Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

4.c- Beauté - Page 2

  • Imprimer

    [#PromiseConsulting] [#luxurylab] Chine : quand le luxe fait sa "révolution culturelle"

    Via Ludovic Aymen de Lageard, article paru dans l'Usine Nouvelle, 15/09/2019

    Comment concilier luxe – avec tout ce que ce mot revêt en termes d'exclusivité, d'expérience client et d'extrême personnalisation – et révolution digitale ? Sans doute nulle part davantage qu'en Chine les marques du secteur sont-elles confrontées à cet épineux, mais aussi passionnant que stratégique, dilemme.

    Le marché chinois, rappelons-le, est l'avenir du luxe. Il a ainsi, selon une récente étude publiée par le Boston Consulting Group (BCG), dépassé les 110 milliards d'euros en 2018 et devrait progresser de 6% par an d'ici à 2025. Date à laquelle il pèsera quelque 162 milliards d'euros, les consommateurs chinois réalisant alors jusqu’à 41% des ventes totales du secteur et contribuant, à eux seuls, à près des trois quarts (74%) de sa croissance mondiale.

    [Lire plus] 

    #LouisVuitton #chine #LVMH #revolution #luxury #fashion #online #modernité 

  • Imprimer

    [#PromiseConsulting] [#luxurylab] Yes, People Are Buying Couture for Babies. Here’s Why.

    China’s childrenswear market is outperforming both womenswear and menswear, and Dior, Gucci, Burberry and Fendi all want a slice of the $29 billion pie.

    SHANGHAI, China — At an appointment-only event for haute couture clients of Christian Dior in an elegant colonial-era Shanghai villa, the well-heeled ladies, celebrities and socialites in attendance come as no surprise.

    What is a little more surprising are the Mary Jane-clad showgoers at the collection just next door to Maria Grazia Chiuri’s latest offering — the diminutive customers of Baby Dior’s couture collection.

    [Read more]

    #luxury #baby #Dior #Gucci #china #HauteCouture #fashion #designer #dress

     

     

  • Imprimer

    [#promiseConsulting] [#luxurylab] Vuitton inaugure un atelier nouvelle génération près d'Angers

    Le maroquinier a ouvert son 16 e atelier en France. Un bâtiment modulable d'un nouveau type, construit pour répondre plus rapidement à une demande mondiale en évolution constante. Quelque 135 salariés ont déjà été recrutés. Un effectif qui doit doubler dans les deux ans. Au total, Vuitton prévoit 1.500 recrutements dans ses ateliers français d'ici à 2022.

    L'industrie française de la maroquinerie se porte bien. Elle embauche à tours de bras. Depuis 2013, plus de 6.000 emplois ont été créés dans le secteur grâce aux géants du luxe LVMH, Hermès ou Chanel, pour lesquels le made in France reste un sésame incontournable.

    [Lire plus] 

    #luxury #Vuitton #new #lvmh #paris #luxury #louisvuitton #france #art #design #business #frenchtouch, j'utilise @tagsfinder_com (www.tagsfinder.com)

  • Imprimer

    [#PromiseConsulting] [#luxurylab] LVMH Prize : Qui est Thebe Magugu le grand gagnant de l’édition 2019 ?

    Josephine Pentecoste Luxe.net

    Lancé par LVMH en novembre 2013, le Prix LVMH est devenu le rendez-vous international du soutien à la création. Il a pour but de récompenser chaque année un jeune créateur de mode et trois diplômés d’écoles de mode. Pour sa sixième édition, le Prix LVMH a récompensé en ce mercredi 4 septembre Thebe Magugu.

    Le Sud-Africain a su se démarquer devant sept autres candidats en finale. Thebe Magugu rejoint le cercle des créateurs vainqueurs du concours après le japonais Masayuki Ino fondateur de la marque Doublet l’an dernier (2018), Marine Serre (lauréate 2017), la britannique Grace Wales Bonner (2016), le duo portugais Marques’Almeida (2015), le premier vainqueur du prix, le Montréalais Thomas Tait (2014).

    Basé à Johannesburg, il a lancé sa marque après plusieurs expériences auprès d’enseignes et de designers. Son label, éponyme, est positionné sur le prêt-à-porter féminin et joue principalement sur les mix de matières dans ses silhouettes. Afin de lui donner les moyens de développer son travail de création, LVMH lui offre une bourse de 300.000 euros ainsi qu’un suivi personnalisé, au sein du Groupe, tant technique que financier pendant une durée de douze mois à compter de la remise du LVMH Prize.

    [Lire plus]

    #luxury #fashion #LVMH #prize #thebe #magugu

  • Imprimer

    [#PromiseConsulting] [#luxurylab] AMI met le turbo sur la Chine avec un show à Shanghai

    AMI poursuit son envol à grand rythme. Le label français regarde de plus en plus vers l’Asie et la Chine, et en lance parallèlement sur le marché sa nouvelle ligne féminine. La griffe parisienne, fondée en 2011 par Alexandre Mattiussi, mène les deux projets de front avec une actualité très intense en cette rentrée.

    Un grand événement, qui devrait permettre à la maison de gagner en visibilité dans l’Empire du Milieu. Véritable star en Asie, où son style authentique parisien, à la fois chic et décontracté, est très apprécié, Alexandre Mattiussi a vu ses ventes en ligne s’envoler cette année en Chine, en passant à 16 % de son e-commerce, rattrapant ainsi le marché américain, qui représente 17 % des ventes online d’AMI.
     
    « Ces volumes sont précurseurs d’une tendance de fond. L’Asie va rattraper très vite nos marchés principaux, qui s’équilibrent actuellement entre l’Europe et les Etats-Unis, pour devenir un débouché important. Ce défilé à Shanghai est stratégique aussi bien pour le rayonnement de la marque que pour son développement international », explique à FashionNetwork.com le directeur général d’AMI, Nicolas Santi-Weil. Le label, qui défile dans la capitale française durant la Fashion Week Homme, ne manquera pas son prochain rendez-vous parisien, prévu comme d’habitude en janvier.

    [Lire plus]

    #France #Chine #fashion #FashionWeek #ami #China

  • Imprimer

    [#PromiseConsulting][#luxurylab] Le nouvel ennemi des marques en Chine

    Si une entreprise souhaite communiquer en Chine pour promouvoir un produit, elle devra obligatoirement passer par le digital, en effet dans un pays où l'on dénombre pas moins de 750 millions d'internautes, les canaux de communication traditionnels sont largement délaissés. Mais dans cette nouvelle ère du digital s'impose forcément des défis à relever. 

    Ainsi, les influenceurs et Key Opinion Leader (KOL) sont devenus des acteurs indispensables par lesquels les marques doivent passer pour réussir une campagne en Chine. Ce type de marketing, coûteux pour les entreprises, est biaisé du fait de l'apparition de faux comptes. Les influenceurs payent un service pour bénéficier de plus de like sur leur post ou d'un plus grand nombre d'abonnés, dans le but d'augmenter leur cachet. Si ce genre de pratiques parviennent à être à peu près encadrées en Occident, ce n'est absolument pas le cas en Chine. 

    Ainsi les marques nationales et internationales en Chine veillent à collaborer avec des influenceurs ne travaillant pas avec des "fermes à cliques", où des travailleurs sont rémunérés au nombre de clics générés. Pour lutter contre cela les marques choisissent de plus en plus de faire appel à des influenceurs digitaux, nous pouvons notamment citer Shudu Gram qui est le premier mannequin numérique au monde. Ces influenceurs garantissent aux marques une bonne image. 

    EN SAVOIR PLUS

    Article de Adina-Laura Achim

  • Imprimer

    [#PromiseConsulting][#luxurylab] Quand la souveraineté nationale dépasse l'intérêt pour le luxe

    Les récentes manifestations ayant lieu à Hong Kong pour son indépendance ont poussé le gouvernement Chinois a rappelé les marques de luxe à l'ordre.

    Les géants du luxe comme Givenchy, Versace et Coach sont accusés de véhiculer des messages à l’encontre de la souveraineté chinoise sur Taïwan et Hong Kong. Les marques proposent des tee-shirts comprenant les inscriptions suivantes : Paris - FRANCE ; Shanghai - CHINA ; Hong Kong - HONG KONG. Certains influenceurs chinois ont donc pris leur distance des marques voire même de leurs sponsors : La mannequin Liu Wen a déclaré que « la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale de la Chine sont en tout temps sacrées et inviolables ! »

    Autre exemple, en 2018, GAP avait fabriqué des tee-shirts représentant la carte de la Chine et sur laquelle Taïwan n'apparaissait pas. Ce genre de communication n'est pas judicieuse dans un contexte où la tension monte régulièrement entre la jeunesse chinoise et le gouvernement. 

    Ainsi si le poids des marques de luxe en Chine est loin d'être négligeable, l'attachement à la souveraineté de sa population est bien plus forte. 

    VOIR PLUS

    Article de Hugo Lehner

     

  • Imprimer

    [#PromiseConsulting][#luxurylab] Le classement Lyst des marques les plus populaires au second semestre 2019

    Début août, Lyst a annoncé son classement des marques les plus populaires au second semestre de l'année. 

    Gucci est passé devant Off-White qui était en tête au premier semestre. Cette avance de Gucci sur son concurrent s'explique notamment par sa collection Cruise qui permet aux clients d'essayer leur vêtement en ligne, cette stratégie digitale semble avoir conquis le public. 

    Balenciaga est la marque à suivre puisque c'est elle qui dispose de la croissance la plus rapide ce semestre. En parallèle Prada connaît également une croissance positive puisque son chiffre d'affaires a augmenté pour la première fois en quatre ans. 

    Pour Moschino c'est une remontée, l'enseigne se classe désormais 18e, elle a donc gagné 5 places par rapport au semestre précédent. Cela se justifie entre autres par les collaborations effectuées par la marque avec The Sims et Playboy et certains modèles de la collection printemps-Ete 2020 sont apparues dans le clip You Need to Calm Down de Katy Peery et Taylor Swift. 

     

    [VOIR PLUS]

  • Imprimer

    #Promiseconsulting #Luxurylab | Actualités Juin 2019

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

     

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promiseconsulting, panelontheweb, luxurylab, newsletter, juin, 2019, marketing, etudes

    promise, luxurylab, consolab, marketing, etude, digital, data

    promise, luxurylab, consolab, marketing, etude, digital, data

    promise, luxurylab, consolab, marketing, etude, digital, data

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Imprimer

    #LUXURYLAB Sharing cosmetics in China: Pretty unhygienic?

    Such pods are the latest fad to enter China's large sharing economy, aimed at young urban women on the go; The booths are located in shopping malls, office buildings, and transportation hub. The "shareable make-up" pods have sparked discussions on hygiene issues in sharing make-up with strangers, though some customers view it as a convenient way to freshen up before rushing to important meetings. #Promiseconsulting #makeup #China via @TheStraitsTimes http://bit.ly/2sRxTrz