Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

4.c- Beauté

  • Imprimer

    Baromètre #Cross-canal | produits de beauté | Internet et Enseignes Spécialisées font reculer les Enseignes de Masse

    COMMERCE PHYSIQUE VS. COMMERCE DIGITAL

    Produits de beauté : la nécessité d’une expérience physique condamne-t-elle l’e-commerce ?

    cosmetique,shampoing,produits pour le corps,beaute,cross-canal,multicanal,magasin,enseigne,e-commerce,digital

    Poursuivant son étude mensuelle cross-canal, Promise Consulting | Panel On The Web s'est intéressée aux lieux d'achat favoris des Français pour leurs produits de beauté (maquillage, soin, shampoings & produits pour le corps).

    Le Baromètre Cross-Canal mesure la performance comparée des circuits de distribution traditionnels et de e-commerce par segments de marché. Il fait suite aux enseignements d’un ouvrage de référence publié par Promise Consulting sur les Nouveaux Comportements de Consommation et intitulé « Le Marketing de la Grenouille » (Editions Kawa | http://bit.ly/2k1N4rf). Pour plus d’informations : http://promiseconsulting-blog.com.

    Si les enseignes commencent à intégrer ces tendances en adoptant des stratégies dites « omnicanales », la naissance de pure players dédiés exclusivement à la beauté et à l’hygiène s’annonce complexe. Plusieurs facteurs semblent en effet freiner leur développement, même si le secteur du maquillage et du soin ont vu l’émergence d’acteurs nouveaux dont le développement commercial s’appuie essentiellement – sinon exclusivement – sur le digital (ex. Birchbox, Smashbox, etc.). En effet, en raison de la nécessité de l’expérience physique qu’impose ce type de produits, l’achat en ligne paraît souvent risqué pour le consommateur. Pour autant, sous la pression de sites de vente en ligne de produits cosmétiques et d’hygiène comme Feelunique.com, Santemoinschere.com ou Allbeauty.com, les enseignes physiques, qui continuent d’être les lieux d’achat favoris des consommateurs français, ont bien entamé leur révolution digitale. 

    Suite à un premier volet consacré aux vêtements, la lingerie, les chaussures et les parfums, puis à un deuxième consacré aux produits alimentaires, Promise Consulting a souhaité mesurer le taux de pénétration des canaux pour les produits de beauté (maquillage, soin, shampoings et produits de bains), et enfin la satisfaction et l’intention de recommandation à l’issue du dernier achat effectué en fonction des lieux d’achat.

    QUELQUES CONCLUSIONS FORTES

    cosmetique,shampoing,produits pour le corps,beaute,cross-canal,multicanal,magasin,enseigne,e-commerce,digital

    la pénétration de l’e-commerce est encore loin derrière celle des magasins physiques et les Français dans leur grande majorité ont encore le réflexe de se rendre en hypermarchés ou dans des enseignes spécialisées en proportions importantes (au minimum 81% des achats sont effectués en magasins).

    Pour autant, les enseignes traditionnelles auraient tort de se reposer sur leurs lauriers car l’étude met en exergue deux points inédits :

    1- Le commerce digital surclasse les hypermarchés et les supermarchés en termes de satisfaction dans les trois univers mais les enseignes spécialisées font jeu égal avec le digital en maquillage et en soin pour la peau.

    2- L'e-commerce s'impose face aux points de vente physiques en matière de recommandation, à l'exception du maquillage toutefois grâce à la forte attractivité des enseignes spécialisées. 

    ETUDE COMPLÈTE SUR DEMANDE AUPRES DE PHILIPPE.JOURDAN@PROMISECONSULTINGINC.COM

    EN SAVOIR PLUS SUR L’OUVRAGE « LE MARKETING DE LA GRENOUILLE » : [Marketing de la Grenouille]

    TELECHARGER LES INFOGRAPHIES[Infographies]

    Lire la suite

  • Imprimer

    SHISEIDO à la conquète de l'Europe | @Shiseido_FR ‏ #cosmetics #fragrance @adetem

    JULIETTE GARNIER | LE MONDE | 06-06-2017

    Le marketing, axe de la relance de Shiseido

    Le groupe japonais de produits cosmétiques mise sur le parfum pour sa croissance européenne

    Shiseido s'est déjà délesté de quelques kilos. La grande dame japonaise des produits cosmétiques espère maintenant beaucoup de son lifting. " Le premier trimestre 2017 affiche une progression de 11  % du chiffre d'affaires. Notre résultat opérationnel - 10,3  % de marge opérationnelle - a atteint un record historique ", s'est félicité son PDG, Masahiko Uotani, mardi 30  mai, lors d'une rencontre avec la presse, à Tokyo.

    Nommé en  2014, cet ancien patron de Coca-Cola au Japon se démène pour ranimer le groupe fondé par Arinobu Fukuhara, un pharmacien avant-gardiste, à Tokyo, en  1872. Sous la houlette de M. Uotani, le Carlos Ghosn de l'antirides, Shiseido doit atteindre en  20201 000  milliards de yens de chiffres d'affaires (soit 8  milliards d'euros) et dégager 800  millions de résultat opérationnel. En  2016, ses ventes ont atteint 6,8  milliards d'euros, le plaçant au cinquième rang mondial loin derrière le numéro un, L'Oréal, et ses 25,3  milliards d'euros de chiffre d'affaires.

    La première phase du plan de relance a consisté à aligner Shiseido sur les standards des grands groupes mondiaux des cosmétiques. M.  Uotani impose d'abord 600  millions de dollars de réduction de coûts, entre 2015 et 2020, pour financer son marketing et atteindre 10  % de marge opérationnelle. Il comprime les coûts de fabrication, négocie avec ses fournisseurs des baisses de prix. Tout va vite. " Nous dépasserons cet objectif d'ici à la fin de l'année ".

    VOIR LA NOUVELLE PUBLICITE TELEVISEE : https://binged.it/2r33u6n

    Lire la suite

  • Imprimer

    Les montres et la joaillerie dopent les résultats de #LVMH | @LVMH @adetem @louisvuitton

    TRIBNUE DE GENEVE | LUNDI 10 AVRIL 2017

    [LIRE L'ARTICLE EN LIGNE]

    Le groupe français LVMH, numéro un mondial du luxe, a vu son chiffre d'affaires bondir de 15%, à 9,88 milliards d'euros (10,45 milliards de francs), grâce en partie à une base de comparaison favorable. Montres et et joaillerie sont en croissance.

    La croissance organique du groupe aux quelque 70 marques - dont Louis Vuitton, Fendi, Guerlain, Hennessy ou Sephora - s'affiche également en forte progression de 13%, alors qu'elle avait été de 6% pour l'ensemble de l'exercice 2016, et de seulement 3% pour le premier trimestre 2016, a-t-il indiqué lundi dans un communiqué.

    LVMH met en avant «une progression à laquelle contribuent tous les groupes d'activités. La croissance est positive en Asie, en Europe et aux Etats-Unis», souligne-t-il.

    Mais il indique aussi qu'il «bénéficie durant ce premier trimestre (2017) d'une base de comparaison favorable, notamment en Europe, où l'activité avait été affectée l'an dernier par l'impact des attentats de novembre 2015 à Paris. La tendance actuellement observée ne peut raisonnablement pas à ce jour être extrapolée à l'ensemble de l'année».

    Premier trimestre plus facile

    Le PDG, Bernard Arnault, avait indiqué dès janvier, lors des résultats annuels, qu'en 2017, «il fallait s'attendre à un premier trimestre relativement facile», mais à une deuxième partie de l'année «beaucoup plus difficile».

    Cette performance trimestrielle est supérieure au consensus compilé par l'agence d'informations financières Factset, qui tablait sur 9,53 milliards d'euros de chiffre d'affaires et 9,3% de croissance organique.

    La division-phare du groupe, la Mode et Maroquinerie - portée par la marque Louis Vuitton - a totalisé 3,4 milliards d'euros de ventes, en progression organique de 15% (contre 4% pour l'ensemble de l'année 2016).

    L'activité Distribution Sélective (dont Sephora) continue de talonner la Mode/Maroquinerie, avec des ventes atteignant 3,15 milliards d'euros et 11% de croissance organique.

    Du côté des Vins et Spiritueux, le chiffre d'affaires progresse de 13%, à 1,19 milliard d'euros. Les Parfums et Cosmétiques affichent pour leur part 1,39 milliard de ventes ( 12%).

    Montres et joaillerie en hausse

    L'activité Montres et Joaillerie totalise un chiffre d'affaires de 879 millions d'euros (11%) au cours des trois premiers mois de l'année. Pour rappel, LVMH possède notamment les marques neuchâteloises TAG Heuer et Zenith ainsi que vaudoise Hublot. Le pôle comprend encore Bulgari, entreprise italienne, mais dont le pôle horloger est basé à Neuchâtel.

    LVMH, qui ne donne pas de perspectives chiffrées pour l'année, indique que «dans un environnement particulièrement incertain», il continuera à concentrer ses efforts sur la mise en valeur de ses marques, maintiendra une stricte maîtrise des coûts et ciblera ses investissements et qu'il compte «renforcer encore en 2017 son avance sur le marché mondial des produits de haute qualité».

  • Imprimer

    #Skincare | #Chanel uncovers powerful plants in global tour | @cosmetics @Chanel

    FROM LUXURY DAILY | FROM SATRAH JONES | JANUARY 5, 2017

    France’s Chanel is exploring the anti-aging secrets of three far-flung populations with a shared claim.

    The beauty brand’s newly released Blue Serum took inspiration from Blue Zones around the world, places where the locals live remarkably longer lives. In an effort to prove the claims of its product, Chanel is inviting consumers to journey to these locales in a series of short films.

    Chanel was reached for comment.

    FEELING BLUE

    Chanel’s Blue Serum is being touted by the brand as “a new horizon for skincare.”Explaining the inspiration and ingredient sourcing for this serum, Chanel filmed travel diaries to the Blue Zones that contributed to the product.

    Against footage taken in Costa Rica, a female narrator says, “You can feel the life force in everything and everywhere.” Portraying this energy are images of waterfalls amid greenery.

    chanel, blue serum, skincare, costa rica

    Still from Chanel's Blue Serum film

    The voiceover explains how Costa Rica’s green coffee can only be found in the country, which may contribute to the locals’ long lives.

    In Italy, the Mediterranean locale is said to be the home of centuries’ old olive trees.

    Chanel turns its attention to the sun in Greece, which it says is in everything. This includes soil, plants and the lentisk tree.

    chanel, blue serum, skincare, costa rica

    Discover the Power of Blue Serum - Chanel

    All videos include the statement, “It’s something special. Some call it a mystery. It’s just life.”

    These ingredients—sourced from Nicoya, Costa Rica; Sardinia, Italy and Ikaria, Greece, all hold antioxidant properties. According to the brand, a trial found the serum to reduce wrinkles, even skin tone and firm skin.

    [LIRE L'ARTICLE EN ENTIER]

  • Imprimer

    @Rituals Cosmetics extends its standalone stores presence in European #airports | @PLshopdinefly #beauty #promiseconsulting-blog

    PARU DANS AIRPORT-BUSINESS.COM | DECEMBRE 2016

    Rituals Cosmetics has opened a 44sqm landside store at Eindhoven Airport in partnership with Lagardère. The store is large enough to offer the full Rituals product range.

    Rituals opened two new standalone stores on 23 November – a 23sqm store in Vienna Airport’s Plaza operated in partnership with Welcome Trading, and a 44sqm landside store at Eindhoven Airport in partnership with Lagardère. The Vienna store offers all the brand’s best-selling products, while the Eindhoven store is large enough to offer the full Rituals product range.

    “These are both important new openings for us,” says Neil Ebbutt, Director Wholesale for Rituals. “It brings our portfolio of standalone airport stores to seven and reflects the commitment we have to investing in this channel with our own stores. Airports are without doubt one of the most important channels for us to showcase Rituals to an international audience. The fact that there are some great international retail operators to partner with also makes it that much easier to bring more Rituals standalone stores to airports. These stores also allow us to offer a much wider product range and we have over 400 in total, each one inspired by an ancient Eastern tradition to transform every day routines into more meaningful moments. They include body care, skin care, pure tea, scented candles and fragrance sticks.”

    The stores offer a lifestyle shopping experience, with passengers at Vienna and Eindhoven able to immerse themselves in the brand’s mantra – transform daily routines into meaningful rituals. On entering the store, travellers are offered herbal teas and the opportunity to experience the products through complimentary hand massages. Of course, the stores are currently stocked with a range of gift sets for Christmas.

  • Imprimer

    Les blogueuses beauté se cachent pour mourir | @Leblogdelaura

    Après la presse féminine, les marques de cosmétiques ont tout misé sur les blogs de beauté, puis sont passées à autre chose. C’est moche.

    blog, beute, cosmetique, maquillage, publicite

    19 décembre 2016

    Il y a dix-huit mois à peine, la situation était sous contrôle. Délaissant une presse papier vieillissante, les industriels de la cosmétique misaient tout sur les blogueuses et les youtubeuses. Des dizaines de sites et de chaînes beauté en ligne ouvraient chaque jour. Les postulantes à la gloire se bousculaient au portillon. Dans une ambiance de casting permanent, il suffisait aux marques de choisir les plus prometteuses, puis de les couvrir de cadeaux : échantillons gratuits, invitations au festival de Cannes, voyages à Hollywood et places de concert VIP.


    Les professionnels avaient tiré les leçons de quelques bides spectaculaires, comme celui du blog « Claire, le journal de ma peau », ouvert en 2005 par Vichy pour vanter un exfoliant. Pendant les trois semaines que durait le traitement, une pseudo-blogueuse contait le quotidien de son épiderme. Huées des internautes, discrédit, retraite piteuse. Trop léché et terriblement artificiel, le blog de Claire était, de surcroît, superflu. Pourquoi dépenser de l’argent pour créer une fausse « influenceuse », alors que les vraies se bousculent pour collaborer et qu’elles sont crédibles aux yeux du public ?

    [LIRE LA SUITE SUR LE SITE]

  • Imprimer

    Are cosmetics ads subtly telling women they are flawed and require fixing? | by @HelenRingrow @Palgrave_

    A lot has been made of how airbrushed images in cosmetics advertising campaigns are setting beauty standards that are biologically impossible. But does that apply to the language used in the ads as well?

    A lot has been made of how airbrushed images in cosmetics advertising campaigns are setting beauty standards that are biologically impossible. But does that apply to the language used in the ads as well?

    A linguist from the University of Portsmouth believes the choice of words might also play a subliminal role in encouraging women to see themselves as “flawed and needing to be fixed”.

    Helen Ringrow, a lecturer in Communication Studies and Applied Linguistics, says the underlying theme in advertisements for women’s cosmetics was the constant need to fix problems including dry hair, lack of glow and poor skin. She said: “The language used tells women their faces, hair and bodies are always falling below some imaginary standard. It makes women feel they’re never quite measuring up, never quite right. “It also creates problems we never knew we had, such as selling us deodorant which makes our underarm skin tone appear more even.”

    She says the multi-billion pound beauty industry “thrives on making women’s bodies appear to be a flawed commodity which cosmetics can fix”. As part of her research, Ringrow studied more than 400 beauty ads in Cosmopolitan and Elle magazines over a six-month period in 2011. She noted subtle linguistic differences in tone and language in French and English advertisements but the underlying messages were similar.

    Ringrow said: “The advertisements tell women that their bodies need endless work and that they are not quite good enough without the use of cosmetics.” She also added the advertising also relied heavily on scientific language, saying: “Women are bombarded by a cocktail of scientific words, sex and youthfulness in cosmetics advertising.

    “You’ll find bold claims for the power of something scientific-sounding, like peptides or bio-proteins, which are not always proven, especially not in the small quantities in which they are found in many cosmetics products.”

    Ringrow has revealed the results of her research in a book titled The Language of Cosmetics Advertising, published by Palgrave.

     

     

  • Imprimer

    @YvesRocherFR accentue son développement à l’international | #beaute #cosmetique #promiseconsulting-blog

    20/12/2016 16:00:00 FRANCHISE COSMÉTIQUE | OUVRIR UNE FRANCHISE

    [LIRE L'ARTICLE EN ENTIER]

    Spécialisée dans la distribution de produits cosmétiques, l’enseigne Yves Rocher, célèbre aux quatre coins du globe, continue d’affirmer son leadership dans ce secteur d’activité. La marque à récemment fait acquisition de l’enseigne israélienne Sabon, connue pour ses savons artisanaux découpés devant le client. Une acquisition qui s’inscrit dans la politique du groupe qui souhaite désormais réaliser (d’ici dix ans) 50% de ses ventes hors de la zone euro.

    Avec l’acquisition de la marque Sabon (dont les revenus sont estimés à 100 millions d’euros, et qui compte près de 165 magasins implantés à travers le monde notamment au Japon et aux Etats-Unis), l’enseigne Yves Rocher affirme une fois de plus son ambition de conquérir le marché international. Positionné sur un marché très porteur, l’enseigne poursuit son développement à travers le monde à un rythme effréné. Ciblant actuellement des pays émergents tels que le Mexique et l’Afrique (où le groupe a déjà quelques partenariats), Yves Rocher ambitionne de réaliser d’ici 10 ans, la moitié de ses ventes hors de la zone euro comme le révèle le PDG du groupe, Bris Rocher, dans une interview accordée aux Echos« Les deux tiers de notre chiffre d'affaires se font aujourd'hui en zone euro. Ce n'est pas forcément la région la plus dynamique. Notre objectif est de réaliser la moitié de nos ventes hors de ce périmètre dans les dix ans. »

    Désormais incontournable dans le secteur de la cosmétique, le réseau Yves Rocher accentue un peu plus son développement sur le marché international avec l’intégration de Sabon, qui offre au groupe l’occasion de faire du Japon son septième marché le plus productif. 

  • Imprimer

    @EsteeLauder finalise l'acquisition de Too Faced | via @boursorama | @TooFaced #promiseconsulting-blog

    [LIRE ARTICLE EN ENTIER]

    (AOF) - The Estée Lauder Companies a finalisé l'acquisition de Too Faced pour 1,45 milliard de dollars. Le groupe de cosmétique souhaite, avec ce rachat, conquérir la génération des 20-35 ans et renforcer sa stratégie multi-canal et son leadership sur le segment en forte croissance du maquillage dit de prestige.

    John Demsey, Executive Group President chez The Estée Lauder Companies, ajoutera Too Faced au portefeuille des marques qu'il supervise. Ciblant la génération Y, Too Faced propose une gamme de produits cosmétiques pour les yeux, le visage et les lèvres. La société a plus de 7,3 millions d'adeptes Instagram et fait partie des huit premières marques de maquillage dans le canal multi-chaîne aux États-Unis.

    Ces dernières années, Too Faced connaît une croissance impressionnante et devrait réaliser un chiffre d'affaires net de plus de 270 millions de dollars en 2016. Cela représente une croissance de plus de 70 % sur l'année et de 60 % en composé annuel sur les trois dernières années.

  • Imprimer

    Le Groupe Rocher (France) achète l'israélien Sabon (175 magasins) | @YvesRocherFR #promiseconsulting-blog

    [LIRE L'ARTICLE EN ENTIER]

    Sigal Kotler-Levy et Avi Piatok, co-propriétaires de la marque de cosmétiques israélienne Sabon (qui exploite 175 magasins dans le monde entier) ont annoncé cette nouvelle qui a fait le tour des rédactions des journaux économiques : “la société française de cosmétiques, Groupe Rocher, prend le contrôle de l’entreprise Sabon afin de renforcer ses capacités mondiales et d’accélérer son expansion à l’étranger”.

    Les détails financiers de l’opération n’ont pas été divulgués, mais le Groupe Rocher prend le contrôle (51%) de Sabon à une valeur estimée à 125 millions d’euros.

    Sabon est une marque privée de produits de bain, de soins corporels, de toilette et d’ambiance domestique. Elle a une forte présence en Israël, au Japon et aux États-Unis, ainsi que dans plusieurs pays d’Europe et d’Asie. Avec l’achèvement de l’acquisition, Sabon rejoint le portefeuille global de marques du Groupe Rocher.