Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Promise [Luxury Blog]

  • Imprimer

    #Luxury #Shoppers Crowd #London for #Brexit bargains [@adetem @LuxuryDaily]

    NOVEMBER, 30, 2016.

    London: While the prospect of Brexit is weighing on much of the British economy, tourism and luxury goods businesses are cashing in on bargain-hungry visitors lured by the slide in the pound.

    [LIRE L'ARTICLE DANS BUSINESS NEWS] 

    London’s tourism agency says sales of goods eligible for sales-tax exemption have gone up by a third since the Brexit vote in June, which sent the pound sterling plunging against the euro and dollar. ”We calculated that over the last four months it’s been about 12% cheaper for Europeans to come and shop here,” said Chris Gottlieb, head of leisure marketing at the agency London & Partners. The pound is now at 1.17 euros compared with 1.3 euros before the shock vote to leave the European Union, while it has also fallen to US$1.25 from US$1.49. The result is that London has become the cheapest city for luxury goods shopping in the world in dollar terms, according to a study by Deloitte.

    ‘GOING TO SPEND MUCH MORE’

    In tourist areas, the effects are evident. ”We’re going to spend much more money than we planned to,” said Radostina Nonova, a Bulgarian tourist, laughing as she lugged her bags on Carnaby Street - in the heart of London’s shopping district. ”We didn’t plan to shop too much but it’s obvious that the prices are very good for us. ”So we shop and we can afford to eat and drink outside. That was not possible years ago,” she said.

    French tourist Christophe Disic said he did not come just because the pound was low but “when we changed our money we realised we had a few more pounds for fewer euros”. When speaking to US tourists, shopkeepers are quick to take out their calculators. ”We’re an American brand. Our products are designed and assembled in the States. But with the weakening of the pound it actually happens to be cheaper for the American tourists to buy an American product in London,” said Denis Sagajevs, who works in Shinola, a shop selling watches and leather accessories. ”It’s affected by the fact that they can claim VAT on their way back. We pretty much on a day-to-day basis explain that to customers from the States. It happens to be quite a strong sales driver,” he said.

    50 PER CENT INCREASE IN SHOPPERS

    Some shops are adapting their advertising and sales tactics to the new consumer behaviour. ”Before the vote, European tourists were couples who came to be together and maybe bought a couple of things,” said James, the manager of a luxury men’s clothes shop on Carnaby Street. ”Now, there are groups of friends who rush in. They grab everything they can carry.” James estimated that European and US shoppers coming to his store have increased by around 50%. Instead of spending on costly advertising in British newspapers as it did before, his firm is changing tactic to appeal more to overseas visitors. They have put up signs outside Underground train stations near the shop.

    But there are doubts about how long the boom can last. While the good health of the British economy was confirmed by solid growth of 0.5% in the third quarter, the official forecasts for 2017 have been lowered to 1.4% from 2.2%. ”Our British customer sales are not as strong as before the vote and we don’t even know if this tourism boom is going to last,” James said. - AFP

  • Imprimer

    Inside #Fidel #Castro’s life of #luxury and ladies while country starved [#cuba @adetem]

    castro, new-york post, cuba

    FROM THE NEW YORK POST, BY LAURA ITALIANO, NOVEMBER, 27, 2016

    With his shaggy beard and rumpled, olive-drab fatigues, Fidel Castro presented himself to the world as a modest man of the people. At times, he claimed he made just 900 pesos ($43) a month and lived in a “fisherman’s hut” somewhere on the beach.

    But Castro’s public image was a carefully crafted myth, more fiction than fact.

    “While his people suffered, Fidel Castro lived in comfort — keeping everything, including his eight children, his many mistresses, even his wife, a secret,” wrote Juan Reinaldo Sanchez, Castro’s longtime bodyguard. Sanchez’s book, “The Double Life of Fidel Castro: My 17 Years as Personal Bodyguard to El Líder Maximo,” describes his former boss’s hidden life of political ruthlessness, mistresses and greed.

    Castro, who died Friday night at 90, made a personal fortune offering safe haven to drug traffickers, bedded a bevy of women over the decades, and once threatened his own brother, Raul, with execution when the brother lapsed into alcoholism in the ’90s, Sanchez’s book reveals.

    Amazingly, most Cubans had no idea how, or even where, their secretive strongman actually lived. Even his first and second wives were kept out of the public eye — as was their leader’s two-timing. Castro cheated on his first wife, the upper-middle-class Mirta Diaz-Balart, with Natalia Revuelta. “With her green eyes, her perfect face and her natural charm,” Revuelta was one of Havana’s most beautiful women, Sanchez wrote — no matter that she, too, was married at the start of their mid-’50s affair. Diaz-Balart would bear Castro his first “official” son, Fidel Jr. or “Fidelito,” and Revuelta would bear Castro his only daughter, Alina.

    Castro cheated, too, on his second wife, seducing “comrade Celia Sanchez, his private secretary, confidante and guard dog for 30 or so years,” Sanchez wrote. Castro also bedded his English interpreter, his French interpreter, and a Cuban airline stewardess who attended him on foreign trips, Sanchez wrote. “He doubtless had other relationships that I did not know about,” Sanchez wrote. Castro kept 20 luxurious properties throughout the Caribbean nation, including his own island, accessed via a yacht decorated entirely in exotic wood imported from Angola, Sanchez wrote. Taking control of Cuba on New Year’s Day 1959, after his guerrilla army routed the quarter-century-long dictatorship of Fulgencio Batista, Castro vowed that unlike his hated predecessor, he’d share the nation’s wealth with its poorest citizens.

    But while he made good on some of his promises to educate and care for his people — building free schools and hospitals with the help of his Soviet sponsors — Castro’s legacy was also one of repression and hypocrisy. Deep poverty persisted — teen prostitution, crumbling houses, food rations. Political opponents were executed by the thousands by firing squad, or sentenced to decades of hard labor. Castro had as many as 11 children with four women — only two of whom he was married to — and numerous other mistresses, Sanchez wrote.

    Only those closest to him knew of these affairs. The only woman who dared to cause him any public scandal was his rebellious daughter, Alina Fernandez Revuelta. “I remember her in the 1980s, a pretty young woman who had become a model,” Sanchez wrote. “One day, when I was in Fidel’s anteroom, Pepín Naranjo, his aide-de-camp, showed up with a copy of the magazine Cuba. “Spread across its second page, Alina could be admired posing on a sailboat in a bikini, in an advertisement for Havana Club rum.” “What on earth is this?” Fidel exclaimed, according to Sanchez. “Call Alina, at once!”

    What followed was an epic father-daughter blowout.

    "Two hours later, Alina strode into his office, not in the least ­intimidated,” Sanchez recalled. “The ensuing argument was the most memorable of them all: Shouting reverberated all over the room, shaking the walls of the presidential office.” “Everybody knows you are my daughter! Posing in a bikini like that is unseemly!” Castro raged. Several years later, in 1993, Fidel learned through his secret service that Alina was plotting to flee to the United States.

    “I am warning you: Alina must not leave Cuba under any pretext or in any way,” Castro told his head bodyguard, Col. Jose Delgado Castro, according to Sanchez. “You’ve been warned.” Two months later, Alina put on a wig, packed a false Spanish passport, and, with the help of a network of international accomplices, sneaked out of Cuba. This, too, ignited the dictator’s temper. “One rarely sees the Comandante allowing his anger to explode,” Sanchez wrote. “In 17 years, I saw it only twice. But when Pepín broke the unpleasant news to him that day, Fidel went mad with rage. “Standing up, he stamped his feet on the ground while pointing his two index fingers down to his toes and waving them around.” “What a band of incompetent fools!” he cried. “I want those responsible! I demand a report! I want to know how all this could have happened!”

    Alina remains one of her father’s most outspoken opponents. “When people tell me he’s a dictator, I tell them that’s not the right word,” she told the Miami Herald. “Strictly speaking, Fidel is a tyrant.” Castro’s second wife and widow, Dalia Soto del Valle, is the least known of Castro’s women, Sanchez noted. They met in 1961. Castro noticed her in the audience as he gave an open-air speech, Sanchez remembered.

    “Fidel spotted in the first row a gorgeous girl with whom he rapidly started exchanging furtive and meaningful glances,” Sanchez wrote. After being vetted by his aide-de-camp, del Valle was installed in a discreet house just outside Havana. Eventually, they married and had five sons, who grew up in hidden luxury on an estate outside Havana. “With its orange, lemon, mandarin, grapefruit and banana trees, the estate resembled a veritable garden of Eden — especially if one compared it with the notorious ration book that all Cubans had to use to buy food,” Sanchez wrote.

    Each member of the family possessed his or her own cow, “so as to satisfy each one’s individual taste, since the acidity and creaminess of fresh milk varies from one cow to another.” Disloyalty exacted a heavy price. Dissidents were jailed for as little as handing out books on democracy. Castro himself displayed little loyalty, either professionally or personally. Even his closest aides faced execution if it suited his agenda. In the late ’80s, when an international scandal brewed over Castro’s exchanges of safe haven for cash with Colombian cocaine traffickers, Castro had no problem throwing those closest to him under the bus. “Very simply, a huge drug-trafficking transaction was being carried out at the highest echelons of the state,” Sanchez wrote.Castro “was directing illegal operations like a real godfather,” Sanchez wrote.Revolutionary Gen. Arnaldo Ochoa, who had fought alongside Fidel and Raul Castro, was at the center of the drug dealings, Sanchez said.

    But when the US caught wind, Castro vowed an “official inquiry.” Raul was forced to watch on closed-circuit TV as a kangaroo court tried and convicted Ochoa — and then to watch the general’s execution by firing squad. “Castro made us watch it,” Sanchez recalled. “That’s what the Comandante was capable of to keep his power: not just of killing but also of humiliating and reducing to nothing men who had served him devotedly.” After Ochoa’s death, Raul plunged into alcoholism, drowning his grief and humiliation with vodka. “Listen, I’m talking to you as a brother,” Castro warned him. “Swear to me that you will come out of this lamentable state and I promise you nothing will happen to you.” Raul, who perhaps knew best what his brother was capable of, complied.

    [LIRE L'ARTICLE EN ENTIER]

  • Imprimer

    [@pointsdevente]- Face à la crise, quelle posture pour les marques de luxe françaises ? [@adetem @luxurysociety]

    Quelle est la meilleure attitude à adopter pour les marques luxe françaises ?

    Propos recueillis par Cécile Buffard

    [Philippe Jourdan]. Elles possèdent de solides atouts. On ne construit pas une marque de luxe en quelques années. Les acteurs mythiques ont construit leur image, leur activité, leur savoir-faire et leur position sur un temps long. Après, ce n'est pas parce qu'on dispose d'un temps long qu'on ne peut pas le bousculer.

    Oui, il y a une élégance à la française, une vision de la femme française qui plaît avec une vraie tradition de savoir-faire. Ce qui est compliqué, c'est que nous ne sommes pas les seuls acteurs. Je crois beaucoup aux marques italiennes même si on a longtemps cru que l'Italie resterait l'atelier de nos marques de mode.

    De la même façon, il existe aux États-Unis de très nombreuses marques de luxe dont certaines ne servent que les clientèles américaine et anglosaxonne et qui sont de vraies concurrentes aux marques françaises. D'une façon générale, on ne développe pas de la même façon un secteur qui affiche 1 % de croissance au lieu de 5 %. Mais si le marché est compliqué, je ne crois pas à la mort du luxe. Ce n'est pas pour rien que dans toutes les civilisations, on a consacré autant de dépenses, d'énergie, et de ressources dans l'économie du luxe. Quel que soit le contexte, le luxe est intemporel. 

    [LIRE LA SUITE DE L'INTERVIEW SUR CE BLOG]

    [LIRE L'INTERVIEW DANS POINT DE VENTE]

  • Imprimer

    [@pointsdevente]- Faut-il céder à la tentation du #masstige ? [@adetem @luxurysociety][Philippe Jourdan]. Si l'idée est de substituer au prestige le masstige parce que le ralentissement de l'économie oblige les actionnaires à maintenir ou à aller chercher

    Faut-il céder à la tentation du masstige, à mi-chemin entre mass market et prestige?

    Propos recueillis par Cécile Buffard pour Points de Vente

    [Philippe Jourdan]. Si l'idée est de substituer au prestige le masstige parce que le ralentissement de l'économie oblige les actionnaires à maintenir ou à aller chercher des volumes dans une confusion des genres, je réponds non. En revanche, certaines marques du mass peuvent adopter temporairement les codes du luxe. C'est une stratégie qui plaît beaucoup aux jeunes clientes, adeptes du mix and match. Reste, toutefois, la question du futur. Quand, dans vingt ans, les Millennials auront grandi, préféreront-ils toujours le masstige au prestige? Il faut, également, démystifier la recette du masstige qui consiste à fabriquer des copies des modèles de la haute couture avec des matières premières et un savoir-faire de moindre qualité. Sur ce sujet, je serai plus sévère que Coco Chanel qui disait se moquer de la copie. Quand on s'approprie les codes d'une marque, dans le secteur de la santé on appelle ça un générique, dans la mode c'est une contrefaçon.

    [LIRE LA SUITE DE L'INTERVIEW SUR CE BLOG]

    [LIRE L'INTERVIEW DANS POINT DE VENTE]

  • Imprimer

    [@pointsdevente] - Le premium est-il un concurrent du #luxe ? [@adetem @luxurysociety]

    Le premium est-il un concurrent du luxe?

    Propos recueillis par Cécile Buffard

    [Philippe Jourdan]. Cela peut être un mot fourre-tout pour cacher la volonté des acteurs du mass market de vouloir s'élever - en vain - vers le luxe. Cela dit, certaines marques ont su créer des phénomènes de collections, collaborer avec des personnalités et, au final, produire de la rareté, de l'exclusivité et une créativité forte sur quelques pièces. Elles se sont revendiquées premium car elles ont mis les pieds dans le luxe, soit par la qualité des matières, soit par le choix d'un créateur artistique, une communication bien faite et une commercialisation de niche ou limitée dans le temps. Les retombées en termes d'image sinon économiques de ces opérations sont toujours alléchantes. Ce qui explique le nombre de collections capsules qui émergent sur le marché.

    [LIRE LA SUITE DE L'INTERVIEW SUR CE BLOG]

    [LIRE L'INTERVIEW DANS POINT DE VENTE]

  • Imprimer

    [@pointsdevente]- Le #multicanal, une bonne stratégie pour les marques de luxe ? [@adetem @luxurysociety][Philippe Jourdan]. Oui, les frontières sont plus perméables. Nous avons eu deux grands modèles de développement des marques de luxe et c'est probable

    La diversité des canaux participe-t-elle de la démocratisation du luxe ?

    [Philippe Jourdan]. Oui, les frontières sont plus perméables. Nous avons eu deux grands modèles de développement des marques de luxe et c'est probablement un troisième qui est en train de révolutionner le marché. Après l'explosion des franchises et licences, en particulier aux États-Unis, les marques ont voulu retrouver la maîtrise de leur distribution et de leur image en ouvrant des flagships.

    Aujourd'hui, l'arrivée du digital rebat les cartes du marché. Les consommateurs ont accès immédiatement aux informations, photos, vidéos et surtout au prix des articles de luxe. Ce n'est plus tabou. Résultat, on observe dans les magasins des comportements très différents de ceux de la clientèle de luxe habituelle qui ne s'intéressait au prix qu'au moment de payer. Le consommateur 3.0 n'hésite pas à comparer les prix en magasin cassant, au passage les codes du luxe et ses usages. La fin de non-recevoir de LVMH à Amazon pose la question de la place des parts de marché dans l'écosystème du luxe...

    Devenir un acteur du luxe est compliqué pour Amazon. C'est un environnement qui a ses propres règles, une approche particulière et une théâtralisation de l'offre peu compatible avec le site américain. Cependant, ce qu'il risque d'arriver, c'est que les produits d'une marque soient vendus par les consommateurs eux-mêmes. Sur certaines collections, la rareté des pièces est telle que cela encourage la revente et aux États-Unis, des particuliers fortunés ont quasiment créé des boutiques sur Internet où ils revendent en permanence les anciennes collections. C'est toujours difficile pour l'image d'une marque lorsque l'amont lui échappe. Quand le luxe sort de ses boutiques écrins, le service qui accompagne la vente et l'usage, après l'achat, ne sont plus maîtrisés par la marque. Pour rester une marque de luxe, on doit maîtriser tous les éléments, à chaque étape de la vente. Les places de marché sont un vrai défi pour les marques, auquel elles n'ont pas encore de solution.

    Propos recueillis par Cécile Buffard

    [LIRE LA SUITE DE L'INTERVIEW SUR CE BLOG]

    [LIRE L'INTERVIEW DANS POINT DE VENTE]

     

  • Imprimer

    [@pointsdevente] Se rendre plus accessibles, une bonne stratégie pour les #marques de #luxe ? [@adetem @luxurysociety]

    On voit, depuis quelques années, qu'un nombre croissant de marques de luxe déclinent des versions plus accessibles. Le shopping des hyper riches ne suffit-il plus ?

    [Philippe Jourdan]. Dès que la croissance ralentit, tout le monde cherche à se partager le même gâteau donc la meilleure façon de conserver cette même part, c'est de donner du gâteau à tout le monde ! Il y a des mouvements que l'on observe pour l'instant avec un manque de recul mais qui vont dans ce sens. Que ce soit à l'échelle de toute une collection, ou seulement pour quelques pièces, les marques de luxe s'ouvrent au grand public.

    Le phénomène des égéries est particulièrement parlant. En choisissant des ambassadrices qui ne sont plus dans l'environnement du luxe mais qui vont être des stars plus populaires et aussi plus éphémères, de plus en plus de marques prennent le risque de descendre de leur piédestal. À mon sens, elles n'y ont pas intérêt car elles doivent rester suffisamment intimidantes pour conserver leur aura de marque de luxe. C'est un secteur où le prix perçu doit toujours être plus élevé que le prix réel car l'exclusivité va créer le désir. La vraie marque de luxe est une marque qui impose son style. En baissant d'un ou plusieurs échelons sur l'échelle de la mode, on devient une marque tendance, plus une marque luxueuse.

    [LIRE LA SUITE DE L'INTERVIEW SUR CE BLOG]

    [LIRE L'INTERVIEW DANS POINT DE VENTE]

  • Imprimer

    [@pointsdevente] Le retournement culturel de la #Chine vis-à-vis du #luxe | @luxurysociety @adetem

    Qu'est-ce qui explique ce retournement culturel ?

    [Philippe Jourdan]. Derrière le parti pris politique de lutter contre la corruption, il y a la crainte d'une vraie fracture sociale entre les classes. On se souvient des mouvements de grève à Hong Kong visant les riches Chinois qui viennent dépenser leur fortune dans la ville. Après une croissance fulgurante, les écarts entre les classes sociales sont un problème qui préoccupe le gouvernement de Xi Jinping. À cela, s'ajoute un contexte de repatriation. Quand on parle de la consommation chinoise de produits de luxe, on oublie souvent que 70% des achats réalisés par les Chinois le sont en dehors de la Chine. Ce marché reste très dépendant du tourisme et c'est ce qui en fait sa fragilité. Il n'y a qu'à voir le recul du nombre de touristes chinois en France depuis les attentats. Au lieu de 2,5 millions attendus, les commerçants devront se contenter d'1,6 million de touristes cette année. Et les choses ne vont pas s'arranger car, de plus en plus, le gouvernement chinois affiche sa volonté que la richesse soit dépensée en Chine et rapporte à l'économie du pays.

    Propos recueillis par Cécile Buffard

    [LIRE SUR LE MEME SUJET : "Le tournant Catonien de l'Empire du Milieu (...)]

    [LIRE LA SUITE DE L'INTERVIEW SUR CE BLOG]

    [LIRE L'INTERVIEW DANS POINT DE VENTE]

  • Imprimer

    [@pointsdevente] Que cache le repli de l'horlogerie de #luxe ?| #montres @adetem @luxurysociety

    [Philippe Jourdan]. Deux facteurs importants sont à prendre en compte pour comprendre ce phénomène de repli. D'abord, il y a la lutte contre la corruption menée par le régime chinois actuel qui a engendré une focalisation sur ce type de biens de luxe possédés par l'élite chinoise. Ces objets ont été pointés du doigt car ils étaient susceptibles d'avoir été acquis à l'issue de corruption active. Les montres enregistrent des taux de recul de -10 % à 12 % depuis deux ou trois années consécutives. Cela devient inquiétant pour les groupes spécialisés où le poids de l'horlogerie est important. Ils vont devoir revoir leurs principes d'actions sur ces marchés.

    Ensuite, et ce qui est moins connu, c'est que cette lutte anti-corruption cache plus qu'un enjeu politique mais un vrai renversement culturel. Quand on relit les discours du président Xi Jinping, on s'aperçoit que derrière ce combat, le thème du retour aux valeurs de Confucius est récurrent. À savoir, renouer avec une certaine forme de sobriété. On ne condamne pas l'enrichissement mais celui-ci doit se développer dans une sphère privée, sans ostentation. Ce qui oblige les marques de luxe à réorienter leur offre, leur communication et leurs valeurs vers une sphère plus intime.

    Propos recueillis par Cécile Buffard

    [LIRE SUR CE BLOG]

    [LIRE L'ARTICLE DANS POINTS DE VENTE]

     

     

  • Imprimer

    Le gros blues des #montres de #luxe [#bfmbusiness #philippejourdan]

    ARTICLE PARU DANS BFM BUSINESS LE 10 OCTOBRE 2016

    [POUR VOIR L'ARTICLE EN ENTIER]

    Sur le même sujet, lire l'éditorial dans l'Opinion : "Le tournant catonien de l'Empire du Milieu : l'enrichissement oui, l'ostentation non !" [CLIQUER ICI]

    Richemont a annoncé ce lundi que ses résultats devraient chuter de 45% au prochain semestre de son exercice décalé. Un symptôme de plus de la crise qui chahute l'industrie horlogère suisse.

    Gros temps sur la montre de luxe. La nouvelle publication de Richemont suit le mouvement de déclin. La maison-mère des horlogers Cartier et Jaeger-LeCoultre a annoncé ce lundi des prévisions inquiétantes pour les six prochains mois. Ses profits devraient chuter de 45%, alors qu'entre avril et août, ses ventes reculaient déjà de 13%.

    Et si ça va mal pour Richemont, la situation de ses concurrents est encore moins enviable. Le groupe de luxe limite la casse grâce à ses marques de joaillerie. Mais si on regarde le seul chiffre d'affaires de Cartier dans les montres, la chute dépasse les 30% selon UBS. Autant dire que chez ceux qui ne font que de la montre -les Patek Philippe, Tissot (Swatch Group), TAG Heuer (LVMH), Piaget ou Rolex- ça va saigner, prédit Philippe Jourdan, spécialiste du luxe chez Promise Consulting;

    Les montres en or, stigmate de la corruption


    montre, or, suisse, horlorgerie, luxeAprès des années de croissance joyeuse, 2015 a marqué le début de la morosité qui plombe toute l'industrie horlogère haut-de-gamme. La faute, en premier lieu, à la lutte contre la corruption en Chine. Depuis 2013, Pékin multiplie les mesures contre "l'habitude de se créer un réseau de relations et d'interdépendances autour de services rendus et de cadeaux remis" souligne Philippe Jourdan. Une politique qui nuit particulièrement aux montres de 20.000 à 100.000 euros, parce qu'affichées au poignet, elles sont plus visibles qu'une bouteille de coûteux cognac ou un joli portefeuille. Et donc plus stigmatisantes. "Les photos des montres en or et platine des leaders politiques et autres personnalités influentes se partagent des millions de fois sur les réseaux sociaux", explique le consultant en luxe.

    Du coup, les riches Chinois et les industriels, qui achètent d'ordinaire ces produits à l'étranger pour ne pas risquer de se faire avoir par les brillants contrefacteurs sur leur territoire, freinent drastiquement leurs achats. Et ça se voit dans les comptes: les exportations de montres-bracelets ont dégringolé de 54% au deuxième trimestre 2016, selon une étude Deloitte. Avec moins de 600 millions de francs suisses de ventes totales (contre 1,3 milliard en début de période), elles atteignent leur plus bas niveau depuis 2011.

    "Le nouveau riche n'a pas de culture horlogère"

    nouveau riche, montre, luxe, horlogerie, suisseEt puis plus globalement, les acheteurs traditionnels de montres de luxe réorientent leurs achats, explique le spécialiste du marché. Par exemple, les montres à complications, que les collectionneurs achetaient en série, attirent peu "le nouveau riche qui n'a pas de culture horlogère", souligne Philippe Jourdan. Ce dernier en achète une seule. Et comme ces marques le vantent dans leurs pubs, le mécanisme est si élaboré que les montres ne tombent jamais en panne. Donc son propriétaire n'a plus jamais besoin de la remplacer. Quant à l'entrée de gamme de la montre de luxe, pointe l'expert "une partie du marché est menacée par les montres connectées".

    Face à ce constat, le remède des horlogers pour sauver leurs ventes pourrait aggraver le mal. Parce que pour inciter des distributeurs de luxe, de plus en plus frileux, à continuer de leur acheter des stocks, les fabricants promettent de reprendre les invendus. Or ces rachats pèsent sur leur trésorerie. Et surtout, ces invendus, les marques les confient ensuite à des revendeurs qui les mettent sur le marché sur des sites spécialisés, à prix cassés. À l'arrivée, souligne Philippe Jourdan, "des ventes moins rentables et des pratiques qui nuisent pour longtemps à l'image d'exclusivité et de prestige de ces marques".

    Par Nina Godart, journaliste.