Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2.2- Marques - Page 4

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [CONNECTE] | #Eram chausse ses #baskets #connectées |@LES ECHOS

    DE DOMINIQUE CHAPUIS | LES ECHOS | http://bit.ly/2gUXY3A

    #Eram chausse ses #baskets #connectées

    L’enseigne veut rester dans la course à l’innovation. Sur un marché en berne, où ses ventes souffrent, elle multiplie les projets.

    Baskets connectées, services personnalisés : Eram veut garder un coup d'avance dans un marché en berne. Depuis trois ans, les ventes de chaussures en France reculent chaque année.  Concurrence des pure players sur Internet, des griffes de mode ou du phénomène sneakers, « le marché est très dur », reconnaît François Feijoo, le PDG de la marque, propriété du groupe familial Biotteau (Gemo, Bocage, Mellow Yellow, TBS..), qui s'est récemment séparé de Tati. Leader de la chaussure en centre-ville, Eram n'a pas été épargnée. Son chiffre d'affaires a reculé de 3% en comparable en 2016, à 170 millions d'euros. « En 2017, entre janvier et septembre, notre activité est repartie, avec une progression de 3 % de ventes, alors que le marché est à -1 % », précise le dirigeant.

    Aussi, pour rester dans la course, malgré ses 90 ans, Eram parie sur les Millénials et cherche à rajeunir sa clientèle. La marque va, par exemple, lancer des baskets connectées. Une première sur ce marché. En fonction des tenues vestimentaires, elles changent de couleurs. Le procédé, présenté au dernier CES de Las Vegas, associe une bande de fibre optique tissée, développée par Brochier Technologies, reliée à une led multicolore. Cette dernière est alimentée par un module électronique dans la semelle.

    Une série limitée de 150 paires sera mise en place fin novembre dans son magasin du Forum des Halles à Paris. Le prix de vente a été fixé à 289 euros. « Cette basket va évoluer. Aujourd'hui, elle est tournée vers la mode, demain elle proposera d'autres services, c'est un début », assure François Feijoo. 

    Au rayon des innovations, Eram a aussi lancé  Atelier 27, des chaussures personnalisables. En une heure, les clientes peuvent obtenir une paire originale, en choisissant un talon à leur goût, imprimé sous leurs yeux en 3D. Présenté à Lille, Paris et Nantes, ce concept n'est toutefois pas encore en service de façon pérenne. « Eram a inventé en 1954 la semelle en plastique, « Plastifor », qui a révolutionné le secteur, reprend le dirigeant. Aujourd'hui, nous remettons l'innovation au coeur ».

    etam,baskets,connectés

    Dans le même temps, l'enseigne a restructuré son réseau de magasins, avec plusieurs dizaines de fermetures, afin de préserver sa rentabilité. D'autres ont été relocalisés dans les meilleures rues commerçantes, comme à Aix en Provence. Le nombre de points de vente est ainsi passé à 270 en France, contre plus de 300. Le chausseur a aussi quitté la Belgique, où il a clos ses 28 boutiques en janvier. Depuis il a ouvert 3 corners en Italie dans un grand magasin Coin. Et il s'est inscrit en mai sur la Boutique France de La Poste, afin  de tester le marché chinois. Une boutique présente sur Tmall Global, la filiale du géant chinois du e-commerce Alibaba.

    Les collections enfin, ont-elles aussi été retravaillées, avec un renouvellement plus rapide pour un prix moyen de 50 euros. « Compte tenu de la qualité du produit, nous offrons le prix le plus accessible du marché », estime François Feijoo. Icone en son temps de la publicité, avec son célèbre slogan « il faudrait être fou pour dépenser plus », Eram est  aussi présente sur les réseaux sociaux. L'enseigne réalise sur Internet déjà 10 % de ses ventes, soit quasi le double de ses concurrents.

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [DISTRIBUTION] | #Soi Paris se fait une place aux #Galeries Lafayette #Haussmann | @FASHION NETWORK

    DE LUCILE DEPREZ | FASHION NETWORK | http://bit.ly/2hFefJv

    #Soi Paris se fait une place aux #Galeries Lafayette #Haussmann

    La toute jeune griffe féminine Soi Paris poursuit son développement. Après un an et demi d’existence, la marque ouvre un nouveau corner en cette mi-octobre, cette fois au 2ème étage des Galeries Lafayette Hausmann, au sein de l’espace créateur du deuxième étage.

    Entourée par des griffes comme Balzac Paris, Modetrotter ou encore Maison Labiche, Soi Paris, fondé par les sœur Julia et Aurélie Boutboul, présentera l’ensemble de son vestiaire féminin moyen de gamme, qui fait la part belle à l’imprimé.

    Soi Paris, Galeries Lafayette, Haussmann

    L’occasion aussi pour le duo de montrer les pièces qu’elles élaborent en collaboration avec d’autres créateurs. Après Maison Labiche et Bensimon, c’est au tour de la marque de bijoux faits main Cleopatra’s Bling de s’associer à Soi Paris pour une capsule de prêt-à-porter imaginée autour de l’univers du cosmos.

    La griffe féminine élargit ainsi son réseau de distribution puisqu’elle était déjà présente dans les grands magasins parisiens, à savoir au Printemps Haussmann et au BHV Marais. Soi Paris est par ailleurs vendu sur une vingtaine de marketplaces, dont La Redoute et L’Exception, et chez une dizaine de revendeurs physiques en France.

    Egalement adepte du format boutique éphémère, Soi Paris se teste depuis le mois de juillet avec un pop-up rue de Rennes, dans le VIème arrondissement de Paris, et ce jusqu'en janvier prochain. Depuis son lancement en avril 2016, la griffe des sœurs Boutboul a vendu plus de 3 500 pièces.

  • Imprimer

    [LUXURY LAB] [BUSINESS] | #Glossybox s'offre un #partenariat avec #Naf Naf pour l'automne | @Fashion Network

    DE ANAIS LEREVERAND | FASHION NETWORK | http://bit.ly/2wwCvUf

    #Glossybox s'offre un #partenariat avec #Naf Naf pour l'automne

    Le spécialiste du service d'abonnement dédié aux box beauté annonce une nouvelle collaboration cet automne, avec la marque de prêt-à-porter féminin Naf Naf. Un colis aux couleurs de la célèbre enseigne sera ainsi lancé en octobre, via le site Glossybox.

    Glossybox, qui s'associe généralement avec des griffes spécialisées dans l'univers de la beauté, tente une nouvelle incursion dans le domaine de la mode. Il s'agit d'une deuxième tentative après sa collaboration très réussie avec le chausseur Jonak Paris en novembre dernier.

    Pour l'occasion, Naf Naf a totalement relooké la petite boîte beauté de Glossybox à coups de « Grand Méchant Look », célèbre signature de la marque de prêt-à-porter. Déclinée en rose pâle, la box s'orne en prime d'un motif de pieds de cochon, soulignant le retour à l'identité historique amorcé en 2015 par l'enseigne qui s'apprête à changer de mains en 2018.

    Glossybox, Naf Naf

    Cette box inédite renferme des produits cosmétiques sélectionnés chez les marques Topicrem, Le Mini Macaron, Batiste et Benefit, ainsi qu'une « invitation exclusive » de Naf Naf se présentant sous le forme d'un bon de réduction sur la collection automne-hiver 2017.

  • Imprimer

    [LUXURY LAB] [ETHIQUE] | Le #luxe en quête d’un modèle plus #éthique | @Les Echos

    DE DOMINIQUE CHAPUIS | LES ECHOS | http://bit.ly/2y0FpEo

    Le #luxe en quête d’un modèle plus #éthique

    La filière veut s’adapter aux demandes des Millennials en matière de transparence et de respect de l’environnement. Il lui faut repenser son approvisionnement et trouver des alternatives. 

    Ethique et développement durable deviennent des préoccupations majeures pour le luxe. Au-delà de l'effet d'image pour les groupes, ces thématiques ont aujourd'hui une résonance stratégique. Car il ne s'agit plus seulement du respect de règles ou chartes, mais de répondre à l'évolution des modes de consommation, des Millennials notamment, tentés par la mode vegan, et en quête de transparence. Et aussi de garantir l es approvisionnements en matières premières.

    Ce virage a fait l'objet d'une étude publiée par le cabinet Mazars sur les pratiques de la filière luxe. « Nous nous sommes interrogés sur la façon dont s'articulent le respect de l'environnement et les enjeux éthiques avec la création de valeur pour créer un nouveau luxe », résume Fabien Seraidarian, son auteur.

    La préservation des ressources naturelles (cuir, soie, laine, fourrure...) est désormais un enjeu. « Le luxe consomme des ressources rares et cherche à les préserver ou à trouver des alternatives », note l'étude. Certaines marques financent ainsi des programmes de protection, comme Loro Piana, au Pérou, avec les Vigognes. Une espèce en voie de disparition, dont le cachemire a un touché unique.

    Pour le cuir, l'équation est plus compliquée. En France, avec le recul de la consommation de viande, les griffes disposent de moins en moins de peaux de qualité. « Tous les groupes réfléchissent à la façon de faire face à cette rareté, y compris en développant de nouveaux matériaux », indique un patron du secteur.

    Luxe, éthique

    Les matières synthétiques fabriquées à partir de fibres naturelles se développent, à partir de bambou, du soja, ou des algues. Végétarienne convaincue, Stella McCartney a ouvert la voie il y plus de quinze ans, en refusant d'utiliser du cuir ou de la fourrure. Ils sont remplacés par des biomatériaux.

    Un jeune designer du Chili, Stiven Kerestegian, utilise, lui, des peaux de saumon pour donner l'aspect du cuir haut de gamme à ses créations. D'autres travaillent sur le « cuir vegan », une appellation usurpée, qui fait grincer des dents les professionnels, car le cuir est animal. Cela concerne des textiles, par exemple, à base de feuilles d'ananas.

    [LIRE LA SUITE]

  • Imprimer

    [LUXURY LAB] [E-COMMERCE] | #Cacharel se convertit finalement à la vente en #ligne | @Fashion Network

    FROM ANAÏS LEREVEREND | FASHION NETWORK | http://bit.ly/2xkgLfs

    #Cacharel se convertit finalement à la vente en #ligne

    En changeant de cible pour rajeunir, Cacharel a dû se tourner vers les habitudes de ses nouvelles clientes. Et de fait, en ciblant de plus jeunes femmes, la maison parisienne s'est finalement convertie au e-commerce. Après avoir longtemps résisté, la griffe a finalement ouvert mi-septembre son premier e-shop.

    Reconstituant petit à petit un réseau de distribution à l'image de son nouveau positionnement luxe accessible, Cacharel avait d'abord visé les multimarques, avant d'ouvrir cinq boutiques en France à la rentrée 2016, et enfin d'ouvrir son point de vente virtuel. On retrouve pour l'instant sur le site les « must have » du début de la saison, mais la sélection s'enrichira petit à petit de nouvelles propositions.

    Cacharel, ligne

    Toujours pour coller aux nouvelles habitudes de consommation, l'offre sera donc régulièrement renouvelée, au moment où la maison annonce, qui plus est, qu'elle va passer à un rythme de quatre collections par an au lieu de deux dès l'automne 2018.

    Cacharel a amorcé sa relance sur le segment du luxe accessible il y a deux ans, toujours son l'impulsion de l'homme qui l'a fondée en 1958 : Jean Bousquet.

  • Imprimer

    [LUXURY LAB] [CONCEPT] | L'#Occitane lance son nouveau #concept "#Sunshine" | @Ecommercemag

    FROM DALILA BOUAZIZ | ECOMMERCE MAG | http://bit.ly/2fjgSDs

    L'#Occitane lance son nouveau #concept "#Sunshine"

    Le Groupe de cosmétiques L'Occitane fait le pari d'un retour à l'authenticité en testant un nouveau concept baptisé "Sunshine" dans plus de 40 boutiques en Europe, aux États-Unis, au Moyen Orient, en Asie et en Russie. La première boutique vient d'être inaugurée à Paris.

    Le Groupe L'Occitane -qui recense 1514 boutiques en propre dans 90 pays, et 3037 boutiques au global- innove dans sa stratégie retail en France et à l'international. "Dans un monde globalisé où les technologies prennent de plus en plus d'importance, L'Occitane fait le pari d'un retour à l'authenticité et d'un ancrage dans le réel en testant un nouveau concept baptisé Sunshine dans plus de 40 boutiques en Europe, aux États-Unis, au Moyen Orient, en Asie et en Russie", explique le Groupe.

    En France, c'est dans la boutique de Ternes, à Paris dans le XVIIe arrondissement, que les clients ont pu découvrir ce nouveau concept depuis le 4 septembre. Ils bénéficient d'une expérience sensorielle dans les différents espaces du magasin dédiés aux produits de soin et de beauté.

    Le Sunshine store présente l'intégralité des gammes de manière plus premium. Des espaces spécifiques dédiées au soin visage, aux hommes, au parfum et aux autres ont été imaginés pour rendre la boutique unique avec un atelier de personnalisation des coffrets cadeaux mais aussi un coin cosy avec canapé pour réaliser des diagnostics de peau, etc. L'objectif ? Mettre le digital au service de l'expérience sensorielle et non l'inverse dans des boutiques dont l'architecture et le design ont été entièrement repensés. "La boutique de couleur jaune, couleur emblématique de la marque, a été intensifiée au sein du magasin", explique Matteo Simonazzi, responsable architecture Europe pour L'Occitane.

    L'Occitane, concept, Sunshine

    Les clients peuvent commander en ligne et passer en boutique pour récupérer leurs articles, un service click and collect est proposé dans les trois heures suivant leur commande -en fonction des horaires de la boutique. Il s'agit du " Pick in Store ", un service immédiat qui est directement lié au stock du magasin au moment de la commande. Pour les produits qui ne sont pas disponibles en boutique ou les exclusivités web, les clients peuvent les commander en ligne et passer en boutique pour les récupérer une fois arrivés -délai de livraison identique à une commande web avec livraison standard. Il s'agit du " Ship to Store ", un service de livraison qui permet de maintenir un contact direct avec une boutique et un service personnalisé. Aucun outil dédié aux achats en ligne en boutique n'est proposé pour l'instant.

     

     

  • Imprimer

    [LUXURY LAB] [COSMETIQUES] | « #Inclusivité » : le nouveau mot clef en #beauté | @Premium beauty News

    FROM PRENIUM BEAUTY NEWS AVEC AFP | PRENIUM BEAUTY NEWS | http://bit.ly/2waV4RK

    « #Inclusivité » : le nouveau mot clef en #beauté

    Lancée la semaine dernière, Fenty Beauty, la première collection de maquillage de Rihanna a révélé pas moins de 46 nuances de fond différentes pour tous les types de peaux.

    Au-delà de ces nouveaux fonds de tient, Rihanna n’avait laissé aucun doute aux consommateurs et à l’industrie de la beauté sur le fait que l’inclusivité (l’implication de tous les individus, sans discrimination) serait le mot-clé de sa nouvelle ligne de maquillage, notamment grâce à une campagne vidéo lipide sur sa volonté de répondre aux besoins d’un maximum de carnations.

    Mais la collection Fenty Beauty de Rihanna n’est pas la seule marque du secteur de la beauté à s’adresser à toutes les personnes sans exclusivité - A.P.D.G. a ainsi récemment fait les gros titres grâce à l’approche multiculturelle de son fond de teint, tandis que les grandes marques telles que MAC, Maybelline et Lancôme ont récemment élargi leurs gammes pour inclure des produits conçus pour les couleurs de peau foncées.

    Inclusivité, beauté

    Il semble que l’industrie élargisse ainsi sa définition de la beauté, et pas seulement en ce qui concerne le teint de la peau. Plus tôt ce mois-ci, Asos a ainsi dévoilé sa première collection de cosmétiques avec son nouveau concept Asos Face + Body et une campagne mettant en vedette des femmes et des hommes de toutes tailles et de toutes couleurs de peau. L’entreprise déclarait ainsi, dans un communiqué : « Il n’y a ni règles ni limites, juste une infinité de façons d’être vous ».

    [LIRE LA SUITE]

  • Imprimer

    [LUXURY LAB] [RETAIL] | #EBay partners with #fashion #marketplace #Spring | @CNBC

    FROM LAURENT THOMAS | @CNBC | http://cnb.cx/2y0xqEb

    #EBay partners with #fashion #marketplace #Spring in growing rivalry with #Amazon, #Wal-Mart

    As Amazon, Wal-Mart and Target work faster than ever to beef up their e-commerce operations, one of America's earlier internet marketplaces has fallen off some shoppers' radars. But don't count eBay out of the race to the top.

    The company is partnering with Spring, a New York-based fashion e-retailer, to bring hundreds of big-name accessories and apparel brands to ebay.com. Shoppers will now be able to browse the looks of David Yurman, Rag & Bone, Mango and Chloe on eBay's website, the same site that lets customers bid on toys, power tools and motorcycles. Like its retail rival Amazon, eBay's in the business of everything.

    Ebay, Amazon, Fashion, Spring, marketplace, Wal-Mart

    EBay's latest move shows the e-retailer is still trying to grow its online marketplace and shed from its image any perception of poor quality or too much hassle. Today, more than 80 percent of merchandise sold on eBay is new, and nearly 90 percent of items bought on the website are purchased without a bidding component.

    It also reflects a bigger shift in the industry. "The Spring and eBay partnership is evidence of a growing trend in which retailers are partnering — instead of competing — with other retailers," Jill Ramsey, vice president of merchandising at eBay, said.

    "With Spring, we can bring even more coveted merchandise to our buyers, making it easier than ever to discover their own version of perfect."

    The Spring storefront on eBay's website will function like a boutique, the companies explained, where shoppers should be pleased to find more of their favorite brands in one place. At least that's the goal, as consumers today are faced with more options of places, both online and offline, to ring up purchases.

    It's not the exclusivity factor that sets Spring apart from other retailers or online players — Coach and Michael Kors, for example, can be purchased via many outlets. Spring, though, has managed to curate an assortment of hundreds of fashion-forward brands, all within one site, and now it hopes to bring that same concept to eBay, making the internet marketplace a "dedicated destination" for women looking for Bobbi Brown makeup or a pair of Tory Burch sandals.

    [LIRE LA SUITE]

  • Imprimer

    [LUXURY LAB] [TECHNOLOGIE] | L'#iPhone à 999 dollars, le nouveau pari d'#Apple | @Les Echos Start

    FROM ANAIS MOUTOT | LES ECHOS START | http://bit.ly/2xkiuUk

    L'#iPhone à 999 dollars, le nouveau pari d'#Apple

    Dix ans après le lancement du premier iPhone, le fabricant californien mise plus que jamais sur son positionnement haut-de-gamme. Le nouveau modèle X introduit la reconnaissance faciale et la recharge sans fil.

    Dix ans après le lancement du premier iPhone, Apple a dévoilé mardi un renouvellement majeur de sa gamme d'iPhone, son produit phare qui représente les deux-tiers de son chiffre d'affaires, en introduisant un modèle à 999 dollars. Pour la première fois de son histoire, la firme a organisé l'événement dans l'amphithéâtre Steve Jobs, une enceinte cylindrique en verre et fibre de carbone construite sur son nouveau campus, inauguré au printemps à Cupertino. Tim Cook, le PDG de l'entreprise, y a rendu hommage au fondateur de l'entreprise avant de présenter trois nouveaux téléphones.

    Le modèle haut-de-gamme, surnommé iPhone X - qui se prononce 10 -, constitue "la plus grande avancée depuis le premier iPhone" et "va donner la cadence pour la technologie pour la prochaine décennie", a affirmé Tim Cook. Sur ce nouveau modèle, où un écran OLED recouvre toute la surface de l'appareil, Apple s'est débarrassé du bouton d'accueil permettant de naviguer dans le menu du téléphone et de s'identifier par empreintes digitales. Le déverrouillage de l'appareil se fait désormais par le biais de la reconnaissance faciale, grâce à l'amélioration de la caméra, l'ajout de capteurs 3D et d'une nouvelle puce, dont les capacités d'apprentissage automatique permettent de reconnaître les visages.

    Son processeur graphique a été conçu par Apple, un tournant pour la société qui jusqu'ici recourait à l'aide d'autres sociétés comme Imagination Technologies. Les nouveaux composants permettent également d'utiliser ce système comme mot de passe pour les paiements en ligne et de dupliquer les visages en 3D en émoticônes animés d'animaux. Ils doivent surtout permettre d'encourager le développement de la réalité augmentée, cette technologie superposant des éléments virtuels au monde physique par le truchement de la caméra.

    Iphone, Apple

    Autre innovation très attendue par les utilisateurs : la possibilité de recharger son téléphone sans fil, en le posant sur une borne dédiée. Apple en fera un accessoire de sa gamme, en lançant le sien, surnommé « AirPower », l'année prochaine. Apple utilise ses nouvelles innovations pour justifier une hausse très importante du prix, même si d'autres constructeurs les embarquent déjà, comme Samsung avec la reconnaissance d'iris ou Nexus avec lareconnaissance d'iris ou Nexus avec la recharge sans fil.

    Il démarrera à 999 dollars, une augmentation de 30 % par rapport au prix de son modèle le plus luxueux aujourd'hui, le téléphone 7 Plus, lancé il y a un an. L'entreprise a été encouragée par la bonne performance de ce modèle, qui indique, selon elle, que les consommateurs sont prêts à dépenser autant pour un smartphone que pour un ordinateur - sa gamme Mac Book Air démarre à 999 dollars. Son grand rival, le sud-coréen Samsung, se positionne sur le même créneau avec un prix démarrant à 930 dollars pour son Note 8, qui sera disponible à partir de vendredi aux Etats-Unis.

    [LIRE LA SUITE]

  • Imprimer

    [LUXURY LAB][ECONOMY] | Build a #brand for #Millennials | @CITYA.M.

    FROM JEZ FRAMPTON | CITYA.M. | http://bit.ly/2vR6bLF

    #Build a brand for #millennials : The new challenge

     A brand is the most important asset a business can have. It is the only true, long term differentiator of a company, and without doubt it helps businesses change and grow. But although business owners know this is true, most are still neglecting the one thing that makes a successful brand: people. Brands start and finish with people. They begin on the inside, with humans, and are ultimately delivered on the outside, to humans. People are the pillars of a company that breathe life into businesses.

    Brands are not a tangible product – they are a human construct brought together by opinions, perspectives and experiences. These experiences are made up of interactions with the product, a company’s culture, its impact on the wider environment, and how it communicates. Each of these factors makes up a brand. And every touchpoint for a consumer or employee matters. It is only when these experiences are fully aligned with clear values and purpose that a brand can live to its full potential.

    People form opinions of companies in the same way that they form opinions of other people: it is an informed, emotional choice as to whether they like and trust you. Your company needs to have clear values and a meaningful purpose to allow people to make these decisions.

    This is even more crucial when aiming to get millennials engaged with your brand. Some might be tired of hearing about millennials’ needs, and the fact that they are more concerned with a business’ ethos and vision than their parents were. But this is the generation that companies must aspire to.

    This unique generation has found its voice and is not scared to use it. Look at the recent General Election, for example. Theresa May thought she was safe, but the millennials roared and swayed the result. They weren’t prepared to stand for something they didn’t believe in.

    Millennials want purpose, clarity and authenticity, and these are the qualities that must be instilled into a brand’s ethos if you want this and future generations to consider buying into your products. Millennials are the people that will champion your brand’s purpose – if you give them one.

    [LIRE LA SUITE]