le numéro un mondial du luxe, LVMH, ne devrait pas se presser. Il lui faudrait apprendre un métier dans lequel il n'est pas du tout impliqué, qui ne semble pas l'intéresser. Quant aux concurrents de Puma, Adidas ou Nike, ils ne devraient pas se bousculer non plus. Dans le secteur du sport où seules trois marques pèsent vraiment, chacune avec une image, une offre, une gamme de produits et de sports bien distincts, cela n'aurait pas d'intérêt pour eux. D'autant que dans le sponsoring sportif, il y a un vrai intérêt pour les marques à ce qu'il y ait une concurrence à battre dans les matchs.

    Éventuellement, Under Armour, l'équipementier en embuscade, pourrait en avoir envie. Ce serait David qui avalerait Goliath, mais ce serait possible aujourd'hui, avec des montages financiers qui permettent d'absorber plus gros que soi par effet de levier. À condition que les résultats de Puma permettent de rembourser la dette. Or la marque a connu des hauts et des bas, sa croissance est loin d'être pas garantie. Ce serait quand même un très gros risque.