Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2- Outils

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [RELATION] | #Chanel investit dans #Farfetch pour #personnaliser sa #relation #client | @LSA

    DE LELIA DE MATHAREL | LSA | http://bit.ly/2oflRWi

    #Chanel investit dans #Farfetch pour #personnaliser sa #relation #client

    Chanel prend une participation minoritaire au sein de la marketplace spécialiste de la haute couture, qui va développer pour la marque une application mobile visant à personnaliser sa relation client.

    Chanel ne vend toujours pas en ligne et ne souhaite pas le faire dans les prochaines années… mais annonce ce 19 février un partenariat avec la marketplace britannique spécialisée dans la haute couture Farfetch. La marque tricolore prend également une participation minoritaire dans le capital de l'entreprise, sans dévoiler le montant déboursé.

    Chanel, Farfetch, personnaliser, relation, client

    Les équipes de Farfetch développeront pour Chanel "un éventail de services digitaux [pour offrir aux clients du groupe] de nouvelles expériences et des services personnalisés", indiquent les deux entreprises dans un communiqué. Concrètement, ces services digitaux seront fournis via une application mobile. Les fidèles de Chanel qui ont téléchargé le programme sur leur smartphone pourront être reconnus par les vendeurs lorsqu'ils pousseront les portes de l'un de 190 magasins de la marque dans le monde. Ils auront notamment accès à l'historique d'achat des clients et aux derniers articles qu'ils ont consultés sur la plateforme mobile, pour leur offrir une aide plus personnalisée dans leur parcours d'achat en magasin. Ce service pourrait notamment séduire la clientèle asiatique.

    La vente en ligne de produits de luxe est sur le point de décoller, cette prise de participation dans Farfetch est donc très stratégique pour Chanel. En 2016, 7% seulement des ventes du secteur étaient réalisées via ce canal, mais ce pourcentage devrait tripler d'ici 2025 selon le Boston Consulting Group. Fondée en 2008 basée à Londres, la marketplace est bien positionnée sur ce marché : elle commercialise les produits de 800 marques de mode et distribue ces articles dans plus de 190 pays. Farfetch est valorisé plus d'un milliard de dollars à la suite de sa dernière levée de fonds en 110 millions de dollars en mai 2016, à laquelle a participé le fonds d'investissement tricolore Eurazeo.

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [MARQUES] | Les #Pinault vont #séparer #Kering de #Puma | @BFMTV.COM

    DE N.G | BFMTV.COM | http://bit.ly/2DQ8V0r

    Les #Pinault vont #séparer #Kering de #Puma

    La famille Pinault va faire sortir Puma du giron de Kering, afin de recentrer le groupe sur le luxe uniquement. Mais elle va garder à titre personnel un petit tiers du capital de la marque.

    Le numéro 5 mondial du luxe va se séparer de la marque qu'il avait rachetée moribonde en 2007, et qu'il a transformée en pépite, a-t-il indiqué dans un communiqué ce jeudi. Mais la famille Pinault, dont la holding Artemis détient 40,9% du capital de Kering, garderait une participation directe dans l'équipementier sportif.

    Kering envisage en effet de céder la marque à ses propres actionnaires. Elle a l'intention de distribuer en nature 70% du total des actions Puma, dont elle détient actuellement 86,3%, à ses actionnaires.

    Ce faisant, la famille fondatrice de Kering récupèrera, via la holding Artemis, une participation directe de 29% dans l'équipementier sportif. Elle deviendrait alors un actionnaire stratégique de long terme de Puma, affirme François-Henri Pinault, le PDG de Kering, dans un communiqué.

    Kering, pour sa part, conserverait 16% des actions Puma. Le flottant de Puma serait ainsi composé des 55% restants du capital. Mais dans un premier temps donc, 41,3% du capital seraient distribués aux autres actionnaires de Kering, dont le capital est réparti entre actionnaires institutionnels internationaux (46,7%), institutionnels français (7,3%), actionnaires individuels (4,7%) et actionnaires salariés (0,4%).

    Les modalités de cette scission seront soumises au vote des actionnaires lors de l'assemblée générale annuelle prévue pour le 26 avril 2018.  

    La scission entre Puma et Kering est une option évoquée de longue date par la maison-mère de Gucci et Balenciaga. Elle songeait depuis longtemps à se recentrer sur le luxe. Aujourd'hui, elle indique clairement dans son communiqué que ce projet lui permettra de "renforcer son statut de pure player du luxe, avec un niveau de profitabilité accru, positionnant le groupe parmi les meilleurs de son secteur". Quant à Puma, la marque "est idéalement positionnée pour générer une croissance significative, menée par une équipe dirigeante talentueuse et passionnée", a dit François-Henri Pinault.

    De son côté, le PDG de Puma s'est réjoui de cette annonce. "L’attractivité de Puma auprès des investisseurs devrait fortement augmenter grâce à ce volume plus important de flottant et de transactions" a indiqué Bjørn Gulden dans le communiqué de la marque. Il a affirmé aussi que  "Kering et Artémis resteraient néanmoins d’importants partenaires et actionnaires, ce qui prouve qu’ils ont confiance dans notre stratégie et qu’ils croient aux succès futurs de Puma".

    En octobre, l'action Kering avait touché un point haut historique après avoir publié des résultats époustouflants pour son troisième trimestre. Avec 4 milliards d'euros de ventes sur trois mois, le groupe avait connu une croissance de 28,4%, notamment grâce à Gucci dont l'activité avait crû de 50% sur la période.

    Reste qu'après cette annonce, les actions de Kering et de Puma ont toutes deux subitement baissé. Celle du géant du luxe a donc clôturé en légère baisse de 0,99%, tandis que celle de l'équipementier allemand a davantage chahutée, en baisse de 4,40% sur la journée.

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [MARCHE] | Le #marché du #luxe #repart sur les chapeaux de roues en #Chine | @LESECHOS

    DE FREDERIC SCHAEFFER | LES ECHOS | http://bit.ly/2EX825s

    Le #marché du #luxe #repart sur les chapeaux de roues en #Chine

    Les ventes ont progressé de 20 % en 2017, soit leur rythme de progression le plus élevé depuis 2011. Le rebond est spectaculaire. Après cinq années passablement moroses, le marché chinois du luxe est reparti sur les chapeaux de roues l'an dernier, porté par un engouement croissant  des « Millennials » chinois, ces jeunes citadins ultra-connectés et au pouvoir d'achat élevé . Les ventes de produits de luxe en Chine ont progressé de 20 % en 2017, à 142 milliards de yuans (18 milliards d'euros), soit leur rythme de progression le plus élevé depuis 2011, indique une étude de Bain & co dévoilée ce mercredi à Shanghai.

    Après avoir beaucoup souffert de la campagne anti-corruption lancée par le président Xi Jinping, le marché a amorcé sa reprise à l'automne 2016. Le mouvement s'est ensuite amplifié en 2017, profitant en premier lieu aux cosmétiques et parfums (+28 %), à la joaillerie (+27 %) et au prêt-à-porter pour femme (+24 %). « C'est un nouveau départ pour le marché du luxe en Chine qui, dans le passé, était davantage tiré par la pratique des cadeaux d'affaires », indique Bruno Lannes, associé chez Bain à Shanghai.

    Les consommateurs chinois sont un enjeu crucial pour tous les géants du luxe (LVMH, Kering...). A eux seuls, ils ont effectué un tiers (32 %) des dépenses de luxe dans le monde l'an passé, contre 30 % en 2016. Et ils pèsent désormais autant que les consommateurs américains et japonais réunis !

    Mais alors que les consommateurs chinois ont pour habitude de massivement acheter les produits de luxe à l'étranger, les choses évoluent. « Désormais, un quart de leurs achats se fait en Chine continentale [hors Macao et Hong-Kong], troisième marché mondial du luxe, derrière les Etats-Unis et le Japon », poursuit Bruno Lannes.

    Plusieurs raisons expliquent ce regain de santé du marché chinois observé depuis plusieurs trimestres. Cherchant à développer la consommation intérieure, les autorités chinoises ont à la fois abaissé les droits de douanes sur un certain nombre de produits importés et engagé une lutte contre le marché parallèle des « daigous », ces acheteurs qui revendent moins cher qu'en Chine d'authentiques produits achetés en Europe, en renforçant les contrôles des bagages dans les aéroports et en infligeant de lourdes amendes.

    aaaaaaaaa.jpg

    A cela, s'est ajoutée une politique d'alignement des prix mondiaux opérés par de nombreux acteurs du luxe qui s'est traduite par une baisse des étiquettes en Chine. « Surtout, les marques ont fortement renouvelé et rajeuni leurs collections, rencontrant un écho très favorable auprès des Millennials chinois », poursuit Bruno Lannes. « Une nouvelle Chine émerge avec ces nouveaux consommateurs de 20 à 34 ans qui n'étaient pas là il y a cinq ans et qui ont des profils, des attentes et des goûts différents. »

    Issus de la politique de l'enfant unique, ces Millennials commencent à acheter des produits de luxe très tôt et fréquemment. « Dans ce secteur, l'âge moyen du consommateur chinois se situe entre 30 et 35 ans, ce qui est beaucoup plus jeune qu'aux Etats-Unis ou en Europe », poursuit l'expert. Les Millennials sont également ultra-connectés depuis leur smartphone, poussant les marques de luxe à renforcer leur présence sur Internet et le réseau social Wechat, utilisé par près d'un milliard de Chinois.

    L'objectif est alors principalement d'accroître la notoriété de la marque, de fidéliser le client et de le faire venir en boutique. Si les grandes marques sont moins réticentes à la vente sur Internet que par le passé, celle-ci reste encore très embryonnaire, comptant pour 9 % du marché global. Pour 2018, Bain ne voit pas de nuages à l'horizon, anticipant des achats de produits de luxe encore soutenus en Chine, avec une croissance entre 12 % et 15 %.

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [COSMETIQUES] | Les #marques de #cosmétiques qui ont bousculé le #marché en #2017 | @PREMIUMBEAUTYNEWS

    DE PREMIUM BEAUTY NEWS | http://bit.ly/2CaQEwq

    Les #marques de #cosmétiques qui ont bousculé le #marché en #2017

    L’année 2017 a confirmé le dynamisme de la catégorie make-up. Si le succès de nombreux lancements en a fait une année florissante pour l’industrie des cosmétiques, l’arrivée de nouvelles marques continue de changer la donne dans un marché où tout va de plus en plus vite. Rapide sélection des marques et des lancements les plus significatifs.

    FENTY BEAUTY 

    Alors même que Fenty Beauty n’a été commercialisé qu’en septembre, la marque de cosmétiques pensée par Rihanna est sans conteste la marque de make-up de l’année. Les 91 premiers produits dévoilés à la rentrée des classes ont rapidement ravi l’industrie et les utilisatrices grâce à leur approche inclusive, notamment grâce à la gamme de fond de teint comprenant 40 teintes pour répondre à toutes les carnations. La chanteuse n’a pas tardé à ajouter une gamme colorée « Galaxy Collection » pour les fêtes, un rouge à lèvres liquide « Stunna » et une nouvelle collection pour les lèvres commercialisée le 26 décembre. Rihanna a vu tellement juste avec Fenty Beauty que sa marque figure dans la liste des « 25 Inventions de l’année » de Time Magazine.

    marques, cosmétiques, marché 2017

    ASOS

    L’enseigne de mode britannique a aussi choisi le mois de septembre pour dévoiler sa toute première ligne de make-up estampillée « Asos ». Sa gamme comprenant 46 références vise clairement un public entre 20 et 30 ans, pour que ces dernières puissent s’amuser avec les textures et les couleurs à un prix très abordable.

    KKW BEAUTY

    L’autre star à avoir réussi son entrée dans le monde des cosmétiques cette année est Kim Kardashian, dont la marque KKW Beauty a immédiatement bénéficié de la renommée de la star de télé-réalité. Au mois de juin, ses kits de contouring « Contour and Highlight » ont été épuisés en à peine quelques heures. La collection a ensuite connu plusieurs ajouts, avec des rouges à lèvres liquides et une gamme d’highlighters « Ultralight Beam ». La star a aussi fait une entrée remarquée dans l’univers de la parfumerie avec le lancement de sa marque KKW Fragrance et trois parfums rapidement écoulés courant novembre.

    PAT MCGRATH

    L’emblématique maquilleuse Pat McGrath a commencé à construire son empire de la beauté avec sa marquePat McGrath Labs dès 2015, mais cette année l’entrepreneure star a ajouté des produits plus abordables distribués par Sephora et sur son site internet. La star a aussi fait parler d’elle en novembre lorsqu’elle s’est associée à la chanteuse Maggie Lindemann pour devenir la première entrepreneure à vendre des produits sur Spotify, le service de streaming musical.

    7-ELEVEN

    C’est l’une des marques de beauté les plus inattendues de l’année, celle lancée par la marque de supérettes américaines 7-Eleven cet automne. Sa collection comprend 40 produits estampillés « Simply Me Beauty » et vise un public jeune et actif en mettant l’accent sur des prix limités et une vision très mode.

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [E-COMMERCE] | Les #marques de #luxe se #rebiffent contre les #plateformes #e-commerce |@ECOMMERCEMAG

    DE DALILA BOUAZIZ | ECOMMERCE MAG | http://bit.ly/2AF4bJH

    Les #marques de #luxe se #rebiffent contre les #plateformes #e-commerce

    La Cour de Justice de l'Union européenne a tranché en faveur des marques de luxe, dans une décision prise mercredi 6 décembre 2017. Celles-ci peuvent interdire à leurs distributeurs agréés de vendre leurs produits sur des plateformes e-commerce comme Amazon, au nom de la préservation de leur image.

    Les marques de luxe peuvent dorénavant interdire à leurs distributeurs agréés de vendre leurs produits sur des sites d'e-commerce tiers comme Amazon ou eBay. La Cour de Justice de l'Union européenne a en effet tranché favorablement dans un litige opposant le parfumeur Coty - qui détient les licences de Marc Jacobs, Burberry ou Cerruti notamment - à un de ses distributeurs allemands, dans une décision publiée ce 6 décembre, au nom de la préservation de l'image de sa marque et du prestige des produits vendus. Ce distributeur, Parfümerie Akzente, a intenté un recours contre l'interdiction qui lui a été faite contractuellement de revendre les produits de Coty sur la plateforme Amazon en Allemagne.

    Néanmoins, la Cour a précisé que les distributeurs agréés de Coty peuvent continuer à vendre sur Internet à la condition qu'ils utilisent leur propre site e-commerce mais ont pour interdiction de vendre en ligne les produits par l'intermédiaire de plateformes électroniques comme Amazon qui opèrent de façon visible à l'égard des clients.

     

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [BAROMETRE] | Promise Consulting et Exane BNP Paribas s’associent pour analyser la santé financière des marques concernant « Brand Desirability and Exclusivity ». Promise Consulting dévoilera prochainement ses résultats du baromètre UK.

    [#LUXURYLAB] [BAROMETRE] | PROMISE CONSULTING ET EXANE BNP PARIBAS

    PROMISE CONSULTING ET EXANE BNP PARIBAS S’ASSOCIENT POUR ANALYSER LA SANTÉ FINANCIERE DES MARQUES DE LUXE

    La mesure de la Désirabilité et de l’Exclusivité mise au point par Promise Consulting est pour la 3ème année consécutive retenue par Exane BNP Paribas qui l’intègre comme une des dimensions de son Indice de la Santé des Marques (« Brand Health Index »). Cet indice est régulièrement mis à jour pour analyser la « vraie » valeur des marques de luxe (mode, sacs, chaussures, accessoires, horlogerie, bijouterie, etc.) et la santé économique et financière des acteurs du secteur.

    Promise Consulting, institut d’études spécialiste de l’évaluation de la performance des stratégies marketing, a mis au point en 2005 deux échelles de mesure des dimensions de Désirabilité et d’Exclusivité des marques de luxe.

    Cette métrique éprouvée sur un plan international s’appuie sur une collecte de données régulièrement mise à jour auprès des plus riches clients dans l’univers du luxe (mode et beauté).

    Après trois publications sur la France, la Chine et les USA, les résultats publiés aujourd’hui par EXANE BNP sur le UK confirme la pertinence de la mesure pour comprendre les leviers de croissance des marques, analyser leur performance économique et financière et au final statuer sur leur valorisation en anticipant les marques montantes ou descendantes dans un avenir proche.

    A cet égard, notre Baromètre synthétise dans deux échelles éprouvées les nombreux critères habituellement utilisés par les consommateurs pour hiérarchiser les marques de grand luxe entre elles.

    Notre mesure Exclusivité & Désirabilité établit le lien entre le Marketing et l’Analyse Financière. Ainsi les résultats de notre baromètre conjoint avec Exane BNP reposent sur deux angles d’expertise très complémentaires, apportant une valeur ajoutée unique aux dirigeants, aux décideurs et aux actionnaires dans le secteur du luxe.

    Nous sommes particulièrement fiers d’être intégré dans le Brand Health Index d’Exane BNP, une évaluation de référence des marques pour les décideurs, les investisseurs, les actionnaires et les dirigeants de fonds d’investissement. 

    Si vous souhaitez être informé en avant-première des résultats pour votre marque concernant la mesure en cours, n'hésitez pas à nous contactez : philippe.jourdan@promiseconsultinginc.com

    Lire le communiqué de presse intégralement : http://bit.ly/2zZfUUV

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [SHOP] | #First #Tom #Ford #Beauty Store Opens in #London | @BUSINESSWIRE

    FROM | BUSINESSWIRE | http://bit.ly/2jkMC9l

    #First #Tom #Ford #Beauty Store Opens in #London

    Debuting on November 20, 2017, the first TOM FORD beauty standalone store is the ultimate in luxury beauté, expressed through Tom Ford’s singular vision. Located in historic Covent Garden (3 The Market Building) this store is a pivotal moment in the evolution of the brand.

    The new design of light and layered grey glass sculpture creates a visually arresting play on objects and space while highlighting his collection of makeup, skincare and fragrance for women and men. Tom Ford’s inimitable touch reverberates in every dimension of the store, beginning with the LED screens lining the façade with the latest campaigns. Halos of light and floating white marble slabs showcase the exquisite design of his products, fully immersing you in the convergence of glamour and technology for the most luxurious retail environment. A complete vision of the breadth of the world of TOM FORD BEAUTY, each room in the 130 square meter store features its own enhanced shopping experiences, equipped with various digital technologies that unite technical innovation, bespoke sculptural design and the most coveted customer services.

    First, Tom Ford, Beauty, London

    COLOR ROOM
    Discover the latest launches, most wanted colors, and augmented reality, that allow customers to virtually try on shades from the highly coveted lip color collection.

    FRAGRANCE ROOM
    Enter Tom Ford’s personal scent laboratory, where the brand is transforming how consumers trial fragrance. The room features a dedicated interactive scenting installation where guests can digitally explore the unconventional scents that make up the artisanal Private Blend Collection. A dramming bar offers customized services, from luxury sampling to scent styling.

    Explore the Oud and Neroli Portofino Collections, the Tom Ford for Men skincare and grooming collection and a luxury gifting station.

    MAKEUP ROOM
    An intimate room that offers personalized makeup services and demonstrations by a Tom Ford Beauty Specialist. For the first time, customers can record their makeup applications for use at home as a personalized how-to, sent with a shopping list of products used throughout the service.

    PRIVATE MAKEUP SERVICES ROOM
    The Private Makeup Services Room provides appointment-only services bookable online and in store, with Tom Ford Beauty Specialists. The brand offers fragrance customization and makeup services such as application, Tom Ford’s Shade and Illuminate philosophy, definitive brows, VIP masterclasses and bridal services.

    There is also the opportunity to record your customized how-to for these services.

    VIP/EVENT SPACE
    This is the ultimate space for private cosmetic and fragrance one-to-one consultations.

     The sculptural and lighting design and digital screens create the most exclusive space to showcase the products.

    GROOMING ROOM
    Experience the Tom Ford for Men skincare and grooming collection in London’s most luxurious space for men. Guests can choose from a range of exclusive grooming services by an expert barber, including a Beard Trim, the Express Facial, and a classic hot towel, close-cut Wet Shave, all bookable online at tomfordbeauty.co.uk/appointments.

     

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [LAUCH] | #7-Eleven #launches #beauty brand with impulse #buys in mind | @PREMIUMBEAUTYNEWS

    DE AFP / RELAXNEWS | PREMUIM BEAUTY NEWS | http://bit.ly/2hON9jr

    #7-Eleven #launches #beauty brand with impulse #buys in mind

    Convenience store 7-Eleven is hoping to become the next big beauty destination, thanks to the launch of its debut cosmetics line. The chain store has unveiled a brand-new 40-piece makeup collection titled ‘Simply Me Beauty,’ designed with millennial consumers in mind.

    Described by the retailer as an “affordable, fashion-forward line of makeup,” the Simply Me Beauty brand covers cosmetics and accessories for the face, eyes and lips, with all items priced between US $3 and US $5. From eyeshadow palettes and highlighters to BB foundation creams and eyebrow wax, the collection is positioning itself as a catch-all beauty range for women on the go, banking on the convenience factor of shoppers being able to pick up a bronzer alongside their morning coffee. As well as the traditional mascara, lip gloss and powder compact beauty offerings, the line will also feature tools such as false eyelashes, makeup remover, nail buffers, brushes and blender sponges.

    group2facefront.jpg

    “Much of the time, makeup items like lip and eye colours are spur-of-the-moment, impulse buys,” said Joy Pico, 7-Eleven category manager, in a statement. “If the price is right, that makes it easier to justify. For a millennial working woman wanting to refresh her makeup while grabbing lunch at 7-Eleven stores, Simply Me Beauty is a welcomed offering and is priced just right for her.”

    The beauty launch, which is set for the Holiday season, will see the line made available at special ‘Gorgeous on the Go’ displays established exclusively at 7-Eleven stores. The brand operates, franchises or licenses 10,900 stores across North America. 7-Eleven also has a presence in Australia, Asia and Scandinavia.

    The beauty products industry is currently worth US$46 billion, and forecast to increase by 12% by 2020. Drug stores and supermarkets have 30 percent of the market, so it makes sense that 7-Eleven wants its slice of the pie, and it isn’t the only mass retailer cashing in on the potential opportunity — earlier this year the pharmacy giant Walgreens targeted younger makeup fans with the launch of a new 160-piece cosmetics collection called CYO.
    In fact, a slew of new makeup lines have appeared on the scene in 2017, with everyone from online fashion retailer Asos and manicure brand Nails Inc, to Rihanna and Kim Kardashian launching own-brand beauty collections.

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [CONCEPT] | #Morgan propose une #nouvelle #expérience #shopping avec son #Appartement | @RELATIONCLIENTMAG.FR

    DE DALIDA BOUAZIZ | RELATION CLIENT MAG.FR | http://bit.ly/2AZwn97

    #Morgan propose une #nouvelle #expérience #shopping avec son #Appartement

    Des conseils personnalisés avec des stylistes, des séances de shopping privatisées, la nouvelle boutique de l'enseigne Morgan du groupe Beaumanoir, l'Appartement, située dans le premier arrondissement parisien, propose une expérience shopping différente de ses autres points de vente.

    "L'Appartement est le résultat d'une envie d'offrir plus que de la mode : c'est l'occasion unique de faire partager ce lifestyle de séduction si cher à la marque, d'accompagner chaque femme à chaque instant de vie , de continuer à la faire rêver et d'innover pour toujours la surprendre", explique l'enseigne Morgan.

    Le nouveau concept de Morgan, l'Appartement situé 11 avenue de l'Opéra dans le 1er arrondissement parisien, met en lumière les pièces les plus tendances des collections et répond à la volonté d'une interaction plus intimiste avec la cliente. La démarche de communication suit cette ligne et joue du bouche-à-oreille et autres diffusions digitales: L'appartement se veut un "lieu précurseur pour initiées connectées".

    dsc01011-defbis.jpg

    Ce lieu de 87m2 est pensé comme un lieu de vie et de symbiose entre mode, féminité, décoration et découverte. La prise de rendez-vous avec la styliste se fait uniquement via le site lappartementmorgan.fr. La cliente doit remplir un mini-questionnaire rempli afin que l'experte puisse proposer une sélection sur-mesure, un service gratuit. L'Appartement est aussi un lieu de découvertes et de rencontres. Chaque semaine, des déjeuners gourmands et afterwork sont organisés avec la présence d'influenceuses mode et beauté, des artistes, etc. Pour des évènements particuliers, Morgan propose également de privatiser le lieu à partir de trois heures et aide dans l'organisation de meetings, enterrement de vie de jeune fille ou shopping privatif.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [SUSTAINABLE DEVELOPMENT] | #Guerlain, #luxury #cosmetics flag-bearer for #sustainable #development | @PREMIUM BEAUTYNEWS

    DE FRISTEL MILET | PREMIUM BEAUTY NEWS | http://bit.ly/2hLXpcr

    #Guerlain, #luxury #cosmetics flag-bearer for #sustainable #development

    Spurred on by CEO Laurent Boillot, Guerlain included sustainable development to the company’s strategy as soon as 2007. Although they had remained discreet about their approach since then, the brand has just published a third report celebrating “10 years of sustainable commitment, In the Name of Beauty”, highlighting both their achievements and ambitions for 2020. The decision to finally communicate on this resulted from a nurtured strategic commitment for the future, on all levels. Sandrine Sommer, Sustainable Development Director of the prestigious brand, detailed its content and scope for Premium Beauty News.

    Premium Beauty News - In 2007, luxury and sustainable development hardly worked hand in hand. How was this initiative born? 

    Sandrine Sommer - It was born from a strong-willed man, Laurent Boillot, who had just taken over Maison Guerlain. Sustainable commitment was mainly a personal belief. But beyond that, sustainable development definitely had to be an integral part of the company’s strategy to develop, pass on, and preserve Guerlain’s heritage.

    Premium Beauty News - Protection of bees (they are the Maison’s emblem), biodiversity, climate, eco-design, social responsibility… your commitment is global and you have already made very concrete achievements, like the new Orchidée Impériale pack lightened by 60%. After 10 years, what are your greatest satisfactions?

    Sandrine Sommer - Internal mobilization and involvement, first. From the very beginning, we implemented an efficient collaborative organization with a “sustainable development” steering committee composed of 18 people from every department in the company. For sustainable development to be a project on the level of the whole company, with a real will to change and the right structure to do it, and for our employees to be the best ambassadors, it was essential for me to have all trades involved and get one referent per department. In addition, I am very proud of having brought up to date the Abeille bottles, making them indefinitely refillable, thanks to our perfume fountains. To me, the perfumer Guerlain concept embodies sustainable luxury. And we have great ambitions to gradually deploy the concept.

    Guerlain, luxury, cosmetics, sustainable development

    Premium Beauty News - What are your objectives for 2020?

    Sandrine Sommer - There are many of them, but they can be grouped into four main challenges: biodiversity preservation. We already work with sustainable sourcing players for Guerlain’s iconic raw materials. Also, we have made a lot of efforts for bee protection, in particular on Brittany’s Île d’Ouessant, and we are now developing our projects on the global level. The second challenge for us is ecodesign. It is probably one of the most complex. The idea is to make things as, or even more beautiful, while preserving the planet’s resources. We aim for 100% of our new products to be ecodesigned by 2020. Then, as far as climate is concerned, we have committed to reduce our CO2 emissions by half compared to 2007, for example by choosing maritime transport. Lastly, as regards social responsibility, definitely one of our own priorities, we support a global association dedicated to self-esteem: Look Good Feel Better. They offer women receiving cancer treatment free beauty workshops in hospitals. By 2020, we would like to be able to support them in all countries where Guerlain has settled.

    Premium Beauty News - How did the transition go with your suppliers?

    Sandrine Sommer - We worked together with the LVMH Perfume & Cosmetics branch to develop a responsible purchasing charter and define a number of guidelines that would help us make progress. The charter was co-set up with steering suppliers and is used as a working basis to go forward together, that was most important.

    Premium Beauty News - How did you make the notions of environmental protection and luxury match?

    Sandrine Sommer - They are not incompatible, there are actually matching elements between luxury and sustainable development that are almost natural, even consubstantial, in particular the notions of long periods of time, of the selection of rare and precious raw materials that require protection, or of know-how that needs to be passed on…

    On the contrary, it can be difficult to communicate, because we are aware of the fact that we are not exemplary yet – no one is. It is an issue on which we have been innovating on a daily basis. Many luxury companies have been working for a long time on this, but they do not make it public that much. Guerlain has only just started, but we still want to keep humble and sincere in how we do it. It is a continuous improvement process, a long, step-by-step building process, without compromising on the quality and prestige perceived with luxury houses.

    The “green” vision of sustainable development is behind us now. It is time to highlight beautiful, sustainable innovations to reconcile both. That is what the challenge involves.

    Premium Beauty News - Is your public ready to hear these arguments?

    Sandrine Sommer - The luxury public is getting increasingly sensitive to this. To our customers, it is just obvious, as long as you are a luxury brand, you should do things well. It is up to us to go farther and anticipate their questions and aspirations. For example, we have communicated on our rare, natural materials for long. Today, we are going further, by putting an emphasis on our commitment to protect biodiversity in light of these rare ecosystems.

    We have a prescribing, training role: it is up to us to raise customer awareness.

    Premium Beauty News - How are you going to communicate on this issue?

    Sandrine Sommer - Every year, we organize two events at Guerlain Champs-Élysées to put forward committed men and women. These players work on Sustainable Development on a daily basis. They come to share their experiences with a concerned public, my counterparts from different companies and industries, associations, all our stakeholders… It is a different way to communicate, but we do believe in the pollination of ideas and the strength of committed networks.