Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

5.4- Santé

  • Imprimer

    #Pharmacies : Rester dans une logique de diagnostic pour la #cosmétique – La #grenouille et la #marque [#promiseconsulting-blog.com]

    "Quel parallèle entre une grenouille et une marque ?"

    By Fabienne Colin, 2016-10-01+, Pharmacien Manager N°161, News : Face à Face

    Le marché du soin en officine se porte bien, au détriment de la parfumerie. Une opportunité que le pharmacien a intérêt à exploiter pour fidéliser. Conseils de Philippe Jourdan, expert en Marketing, diplômé d’HEC et fondateur de Promise Consulting, un groupe spécialisé dans l’accompagnement stratégique des marques cosmétiques.

    Philippe Jourdan est co-auteur du livre « Le marketing de la grenouille » est précise que l’évolution des consommateurs due à différents facteurs et notamment à la digitalisation de l’économie oblige les acteurs de non seulement être conscient mais de prendre de bonnes décisions. En effet, « le changement en cours est à la fois profond, rapide et porteur de conséquences sur un horizon beaucoup plus court terme qu’ils ne l’envisagent » (Jourdan, 2016).

    D’où le conseil d’échapper au syndrome de la grenouille. Plonger dans une eau réchauffé lentement, ce batracien meurt sans s’être aperçu du changement de son environnement. Au contraire, dans une eau rapidement montée en température, elle a un réflexe de survie.

    Le parallèle avec la grenouille est donc clair : la marque doit mettre en place un marketing de l’agilité, car en cette période fragile de mutation et de transformation digitale les entreprises ne disposent pas beaucoup de temps pour évoluer et s’adapter aux consommateurs et au monde qui change.

    Mais les officines ont-elles changé assez rapidement ?

    [LIRE L’ARTICLE EN ENTIER]

    [SE RENSEIGNER SUR « LE MARKETING DE LA GRENOUILLE]

    [SE RENSEIGNER SUR LA REVUE PHARMACIEN MANAGER]

  • Imprimer

    #Pharmacies : Rester dans une logique de diagnostic pour la #cosmétique - Le #pharmacien et le #besoin de #transparence

    "Comment le pharmacien doit-il s’adapter au besoin de transparence ?"

    By Fabienne Colin, 2016-10-01+, Pharmacien Manager N°161, News : Face à Face

    Le marché du soin en officine se porte bien, au détriment de la parfumerie. Une opportunité que le pharmacien a intérêt à exploiter pour fidéliser. Conseils de Philippe Jourdan, expert en Marketing, diplômé d’HEC et fondateur de Promise Consulting, un groupe spécialisé dans l’accompagnement stratégique des marques cosmétiques.

    Pendant que les clients avaient le réflexe de se rendre en pharmacie uniquement pour l’ordonnance, ils s’adressent aujourd’hui au pharmacien pour des questions de soin. En effet, la crise a fait émerger un nouveau type de consommateur qui devient prêt de fréquenter les pharmacies pour leurs achats.

    Or, grâce à l’ambiance, l’aménagement et l’accueil des beauty consultants, des enseignes comme Sephora favorisent jusqu’à présent beaucoup plus des achats de plaisir, qu’une pharmacie. C’est la raison pour laquelle les pharmaciens doivent détecter cette opportunité, prendre des bonnes décisions et agir.
    Les officines doivent se réorienter et réinventer, devenir des magasins ouverts qui attirent la clientèle, non seulement pour des problématiques de soin, mais également pour d’autres envies.

    Cela signifie-t-il qu’il faut passer au libre-service comme en grande distribution ?

    [LIRE L’ARTICLE EN ENTIER]

    [SE RENSEIGNER SUR LA REVUE PHARMACIEN MANAGER]

  • Imprimer

    #Pharmacies : rester dans une logique de diagnostic pour la #cosmétique - adaptation à la période d'incertitude

    Comment le pharmacien peut s’adapter aux périodes d’incertitudes comme sur la crise ?

    By Fabienne Colin, 2016-10-01+, Pharmacien Manager N°161, News : Face à Face

    Le marché du soin en officine se porte bien, au détriment de la parfumerie. Une opportunité que le pharmacien a intérêt à exploiter pour fidéliser. Conseils de Philippe Jourdan, expert en Marketing, diplômé d’HEC et fondateur de Promise Consulting, un groupe spécialisé dans l’accompagnement stratégique des marques cosmétiques.

    La crise a fait émerger un nouveau type de consommateur pour lequel des conseils et diagnostiques deviennent de plus en plus important. Le pharmacien doit donc donner des conseils extrêmement avisés et se servir de son expertise spécialisée: « la blouse blanche ».

    Il s’agit d’une grande opportunité que les pharmaciens peuvent utiliser pour eux, même s’il doivent toujours faire face aux autres acteurs comme les réseaux de parfumeries qui ont beaucoup plus de moyens, et l’accès à des marques exclusives. (…)

    [LIRE L’ARTICLE EN ENTIER]

    [SE RENSEIGNER SUR LA REVUE PHARMACIEN MANAGER]

  • Imprimer

    #Pharmacies : Rester dans une logique de diagnostic pour la #cosmétique - Un #libre-service comme en grande distribution ? [#grandedistribution #formation #expertise #conseil]

    "Un libre-service comme en grande distribution ?"

    By Fabienne Colin, 2016-10-01+, Pharmacien Manager N°161, News : Face à Face

    Le marché du soin en officine se porte bien, au détriment de la parfumerie. Une opportunité que le pharmacien a intérêt à exploiter pour fidéliser. Conseils de Philippe Jourdan, expert en Marketing, diplômé d’HEC et fondateur de Promise Consulting, un groupe spécialisé dans l’accompagnement stratégique des marques cosmétiques.

    Philippe Jourdan explique que dans l’univers du soin, même si la notion du libre-service et du « try and test » possède une position prépondérante, le besoin de conseil et de prise en charge reste non négligeable, ce qui se rajoute au besoin du sentiment de liberté en tant que driver clé en matière de fréquentation et d’achat.

    Par conséquent, les pharmaciens doivent profiter de leur savoir-faire et connaissances et oser d’aller au rencontre du client. Certes, leur spécialisation est un point fort, mais la maitrise de se rendre en contact direct avec le client demande de la formation et de l’expertise.

    En outre, «le discours n’est plus centré sur la vente d’un produit, mais sur la détection vraie du besoin du client à qui ensuite on va proposer la routine de soin adaptée», comme Philippe Jourdan, fondateur de Promise Consulting explique.

    Mais dans ce contexte de proposition de routines, quelles marques sortent du lot ?

    [LIRE L’ARTICLE EN ENTIER]

    [SE RENSEIGNER SUR LA REVUE PHARMACIEN MANAGER]

  • Imprimer

    #Pharmacies : Rester dans une logique de diagnostic pour la #cosmétique - Présentation d’une offre resserrée [#conseils #confiance #hydratation #soin #prévention #sélection #promotion]

    By Fabienne Colin, 2016-10-01+, Pharmacien Manager N°161, News : Face à Face

    Le marché du soin en officine se porte bien, au détriment de la parfumerie. Une opportunité que le pharmacien a intérêt à exploiter pour fidéliser. Conseils de Philippe Jourdan, expert en Marketing, diplômé d’HEC et fondateur de Promise Consulting, un groupe spécialisé dans l’accompagnement stratégique des marques cosmétiques.

    Tout d’abord, Philippe Jourdan explique que les pharmaciens doivent rester dans la logique suivante :

    Les consommateurs vont traditionnellement en pharmacie suite aux conseils de leurs médecins afin d’effectuer leurs achats de médicaments à l’issue d’un diagnostic. L’achat est donc basé sur une logique de confiance, que Philippe Jourdan encourage à garder tout en présentant des offres adaptés aux besoins de la clientèle. 

    Face à un besoin de prévention de la ride, de comblement, d’hydratation, le pharmacien ne doit pas aborder le client par la promotion du moment ou par une marque, mais par un diagnostic. La deuxième étape est de s’orienter vers le produit adéquat qui fait partie d’une sélection faite en amont.

    [LIRE L’ARTICLE EN ENTIER]

    [SE RENSEIGNER SUR LA REVUE PHARMACIEN MANAGER]

  • Imprimer

    #Pharmacies : rester dans une logique de diagnostic pour la #cosmétique

    PHARMACIES MANAGERS - FABIENNE COLIN - 01 OCTOBRE 2016

    Le Marché du Soin en Officine se porte bien au détriment de la parfumerie. Une opportunité que le pharmacien a intérêt à exploiter pour fidéliser. Conseils de Philippe Jourdan, expert en Marketing.

    (...)

    PM : Les officines ont-elles changé assez rapidement ?

    PJ : Nous observons cela à travers la parapharmacie. Menant nos études à l'international, nous ne sommes pas réellement surpris du poids que prend la pharmacie sur les marchés du soin de la peau en France. C'est déjà le signe du rattrapage d'un certain retard. On remarque aussi que le consommateur se tourne de plus en plus vers la pharmacie pour le soin et notamment sur l'hydratation et la prévention des effets de l'âge. Et ce pour trois bonnes raisons : la recherche de produits naturels, le questionnement sur l'efficacité et une certaine méfiance face à des marques qui ne présenteraient pas toutes les garanties à propos des effets secondaires. Enfin, on sent une montée de la réglementation, notamment européenne, sur les composants. On adopte de plus en plus un discours de transparence scientifique et le consommateur semble y être favorable. Cela correspond assez bien au discours blouse blanche de la pharmacie. 

    (...)

    PM : dans ce contexte quelles sont les marques qui sortent du lot ?

    PJ : Pour certaines catégories de produits et certains cas, le consommateur est dérouté par la surabondance de marques et d'offres. Il perd ses repères, il zappe et du coup il est moins consciencieux dans le suivi d'une routine. Or on sait que l'efficacité du soin est lié au produit et à la régularité de son application pendant un temps suffisamment long. Le nombre de marques et le rythme d'innovations sont parfois de nature à perturber le consommateur. De son côté, la pharmacie a le grand avantage d'avoir une offre resserrée autour de marques fortes, souvent clairement identifiées par un bénéfice majeur. Le repérage est plus facile. La Roche-Posay a fait un bel effort pour s'assurer une visibilité en pharmacie autour de bénéfices peu nombreux mais clairement identifiés.

    (...)

    [TELECHARGER L'ARTICLE EN PDF]

    [EN SAVOIR PLUS SUR LA REVUE PHARMACIEN MANAGER]

  • Imprimer

    #Melanin synthesis discovery prompts hope of new #cosmetics applications [#melanin #skincare #cosmetics #anti-ageing #biotechnology #tryosinase #environmental technology]

    Melanin synthesis discovery prompts hope of new cosmetics applications

    By Simon Pitman+, cosmeticsdesign-europe, 07-Jul-2016

    New research that has deciphered the formation process for melanin could lead to further development of its use in a number of applications, including cosmetics.

    The article points out that melanin is well-known for falling into the categories: Anti-ageing, skin conditioning and tinting.
    However, through advanced biotechnology, researchers found the secret enzyme tryosinase, a core trigger in the synthesis process, which has an important impact on the development of cosmetics, medicine and environmental technology.

    [READ FULL ARTICLE]

  • Imprimer

    Ethnic #skin care: the way forward or outmoded concept? [#skincare #beauty #anti-aging #ethnicity #China]

    Ethnic skin care: the way forward or outmoded concept?
    By DSM Nutritional Products, Ltd 16-Jun-2016, CosmeticsDesign-Europe.com

    Whilst the power of beautiful skin is undeniably universal, skin care needs vary widely from person to person. Men’s skin is not the same as women’s; younger skin has different needs than older skin. Skin may be dry or oily. And skin – the largest organ in the body – differs in another way: it comes in a beautiful range of tones which are visible links to our genetic and ethnic heritage.

    So what are the broader influences behind consumer choices when it comes to skin care products?

    Skin: an evolving story
    In many regions of the world – China being a case in point – the population is still fairly homogeneous and people may have quite specific skin care needs based on cultural as well as biological factors. DSM Consumer Insight researchers who went to that country found that definitions of beauty in China often differ widely from those cited in many Western countries. They also found that Chinese women had different anti-aging skin care priorities, tending to be less worried about wrinkles than about loss of skin elasticity, enlarged pores and uneven tone.

    For manufacturers of skin care products this presents both challenges and opportunities.
    A DSM Insights team that conducted a field study in Los Angeles and New York among mothers, daughters, aunts and friends obtained a myriad of rich insights into their notions regarding ethnicity and skin care. Many interviewees declared their opposition to the idea of categorizing people by ethnic group, believing that this simply isn't consistent with people's views of the world today, or their view of themselves.

    The take-away message from consumer insights is therefore that the need for multifunctional skin actives which work equally well for all skin tones and types is set to grow.
    In their study DSM investigated the global applicability of a peptide ingredient amongst three different ethnicities (Caucasian, Asian and African), whereby they discovered new cosmetic properties.

    • Multifunctional anti-ager for all skin tones
    • Visible reduction of the signs of aging and shiny skin
    • Improved skin smoothness and appearance resulting in younger-looking skin

    The peptide therefore has applications as a global anti-aging cream and serum, and as a skin beauty maximizer mask. It is China-listed.


    [READ THE ENTIRE ARTICLE]

  • Imprimer

    Chinese travel spending shifts from Hard Luxury to Premium Necessities [#luxury #necessities #china #tourism]

    FROM THE JING DAILY - APRIL, 20, 2016 - JENIIFER JAPP

    Recent consumer surveys show that Chinese shoppers are more focused on premium everyday necessities, which is influencing how they make purchasing decisions abroad. A survey conducted by the FTConfidential Research unit at the Financial Times found that Chinese shoppers are more likely to avoid discretionary spending, especially when it comes to high-end fashion accessories like handbags, jewelry, and watches. This marks what the FT calls an “upheaval” in consumer spending patterns overseas, which is happening in tandem with changing habits at home.

    According to an article published in FT last month, there was “a 10.2 per cent year-on-year growth in retail sales in the first two months of the year, down from a full-year 10.7 per cent in 2015 and 12 per cent in 2014.” Their survey asked 1,318 overseas Chinese tourists about their spending habits, and while they reported “they were less likely than previously to buy big-ticket items such as luxury handbags, jewelry and watches while traveling abroad,” they expressed interest in spending on cosmetics, clothing, electronics, and souvenirs, similar to results from a year before.

    FT’s explanation for the reduced discretionary spending on high-end items like jewelry, watches, and handbags abroad is, in part, the rising reliance on cross-border e-commerce coupled with the fact that domestic prices for these goods are not as high as before. But the playing field is ever-changing—tax hikes on cross-border e-commerce announced early this month have thrown luxury industry professionals and shoppers for a loop.

    Still, when Chinese shop abroad, they are increasingly focused on a different type of shopping spree. This includes an emphasis on looking for homegrown luxury brands, such as Coach in the United States, according to a recent survey. But with a bigger focus on health and quality products domestically, Chinese shoppers are also searching out more premium everyday necessities that are difficult to come by at home, and some of these shopping patterns are also molded by the latest safety concerns and unmet demands for new lifestyle trends.

    After Chinese New Year, Xinhua reported on some of the most coveted items for Chinese consumers, broken down according to the various regions they were traveling to. To mitigate safety concerns, Chinese shoppers were buying items like high-end rice and sanitary pads in Japan—many consumers don’t trust the ones at home, as reports surfaced two years ago that some pads made in China contained a chemical that causes cancer. Chinese shoppers also bought condoms manufactured by the leading Japanese brand Okamoto, dodging the fakes pervading the market in China.

    Meanwhile, Chinese consumers are seeking out products that will meet heightened standards for health and wellness, like protein powder from the United States. The Wall Street Journal said GNC’s sales rose almost 43 percent last year as an interest in hitting the gym swept Chinese shoppers. Chinese consumers are also buying more electric toothbrushes—a favorite purchase in Europe according to the Xinhua survey—and taking advantage of access to basic over-the-counter health care products like painkillers and vitamins in Japan. In Australia, a Chinese firm acquired supplement maker Swisse Wellness in part due to huge demand from overseas Chinese travelers.

    These shifting shopping strategies are propelled by a group of outbound tourists whose spending outside of China is quickly rising (they spent $215 billion last year, up from $140 billion the year before), and overseas brands are clearly taking note.

    [READ THE FULL ARTICLE]

  • Imprimer

    Tomy #Hilfiger conçoit des lignes de vêtements pour des enfants #handicapés [#luxe #marque #handicap #rse]

    De plus en plus, la mode essaye de représenter la vraie vie. Tommy Hilfiger propose la première ligne de vêtements qui s’adaptent aux handicaps

    Certains handicaps ne permettent pas aux enfants de s’habiller comme ils le voudraient. Qu’ils soient trop compliqués à enfiler ou difficiles à fermer, les vêtements sont souvent conçus d’après des standards qui font l’impasse sur quelques réalités.

    Tommy Hilfiger y remédie dans une collection complètement adaptable aux handicaps. A l’origine de cette initiative, une collaboration avec l’association fondée par Mindy Scheier en 2013, Runway of Dreams. Mindy Scheier, maman d’un petit garçon atteint d’une dystrophie musculaire, s’est rendue compte que si les mannequins ont tendance à se diversifier, les marques n’adaptent pas vraiment leurs vêtements aux besoins particuliers des clients. « Mon fils voulait vraiment porter des jeans, comme les autres enfants. Ça ne lui était même pas venu à l’esprit que ça n’était pas une option pour lui ».

    C’est assez naturellement que Mindy Scheier s’est rapprochée de Tommy Hilfiger. « C’est une marque orientée sur la famille ». La première étape de cette collaboration a été de remplacer les fermetures éclair et les boutons par MagnaReady®, un système d’aimants qui permet de s’habiller plus facilement. « Nous avons toujours célébré la diversité chez nos consommateurs », explique Gary Sheinbaum, CEO de Tommy Hilfiger Americas. « Runway of Dreams nous a aidé à mieux comprendre les besoins liés aux handicaps, et nous voulons pouvoir mieux y répondre ».

    Une jolie initiative. Mindy Scheier espère qu’elle ne s’arrêtera pas là. « Mon rêve, c’est que tout le monde puisse avoir une marque qui s’adapte à sa vie, (…) que tout le monde puisse avoir une option adaptée »