Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

5.1- Culture - Page 4

  • Imprimer

    Le tournant catonien de l'Empire du Milieu : l'enrichissement oui, l'ostentation non ! (#Chine #luxe #riches]

    Philippe Jourdan

    Professeur à l'Université Paris Est / CEO Promise Consulting

     Jean-Claude Pacitto

    Maître de conférences à l’Université Paris Est / Chercheur associé à l'ESSCA

     

    ARTICLE PARU DANS L'OPINION EN DATE DU 02 NOVEMBRE 2016

    sous le titre : "Le Luxe en Chine : pourquoi le raffinement intimiste va supplanter le bling-bling ?"

    [CLIQUER POUR TELECHARGER UNE IMAGE]

    [CLIQUER POUR RETROUVER L'ARTICLE EN LIGNE]

    chine,luxe,caton,lopinion,bling-bling,montre,xi jipingOn a trop souvent retenu de Caton l'Ancien (234-149 av. J.C.) l’image d'un conservateur borné obsédé par la destruction de Carthage. Il fût bien plus que cela. En effet, Caton fut d'abord et avant tout un homme politique lucide et réaliste. Il avait compris que l'afflux massif des richesses à Rome, suite à la fin de la seconde guerre punique, aurait des conséquences sociales désastreuses et que, s’ajoutant à l'adoption des mœurs politiques et philosophiques grecs dévoyés (dont le culte de la personnalité), il déboucherait à terme sur une fragilisation de la République romaine et un basculement dans un régime où les intérêts privés prendraient inévitablement le dessus sur le souci du collectif. La cupidité (« avaricia ») dont il ne cessa de dénoncer les effets délétères était, pour lui, incompatible avec la recherche du bien commun et la rigueur morale qui avaient toujours été des qualités valorisées dans le cursus politique romain. Dès lors, ses efforts pour limiter l'ostentation des richesses et sa lutte contre la corruption des hommes politiques ne connurent pas de répit. Dès -184 av. J.C., il tente vainement par des mesures coercitives, qui lui valurent le surnom de censeur, de lutter contre les courants de plaisirs, le goût du luxe et l’existence raffinée qui envahit la classe dirigeante romaine, versée dans les affres de la société de consommation.

    chine,luxe,caton,lopinion,bling-bling,montre,xi jipingD'une certaine manière, c'est bien le même combat que même aujourd'hui le président Xi Jinping. On aurait bien tort, en effet, de ne voir dans sa lutte implacable contre la corruption qu'un épisode de plus des luttes de pouvoir au sein de  la nomenklatura communiste. Certes, il y a là un fond de vérité. Mais par son ampleur et ses justifications idéologiques, elle est bien plus que cela. Au fond Xi Jinping établit le même constat que Caton l’Ancien en son temps : la société chinoise a subi, suite aux réformes économiques de Deng Xiaoping, des bouleversements tels qu'ils menacent aujourd'hui sa cohésion. Plus que l’enrichissement, ce sont les travers qu’il engendre qui sont évidemment pointés du doigt : la richesse, oui, son ostentation, non ! De surcroît, il ne pouvait échapper au président chinois que cet enrichissement rapide s’est accompagné, comme ce fût le cas à Rome, de l’adoption de mœurs qualifiées « d’occidentales », tels l’individualisme et l’hédonisme, que le président chinois juge incompatibles avec la culture chinoise.

    chine,luxe,caton,lopinion,bling-bling,montre,xi jiping« L’occidentalisme » n’est plus tendance en Chine, ce qui n’est pas sans conséquence pour le commerce des grandes marques de luxe occidentales, en général, et françaises en particulier. Mais la force de Xi Jinping est d'avoir compris que l'on ne combattrait pas ces nouvelles tendances avec les « oripeaux » de l'idéologie communiste. D'une part, parce que la réalité capitaliste du pays est un fait et, d'autre part, parce que ce retour à l'idéologie serait parfaitement inaudible surtout parmi les jeunes générations. Comme Caton l’Ancien mais de manière plus subtile encore, Xi Jinping en appelle aux valeurs traditionnelles chinoises. Ce n'est pas nouveau chez lui et bien avant 2012 les allusions à Confucius étaient légion dans ses discours. Là, ce ne sont plus des allusions mais une réhabilitation officielle et on a fêté en grandes pompes en 2014 le 2565ème  anniversaire de sa naissance. Confucius, mais pas seulement lui, revient en force et ce n'est pas un hasard. Les Occidentaux voient dans ce qu'ils qualifient volontiers de « récupération » un tournant conservateur visant à promouvoir les valeurs de hiérarchie et d'harmonie du corps social afin de limiter les effets de la contestation sociale. Vision trop limitative car reposant sur un postulat instrumentaliste ! Xi Jinping, comme Poutine en Russie, seraient de parfaits cyniques qui instrumentaliseraient les valeurs à des fins personnelles. Peut-être. Mais dans les deux cas cités, rien interdit de penser qu'ils soient convaincus de la « justesse » de ces valeurs. Xi Jinping, comme Poutine, connait ses classiques !

    chine,luxe,caton,lopinion,bling-bling,montre,xi jipingPour Xi Jinping, l'héritage de Confucius s’inscrit sur le plan de la morale : c'est de rectitude morale, de respect dû aux anciens, de désintéressement, valeurs que corrompent le luxe et l’enrichissement individuel, dont il s’agit ici. Pour Xi Jinping, la Chine doit renouer avec ses traditions anciennes, car il y a toujours, au sein de la société chinoise, cette croyance que l’ouverture à l’Occident s’accompagne d’une perversion morale, à l’image du commerce triangulaire mis en place par les Anglais au 19ème Siècle, dans lequel les opiums du Bengale et de Malwa, produits en Inde, procuraient l’argent métal nécessaire à l’achat du thé chinois exporté à Londres. Le président chinois souligne toujours le fait que les communistes chinois ne sont ni des « nihilistes historiques ni des nihilistes culturels ». La rupture avec le maoïsme de la révolution culturelle est ainsi total et l’appel à la mémoire historique une constante de ses discours. De la même façon, Xi Jinping souligne aussi le fait que politiquement et depuis 5000 ans la Chine a toujours suivi des voies politiques différentes de celles de l'Occident. Façon de signifier à ses interlocuteurs occidentaux que la Chine dissocie développement économique et adoption d'un régime politique libéral et que le libéralisme politique ne fait pas partie de son ADN !

    chine,luxe,caton,lopinion,bling-bling,montre,xi jipingSi les cadeaux sont un élément constitutif de la culture chinoise (le fameux « Guanxi »), l'ostentation des richesses, la cupidité ne le sont pas : ainsi le détournement d’une coutume traditionnelle à des fins égoïstes constitue désormais un crime, un bien mauvais signal pour l’industrie horlogère de luxe, en particulier. Les arguments de Xi Jinping même s'ils se fondent sur des référents culturels forcément différents  de ceux de Caton sont au fond les mêmes : la cupidité et l'individualisme sont des valeurs qui ne peuvent être érigées en modèles et qui à terme détruisent le corps social. Il ne s'agit donc pas de les combattre seulement dans leurs effets (« la corruption ») mais aussi à leur racine (« la cupidité »). Et ce combat ne peut être que culturel. Mais à la différence de Mao, Xi Jinping ne rêve pas d’un Homme Nouveau en faisant table rase du passé. Son objectif est inverse : c'est en ré-enracinant les Chinois dans leur histoire qu'on sera le mieux à même d'éradiquer les effets indésirables de la modernisation économique. Dans un secteur aussi emblématique que le luxe, les conséquences de cette politique sont déjà visibles. Des collections chinoises apparaissent, puisant leur inspiration dans le passé artistique de la Chine avec un mot d’ordre : l’élégance est toujours présente mais pas son corollaire trop tapageur : le « bling-bling ». L’ère est à l’élégance discrète, au luxe de bon goût, au raffinement intimiste, et non plus désormais à l’affirmation sociale de fortunes vite amassées où l’ostentation est une stratégie de différenciation statutaire revendiquée. Le projet économique de Xi Jinping pourrait être celui du conservatisme éclairé (on se souvient de la célèbre formule de François Guizot, « enrichissez-vous par le travail, par l’épargne et la probité »). En tout état de cause, le message de Xi Jinping aux élites est sans ambiguïté : « Enrichissez-vous mais ne le montrez pas ! ».

    Soyons clair : ce qui se déroule actuellement en Chine ne relève pas d'un « sursaut » conjoncturel initié par des dirigeants qu’effraient les conséquences sociales de la modernisation économique. C’est un mouvement de fond, qui puise ses racines dans la Chine millénaire, et c’est toute l’habileté de Xi Jinping de l’avoir compris. Plutôt que de se focaliser sur la seule lutte contre la corruption (en espérant qu’elle prendra fin un jour), les chefs d’entreprises désireux d’exporter et de vendre aux Chinois devraient se plonger dans les classiques de la littérature chinoise, la meilleure manière de prédire quel environnement les attend dans les prochaines années. Une certitude : le capitalisme chinois ne sera pas de facture libérale-libertaire !

  • Imprimer

    "Je ne crois pas à la mort du luxe" (#philippejourdan) [#luxe #Pointsdevente @adetem]

    INTERVIEW PARUE DANS POINTS DE VENTE, 07 NOVEMBRE 2016, N°1202

    [LIRE L'ARTICLE DANS POINTS DE VENTE]

    [TELECHARGER L'ARTICLE]

    Prestigieuses mais challengées, les marques de luxe françaises sont condamnées à évoluer. Moins de croissance, une clientèle qui change et rajeunit, des concurrents digitaux : la liste des défis est longue pour des groupes plus habitués aux bénéfices qu'à la remise en question.

    Philippe Jourdan, associé fondateur de Promise Consulting et Panel On The Web, décrypte pour Points de Vente les différents enjeux du marché du luxe. Pour ce spécialiste du marketing, co-auteur du livre marketing de la Grenouille, les marques ne doivent pas oublier leurs fondamentaux. À savoir: l'intemporalité et la désirabilité du luxe.

    PROPOS RECUEILLIS PAR CÉCILE BUFFARD

    Lire la suite

  • Imprimer

    @L'Oréal Paris' latest #campaign breaks down racial barriers in #beauty [#equality #cosmetics #skintones #perfectmatch #foundation #make-up #diversity #ethnicity]

    L'Oréal Paris' latest campaign breaks down racial barriers in beauty

    By Perdita Nouril, 30-08-2016+, Telegraph, Lifestyle, beauty, Skin

    It's no secret that the lack of diversity in make-up shades is the beauty industry's biggest flaw. This week, L'Oreal Paris has stepped up to the plate with its new campaign for the True Match Super Blendable Foundation. The beauty giant has enlisted 23 celebrities and influencers with a range of skin tones, including Cheryl Fernandez Versini, the beauty blogger Amena Khan, the fitness expert AJ Odudu and the philanthropist and TV presenter Katie Piper.

    L’Oréal manages to match 98% of UK’s skin tones!

    Finally a foundation for everyone, created by the number one beauty brand in the world with their mission to bring the best in beauty to every woman, no matter their ethnicity or background.

    [READ THE ENTIRE ARTICLE]

  • Imprimer

    What is halal skin care and makeup, and what are the trends? [#skincare #makeup #beauty #cosmetics #halal #asia #middle east]

    What is halal skin care and makeup, and what are the trends?

    By Lucy Whitehouse +, cosmeticsdesign-europe, 06-Jul-2016

    Halal is becoming big business for the beauty industry globally, and particularly in Asia: a central focus for this week’s in-cosmetics Korea event, we take a closer look at the trend.

    Kunal Mahajan, project manager of Chemicals & Energy at Kline - top management consulting firm serving the Chemicals industry globally – explains in the article that “halal” can not only be associated with food and beverages, but that its denomination is equally appropriate for pharmaceuticals, personal care, skincare and hair care products.

    But what makes a product halal and why does “halal” become a trend in cosmetics?
    Mahajan outlines the answers in detail in his article: The key contributors to this trend is economics and the changing consumer lifestyle.

    According to Mahajan, top growth regions for halal products will be the Middle East and Asia, particularly South Asia and Southeast Asia.

    [READ THE ENTIRE ARTICLE]

  • Imprimer

    #Vote et #terrorisme : impact sur le Marketing au Sommaire du num. 256 de la #RFM / #Adetem [@adetem]

    EDITORIAL REVUE FRANCAISE DU MARKETING N°256

    Par Philippe Jourdan et Jean-Claude Pacitto, membres du Comité de Rédaction

    uk, brexit, ue, europeLa panique qui s’empare aujourd’hui du peuple anglais après la décision de quitter l’Union Européenne, à l’issue du référendum sur le Brexit, nous remet en mémoire les propos du journaliste et polémiste américain Walter Lippmann, l’un des premiers auteurs à avoir exprimé ses doutes sur la rationalité de l’opinion publique et sur la possibilité de la mesurer avec justesse. Voici ce qu’il écrivait en 1925 dans son ouvrage The Phantom Public (1925) à propos de l’opinion publique : « un public isolé, indifférent et incompétent, à l’humeur versatile et à l’intelligence enfantine, entièrement à la merci des moyens de communication de masse qui construisent le monde à son intention et auxquels il succombe aveuglément ». Voilà qui n’est guère rassurant sur notre aptitude à la mesurer et à la traduire avec justesse dans notre domaine, le marketing. C’est pourtant en partie à cette exercice que les auteurs retenus dans ce numéro se sont prêtés une nouvelle fois !

    Nous avons choisi de réunir dans ce deuxième numéro de l’année 2016 de la Revue Française du Marketing cinq articles très différents : le premier article porte sur l’attitude à l’égard du vote. Les deux suivants abordent le sujet du tourisme, sous l’angle de l’actualité (terrorisme) et d’un nouveau regard sur les facteurs d’influence de la visite des musées. La quatrième contribution porte sur la nouveauté perçue, un concept classique en marketing, mais que les auteurs s’attachent à rattacher à ses fondements théoriques pour mieux le mesurer. Enfin, nous clôturons ce numéro avec un article sur l’analyse des valeurs induites de la co-création à l’aide de la technologie mobile au sein d’un espace marchand dans le cas d’une expérience de restauration.

    printemps, arabe, tunisie, rfm, opinion, publiqueDans le premier article intitulé « Vers une meilleure compréhension de l’attitude à l’égard du vote : impact de l’implication, du cynisme, de l’efficacité perçue, de la crédibilité et de la religiosité », Hager Turki et Feriel Sayadi, tous deux maîtres assistant à l’Université de Carthage, se proposent de mettre en exergue quelques-uns des antécédents de l’attitude à l’égard du vote dans le contexte tunisien. Cinq sont plus particulièrement retenus : l’implication, le cynisme, l’efficacité perçue, la crédibilité et la religiosité. Les auteurs montrent dans un premier temps que les déterminants de l’attitude à l’égard du vote ont changé, à l’issue des renversements de régimes entraînés par le Printemps Arabe : autrefois un devoir sinon un principe moral, le vote est aujourd’hui un droit que les citoyens tunisiens choisissent ou non d’exercer s’ils y trouvent leur intérêt. Il est donc utile pour les leaders politiques nationaux ou locaux de s’interroger sur les antécédents de l’attitude à l’égard du vote, afin d’agir sur les déterminants pré-comportementaux de cet acte volontaire. Or si le marketing politique s’est beaucoup intéressé aux déterminants de l’attitude envers les candidats, les études sont plus rares s’agissant de l’attitude (nouvelle) envers le vote, en Tunisie particulièrement. En effet, dans un régime politique dictatorial, la politique est considérée comme un univers de conflits et de survie des intérêts individuels ou de clans, en vue de s’enrichir et d’accroître son pouvoir. En revanche, en démocratie, la politique est souvent « idéalisée » comme le meilleur moyen de résoudre les problèmes sociaux, en « transformant la volonté des citoyens en décisions politiques », même si la prédisposition favorable au vote n’y est pas nécessairement beaucoup plus élevée. Il existe donc une relation positive entre l’implication envers la politique, l’efficacité perçue du vote, la crédibilité des messages politiques tels qu’ils sont en particulier véhiculés par la publicité et l’attitude à l’égard du vote. En revanche le cynisme, qui traduit une perception négative des citoyens envers leurs dirigeants, exerce un impact négatif envers le vote. Enfin, dans le contexte tunisien, les auteurs postulent que la religiosité définie comme « la force avec laquelle un individu adhère aux principes centraux de sa religion pour les placer au centre de sa vie » (Jackson, 1999), exerce un impact négatif sur l’attitude envers le vote, une traduction de l’antagonisme entre la sphère publique et religieuse. 238 individus ont été interrogés sur Facebook dans le cadre d’un échantillon de convenance en Octobre 2015. Un modèle d’équations structurelles est ensuite adopté, distinguant les déterminants de l’attitude, l’attitude envers le vote et enfin l’intention d’aller voter. Il existe un lien statistiquement significatif entre l’attitude et l’intention s’agissant du fait d’aller voter. La relation entre l’implication et l’attitude est également vérifiée, au même titre que celle entre la crédibilité des messages et l’attitude. En revanche l’efficacité perçue n’est pas prédictive de l’attitude envers le vote : un résultat surprenant que les auteurs mettent sur le compte du manque de recul de la jeune démocratie tunisienne s’agissant de l’efficacité des programmes politiques des partis ainsi cautionnés. La religiosité n’a également pas d’impact significatif, un résultat qui peut s’expliquer par l’ambivalence de la position religieuse « officielle » sur le sujet de la participation démocratique. Enfin, les Tunisiens, bien que développant pour certains une attitude de cynisme envers leurs cadres politiques, ne semblent pas affecter par ce sentiment négatif lorsqu’il s’agit d’aller voter, l’exercice d’un droit nouveau l’emportant sur cette dernière considération. Les conclusions, résumées par les auteurs, prouvent l’existence d’un réel jeu démocratique au sein de la population tunisienne, dont certaines implications font échos à des débats d’actualité chez nous également.

    terrorisme, arabe, vote, religionLe deuxième article nous renvoie à une actualité brûlante et dramatique : celle de l’impact du terrorisme sur l’activité touristique, au cœur du modèle économique de bien des pays d’Afrique du Nord et du Maghreb. Peut-on contourner l’effet dévastateur du terrorisme sur la fréquentation touristique du pays en misant sur la seule image du pays ? C’est la question que pose Lilia Boujbel, enseignant-chercheur à la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Sousse (Tunisie) dans son article intitulé « Tourisme et terrorisme : miser sur l’image du pays ». L’auteur rappelle fort justement dans un premier temps que la peur du terrorisme – dans sa forme aveugle, l’attentat suicide – n’impacte pas uniquement le choix des pays de destination, mais également plus largement le comportement du touriste lors de son séjour. L’article se propose donc d’étudier « l’effet des inquiétudes par rapport au terrorisme sur l’expérience du touriste lors de son séjour, en termes de comportement d’ouverture et d’exploration du pays ». Car si la stabilité et la sécurité sont des déterminants reconnus du choix du pays de destination, ils le sont également du comportement du touriste une fois rendu sur place. Le modèle théorique proposé postule que l’attitude envers le pays, défini par deux dimensions perceptives, hédoniste d’un côté et utilitariste de l’autre, exerce un impact direct sur le comportement d’ouverture et d’exploration par rapport au pays  et modère la relation négative entre le niveau d’inquiétude à l’égard du risque terroriste et ce même comportement d’ouverture et d’exploration. A l’issue d’une expérimentation menée sur 170 touristes français interrogés lors de leur séjour dans la station balnéaire de Sousse en Octobre 2014, l’auteur valide les hypothèses de sa recherche : une attitude forte et favorable envers le pays de destination – telle que mesurée par les deux dimensions hédoniste et utilitariste – agit « comme un rempart face aux effets négatifs des inquiétudes produites par la menace terroriste » s’agissant du comportement d’ouverture et d’exploration du touriste étranger une fois rendu à destination. Une des applications managériales les plus évidentes réside dans l’orientation des messages publicitaires adressés aux touristes inquiets face à la montée des terrorismes pour tenter d’endiguer l’appauvrissement des sources de revenus touristiques pour les pays plus directement touchés.

    musée, tourisme, marketing, frequentationToujours en lien avec le tourisme mais sur un sujet plus léger, le troisième article porte sur l’évaluation de l’expérience de visite au musée. Amélie Clauzel, Caroline Riché et Marion Vidal, respectivement Maîtres de Conférences à l’Université Panthéon-Sorbonne, à l’IAE d’Amiens et l’Université de Reims, s’intéressent à la relation entre la provenance géographique des touristes et le niveau de satisfaction exprimé en ligne à l’issue d’une visite au musée. Cette relation, sujet de l’article « Origine continentale du visiteur et expérience au musée : une approche interculturelle des avis en ligne », est étudiée au travers d’une double méthodologie, quantitative puis qualitative.  Les auteurs soulignent en propos liminaires de leurs travaux que si les avis en ligne ont été abondamment étudiés s’agissant des lieux de séjour (hôtels) et de restauration, peu d’études ont plus spécifiquement portées sur les lieux de visite (musées, sites, etc.) alors même que les recommandations des Internautes ne sont pas « neutres pour leur fréquentation ». Les auteurs insistent sur l’organisation des services culturels – dont les musées font parties – en deux cercles concentriques, le noyau qui délivre le service de base et le cercle périphérique dédié aux services annexes, l’ensemble étant constitutif de « l’expérience muséale », au sein de laquelle les interactions entre les visiteurs et le personnel occupent une place importante. Or l’appréciation de l’expérience globale est fortement conditionnée par la culture d’origine, que l’on peut rattacher au pays d’origine du visiteur, en raison en particulier d’attentes différenciées en termes de services.  L’étude de nature qualitative et quantitative s’appuie sur les évaluations postées (et chiffrées) sur un site communautaire suite à une visite de musée (701 évaluations concernant 6 musées d’art parisiens). Il existe bien un effet de l’origine géographique du visiteur sur l’évaluation : les visiteurs asiatiques ont une propension à la clémence plus marquée que les visiteurs nord-américains, en raison d’un ancrage de référence différent qui, au final, impacte le niveau d’évaluation. On peut aussi arguer que la volonté de « plaire » ou plutôt de ne pas « déplaire » est peut-être davantage le fait de la culture asiatique que de la culture américaine. Sur un plan plus qualitatif, les visiteurs asiatiques valorisent davantage les dimensions hédoniques et esthétiques de l’expérience muséale, alors que les cultures occidentales semblent porter la même attention aux éléments centraux et aux éléments périphériques de l’expérience de service. Du point de vue des applications pratiques, l’article met en valeur des pistes intéressantes de personnalisation de l’expérience selon l’origine culturelle du visiteur et permet d’éclairer utilement le travail du Community Manager en charge de la gestion des évaluations et des réclamations.

    innovation, nouveaute, marketing, echelleLe quatrième article intitulé « la nouveauté perçue : fondements conceptuels et proposition d’une échelle de mesure »  traite d’un concept dont on pourrait penser qu’il a été déjà très étudié en Marketing : la nouveauté perçue. Or les auteurs (Blandine Hetet, enseignant-chercheur à l’IDRAC, Claire-Lise Ackermann, professeure à l’ESC Rennes et Jean-Pierre Matthieu, professeur honoraire à l’UFR de Gestion de Paris 13), au-delà de proposer une échelle de mesure en cinq items seulement, s’attachent à bien dissocier les concepts d’innovation et de nouveauté perçue. En effet, ils rappellent que l’innovation est en soi importante, mais que ce qui importe, au final, c’est qu’elle soit perçue comme telle par le consommateur. En ce sens la nouveauté perçue de l’innovation est au moins aussi importante – sinon plus – que l’innovation elle-même. La nouveauté perçue d’un produit peut donc représenter un critère de choix déterminant du produit pour certains consommateurs. La nouveauté perçue d’une innovation est donc caractérisée – au-delà du critère de nouveauté lui-même - par ceux de récence, d’unicité en termes d’expérience ou d’usage, et de différence par rapport à l’existant au sein d’une catégorie de produits préexistante. Si la nouveauté perçue est fonction du produit, elle peut aussi différer selon les caractéristiques propres de chaque consommateur : ce qui est nouveau pour l’un ne l’est pas nécessairement pour l’autre. Pour la mise au point de leur échelle de mesure, les auteurs ont choisi le compteur d’énergie connecté Linky évalué par 388 répondants en ligne. Au final l’échelle proposée est formée de cinq items mesurant le caractère novateur, unique, différent, nouveau et sortant de l’ordinaire. Les auteurs s’attachent ensuite à montrer que la nouveauté perçue est une variable médiatrice de la relation entre l’innovativité motivationnelle dans ses quatre dimensions sous-jacentes, fonctionnelle, hédoniste, sociale et cognitive et l’attitude à l’égard du produit nouveau. Au final, les résultats sont contrastés s’agissant de l’influence de l’innovativité motivationnelle sur l’attitude à l’égard du produit nouveau, mais ils semblent plus robustes en ce qui concerne le rôle médiateur de la nouveauté perçue. En d’autres termes, l’achat de produit nouveau peut être expliqué par la tendance du consommateur à acheter des produits nouveaux mais cette impact n’est révélé que si le produit est réellement perçu comme nouveau. Dans le cas de l’innovativité fonctionnelle, l’effet indirect via la nouveauté perçue sur l’attitude se révèle même supérieur à l’effet direct. Au final, mesurer l’attitude vis-à-vis d’un nouveau produit mais également sa nouveauté perçue permet une compréhension plus complète de son acceptation par la cible marketing pressentie. Le caractère restrictif de l’innovation évaluée ici – une innovation technologique uniquement – forme une des limites soulignée par les auteurs à la généralisation des résultats de leurs travaux.

    technologie, mobile, marketing, digitalLe dernier article qui clôt ce deuxième numéro de l’année porte sur la co-création au sein d’un espace marchand à l’aide d’une technologie mobile. L’expérience choisie est celle de la restauration : « co-création et technologie mobile au sein d’un espace marchand : quelles valeurs pour le consommateur ? Une application dans le secteur de la restauration » est une contribution singulière proposée par Intissar Abbes, maître assistante à lIHEC de Carthage (Tunisie) et Yousra Hallem, enseignant-chercheur à l’IDRAC. L’expérience de service fait incontestablement de plus en plus souvent appel à la participation du client, sous une forme autodirigée lorsque ce dernier est un simple exécutant ou sous une forme collaborative lorsqu’il est partenaire de l’entreprise et apporteur de solutions. A cet égard, les aides à la vente – bornes interactives, caisses automatiques, self-scanning, catalogues interactifs ou outils de géolocalisation, etc. – n’ont pas manqué de se multiplier dans les nouveaux espaces de vente. Les technologies mobiles digitales désignées sous l’acronyme SSMT pour « Self-Service Mobile Technologies » y occupent une place de plus en plus prépondérante. La digitalisation des applications sur Mobile se traduit par une reconfiguration de l’espace de vente et de l’expérience d’achat. La co-création peut y occuper une place significative, dès lors qu’elles permettent une création de valeur partagée entre le fournisseur, le prestataire et le client. On peut ainsi prendre l’exemple de la marque Adidas qui offre la possibilité à ses clients, via une application digitale, de bénéficier d’un diagnostic d’empreinte automatisé en magasin, de l’imprimer sur une borne interactive et d’être ainsi dirigé vers le type de chaussures le plus adapté à sa morphologie. L’expérimentation menée se déroule dans un bar à salades qui offre aux clients la possibilité de créer leur propre salade à partir d’un grand choix d’ingrédients au moyen d’une application sur IPad, qui fait office de menu. Le choix se fait en trois étapes : la base, les ingrédients à ajouter et enfin le choix de l’assaisonnement. Trente entretiens semi-directifs ont été menés auprès de clients afin de recueillir leurs stratégies interprétatives. Les dimensions structurantes de la co-création en termes de valeurs de Holbrook (1999) ont été plus spécifiquement retenues, en raison de leur pertinence au contexte précité : trois grandes dimensions, les valeurs intrinsèques à l’expérience et orientées vers soi (récréative, émotionnelle, esthétique, d’évasion, d’appropriation), extrinsèques et orientées vers soi (commodité, économique, informationnelle, d’optimisation, d’apprentissage et de réassurance) et enfin extrinsèques et orientées vers les autres (lien social). L’exploitation des trente entretiens menés montre que les douze valeurs de l’expérience ainsi énoncées sont toutes bien représentées et mise en avant par les clients à l’issue de leur expérience de composition de salades personnalisées. Il y a donc une réelle valorisation de l’expérience de co-création – sous toutes ses dimensions sous-jacentes – au moyen d’une application de technologie mobile à l’intérieur même du lieu de consommation. Fait plus intéressant : l’utilisation d’une application individuelle n’isole pas nécessairement le client, même si la préservation d’une sphère d’intimité est souvent mise en avant. En effet, son utilisation est le prétexte à des discussions avec son entourage, voire à un complément d’explications et le personnel du restaurant est alors mis à contribution. On peut simplement suggérer, pour de futures travaux, qu’une hiérarchie de ces douze valeurs soit dégagée (au moyen d’une méthodologie quantitative complémentaire) afin d’opérationnaliser les axes de communication et de service autour de ces aides à la vente réellement innovantes, sous réserve qu’elles ne se traduisent pas également par une tension et une anxiété technologique accrues du client.

    Nous vous souhaitons une agréable lecture des articles que nous avons retenus pour ce numéro. Dans leur grande diversité, ils illustrent la pluralité des centres d’intérêt de nos jeunes chercheurs mais également l’étendue des champs d’application de la recherche en marketing.

    [SE PROCURER UN ARTICLE / S'ABONNER A LA REVUE]

    Philippe JOURDAN - Professeur des Universités - Rédacteur en chef de RFM

    Jean-Claude PACITTO - Maître de Conférences HDR - Rédacteur en chef adjoint de RFM

  • Imprimer

    Immigration et Marketing au Sommaire du num 255 de la #RFM / #ADETEM

    Par Philippe Jourdan et Jean-Claude Pacitto, membres du Comité de Rédaction

    adetem, rfm, marketingLe Marketing doit-il être en prise avec l’actualité de son temps au sens le plus large ? Le débat oppose la communauté des praticiens et des chercheurs. Il n’en reste pas moins que l’acte de consommation s’inscrit dans une démarche citoyenne, parfois militante et toujours sociologique. Or notre période est marquée par une forte poussée migratoire, qui, en dehors même des débats politiques qu’elle alimente, a également un impact sur les modes de consommation ainsi impactés. Dans les nouveaux rapports à la consommation esquissés, se pose bien évidemment le problème de l’acculturation du nouveau (ou futur) consommateur que constitue le migrant.

    Parler pour mieux consommer ? (…)

    immigration, langue, frontière, consommation, markatingOn sait que la non maîtrise de la langue constitue un frein à la consommation. La question qui se pose est donc celle de savoir comment lever ce ou ces freins ? C’est précisément à cette question que se propose de répondre l’auteur de l’article « Parler pour consommer ? Enquête ethnographique autour d’un parcours d’intégration pour adultes migrants ». C’est à travers l’observation fine d’un parcours d’intégration en Allemagne que l’auteur, Virginie Silhouette-Dercourt, maître de conférences à Paris XIII, révèle les nombreux freins à la consommation que soulève la non maîtrise de la langue du pays d’accueil dans différents registres (lexicaux, de repérage, culturels, d’interactions, etc.). Comme le souligne justement l’auteure, les modèles théoriques de l’acculturation sont ici de peu d’utilité, car les situations sont multiples et relèvent de problématiques qui le sont tout autant. D’où la nécessité de bien appréhender, en fonction des situations rencontrées, les freins à la consommation. C’est le préalable indispensable avant de faire du migrant un consommateur averti sachant repérer, évaluer et en dernier lieu consommer. Cet article, exploratoire, a le mérite de « défricher » un chantier qui ne manquera pas, dans les années qui viennent, d’occuper nombre de marketers, pour apporter une solution qui soit pertinente pour la consommation, durable pour l’économie et juste socialement. Sa principale contribution théorique et pratique nous semble ici résider dans l’éclairage qu’il apporte aux freins que constitue l’importance de la non-maîtrise du langage dans les modèles d’acculturation.

    L’arrêt d’un parrainage sportif à l’initiative du parrain (…)

    parrainage, sport, marketing, tennisDans un tout autre registre, le développement du parrainage sportif sous toutes ses formes (d’un sportif, d’un événement, d’un lieu, d’un bateau, etc.) n’est-il pas assorti de certains risques ? Plus particulièrement le parrainage d’un sportif n’est-il pas une « arme » à double tranchant ? En effet, comment gérer « l’après parrainage » quand la marque décide, quelle qu’en soit la raison, de se retirer ? Quel impact pour la marque ? C’est précisément la question qu’adresse l’article « L’arrêt d’un parrainage sportif à l’initiative du parrain : quel impact sur l’attitude des individus à son égard ? » proposé par trois chercheurs de la région de Grenoble, Laurence Carsana, Sandrine Falcy et Sabine Reydet. Après avoir distingué fort à propos deux types de motifs, d’ordre interne ou externe, les auteurs montrent toutefois que, dans les deux cas, la fin du contrat de parrainage à l’initiative du parrain ne semble avoir aucun impact négatif pour le parrain, contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord. Les auteurs restent toutefois prudents sur la généralisation des résultats ainsi rapportés, car tout semble dépendre des motifs à l’origine de la décision du parrain de cesser le parrainage. Les auteurs insistent ainsi sur la nécessité pour les annonceurs de soigner leur communication, s’agissant de l’explication des raisons qui ont conduit à l’arrêt du parrainage, car on ne peut souscrire qu’à l’hypothèse selon laquelle le caractère interne (propre au parrain) ou externe (en dehors du champ d’action du parrain) est modérateur de l’impact de la décision de rupture sur l’image de la marque du parrain.

    Enfin, les auteurs reconnaissent une des limites de leur étude : la sollicitation d’une cible grand public dont l’engagement (au-delà de la connaissance) vis-à-vis du sportif parrainé n’est pas nécessairement démontré. Cet article a toutefois le mérite d’investiguer un champ peu exploré : l’effet de rétroaction d’une décision de cessation de parrainage sur l’image de la marque, alors que l’impact du parrainage sur l’image de la marque elle-même a, lui, été abondamment étudié. La question ainsi posée est d’une actualité brûlante, car l’on sait que beaucoup de « parrains » se sont posés la question de savoir si leur sponsoring de certains joueurs de football devait être maintenu, à la suite de leurs frasques judiciaires, causes externes s’il en est. Toute la question est de savoir comment annoncer ce retrait : de manière discrète ou la plus neutre possible ou bien en choisissant d’en exposer publiquement les motifs ? Un dilemme pour tous les sponsors, qui révèle que la notoriété et l’image partagées sont toujours, au fond, à double tranchant !

    Le placement de produits dans les jeux vidéo (…)

    jeux, videos, marketingLa cible des adolescents ne manque pas de « dérouter » nombre d’agences et d’annonceurs, lorsqu’il s’agit de communiquer efficacement avec eux. Comment, en effet, non pas uniquement les « toucher » mais davantage les « convaincre » ? Car si tout le monde s’accorde sur l’importance de cette cible sur le plan de consommation, et donc sur son intérêt d’un point de vue marketing, choisir le bon mix média pour les convaincre est loin d’être évident. On peut considérer, à cet égard, que les jeux vidéo constitue un support de placement incontournable, mais comment optimiser ce placement et installer une communication efficace, du point de vue de l’annonceur, entre la marque et l’adolescent ? Dans le troisième article, « Le placement de produits dans les jeux vidéo : un moyen pour revisiter la relation marque-adolescent », Marina Ferreira Da Silva et Pascale Ezan se penchent de façon approfondie sur le sujet, afin de répondre à la question : « pourquoi et comment les annonceurs doivent-ils mobiliser le placement de produits dans les jeux vidéo pour communiquer auprès des adolescents ? ». Plusieurs facteurs sont ainsi étudiés : en premier lieu, la familiarité des marques, ainsi mises en avant qui interagissent d’autant plus avec le public des adolescents qu’elles sont proches de leur univers de consommation ; en second lieu, une personnalisation étudiée du placement, gage d’une relation plus étroite et d’une immersion plus profonde. Au final, ce qui domine, c’est évidemment la congruence entre, d’une part, la marque et, d’autre part, les jeux, que le placement soit hautement intégré (ce qui suppose une interaction du jeu avec le produit) ou plus périphérique (affiche, panneau publicitaire, etc.). La conclusion est sans appel : les marques doivent avant tout résister à la tentation d’envahir les écrans du jeu, ce qui peut s’avérer contre-productif, et se focaliser sur un objectif important : celui d’accroître leur capital sympathie au travers d’expériences partagées. Bref, les marques doivent avant tout s’attacher à ne pas confondre « placement » et « exposition ».

    Performance et satisfaction, une relation bien moins simple qu’il n’y paraît (…)

    performance, satisfaction, marketing, organisationsPoser la question de savoir s’il existe un lien entre l’efficacité opérationnelle des organisations et la satisfaction des clients peut sembler « hérétique », tant la réponse semble relever du bon sens. Elle doit cependant se poser, tant la relation entre la performance organisationnelle et la satisfaction des clients dans l’univers des services est loin d’être évidente. Se focalisant sur l’expérience hôtelière, c’est plus précisément à ce lien que s’intéressent Laurent Botti, Aurélie Corne, Olga Goncalves et Elisabeth

    Robinot, dans leur article « Performance et satisfaction, une relation bien moins simple qu’il n’y paraît : le cas de l’hôtellerie ». En vérité, ce lien, qui paraît intuitivement évident, l’est beaucoup moins lorsqu’on « creuse » la question. Les auteurs adressent donc ici une question essentielle dans les services : existe-t-il un lien entre la performance opérationnelle (côté production du service) et la satisfaction du client (côté consommation du service) ? Il convient, dans un premier temps, de bien distinguer le caractère transactionnel de la satisfaction (qui peut être lié à une seule expérience de consommation) de son caractère relationnel (qui suppose la réédition de l’expérience) ou d’opposer encore la satisfaction partielle et la satisfaction globale, à l’instar de ce que propose la littérature sur le sujet. À cet égard, les auteurs soulignent fort justement que « l’expérience hôtelière – le séjour – peut être identifiée à un parcours compris comme une succession d’événements dont l’agrégation sera constitutive de l’expérience elle-même ». Pour mesurer l’efficience, les auteurs font d’abord référence à trois modèles de mesure, respectivement connus sous les noms de DEA, CCR et BCC, les deux derniers définissant l’efficience comme le relevé des meilleures pratiques relevées au sein d’un échantillon. Soulignons l’intérêt opérationnel de cette démarche : elle permet aux managers de révéler les leviers d’amélioration de la performance hôtelière, en leur permettant de se comparer aux autres et d’utiliser l’information disponible pour ajuster leur stratégie. Les auteurs mobilisent également une autre méthode, connue sous le nom d’Electre III : elle consiste à s’appuyer sur les ressources d’une analyse multicritères, et en respectant l’hypothèse du caractère noncompensatoire des critères, de postuler qu’une alternative est plus satisfaisante qu’une autre, si elle lui est supérieure sur un nombre suffisamment grand de critères. C’est ainsi que sont relevées, puis mises en relation, les dimensions d’efficience et de satisfaction, avec une parcimonie de moyens qui évite la dilution du concept de satisfaction du client. Au final, si le lien entre efficience opérationnelle et satisfaction du client n’est pas nécessairement démontré - ceci pouvant en partie s’expliquer par le grand nombre d’hôtels « efficients » au sens de la définition adoptée - l’article met en œuvre une démarche rigoureuse et très analytique, permettant aux professionnels de l’hôtellerie de mieux comprendre les mécanismes en œuvre dans l’efficience de service.

    Rubrique « Fenêtre sur » : un regard sur les équipements culturels dans l’aménagement des territoires et sur les conditions de succès dans l’exécution d’une stratégie Pour clore ce numéro particulièrement dense, nous avons choisi de mettre en avant deux articles dans notre rubrique « Fenêtre sur ». Le premier porte sur le rôle de l’équipement culturel amiral dans le repositionnement d’une ville et exploite les résultats d’une étude menée sur deux villes françaises, Lens et Bordeaux, et s’inspire de l’exemple du repositionnement poursuivi par la ville de Bilbao. Les auteurs, Julien Cusin et Juliette Passebois Ducros, concluent, au terme de leur démarche, que les projets amiraux renforcent, sous certaines conditions, l’identité culturelle des territoires. Mais les auteurs précisent également que si ces projets renforcent une identité préexistante, ils ne la changent pas, permettant seulement - et ce n’est déjà pas si mal - de faire le pont entre tradition et modernité.

    Enfin, notre dernier éclairage porte sur les clés de succès dans la mise en œuvre d’une stratégie. L’article est issu de la Cambridge Marketing Review, dans le cadre d’un accord d’échange de visibilité entre nos deux publications. Plusieurs principes sont énoncés pour garantir le succès opérationnel dans la mise en œuvre d’une stratégie. On formule le souhait que ces principes, énoncés aussi clairement par le Dr Andrew MacLennan, soient davantage mis en application, car on sait bien, selon l’adage d’un homme célèbre, que le succès d’une stratégie réside à 95% dans son exécution, ce que trop de décideurs, « intoxiqués » au trop célèbre modèle SWOT, semblent oublier parfois.

    Nous vous souhaitons une bonne lecture du numéro 255 de notre revue. Que vous en retiriez autant de profit dans vos activités respectives que le plaisir que nous avons eu à collaborer avec l’ensemble des auteurs et des équipes éditoriales qui ont assuré sa publication.

    [COMMENT SE PROCURER UN ARTICLE / S'ABONNER A LA REVUE ?]

    Philippe JOURDAN
    (philippe.jourdan@promiseconsultinginc.com)
    Jean-Claude PACITTO
    (jean-claude.pacitto@orange.fr)
    Comité de rédaction
    RFM : revue française du marketing

  • Imprimer

    Conference « Luxury & China » [06/30] Sharing the event’s most important moments [#promiseconsulting @adetem]

    [VIEW THE PICTURES ON FLICKR]

    luxury,china,promiseconsulting,fashion,jewellery

    Conference « Luxury and China: insights and perspectives for 2016 and beyond » [06/30] Sharing the event’s most important moments [#promiseconsulting @adetem]

    On Thursday, June 30, 2016, at the Café l’Adjugé in Paris, Promise Consulting hosted a conference on "Luxury and China: the challenges and perspectives for 2016 and beyond”.

    In total 40 people, professionals from top luxury brands, journalists and consultants in the world of luxury, fashion, beauty and tourism, participated in the breakfast conference initiated by Promise Consulting at the prestigious Parisian auctioneers Drouot from 8:30am to 10:30am.

    luxury,china,promiseconsulting,fashion,jewellery

    Continuing a series of lectures on trends and perspectives regarding the development of the world luxury market, Philippe Jourdan, founding partner and Chunyan Li, Senior Consultant and China specialist, combined their expertise and presented together a broad overview of the opportunities and challenges of the Chinese luxury market:

    - On the one hand, the cyclical factors were isolated from the structural ones to discern the growth opportunities in a certainly more "bumpy" economic context. Additionally, the conference outlined new and interesting opportunities for Western luxury brands.

    - On the other hand, the enriching insights of the specialist in Chinese culture took into account the emergence of new expectations, especially of those of younger generations, vs the ones of the luxury goods generations.

    THEY ATTENDED THE CONFERENCE AND SHARED THEIR OPINION 

    "UN GRAND MERCI POUR LA CONFERENCE CONCERNANT LA CHINE, AS ALWAYS INSIGHTFUL, INTERESTING, IN DEPTH AND EASY TO UNDERSTAND" - BENJAMIN, LUXENDREAM

    "MERCI ENCORE POUR HIER. C'ETAIT TRES INTERESSANT, D'AUTANT PLUS QUE LA CHINE REPRESENTE UN DE NOS PLUS GROS MARCHES.  REMERCIEZ POUR MOI CHUNYAN ET PHILIPPE POUR LEUR PARTICIPATION" - LUCAS, LACOSTE

    "JE TENAIS EGALEMENT A VOUS REMERCIER POUR L'ORGANISATION DE CETTE BELLE CONFERENCE OU NOUS AVONS APPRIS BEAUCOUP GRACE A UNE PRESENTATION TRES CLAIRE" - CAMILLE, CHANEL

    "GRAND MERCI POUR CETTE CONFERENCE TRES INTERESSANTE QUI M'A DONNE UN AUTRE REGARD SUR BIEN DES SUJET. ELLE FUT RICHE EN ENSEIGNEMENTS ET TRES CONVIVIALE. BRAVO POUR LE TIMING CAR LE FAIT QU'IL N'Y AIT PAS EU DE DERAPAGE M'A PERMIS DE PROFITER DES CONCLUSIONS" - VINCENT, KPMG

    THE SPEAKERS' POINT OF VIEW ABOUT THE CONFERENCE

     CHUNYAN LI

     

    Philippe Jourdan


    CHINA: AN ECONOMY IN TRANSITION

    Both speakers started with a reminder of some important economic indicators which are necessary to develop and establish a healthy Chinese economy in the World: a slowing but still positive growth, the recent devaluation of the Yuan but with forecasts that should take into account the political will of the Chinese authorities to reduce their dependence of the dollar (and primarily of the US debt).

    Based on this perspective, the Chinese economy is in the transition from a "Made IN China" through a "Made BY China" to a "Made FOR China" culture, although the share of GDP devoted to domestic consumption and expenditure of the Chinese government is still behind compared to those traditionally reserved for investment and net exports.

    luxury,china,promiseconsulting,fashion,jewellery, slowdown, debt, economy

    [CLICK TO ENLARGE]

    A LUXURY ECONOMY WHICH IS VERY (TOO) DEPENDENT OF CHINESE TOURIST PURCHASES

    In 2000, 10 million tourists traveled the world. During the year 2020, 200 million Chinese tourists are expected to travel abroad. In 2015, they were nearly 105 million to move beyond the Chinese borders. Of course, the first regional destination remains by far Asia. However, while the movements and trips to Hong Kong have recognized a slow-down (in response to the sinophone manifestation of the residents of Hong Kong), the Chinese tourism presents a good performance in France despite its unfavorable security environment. In the end, nearly 77% of the Chinese luxury goods purchases ("personal luxury goods") are realized abroad (24% in Asian countries nearby and 53% outside this sphere).

    luxury,china,promiseconsulting,fashion,jewellery, tourism

    [CLICK TO ENLARGE]

    CHINA: "IT IS ALL ABOUT DIGITAL, IDIOT"

    With more than half of the connected population (50.3%), nearly 3h45 spent on average per day on digital networks and 594 million Chinese connected to their mobile phones, the Internet plays a vital and inescapable role regarding the Chinese communication and information research methods. And we go even one step further: with an increasing tendency, the Chinese are getting more and more likely to realize online purchases to such an extent, that the online US trade is expected to be exceeded by the end of 2016 (forecast: $ 371 billion of Chinese purchases against $ 326 billion for the US).

    The Chinese digital landscape has obviously its specifics and is very different from the one of the Western countries. For each type of digital application developed in the West (search engines, social networks, networks of micro-chats and micro-blogging, etc.) there exists a Chinese version, which is far away from just being a clone of its Western counterpart. In particular, among all social networks, Weibo, the Chinese Twitter, and WeChat, a combination of Facebook, WhatsApp and Skype, have become the companies’ most preferred promotion tools. They have respectively reached the 222 million and 650 million active users in 2015.

    luxury,china,promiseconsulting,fashion,jewellery

    [CLICK TO ENLARGE]

    THE CHINESE CULTURE: BETWEEN GUANXI AND MIANZI

    digital, luxury,china,promiseconsulting,fashion,jewellery

    [CLICK TO ENLARGE]

    According to a Chinese proverb, “Just as a tree needs bark, someone needs his face". The culture of Mianzi ("face") attaches great importance to the various forms of respect, social acceptance and recognition. Everybody lives in and through the eyes of others: a trend of the Chinese elites is therefore to systematically compare themselves to others in terms of both criteria, professional and personal success. Luxury goods subsequently allow the wealthy Chinese to materialize and demonstrate their social status and financial situation to others and thus shape the image they wish to send to those around them (...).

    In China, "the formality must be mutual". Indeed, the Chinese highly value social relationships within their close circle, also known as the famous “Guangxi”. Having a good "Guanxi" allows the Chinese to benefit from mutual support and to proceed or solve problems faster. Finally, the favor – also called "RenQuing" in Chinese - can be a real credit or a true debit. Seen from this perspective, offering a valuable gift, no matter if it is a product or a powerful experience also enhances the "face" ("Mianzi") of the interlocutor (…).

    THREE GENERATIONS OF LUXURY BRANDS CLIENTS IN CHINA

    Nowadays there are three clearly identified generations of luxury goods consumers in China, which strongly differ in terms of their profile, expectations and their luxury experiences.

    digital, luxury,china,promiseconsulting,fashion,jewellery

    [CLICK TO ENLARGE]

    The first generation is the one of the Baby Boomers. Born between 1950 and 1964, they fully lived in the era of President Mao, wherefore their state of mind is marked by nationalism and idealism and their life shaped through the frugality they recognized during their youth. The Cultural Revolution presents for them a strong reminder of the sustainable weakening of traditional and ancestral values ​​of the Chinese society, whereby some of them reminisce still about the great famine of 1958 to 1961. Being in the position to make decisions and confident about their power, they combine both, power and wealth, which enables them to get everything they want, and of which they were deprived in the first part of their lives.

    The second generation is the Generation X (1965-1979). The children of the economic reform, initiated in 1978, were educated by MAO and trained by Bill Gates. This high tension has caused confusion and a certain sense of insecurity among them. This fact represents the reason for their opportunistic behavior and their search and need for material security. They were among the first to consume luxury goods, whereby 60% of them purchase these products to increase their self-esteem. Approximately 80 % of the Chinese private companies are run by representatives of this generation.

    The third generation is the Generation Y (1980-1995).  Since their early childhood, people of this generation benefited enormously from the economic reform, without having gone through very difficult times. Generation Y is confronted with a wide variety of consumer choices, wherefore their behavior and habits westernize, although they kept their Chinese roots. Ordering a Big Mac at McDonalds' or a coffee at Starbucks, using the iPhone or iPad to connect themselves to the Internet and chat with strangers, or buying products on WeChat or e-commerce websites, became part of their daily lives.

     THE FRENCH LUXURY BRANDS THAT REMAIN VERY APPRECIATED

    The Conference concluded with the presentation of the results of the Barometer Front Row, jointly conducted by Promise Consulting and Exane BNP. This barometer measures for different countries the Exclusivity and Desirability of Luxury Brands in the world of fashion (ready-to-wear, bags and shoes) as well as for the domain of Cosmetics (perfumes, skincare and makeup).

     [TO VISUALIZE THE COMPLETE RESULTS CLICK HERE]

    digital, luxury,china,promiseconsulting,fashion,jewellery

    TO CONTACT US

    Do you want to know more? Do you have a project on China? Do you want to know our offer on international studies in the segments luxury brands, beauty and selective distribution?

     

    luxury,china,promiseconsulting,fashion,jewellery, valerie jourdan

    ABOUT PROMISE CONSULTING

    Promise Consulting is a company specialized in marketing studies and consultancy, issued from the merge of Promise Consulting Inc., JPL Consulting and Panel on the Web.

    Promise Consulting integrates services of market research and marketing consultancy delivered with a high added value. We created an innovative measuring methodology of a brand’s performance and its return on investments (ROI): the “Monitoring Brand Assets ©”. This methodology, deployed in nearly 50 countries, has surveyed 250 brands in multiple sectors, totaling over 1,5 millions questionnaires. 

    Established in Paris, New-York and Casablanca, Promise Consulting conducts studies and services of consultancy in the whole world. Promise Consulting is mostly known for its expertise in measuring a brand’s value from the clients’ perspective.

    Promise Consulting has developed innovative techniques and models, was awarded 7 times in 10 years, by its Peers nationally and internationally. It provides insights and recommendations to the most notorious brands in luxury, cosmetics and retailing sectors, helping them develop on national and foreign markets. It is also active in several sectors of the industry, every time the brands are looking for an effective growth strategy in order to better understand the market, to reach their customers, attract them and, finally, keep them.

    Pr Philippe Jourdan, CEO of Promise Consulting, is the editor-in-chief of Adetem’s journal, the French Journal of Marketing (Revue Française de Marketing, RFM), since 2011. He publishes in academic journals internationally on the problems of the valuation of the brands in luxury, beauty and selective distribution. He also publishes in the economic press and news media (such as Le Monde, les Echos, le Figaro, l’Opinion, la Revue des Marques, etc.). Philippe is a university professor, researcher at the IRG (CNRS) and laureate of the Best Article of Research AFM 2000. He holds a certification in social media.

  • Imprimer

    #SKII: A Sucess Key (SK) issued from a traditional drink in Japan, #Saké and its craftman's fabrication [#storytelling @SKII @ProcterGamble]

    A NICE AND UNBELIEVABLE STORY

    During a visit of a factory Saké in Kobe (Japan), Japanese scientists find that the hands of sake brewers, constantly immersed in sake yeast ferments during the manufacturing process, are incredibly soft and young, and contrast with their faces marked by old age.

    Discover in this eye-catching movie the story of Sucess Key of SKII, a Japanese skincare brand born in 1970.

    Click to watch the short video about the Saké brewers


    1970- Discover of the Pitera, the ingredient component of th SKII anti-ageing cream

    1990- SKII is bought by Procter & Gamble. This is the beginning of an incredible story with a sales development all over the World: Asia, Australia, Spain, UK, USA and South America. 

     

  • Imprimer

    Invitation à la Conférence "Luxe et Chine: enjeux et perspectives pour 2016 et au-delà" [#luxe #chine #promiseconsulting]

    Promise Consulting poursuit son cycle de Conférences sur le thème "Luxe et Chine : enjeux et perspectives pour l'année 2016 et au-delà" le jeudi 30 juin à partir de 8h30 au restaurant-café l'Adjugé, Paris 9ème.

    Face au succès rencontré lors de la précédente édition de notre Conférence "Luxe et Chine (..)", Promise Consulting réédite une Conférence sur le thème "Luxe et Chine : enjeux et perspectives pour l'année 2016 et au-delà".

     

    LUXE ET CHINE : PRENEZ CONNAISSANCE DE LA VIDEO A PROPOS DE LA CONFÉRENCE

     

     

    RÉSUMÉ DE LA CONFÉRENCE EN QUELQUES MOTS

    Le ralentissement de la croissance chinoise qu'explique la conjonction de facteurs structurels et conjoncturels est de nature à préoccuper les marchés, en particulier dans l'univers du luxe. La Chine est-elle encore le Nouvel Eldorado envisagé il y a quelques années. Quelles sont les perspectives et les enjeux auxquels devront faire face les marques de luxe européennes et mondiales dans le nouveau marché chinois qui se dessine aujourd'hui et demain ?

    C'est à ces questions et à d'autres que nos deux conférenciers tenteront de répondre pour permettre aux décideurs, managers et responsables opérationnels dans les univers du luxe de comprendre les enjeux à court terme mais également les changements plus structurels de la société chinoise qui appellent sans réserve des choix stratégiques à moyen et à long terme. La conférence abordera en particulier les thèmes suivants :

    1- Le marché chinois du luxe : la place du Travel Retail, opportunité ou risque ?

    2- Le marché chinois du luxe : le Digital est--il incontournable pour vendre en Chine ?

    3- Les trois générations de consommateurs de luxe chinois : comment les aborder ?

    4- Les marques de luxe préférées des Chinois : quelles sont-elles ?

     

    NOS CONFÉRENCIERS


    philippe jourdan, promiseconsultingPhilippe Jourdan, 
    professeur des universités, consultant et fondateur de Promise Consulting. Il pilote des études internationales depuis plus de 20 ans. Il est un spécialiste reconnu de la gestion des marques et s'est plus particulièrement intéressé aux stratégies de développement marketing au niveau international dans les secteurs du luxe, de la mode, de la beauté et de la distribution sélective. Il est l'auteur de plusieurs dizaines d'articles de recherche et de nombreux ouvrages, dont le dernier "Le Marketing de la Grenouille : nouvelles stratégies de marques pour nouveaux consommateurs" (éd. Kawa) s'attache à décrypter l'impact de la transformation digitale sur les changements d'habitudes et de comportements de consommation. Il est depuis 2011 rédacteur en chef de la Revue Française du Marketing et membre du Conseil d'Administration de l'ADETEM.


    chunyan li, feida consultingChunyan Li,
    consultante franco-chinois, collabore avec Promise Consulting en apportant sa connaissance, son expérience et son expertise du marché chinois et plus généralement des marchés asiatiques. Elle est l'auteur d'un ouvrage de référence "Réussir sur le Marché chinois" (éd. Eyrolles) qui réunit les témoignages des plus grandes sociétés du CAC 40 pour décrypter les enjeux et les spécificités du marché chinois pour les entreprises françaises. Elle est diplômée de l'Université de Pékin et d'HEC Paris.

     

    VOUS INSCRIRE

    Le nombre de places est limité. La Conférence est gratuite et accompagné d'un petit-déjeuner servi sur place.Compte-tenu de la forte demande, nous vous remercions de confirmer une participation ferme et limitée à un nombre restreint de personnes par entreprises par mail à l'attention de Valérie Jourdan, CEO Promise Consulting : 

    valerie.jourdan@promiseconsultinginc.com

     

    S'Y RENDRE

    Bar Restaurant l'Adjugé - 9 rue Drouot - 75009 PARIS - Métro Drouot (Lignes 8 & 9)- Téléphone : 01 47 70 72 04

    Cliquer sur la carte pour l'agrandir

    l'adjuge, drouot, restaurant, bar

    A PROPOS DE PROMISE CONSULTING

    Depuis 2000, Promise Consulting, anciennement Panel On The Web, permet aux décideurs de prendre les bonnes décisions. Grâce à un accompagnement et des études scientifiques ad hoc, Promise Consulting renforce le lien entre les belles marques et les clients tout en maximisant leur retour sur investissement marketing. Grâce à ses équipes du Conso Lab et du Luxury Lab, Promise Consulting délivre une expertise pointue en études de marché et d’optimisation des marques dans les univers de la consommation, de la distribution, du luxe et de la beauté.

    La société est établie à Paris et à New-York. Elle dispose de panels online dans plus de 35 pays en Europe, Amérique, en Asie et en Afrique. Elle a créé une méthodologie innovante de mesure de la performance de marque et du ROI des investissements centrés sur la marque : Monitoring Brand Assets©. Cette méthodologie a été déployée dans près de 50 pays à date, porte sur l’étude de 250 marques dans les secteurs les plus divers et totalise plus de 1.000.000 questionnaires administrés en ligne dans le monde.

  • Imprimer

    Faites connaissance avec le Jury du Prix de la Recherche RFM [@adetem @FDJ #adetem #FDJ]

    Aujourd'hui, Pascale ZOBEC nous présente sa motivation à rejoindre le Jury qui décernera lors de la Nuit de l'Adetem, le 05 Juillet 2016 à Paris, le Prix de la Recherche RFM / ADETEM.

    rfm,adetem,fdj,française des jeux,nuit du marketing

    Pascale, pourquoi avoir accepté de rejoindre le 1er Jury de la Recherche RFM / ADETEM

    J'apprécie beaucoup les publications de l'ADETEM et je trouve systématiquement un article qui peut m'aider dans mon travail et/ou qui me permet de m'ouvrir l'esprit. Aussi je suis très honorée de participer au jury ADETEM qui récompensera les meilleurs papiers au titre de l'année 2015.

    Spécialiste des études chez l'annonceur depuis 20 ans, je peux apporter dans ce jury le point de vue de l'utilisateur final. La recherche est-elle facilement exploitable pour les clients études,  correspond-t-elle  aux problématiques demandées, rencontrées dans l'entreprise , est-elle opérationnelle ?  Je serai évidemment plus à même de renseigner les critères d'apports managériaux et  d'utilité pour les décisions.

    Pascale, en quelques mots....

    Rentrée comme contrôleur de gestion à la FDJ, Pascale Zobec est passée au marketing en 1986 (première chef de produit de l'entreprise avec le lancement de la gamme des jeux de grattage et de Millionnaire) puis elle a monté et dirigé le département CMI (Consumer & Market Intelligence) en 1994 composé de 5 personnes pour une centaine d'études réalisées chaque année. Etant le seul département "Etudes" de l'entreprise, les problématiques sont riches et variées du test de concept au bilan de marque.

    Elle a récemment été promue au poste d'Experte Market Intelligence toujours au sein du Groupe Française des Jeux. Pascale complète cette expérience en animant le club des directeurs études de l'UDA, en participant aux comités de programmes de la JNE et du PDE et, depuis 2 ans  est au conseil d'administration de l'IREP. Elle intervient aussi à la Sorbonne et à Paris Descartes afin de partager son expérience avec les futurs marketers. 

    La RFM, Revue Française du Marketing en quelques mots...

    La Revue Française du Marketing a pour vocation de contribuer à faire connaître les techniques et les pratiques marketing les plus innovantes aux communautés académiques, étudiantes et professionnelles dans le monde francophone. Elle poursuit donc une double ambition : une qualité scientifique dans le choix des articles publiés et une sélection basée sur la pertinence, l'intérêt, la portée pour l'ensemble des professionnels du marketing (enseignants et praticiens)des meilleurs articles.

    Première revue française dans le domaine des études et de la stratégie marketing, la Revue Française du Marketing diffuse, en France et dans 38 pays, 4 numéros par an.

    [Découvrir la revue]

    [En savoir plus sur la Nuit du Marketing]