Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

4.c- Beauté

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [TENDANCE] | Le #sur-mesure #gagne le #secteur de la #beauté | @FASHIONNETWORK

    DE SARAH AHSSEN | FASHION NETWORK | http://bit.ly/2BHySgp

    Le #sur-mesure #gagne le #secteur de la #beauté

    Arrêter de catégoriser les consommateurs en fonction de leur âge, leur genre ou leur type de peau, c’est ce que préconise Mintel dans son étude prospective sur les tendances mondiales de la beauté en 2018. Le cabinet d’études de marché argue qu’en matière de cosmétiques les consommateurs imposent désormais leurs règles et sont à la recherche d’une offre personnalisée.

    Une montée en puissance de l’expression de l’individualité largement portée par les réseaux sociaux que le cabinet NellyRodi souligne également dans son étude "The new faces of beauty", révélant l'intérêt grandissant des consommateurs pour des marques plus alternatives, exprimant ainsi leur singularité.

    A l’avenir donc, en matière de beauté, les marques devront répondre aux préoccupations individuelles des consommateurs, indique Mintel. Une problématique que certaines ont d’ores et déjà embrassée. Fenty Beauty, la marque de maquillage lancée en septembre dernier par Rihanna et conçue avec Kendo, la filiale de LVMH, propose par exemple 40 nuances de fonds de teint. Lancôme a de son côté créé Le Teint Particulier Custom Made Foundation, une technologie qui détecte la carnation de la peau pour créer un fond de teint sur-mesure.

    2017-12-07_09h40_01.png

    Côté maquillage toujours, Eyeko, spécialiste du maquillage des yeux, a lancé Bespoke Mascara Service qui permet de choisir, entre treize brosses et cinq formules, le mascara le plus adapté à ses cils. Un service disponible en France dans le magasin Sephora des Champs-Elysées. Tout juste lancée sur le segment des lèvres, la griffe française La Bouche Rouge proposera pour sa part dès janvier 2018 une application permettant de créer un rouge à lèvres sur-mesure à partir de la photographie d'une couleur.

    Les spécialistes du soin ne sont pas en reste, à l’image de Romy qui a mis au point une application ciblant les besoins de la peau et conseillant une "recette" sur-mesure, ou encore de Laboté qui propose de réaliser un bilan clinique à partir d’un questionnaire élaboré par des dermatologues, et de composer un soin en fonction des résultats.

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [BAROMETRE] | Promise Consulting et Exane BNP Paribas s’associent pour analyser la santé financière des marques concernant « Brand Desirability and Exclusivity ». Promise Consulting dévoilera prochainement ses résultats du baromètre UK.

    [#LUXURYLAB] [BAROMETRE] | PROMISE CONSULTING ET EXANE BNP PARIBAS

    PROMISE CONSULTING ET EXANE BNP PARIBAS S’ASSOCIENT POUR ANALYSER LA SANTÉ FINANCIERE DES MARQUES DE LUXE

    La mesure de la Désirabilité et de l’Exclusivité mise au point par Promise Consulting est pour la 3ème année consécutive retenue par Exane BNP Paribas qui l’intègre comme une des dimensions de son Indice de la Santé des Marques (« Brand Health Index »). Cet indice est régulièrement mis à jour pour analyser la « vraie » valeur des marques de luxe (mode, sacs, chaussures, accessoires, horlogerie, bijouterie, etc.) et la santé économique et financière des acteurs du secteur.

    Promise Consulting, institut d’études spécialiste de l’évaluation de la performance des stratégies marketing, a mis au point en 2005 deux échelles de mesure des dimensions de Désirabilité et d’Exclusivité des marques de luxe.

    Cette métrique éprouvée sur un plan international s’appuie sur une collecte de données régulièrement mise à jour auprès des plus riches clients dans l’univers du luxe (mode et beauté).

    Après trois publications sur la France, la Chine et les USA, les résultats publiés aujourd’hui par EXANE BNP sur le UK confirme la pertinence de la mesure pour comprendre les leviers de croissance des marques, analyser leur performance économique et financière et au final statuer sur leur valorisation en anticipant les marques montantes ou descendantes dans un avenir proche.

    A cet égard, notre Baromètre synthétise dans deux échelles éprouvées les nombreux critères habituellement utilisés par les consommateurs pour hiérarchiser les marques de grand luxe entre elles.

    Notre mesure Exclusivité & Désirabilité établit le lien entre le Marketing et l’Analyse Financière. Ainsi les résultats de notre baromètre conjoint avec Exane BNP reposent sur deux angles d’expertise très complémentaires, apportant une valeur ajoutée unique aux dirigeants, aux décideurs et aux actionnaires dans le secteur du luxe.

    Nous sommes particulièrement fiers d’être intégré dans le Brand Health Index d’Exane BNP, une évaluation de référence des marques pour les décideurs, les investisseurs, les actionnaires et les dirigeants de fonds d’investissement. 

    Si vous souhaitez être informé en avant-première des résultats pour votre marque concernant la mesure en cours, n'hésitez pas à nous contactez : philippe.jourdan@promiseconsultinginc.com

    Lire le communiqué de presse intégralement : http://bit.ly/2zZfUUV

  • Imprimer

    [LUXURY LAB] [MARCHE] | #Nature, #inclusivité, #personnalité et #personnalisation seront les #moteurs du #marché de la #beauté en #2018 | @PREMIUMBEAUTYNEWS

    DE V.G. | PREMIUM BEAUTY NEWS | http://bit.ly/2zLR5ZM

    #Nature, #inclusivité, #personnalité et #personnalisation seront les #moteurs du #marché de la #beauté en #2018

    Selon une nouvelle étude de Mintel, les produits de beauté seront plus inclusifs, plus naturels and locaux, auront davantage de personnalité et seront davantage personnalisés en 2018. La société d’études d’analyse marketing a annoncé quatre tendances qui impacteront le marché mondial des cosmétiques l’année prochaine.

    L’importance des questions environnementales, l’intérêt des consommateurs pour des définitions plus larges de la beauté - dépassant les questions d’âge, de sexe et de type corporel - ainsi que leur recherche d’attitudes éthiques fortes, et les possibilités de personnalisation ouvertes par les technologies numériques seront, selon Mintel, les principales forces influençant le secteur des cosmétiques dans le monde en 2018.

    Beauté naturelle :

    Avec l’évolution des demandes des consommateurs et les changements climatiques à travers le monde, l’industrie de la beauté doit adapter son approche en matière d’ingrédients naturels et durables. Selon Mintel, les progrès des biotechnologies aideront les marques à relever ces défis. « Au cours de la prochaine année, les possibilités offertes par la science de créer des ingrédients sûrs, sans allergènes, purs et efficaces pourraient remplacer la récolte d’ingrédients naturels », souligne Sarah Jindal, Analyst, Beauty & Personal Care chez Mintel.

    La tendance en faveur de produits plus « locaux » offre également des opportunités. Selon Mintel, le sourcing et la production d’ingrédients locaux deviendront essentiels dans les années à venir.

    nature,inclusivité,personnalité,moteurs,marché,beauté,2018

    Beauté inclusive :

    « Les marques cesseront de cibler les consommateurs en fonction de leur âge, de leur sexe ou de leur type corporel, car les consommateurs exigent de plus en plus une beauté plus personnelle définie selon leurs propres termes  », affirme Sarah Jindal.

    Les perceptions de la beauté fondées sur l’âge, le sexe, la peau, les cheveux et le type de corps changent, car aujourd’hui les consommatrices prennent le contrôle de ce qui définit la beauté. « Les acheteuses de cosmétiques exigeront que l’on réponde à leurs besoins individuels en leur offrant des options ou des solutions personnalisées. Les marques se montreront plus inclusives et répondront aux préoccupations individuelles en matière de beauté, ce qui se traduira par une personnalisation accrue des produits. »

    Personnalités affirmées :

    « Se contenter de vendre un super produit de beauté ne sera plus suffisant. Pour les conquérir, les marques doivent avoir une personnalité et un but en rapport avec les valeurs personnelles des consommateurs », explique Sarah Jindal.

    Il incombe maintenant aux marques d’impressionner les consommateurs en développant leur personnalité, de façon humaine, vivante et sincère. Selon Mintel, en 2018 et au-delà, les projets éducatifs et les questions environnementales et éthiques seront au premier plan.

    Personnalisation digitale :

    La technologie numérique rendra les achats plus personnels en 2018. Les marques de cosmétiques vont scruter le moindre mouvement des consommateurs, les technologies numériques permettant une personnalisation sans précédent de l’expérience d’achat. « Mintel prévoit une véritable transformation du secteur de la beauté et en 2018, » conclut Sarah Jindal.

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [SHOP] | #First #Tom #Ford #Beauty Store Opens in #London | @BUSINESSWIRE

    FROM | BUSINESSWIRE | http://bit.ly/2jkMC9l

    #First #Tom #Ford #Beauty Store Opens in #London

    Debuting on November 20, 2017, the first TOM FORD beauty standalone store is the ultimate in luxury beauté, expressed through Tom Ford’s singular vision. Located in historic Covent Garden (3 The Market Building) this store is a pivotal moment in the evolution of the brand.

    The new design of light and layered grey glass sculpture creates a visually arresting play on objects and space while highlighting his collection of makeup, skincare and fragrance for women and men. Tom Ford’s inimitable touch reverberates in every dimension of the store, beginning with the LED screens lining the façade with the latest campaigns. Halos of light and floating white marble slabs showcase the exquisite design of his products, fully immersing you in the convergence of glamour and technology for the most luxurious retail environment. A complete vision of the breadth of the world of TOM FORD BEAUTY, each room in the 130 square meter store features its own enhanced shopping experiences, equipped with various digital technologies that unite technical innovation, bespoke sculptural design and the most coveted customer services.

    First, Tom Ford, Beauty, London

    COLOR ROOM
    Discover the latest launches, most wanted colors, and augmented reality, that allow customers to virtually try on shades from the highly coveted lip color collection.

    FRAGRANCE ROOM
    Enter Tom Ford’s personal scent laboratory, where the brand is transforming how consumers trial fragrance. The room features a dedicated interactive scenting installation where guests can digitally explore the unconventional scents that make up the artisanal Private Blend Collection. A dramming bar offers customized services, from luxury sampling to scent styling.

    Explore the Oud and Neroli Portofino Collections, the Tom Ford for Men skincare and grooming collection and a luxury gifting station.

    MAKEUP ROOM
    An intimate room that offers personalized makeup services and demonstrations by a Tom Ford Beauty Specialist. For the first time, customers can record their makeup applications for use at home as a personalized how-to, sent with a shopping list of products used throughout the service.

    PRIVATE MAKEUP SERVICES ROOM
    The Private Makeup Services Room provides appointment-only services bookable online and in store, with Tom Ford Beauty Specialists. The brand offers fragrance customization and makeup services such as application, Tom Ford’s Shade and Illuminate philosophy, definitive brows, VIP masterclasses and bridal services.

    There is also the opportunity to record your customized how-to for these services.

    VIP/EVENT SPACE
    This is the ultimate space for private cosmetic and fragrance one-to-one consultations.

     The sculptural and lighting design and digital screens create the most exclusive space to showcase the products.

    GROOMING ROOM
    Experience the Tom Ford for Men skincare and grooming collection in London’s most luxurious space for men. Guests can choose from a range of exclusive grooming services by an expert barber, including a Beard Trim, the Express Facial, and a classic hot towel, close-cut Wet Shave, all bookable online at tomfordbeauty.co.uk/appointments.

     

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [LAUCH] | #7-Eleven #launches #beauty brand with impulse #buys in mind | @PREMIUMBEAUTYNEWS

    DE AFP / RELAXNEWS | PREMUIM BEAUTY NEWS | http://bit.ly/2hON9jr

    #7-Eleven #launches #beauty brand with impulse #buys in mind

    Convenience store 7-Eleven is hoping to become the next big beauty destination, thanks to the launch of its debut cosmetics line. The chain store has unveiled a brand-new 40-piece makeup collection titled ‘Simply Me Beauty,’ designed with millennial consumers in mind.

    Described by the retailer as an “affordable, fashion-forward line of makeup,” the Simply Me Beauty brand covers cosmetics and accessories for the face, eyes and lips, with all items priced between US $3 and US $5. From eyeshadow palettes and highlighters to BB foundation creams and eyebrow wax, the collection is positioning itself as a catch-all beauty range for women on the go, banking on the convenience factor of shoppers being able to pick up a bronzer alongside their morning coffee. As well as the traditional mascara, lip gloss and powder compact beauty offerings, the line will also feature tools such as false eyelashes, makeup remover, nail buffers, brushes and blender sponges.

    group2facefront.jpg

    “Much of the time, makeup items like lip and eye colours are spur-of-the-moment, impulse buys,” said Joy Pico, 7-Eleven category manager, in a statement. “If the price is right, that makes it easier to justify. For a millennial working woman wanting to refresh her makeup while grabbing lunch at 7-Eleven stores, Simply Me Beauty is a welcomed offering and is priced just right for her.”

    The beauty launch, which is set for the Holiday season, will see the line made available at special ‘Gorgeous on the Go’ displays established exclusively at 7-Eleven stores. The brand operates, franchises or licenses 10,900 stores across North America. 7-Eleven also has a presence in Australia, Asia and Scandinavia.

    The beauty products industry is currently worth US$46 billion, and forecast to increase by 12% by 2020. Drug stores and supermarkets have 30 percent of the market, so it makes sense that 7-Eleven wants its slice of the pie, and it isn’t the only mass retailer cashing in on the potential opportunity — earlier this year the pharmacy giant Walgreens targeted younger makeup fans with the launch of a new 160-piece cosmetics collection called CYO.
    In fact, a slew of new makeup lines have appeared on the scene in 2017, with everyone from online fashion retailer Asos and manicure brand Nails Inc, to Rihanna and Kim Kardashian launching own-brand beauty collections.

  • Imprimer

    [#CONSOLAB] [SUSTAINABLE DEVELOPMENT] | #Guerlain, #luxury #cosmetics flag-bearer for #sustainable #development | @PREMIUM BEAUTYNEWS

    DE FRISTEL MILET | PREMIUM BEAUTY NEWS | http://bit.ly/2hLXpcr

    #Guerlain, #luxury #cosmetics flag-bearer for #sustainable #development

    Spurred on by CEO Laurent Boillot, Guerlain included sustainable development to the company’s strategy as soon as 2007. Although they had remained discreet about their approach since then, the brand has just published a third report celebrating “10 years of sustainable commitment, In the Name of Beauty”, highlighting both their achievements and ambitions for 2020. The decision to finally communicate on this resulted from a nurtured strategic commitment for the future, on all levels. Sandrine Sommer, Sustainable Development Director of the prestigious brand, detailed its content and scope for Premium Beauty News.

    Premium Beauty News - In 2007, luxury and sustainable development hardly worked hand in hand. How was this initiative born? 

    Sandrine Sommer - It was born from a strong-willed man, Laurent Boillot, who had just taken over Maison Guerlain. Sustainable commitment was mainly a personal belief. But beyond that, sustainable development definitely had to be an integral part of the company’s strategy to develop, pass on, and preserve Guerlain’s heritage.

    Premium Beauty News - Protection of bees (they are the Maison’s emblem), biodiversity, climate, eco-design, social responsibility… your commitment is global and you have already made very concrete achievements, like the new Orchidée Impériale pack lightened by 60%. After 10 years, what are your greatest satisfactions?

    Sandrine Sommer - Internal mobilization and involvement, first. From the very beginning, we implemented an efficient collaborative organization with a “sustainable development” steering committee composed of 18 people from every department in the company. For sustainable development to be a project on the level of the whole company, with a real will to change and the right structure to do it, and for our employees to be the best ambassadors, it was essential for me to have all trades involved and get one referent per department. In addition, I am very proud of having brought up to date the Abeille bottles, making them indefinitely refillable, thanks to our perfume fountains. To me, the perfumer Guerlain concept embodies sustainable luxury. And we have great ambitions to gradually deploy the concept.

    Guerlain, luxury, cosmetics, sustainable development

    Premium Beauty News - What are your objectives for 2020?

    Sandrine Sommer - There are many of them, but they can be grouped into four main challenges: biodiversity preservation. We already work with sustainable sourcing players for Guerlain’s iconic raw materials. Also, we have made a lot of efforts for bee protection, in particular on Brittany’s Île d’Ouessant, and we are now developing our projects on the global level. The second challenge for us is ecodesign. It is probably one of the most complex. The idea is to make things as, or even more beautiful, while preserving the planet’s resources. We aim for 100% of our new products to be ecodesigned by 2020. Then, as far as climate is concerned, we have committed to reduce our CO2 emissions by half compared to 2007, for example by choosing maritime transport. Lastly, as regards social responsibility, definitely one of our own priorities, we support a global association dedicated to self-esteem: Look Good Feel Better. They offer women receiving cancer treatment free beauty workshops in hospitals. By 2020, we would like to be able to support them in all countries where Guerlain has settled.

    Premium Beauty News - How did the transition go with your suppliers?

    Sandrine Sommer - We worked together with the LVMH Perfume & Cosmetics branch to develop a responsible purchasing charter and define a number of guidelines that would help us make progress. The charter was co-set up with steering suppliers and is used as a working basis to go forward together, that was most important.

    Premium Beauty News - How did you make the notions of environmental protection and luxury match?

    Sandrine Sommer - They are not incompatible, there are actually matching elements between luxury and sustainable development that are almost natural, even consubstantial, in particular the notions of long periods of time, of the selection of rare and precious raw materials that require protection, or of know-how that needs to be passed on…

    On the contrary, it can be difficult to communicate, because we are aware of the fact that we are not exemplary yet – no one is. It is an issue on which we have been innovating on a daily basis. Many luxury companies have been working for a long time on this, but they do not make it public that much. Guerlain has only just started, but we still want to keep humble and sincere in how we do it. It is a continuous improvement process, a long, step-by-step building process, without compromising on the quality and prestige perceived with luxury houses.

    The “green” vision of sustainable development is behind us now. It is time to highlight beautiful, sustainable innovations to reconcile both. That is what the challenge involves.

    Premium Beauty News - Is your public ready to hear these arguments?

    Sandrine Sommer - The luxury public is getting increasingly sensitive to this. To our customers, it is just obvious, as long as you are a luxury brand, you should do things well. It is up to us to go farther and anticipate their questions and aspirations. For example, we have communicated on our rare, natural materials for long. Today, we are going further, by putting an emphasis on our commitment to protect biodiversity in light of these rare ecosystems.

    We have a prescribing, training role: it is up to us to raise customer awareness.

    Premium Beauty News - How are you going to communicate on this issue?

    Sandrine Sommer - Every year, we organize two events at Guerlain Champs-Élysées to put forward committed men and women. These players work on Sustainable Development on a daily basis. They come to share their experiences with a concerned public, my counterparts from different companies and industries, associations, all our stakeholders… It is a different way to communicate, but we do believe in the pollination of ideas and the strength of committed networks.

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [ECO] | #Clarins, #L’Oreal & Others Launch #Initiative to Improve #Beauty #Supply #Chain | @ENVIRONMENTAL LEADER

    DE JENNIFER HERMES | ENVIRONMENTAL LEADER | http://bit.ly/2zKQw5e

    #Clarins, #L’Oreal & Others Launch #Initiative to Improve #Beauty #Supply #Chain

    Clarins, Coty, L’Oreal and Groupe Rocher have joined with EcoVadis to launch the Responsible Beauty Initiative (RBI), a group that the companies say will accelerate social and environmental performance and progress throughout the beauty supply chain. EcoVadis, a provider of supplier sustainability ratings for supply chains, is working with the companies to ensure their suppliers have sound environmental business practices in place.

    The announcement comes at a time when few companies (just 15%) say they have total visibility into the environmental actions of their tier one and tier two suppliers (per an EcoVadis report published earlier this year).

    RBI is meant to help companies to boost environmental responsibility in their supply chains by:

    • driving a common understanding of sustainability performance across the industry
    • sharing best practices and processes
    • leveraging common tools to create efficiencies and benefits for suppliers

    The RBI is built on a Corporate Social Responsibility (CSR) rating platform, operated by EcoVadis, as a common foundation for supplier assessment and interaction. It will address the unique opportunities and challenges of the beauty industry global supply chains and will aim to drive the continuous improvement of sustainability practices, the companies say. The founding members will sign the charter to officially launch RBI and invite other companies and suppliers in the industry to join.

    Clarins, L'Oréal, Initiative, beauty, supply chain

    Nearly half (45%) of organizations say their sustainable procurement program covers most (75% or more) of their spend volume today, a significant jump from the 27% that reported the same in 2013, according to EcoVadis. Yet while supplier coverage has increased, depth of supply chain CSR visibility remains elusive: just 15% of organizations said they have complete supply chain visibility into the CSR and sustainability performance of both tier one and two suppliers, and only six% reported full visibility into tier three suppliers and beyond. This is the number one challenge today for sustainable procurement teams. “It is often further down in supply chains where the most significant risks lie, and the need to scale up programs to increase the depth of program visibility to the ‘long tail’ of global supply chains has never been more urgent,” the report stated.

    But companies looking for sustainable sourcing nirvana are making progress: The EcoVadis/HEC study also found that organizations collecting sustainability data are actively using the intelligence to guide sourcing decisions. By making CSR data a key factor in the sourcing process, organizations are incentivizing suppliers to be more sustainable and act more responsibly across the board.

    The report found that 97% of organizations place a high level of importance on sustainable procurement, continuing an upward trend seen in the last decade.

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [E-SHOP] | #Acqua di Parma lance son #e-shop sur le #marché #français | @FASHIONNETWORK

    DE SARAH AHSSEN | FASHION NETWORK | http://bit.ly/2hxY2GR

    #Acqua di Parma lance son #e-shop sur le #marché #français

    Acqua di Parma a ouvert les portes de sa boutique en ligne sur le marché français. Présente dans l’Hexagone depuis une vingtaine d’années, la griffe de beauté fondée en Italie en 1916 y est aujourd’hui distribuée via 150 points de ventes, tels que le sélectif ou les grands-magasins, mais également sa boutique parisienne du Marais.

    Outre une accélération des ventes, l’ambition de cette nouvelle plateforme, déclinée dans une vingtaine de pays européens, est de « faire partager un excellent service client en ligne », souligne Fabien Petitcolin le directeur général France d’Acqua di Parma.

    Le site a été conçu pour une navigation multi-supports (ordinateur, tablette et portable) et propose toutes les collections Acqua di Parma : fragrances, eaux de Cologne, produits de beauté et de rasage, produits d’intérieur et même articles de maroquinerie.

    Acqua di Parma, e-shop, marché, français

    Acqua di Parma, qui a ouvert sa première boutique à Milan en 1998, compte également des boutiques à Rome, Milan, Miami et donc Paris. La France représente d’ailleurs 10% des ventes de la griffe italienne entrée dans l’escarcelle du groupe LVMH en 2001.

    En 2016, la division parfums et cosmétiques de LVMH, qui regroupe notamment Guerlain, Kenzo, Givenchy, Benefit ou Parfums Christian Dior a réalisé un chiffre d‘affaires de 4,95 milliards d‘euros, en croissance de 8%. Les parfums représentent 38% des ventes de la division.

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [ENGAGEMENT] | #LVMH concilie #luxe et engagement #durable avec Cha Ling |@PREMIUMBEAUTYNEWS

    DE KRISTEL MILET | PRENIUMBEAUTYNEWS.COM | http://bit.ly/2xQcXCr

    #LVMH concilie #luxe et engagement #durable avec Cha Ling

    Contribution à la préservation d’une forêt millénaire d’arbres à thé au Yunnan, traçabilité des ingrédients, certification bio de la matière première (le thé Pu’Er), engagement contractuel avec les populations locales pour leur garantir un revenu stable, écoconception des emballages … la jeune marque Cha-Ling Esprit du Thé, formulée par la Recherche LVMH et incubée par Guerlain est « née d’un rêve écologique » comme l’exprime Élodie Sebag, Directrice Générale.

    L’idée est venue au cours d’un voyage il y a 5 ans de Laurent Boillot, président de Guerlain, dans le Yunnan en Chine, berceau originel du thé. Touché par la beauté et la richesse de la biodiversité de la forêt de Xishuangbanna, un écosystème menacé de déforestation, il souhaite alors s’engager aux côtés du biologiste Josef Margraf et de sa femme Minguo-Li pour la sauvegarde de ce patrimoine millénaire abritant le très vénéré thé Pu’Er. Il choisit de créer une marque à partir de cet ingrédient précieux au fort pouvoir antioxydant, dont une partie des revenus servirait à la reforestation de cet endroit tel qu’il était à l’origine, avec un écosystème diversifié. 

    À l’instar du vin, le thé Pu’Er a la particularité de se bonifier avec le temps. Il se laisse vieillir en cave pendant plusieurs dizaines d’années, et change de profil phytochimique au cours de sa maturation. Au delà de son fort pouvoir antioxydant, il vient développer en vieillissant des molécules complémentaires à l’action anti-âge. À partir de ces éléments, il y eut 3 années de recherche avec les laboratoires LVMH pour sélectionner les arbres à récolter et développer des formules alliant deux types de thés, du thé frais récolté chaque année et du thé âgé minimum de 4 ans.

    « Les produits ont été développés selon le fil rouge du développement durable avec une charte formulatoire stricte, pas de parabènes, ni sulfates, ni silicones bien qu’il y ait un fort niveau sensoriel  », assure Élodie Sebag. Les formules sont composées de 85 % à 99% d’ingrédients verts, les packs en verre sont allégés de 25% en poids et en volume, il n’y a pas d’emballage extérieur mais une solution inspirée du Furoshiki, une technique japonaise traditionnelle d’emballage en tissu. Les crèmes et bientôt les fluides sont également proposés en contenants céramiques réalisés à la main à Limoges pour une version rechargeable.

    LVMH, luxe, engagement, durable, Cha Ling

    « Nous avons enfin sponsorisé le projet Tea Garden au Yunnan et déjà replanté plus de 100000 théiers à ce jour », ajoute Élodie Sebag.

    Bien que la totalité des produits soient fabriqués dans l’usine Guerlain à St Jean de Braye, la volonté de Cha Ling était de se positionner comme une marque franco-chinoise dans sa globalité. « Très en amont nous avons souhaité et c’était important, intégrer dès le développement toute la culture chinoise et non pas seulement utiliser un ingrédient  », explique la directrice.

    La gamme intègre à la fois les soins mais également des rituels issus de la médecine traditionnelle chinoise pour la gestuelle d’application, et bien sûr tout un environnement autour de la cérémonie du thé Puer, certifié bio (tasses, théières en céramique). Lancé simultanément en janvier 2016 en France, au Bon Marché, à Hong Kong avec un point de vente en propre et en e-commerce, Cha Ling est maintenant présent depuis juillet à Shanghai avec une nouvelle boutique.

    La marque construit progressivement sa notoriété de manière ciblée par le biais du digital (Instagram, plateformes, Birchbox …) ainsi qu’un programme porté par des micro-influenceuses du secteur beauté ou lifestyle. « Nous sommes, après un an et demi d’existence, à plus de 20% de ré-achat sur les 3 pays », se réjouit Élodie Sebag.

    « Cha Ling est à la croisée de différentes tendances, le bien être, le retour aux médecines traditionnelles, notamment chinoise, et bien sûr le green. Elle séduit différents publics avec des points d’attraction différents, l’esprit global de la tradition chinoise en France et le savoir faire made in France en Chine. Enfin, elle offre toute l’efficacité LVMH pour un achat qui fait sens », conclut-elle.

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [POP-UP] | #Nuxe ouvre son premier #pop-up store au coeur de #Paris | @FASHIONNETWORK

    DE AFP | FASHION NETWORK | http://bit.ly/2z7nDk0

    #Nuxe ouvre son premier #pop-up store au coeur de #Paris

    (Relaxnews) - La marque de cosmétiques Nuxe ouvrira les portes, le 15 novembre prochain, de son premier pop-up store dans le 1er arrondissement de Paris. Cet espace entièrement dédié à la beauté et au bien-être abritera l'ensemble des produits de la marque et proposera des ateliers et des animations pendant trois mois.

    Situé au numéro 32 de la rue Montorgueil, juste à côté du spa parisien de Nuxe, cet espace éphémère s'étend sur une quarantaine de mètres carrés. La façade ornée de fleurs blanches et or attendra, dès le 15 novembre, le public, qui sera ensuite accueilli dans un espace décoré de bois clair et de teintes bronze cuivrées pour la touche cosy et cocooning

    NUXE, pop-up, Paris

    L'offre Nuxe sera bien évidemment mise en avant, tandis qu'à l'arrière du pop-up store, chacun pourra participer à un atelier « Do it yourself », permettant de personnaliser ses coffrets cadeaux avant d'y renfermer des soins et autres produits de beauté. Pendant trois mois, l'espace proposera d'autres ateliers animés par des intervenants extérieurs. Il s'agira d'améliorer sa posture, et de se relaxer à travers diverses techniques. Nuxe proposera un agenda en ligne (www.nuxe.com) dès mi-novembre pour tenir ses clients informés des animations à venir.

    Un test retail pour la marque qui est vendue en France dans ses spas, en distribution sélective, mais surtout dans le réseau pharmacie et parapharmacie.