Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

8- Publications - Page 2

  • Imprimer

    #Vote et #terrorisme : impact sur le Marketing au Sommaire du num. 256 de la #RFM / #Adetem [@adetem]

    EDITORIAL REVUE FRANCAISE DU MARKETING N°256

    Par Philippe Jourdan et Jean-Claude Pacitto, membres du Comité de Rédaction

    uk, brexit, ue, europeLa panique qui s’empare aujourd’hui du peuple anglais après la décision de quitter l’Union Européenne, à l’issue du référendum sur le Brexit, nous remet en mémoire les propos du journaliste et polémiste américain Walter Lippmann, l’un des premiers auteurs à avoir exprimé ses doutes sur la rationalité de l’opinion publique et sur la possibilité de la mesurer avec justesse. Voici ce qu’il écrivait en 1925 dans son ouvrage The Phantom Public (1925) à propos de l’opinion publique : « un public isolé, indifférent et incompétent, à l’humeur versatile et à l’intelligence enfantine, entièrement à la merci des moyens de communication de masse qui construisent le monde à son intention et auxquels il succombe aveuglément ». Voilà qui n’est guère rassurant sur notre aptitude à la mesurer et à la traduire avec justesse dans notre domaine, le marketing. C’est pourtant en partie à cette exercice que les auteurs retenus dans ce numéro se sont prêtés une nouvelle fois !

    Nous avons choisi de réunir dans ce deuxième numéro de l’année 2016 de la Revue Française du Marketing cinq articles très différents : le premier article porte sur l’attitude à l’égard du vote. Les deux suivants abordent le sujet du tourisme, sous l’angle de l’actualité (terrorisme) et d’un nouveau regard sur les facteurs d’influence de la visite des musées. La quatrième contribution porte sur la nouveauté perçue, un concept classique en marketing, mais que les auteurs s’attachent à rattacher à ses fondements théoriques pour mieux le mesurer. Enfin, nous clôturons ce numéro avec un article sur l’analyse des valeurs induites de la co-création à l’aide de la technologie mobile au sein d’un espace marchand dans le cas d’une expérience de restauration.

    printemps, arabe, tunisie, rfm, opinion, publiqueDans le premier article intitulé « Vers une meilleure compréhension de l’attitude à l’égard du vote : impact de l’implication, du cynisme, de l’efficacité perçue, de la crédibilité et de la religiosité », Hager Turki et Feriel Sayadi, tous deux maîtres assistant à l’Université de Carthage, se proposent de mettre en exergue quelques-uns des antécédents de l’attitude à l’égard du vote dans le contexte tunisien. Cinq sont plus particulièrement retenus : l’implication, le cynisme, l’efficacité perçue, la crédibilité et la religiosité. Les auteurs montrent dans un premier temps que les déterminants de l’attitude à l’égard du vote ont changé, à l’issue des renversements de régimes entraînés par le Printemps Arabe : autrefois un devoir sinon un principe moral, le vote est aujourd’hui un droit que les citoyens tunisiens choisissent ou non d’exercer s’ils y trouvent leur intérêt. Il est donc utile pour les leaders politiques nationaux ou locaux de s’interroger sur les antécédents de l’attitude à l’égard du vote, afin d’agir sur les déterminants pré-comportementaux de cet acte volontaire. Or si le marketing politique s’est beaucoup intéressé aux déterminants de l’attitude envers les candidats, les études sont plus rares s’agissant de l’attitude (nouvelle) envers le vote, en Tunisie particulièrement. En effet, dans un régime politique dictatorial, la politique est considérée comme un univers de conflits et de survie des intérêts individuels ou de clans, en vue de s’enrichir et d’accroître son pouvoir. En revanche, en démocratie, la politique est souvent « idéalisée » comme le meilleur moyen de résoudre les problèmes sociaux, en « transformant la volonté des citoyens en décisions politiques », même si la prédisposition favorable au vote n’y est pas nécessairement beaucoup plus élevée. Il existe donc une relation positive entre l’implication envers la politique, l’efficacité perçue du vote, la crédibilité des messages politiques tels qu’ils sont en particulier véhiculés par la publicité et l’attitude à l’égard du vote. En revanche le cynisme, qui traduit une perception négative des citoyens envers leurs dirigeants, exerce un impact négatif envers le vote. Enfin, dans le contexte tunisien, les auteurs postulent que la religiosité définie comme « la force avec laquelle un individu adhère aux principes centraux de sa religion pour les placer au centre de sa vie » (Jackson, 1999), exerce un impact négatif sur l’attitude envers le vote, une traduction de l’antagonisme entre la sphère publique et religieuse. 238 individus ont été interrogés sur Facebook dans le cadre d’un échantillon de convenance en Octobre 2015. Un modèle d’équations structurelles est ensuite adopté, distinguant les déterminants de l’attitude, l’attitude envers le vote et enfin l’intention d’aller voter. Il existe un lien statistiquement significatif entre l’attitude et l’intention s’agissant du fait d’aller voter. La relation entre l’implication et l’attitude est également vérifiée, au même titre que celle entre la crédibilité des messages et l’attitude. En revanche l’efficacité perçue n’est pas prédictive de l’attitude envers le vote : un résultat surprenant que les auteurs mettent sur le compte du manque de recul de la jeune démocratie tunisienne s’agissant de l’efficacité des programmes politiques des partis ainsi cautionnés. La religiosité n’a également pas d’impact significatif, un résultat qui peut s’expliquer par l’ambivalence de la position religieuse « officielle » sur le sujet de la participation démocratique. Enfin, les Tunisiens, bien que développant pour certains une attitude de cynisme envers leurs cadres politiques, ne semblent pas affecter par ce sentiment négatif lorsqu’il s’agit d’aller voter, l’exercice d’un droit nouveau l’emportant sur cette dernière considération. Les conclusions, résumées par les auteurs, prouvent l’existence d’un réel jeu démocratique au sein de la population tunisienne, dont certaines implications font échos à des débats d’actualité chez nous également.

    terrorisme, arabe, vote, religionLe deuxième article nous renvoie à une actualité brûlante et dramatique : celle de l’impact du terrorisme sur l’activité touristique, au cœur du modèle économique de bien des pays d’Afrique du Nord et du Maghreb. Peut-on contourner l’effet dévastateur du terrorisme sur la fréquentation touristique du pays en misant sur la seule image du pays ? C’est la question que pose Lilia Boujbel, enseignant-chercheur à la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Sousse (Tunisie) dans son article intitulé « Tourisme et terrorisme : miser sur l’image du pays ». L’auteur rappelle fort justement dans un premier temps que la peur du terrorisme – dans sa forme aveugle, l’attentat suicide – n’impacte pas uniquement le choix des pays de destination, mais également plus largement le comportement du touriste lors de son séjour. L’article se propose donc d’étudier « l’effet des inquiétudes par rapport au terrorisme sur l’expérience du touriste lors de son séjour, en termes de comportement d’ouverture et d’exploration du pays ». Car si la stabilité et la sécurité sont des déterminants reconnus du choix du pays de destination, ils le sont également du comportement du touriste une fois rendu sur place. Le modèle théorique proposé postule que l’attitude envers le pays, défini par deux dimensions perceptives, hédoniste d’un côté et utilitariste de l’autre, exerce un impact direct sur le comportement d’ouverture et d’exploration par rapport au pays  et modère la relation négative entre le niveau d’inquiétude à l’égard du risque terroriste et ce même comportement d’ouverture et d’exploration. A l’issue d’une expérimentation menée sur 170 touristes français interrogés lors de leur séjour dans la station balnéaire de Sousse en Octobre 2014, l’auteur valide les hypothèses de sa recherche : une attitude forte et favorable envers le pays de destination – telle que mesurée par les deux dimensions hédoniste et utilitariste – agit « comme un rempart face aux effets négatifs des inquiétudes produites par la menace terroriste » s’agissant du comportement d’ouverture et d’exploration du touriste étranger une fois rendu à destination. Une des applications managériales les plus évidentes réside dans l’orientation des messages publicitaires adressés aux touristes inquiets face à la montée des terrorismes pour tenter d’endiguer l’appauvrissement des sources de revenus touristiques pour les pays plus directement touchés.

    musée, tourisme, marketing, frequentationToujours en lien avec le tourisme mais sur un sujet plus léger, le troisième article porte sur l’évaluation de l’expérience de visite au musée. Amélie Clauzel, Caroline Riché et Marion Vidal, respectivement Maîtres de Conférences à l’Université Panthéon-Sorbonne, à l’IAE d’Amiens et l’Université de Reims, s’intéressent à la relation entre la provenance géographique des touristes et le niveau de satisfaction exprimé en ligne à l’issue d’une visite au musée. Cette relation, sujet de l’article « Origine continentale du visiteur et expérience au musée : une approche interculturelle des avis en ligne », est étudiée au travers d’une double méthodologie, quantitative puis qualitative.  Les auteurs soulignent en propos liminaires de leurs travaux que si les avis en ligne ont été abondamment étudiés s’agissant des lieux de séjour (hôtels) et de restauration, peu d’études ont plus spécifiquement portées sur les lieux de visite (musées, sites, etc.) alors même que les recommandations des Internautes ne sont pas « neutres pour leur fréquentation ». Les auteurs insistent sur l’organisation des services culturels – dont les musées font parties – en deux cercles concentriques, le noyau qui délivre le service de base et le cercle périphérique dédié aux services annexes, l’ensemble étant constitutif de « l’expérience muséale », au sein de laquelle les interactions entre les visiteurs et le personnel occupent une place importante. Or l’appréciation de l’expérience globale est fortement conditionnée par la culture d’origine, que l’on peut rattacher au pays d’origine du visiteur, en raison en particulier d’attentes différenciées en termes de services.  L’étude de nature qualitative et quantitative s’appuie sur les évaluations postées (et chiffrées) sur un site communautaire suite à une visite de musée (701 évaluations concernant 6 musées d’art parisiens). Il existe bien un effet de l’origine géographique du visiteur sur l’évaluation : les visiteurs asiatiques ont une propension à la clémence plus marquée que les visiteurs nord-américains, en raison d’un ancrage de référence différent qui, au final, impacte le niveau d’évaluation. On peut aussi arguer que la volonté de « plaire » ou plutôt de ne pas « déplaire » est peut-être davantage le fait de la culture asiatique que de la culture américaine. Sur un plan plus qualitatif, les visiteurs asiatiques valorisent davantage les dimensions hédoniques et esthétiques de l’expérience muséale, alors que les cultures occidentales semblent porter la même attention aux éléments centraux et aux éléments périphériques de l’expérience de service. Du point de vue des applications pratiques, l’article met en valeur des pistes intéressantes de personnalisation de l’expérience selon l’origine culturelle du visiteur et permet d’éclairer utilement le travail du Community Manager en charge de la gestion des évaluations et des réclamations.

    innovation, nouveaute, marketing, echelleLe quatrième article intitulé « la nouveauté perçue : fondements conceptuels et proposition d’une échelle de mesure »  traite d’un concept dont on pourrait penser qu’il a été déjà très étudié en Marketing : la nouveauté perçue. Or les auteurs (Blandine Hetet, enseignant-chercheur à l’IDRAC, Claire-Lise Ackermann, professeure à l’ESC Rennes et Jean-Pierre Matthieu, professeur honoraire à l’UFR de Gestion de Paris 13), au-delà de proposer une échelle de mesure en cinq items seulement, s’attachent à bien dissocier les concepts d’innovation et de nouveauté perçue. En effet, ils rappellent que l’innovation est en soi importante, mais que ce qui importe, au final, c’est qu’elle soit perçue comme telle par le consommateur. En ce sens la nouveauté perçue de l’innovation est au moins aussi importante – sinon plus – que l’innovation elle-même. La nouveauté perçue d’un produit peut donc représenter un critère de choix déterminant du produit pour certains consommateurs. La nouveauté perçue d’une innovation est donc caractérisée – au-delà du critère de nouveauté lui-même - par ceux de récence, d’unicité en termes d’expérience ou d’usage, et de différence par rapport à l’existant au sein d’une catégorie de produits préexistante. Si la nouveauté perçue est fonction du produit, elle peut aussi différer selon les caractéristiques propres de chaque consommateur : ce qui est nouveau pour l’un ne l’est pas nécessairement pour l’autre. Pour la mise au point de leur échelle de mesure, les auteurs ont choisi le compteur d’énergie connecté Linky évalué par 388 répondants en ligne. Au final l’échelle proposée est formée de cinq items mesurant le caractère novateur, unique, différent, nouveau et sortant de l’ordinaire. Les auteurs s’attachent ensuite à montrer que la nouveauté perçue est une variable médiatrice de la relation entre l’innovativité motivationnelle dans ses quatre dimensions sous-jacentes, fonctionnelle, hédoniste, sociale et cognitive et l’attitude à l’égard du produit nouveau. Au final, les résultats sont contrastés s’agissant de l’influence de l’innovativité motivationnelle sur l’attitude à l’égard du produit nouveau, mais ils semblent plus robustes en ce qui concerne le rôle médiateur de la nouveauté perçue. En d’autres termes, l’achat de produit nouveau peut être expliqué par la tendance du consommateur à acheter des produits nouveaux mais cette impact n’est révélé que si le produit est réellement perçu comme nouveau. Dans le cas de l’innovativité fonctionnelle, l’effet indirect via la nouveauté perçue sur l’attitude se révèle même supérieur à l’effet direct. Au final, mesurer l’attitude vis-à-vis d’un nouveau produit mais également sa nouveauté perçue permet une compréhension plus complète de son acceptation par la cible marketing pressentie. Le caractère restrictif de l’innovation évaluée ici – une innovation technologique uniquement – forme une des limites soulignée par les auteurs à la généralisation des résultats de leurs travaux.

    technologie, mobile, marketing, digitalLe dernier article qui clôt ce deuxième numéro de l’année porte sur la co-création au sein d’un espace marchand à l’aide d’une technologie mobile. L’expérience choisie est celle de la restauration : « co-création et technologie mobile au sein d’un espace marchand : quelles valeurs pour le consommateur ? Une application dans le secteur de la restauration » est une contribution singulière proposée par Intissar Abbes, maître assistante à lIHEC de Carthage (Tunisie) et Yousra Hallem, enseignant-chercheur à l’IDRAC. L’expérience de service fait incontestablement de plus en plus souvent appel à la participation du client, sous une forme autodirigée lorsque ce dernier est un simple exécutant ou sous une forme collaborative lorsqu’il est partenaire de l’entreprise et apporteur de solutions. A cet égard, les aides à la vente – bornes interactives, caisses automatiques, self-scanning, catalogues interactifs ou outils de géolocalisation, etc. – n’ont pas manqué de se multiplier dans les nouveaux espaces de vente. Les technologies mobiles digitales désignées sous l’acronyme SSMT pour « Self-Service Mobile Technologies » y occupent une place de plus en plus prépondérante. La digitalisation des applications sur Mobile se traduit par une reconfiguration de l’espace de vente et de l’expérience d’achat. La co-création peut y occuper une place significative, dès lors qu’elles permettent une création de valeur partagée entre le fournisseur, le prestataire et le client. On peut ainsi prendre l’exemple de la marque Adidas qui offre la possibilité à ses clients, via une application digitale, de bénéficier d’un diagnostic d’empreinte automatisé en magasin, de l’imprimer sur une borne interactive et d’être ainsi dirigé vers le type de chaussures le plus adapté à sa morphologie. L’expérimentation menée se déroule dans un bar à salades qui offre aux clients la possibilité de créer leur propre salade à partir d’un grand choix d’ingrédients au moyen d’une application sur IPad, qui fait office de menu. Le choix se fait en trois étapes : la base, les ingrédients à ajouter et enfin le choix de l’assaisonnement. Trente entretiens semi-directifs ont été menés auprès de clients afin de recueillir leurs stratégies interprétatives. Les dimensions structurantes de la co-création en termes de valeurs de Holbrook (1999) ont été plus spécifiquement retenues, en raison de leur pertinence au contexte précité : trois grandes dimensions, les valeurs intrinsèques à l’expérience et orientées vers soi (récréative, émotionnelle, esthétique, d’évasion, d’appropriation), extrinsèques et orientées vers soi (commodité, économique, informationnelle, d’optimisation, d’apprentissage et de réassurance) et enfin extrinsèques et orientées vers les autres (lien social). L’exploitation des trente entretiens menés montre que les douze valeurs de l’expérience ainsi énoncées sont toutes bien représentées et mise en avant par les clients à l’issue de leur expérience de composition de salades personnalisées. Il y a donc une réelle valorisation de l’expérience de co-création – sous toutes ses dimensions sous-jacentes – au moyen d’une application de technologie mobile à l’intérieur même du lieu de consommation. Fait plus intéressant : l’utilisation d’une application individuelle n’isole pas nécessairement le client, même si la préservation d’une sphère d’intimité est souvent mise en avant. En effet, son utilisation est le prétexte à des discussions avec son entourage, voire à un complément d’explications et le personnel du restaurant est alors mis à contribution. On peut simplement suggérer, pour de futures travaux, qu’une hiérarchie de ces douze valeurs soit dégagée (au moyen d’une méthodologie quantitative complémentaire) afin d’opérationnaliser les axes de communication et de service autour de ces aides à la vente réellement innovantes, sous réserve qu’elles ne se traduisent pas également par une tension et une anxiété technologique accrues du client.

    Nous vous souhaitons une agréable lecture des articles que nous avons retenus pour ce numéro. Dans leur grande diversité, ils illustrent la pluralité des centres d’intérêt de nos jeunes chercheurs mais également l’étendue des champs d’application de la recherche en marketing.

    [SE PROCURER UN ARTICLE / S'ABONNER A LA REVUE]

    Philippe JOURDAN - Professeur des Universités - Rédacteur en chef de RFM

    Jean-Claude PACITTO - Maître de Conférences HDR - Rédacteur en chef adjoint de RFM

  • Imprimer

    Immigration et Marketing au Sommaire du num 255 de la #RFM / #ADETEM

    Par Philippe Jourdan et Jean-Claude Pacitto, membres du Comité de Rédaction

    adetem, rfm, marketingLe Marketing doit-il être en prise avec l’actualité de son temps au sens le plus large ? Le débat oppose la communauté des praticiens et des chercheurs. Il n’en reste pas moins que l’acte de consommation s’inscrit dans une démarche citoyenne, parfois militante et toujours sociologique. Or notre période est marquée par une forte poussée migratoire, qui, en dehors même des débats politiques qu’elle alimente, a également un impact sur les modes de consommation ainsi impactés. Dans les nouveaux rapports à la consommation esquissés, se pose bien évidemment le problème de l’acculturation du nouveau (ou futur) consommateur que constitue le migrant.

    Parler pour mieux consommer ? (…)

    immigration, langue, frontière, consommation, markatingOn sait que la non maîtrise de la langue constitue un frein à la consommation. La question qui se pose est donc celle de savoir comment lever ce ou ces freins ? C’est précisément à cette question que se propose de répondre l’auteur de l’article « Parler pour consommer ? Enquête ethnographique autour d’un parcours d’intégration pour adultes migrants ». C’est à travers l’observation fine d’un parcours d’intégration en Allemagne que l’auteur, Virginie Silhouette-Dercourt, maître de conférences à Paris XIII, révèle les nombreux freins à la consommation que soulève la non maîtrise de la langue du pays d’accueil dans différents registres (lexicaux, de repérage, culturels, d’interactions, etc.). Comme le souligne justement l’auteure, les modèles théoriques de l’acculturation sont ici de peu d’utilité, car les situations sont multiples et relèvent de problématiques qui le sont tout autant. D’où la nécessité de bien appréhender, en fonction des situations rencontrées, les freins à la consommation. C’est le préalable indispensable avant de faire du migrant un consommateur averti sachant repérer, évaluer et en dernier lieu consommer. Cet article, exploratoire, a le mérite de « défricher » un chantier qui ne manquera pas, dans les années qui viennent, d’occuper nombre de marketers, pour apporter une solution qui soit pertinente pour la consommation, durable pour l’économie et juste socialement. Sa principale contribution théorique et pratique nous semble ici résider dans l’éclairage qu’il apporte aux freins que constitue l’importance de la non-maîtrise du langage dans les modèles d’acculturation.

    L’arrêt d’un parrainage sportif à l’initiative du parrain (…)

    parrainage, sport, marketing, tennisDans un tout autre registre, le développement du parrainage sportif sous toutes ses formes (d’un sportif, d’un événement, d’un lieu, d’un bateau, etc.) n’est-il pas assorti de certains risques ? Plus particulièrement le parrainage d’un sportif n’est-il pas une « arme » à double tranchant ? En effet, comment gérer « l’après parrainage » quand la marque décide, quelle qu’en soit la raison, de se retirer ? Quel impact pour la marque ? C’est précisément la question qu’adresse l’article « L’arrêt d’un parrainage sportif à l’initiative du parrain : quel impact sur l’attitude des individus à son égard ? » proposé par trois chercheurs de la région de Grenoble, Laurence Carsana, Sandrine Falcy et Sabine Reydet. Après avoir distingué fort à propos deux types de motifs, d’ordre interne ou externe, les auteurs montrent toutefois que, dans les deux cas, la fin du contrat de parrainage à l’initiative du parrain ne semble avoir aucun impact négatif pour le parrain, contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord. Les auteurs restent toutefois prudents sur la généralisation des résultats ainsi rapportés, car tout semble dépendre des motifs à l’origine de la décision du parrain de cesser le parrainage. Les auteurs insistent ainsi sur la nécessité pour les annonceurs de soigner leur communication, s’agissant de l’explication des raisons qui ont conduit à l’arrêt du parrainage, car on ne peut souscrire qu’à l’hypothèse selon laquelle le caractère interne (propre au parrain) ou externe (en dehors du champ d’action du parrain) est modérateur de l’impact de la décision de rupture sur l’image de la marque du parrain.

    Enfin, les auteurs reconnaissent une des limites de leur étude : la sollicitation d’une cible grand public dont l’engagement (au-delà de la connaissance) vis-à-vis du sportif parrainé n’est pas nécessairement démontré. Cet article a toutefois le mérite d’investiguer un champ peu exploré : l’effet de rétroaction d’une décision de cessation de parrainage sur l’image de la marque, alors que l’impact du parrainage sur l’image de la marque elle-même a, lui, été abondamment étudié. La question ainsi posée est d’une actualité brûlante, car l’on sait que beaucoup de « parrains » se sont posés la question de savoir si leur sponsoring de certains joueurs de football devait être maintenu, à la suite de leurs frasques judiciaires, causes externes s’il en est. Toute la question est de savoir comment annoncer ce retrait : de manière discrète ou la plus neutre possible ou bien en choisissant d’en exposer publiquement les motifs ? Un dilemme pour tous les sponsors, qui révèle que la notoriété et l’image partagées sont toujours, au fond, à double tranchant !

    Le placement de produits dans les jeux vidéo (…)

    jeux, videos, marketingLa cible des adolescents ne manque pas de « dérouter » nombre d’agences et d’annonceurs, lorsqu’il s’agit de communiquer efficacement avec eux. Comment, en effet, non pas uniquement les « toucher » mais davantage les « convaincre » ? Car si tout le monde s’accorde sur l’importance de cette cible sur le plan de consommation, et donc sur son intérêt d’un point de vue marketing, choisir le bon mix média pour les convaincre est loin d’être évident. On peut considérer, à cet égard, que les jeux vidéo constitue un support de placement incontournable, mais comment optimiser ce placement et installer une communication efficace, du point de vue de l’annonceur, entre la marque et l’adolescent ? Dans le troisième article, « Le placement de produits dans les jeux vidéo : un moyen pour revisiter la relation marque-adolescent », Marina Ferreira Da Silva et Pascale Ezan se penchent de façon approfondie sur le sujet, afin de répondre à la question : « pourquoi et comment les annonceurs doivent-ils mobiliser le placement de produits dans les jeux vidéo pour communiquer auprès des adolescents ? ». Plusieurs facteurs sont ainsi étudiés : en premier lieu, la familiarité des marques, ainsi mises en avant qui interagissent d’autant plus avec le public des adolescents qu’elles sont proches de leur univers de consommation ; en second lieu, une personnalisation étudiée du placement, gage d’une relation plus étroite et d’une immersion plus profonde. Au final, ce qui domine, c’est évidemment la congruence entre, d’une part, la marque et, d’autre part, les jeux, que le placement soit hautement intégré (ce qui suppose une interaction du jeu avec le produit) ou plus périphérique (affiche, panneau publicitaire, etc.). La conclusion est sans appel : les marques doivent avant tout résister à la tentation d’envahir les écrans du jeu, ce qui peut s’avérer contre-productif, et se focaliser sur un objectif important : celui d’accroître leur capital sympathie au travers d’expériences partagées. Bref, les marques doivent avant tout s’attacher à ne pas confondre « placement » et « exposition ».

    Performance et satisfaction, une relation bien moins simple qu’il n’y paraît (…)

    performance, satisfaction, marketing, organisationsPoser la question de savoir s’il existe un lien entre l’efficacité opérationnelle des organisations et la satisfaction des clients peut sembler « hérétique », tant la réponse semble relever du bon sens. Elle doit cependant se poser, tant la relation entre la performance organisationnelle et la satisfaction des clients dans l’univers des services est loin d’être évidente. Se focalisant sur l’expérience hôtelière, c’est plus précisément à ce lien que s’intéressent Laurent Botti, Aurélie Corne, Olga Goncalves et Elisabeth

    Robinot, dans leur article « Performance et satisfaction, une relation bien moins simple qu’il n’y paraît : le cas de l’hôtellerie ». En vérité, ce lien, qui paraît intuitivement évident, l’est beaucoup moins lorsqu’on « creuse » la question. Les auteurs adressent donc ici une question essentielle dans les services : existe-t-il un lien entre la performance opérationnelle (côté production du service) et la satisfaction du client (côté consommation du service) ? Il convient, dans un premier temps, de bien distinguer le caractère transactionnel de la satisfaction (qui peut être lié à une seule expérience de consommation) de son caractère relationnel (qui suppose la réédition de l’expérience) ou d’opposer encore la satisfaction partielle et la satisfaction globale, à l’instar de ce que propose la littérature sur le sujet. À cet égard, les auteurs soulignent fort justement que « l’expérience hôtelière – le séjour – peut être identifiée à un parcours compris comme une succession d’événements dont l’agrégation sera constitutive de l’expérience elle-même ». Pour mesurer l’efficience, les auteurs font d’abord référence à trois modèles de mesure, respectivement connus sous les noms de DEA, CCR et BCC, les deux derniers définissant l’efficience comme le relevé des meilleures pratiques relevées au sein d’un échantillon. Soulignons l’intérêt opérationnel de cette démarche : elle permet aux managers de révéler les leviers d’amélioration de la performance hôtelière, en leur permettant de se comparer aux autres et d’utiliser l’information disponible pour ajuster leur stratégie. Les auteurs mobilisent également une autre méthode, connue sous le nom d’Electre III : elle consiste à s’appuyer sur les ressources d’une analyse multicritères, et en respectant l’hypothèse du caractère noncompensatoire des critères, de postuler qu’une alternative est plus satisfaisante qu’une autre, si elle lui est supérieure sur un nombre suffisamment grand de critères. C’est ainsi que sont relevées, puis mises en relation, les dimensions d’efficience et de satisfaction, avec une parcimonie de moyens qui évite la dilution du concept de satisfaction du client. Au final, si le lien entre efficience opérationnelle et satisfaction du client n’est pas nécessairement démontré - ceci pouvant en partie s’expliquer par le grand nombre d’hôtels « efficients » au sens de la définition adoptée - l’article met en œuvre une démarche rigoureuse et très analytique, permettant aux professionnels de l’hôtellerie de mieux comprendre les mécanismes en œuvre dans l’efficience de service.

    Rubrique « Fenêtre sur » : un regard sur les équipements culturels dans l’aménagement des territoires et sur les conditions de succès dans l’exécution d’une stratégie Pour clore ce numéro particulièrement dense, nous avons choisi de mettre en avant deux articles dans notre rubrique « Fenêtre sur ». Le premier porte sur le rôle de l’équipement culturel amiral dans le repositionnement d’une ville et exploite les résultats d’une étude menée sur deux villes françaises, Lens et Bordeaux, et s’inspire de l’exemple du repositionnement poursuivi par la ville de Bilbao. Les auteurs, Julien Cusin et Juliette Passebois Ducros, concluent, au terme de leur démarche, que les projets amiraux renforcent, sous certaines conditions, l’identité culturelle des territoires. Mais les auteurs précisent également que si ces projets renforcent une identité préexistante, ils ne la changent pas, permettant seulement - et ce n’est déjà pas si mal - de faire le pont entre tradition et modernité.

    Enfin, notre dernier éclairage porte sur les clés de succès dans la mise en œuvre d’une stratégie. L’article est issu de la Cambridge Marketing Review, dans le cadre d’un accord d’échange de visibilité entre nos deux publications. Plusieurs principes sont énoncés pour garantir le succès opérationnel dans la mise en œuvre d’une stratégie. On formule le souhait que ces principes, énoncés aussi clairement par le Dr Andrew MacLennan, soient davantage mis en application, car on sait bien, selon l’adage d’un homme célèbre, que le succès d’une stratégie réside à 95% dans son exécution, ce que trop de décideurs, « intoxiqués » au trop célèbre modèle SWOT, semblent oublier parfois.

    Nous vous souhaitons une bonne lecture du numéro 255 de notre revue. Que vous en retiriez autant de profit dans vos activités respectives que le plaisir que nous avons eu à collaborer avec l’ensemble des auteurs et des équipes éditoriales qui ont assuré sa publication.

    [COMMENT SE PROCURER UN ARTICLE / S'ABONNER A LA REVUE ?]

    Philippe JOURDAN
    (philippe.jourdan@promiseconsultinginc.com)
    Jean-Claude PACITTO
    (jean-claude.pacitto@orange.fr)
    Comité de rédaction
    RFM : revue française du marketing

  • Imprimer

    [@adetem] Faites connaissance avec un Membre du Jury du 1er Prix de la Recherche RFM /Adetem [#adetem #RFM #NuitDuMarketing]

    Aujourd'hui, Philippe Jourdan nous présente sa motivation à rejoindre le Jury qui décernera lors de la Nuit de l'Adetem, le 05 Juillet 2016 à Paris, le Prix de la Recherche RFM / ADETEM.

    philippe jourdan, marketing, entrepreneuriat, université paris-est créteil, upec

    Philippe, pourquoi avoir accepté de présider le 1er Jury de la Recherche RFM / ADETEM

    En prenant la tête du Comité de Rédaction de la RFM en 2011, j'ai émis le souhait de renforcer la collaboration et les échanges entre le milieu académique et le le milieu professionnel en matière de recherche en marketing. Forte d'une mobilisation des meilleurs auteurs français depuis cette date, La Revue Française du Marketing a retrouvé tout son rang auprès des meilleures revues en sciences de gestion publiées en langue française.

    Il était donc logique d'aller encore plus loin et de profiter des Prix de l'Excellence Marketing délivrés lors de la Nuit du Marketing pour réunir un Jury de grande qualité afin de décerner le Premier Prix de la Recherche RFM, récompensant le meilleur article publié dans la revue au cours de l'année 2015. C'est l'occasion unique pour un auteur éminent de faire partager ses axes de recherche et les résultats de sa démarche à des professionnels du marketing de tous horizons.

    C'est enfin l'occasion pour de nombreux professionnels d'apprécier la richesse et la pertinence de la recherche française en marketing et de venir y puiser une source d'inspiration, d'idées nouvelles et d'applications possibles dans chacun de leur métier. Je suis très fier de présider ce Jury pour la 1ère année.

    Philippe, en quelques mots....

    Philippe Jourdan, diplômé d’HEC (1988), habilité à diriger des recherches depuis 2008, est professeur des universités à l’IAE Gustave Eiffel, associé fondateur des sociétés Promise Consulting (anciennement Panel On The Web). Il est un expert reconnu dans le domaine des études marketing, de la valorisation des marques du point de vue du consommateurs. Il a publié plusieurs dizaines d'articles dans des revues scientifiques tant en France qu'à l'International et est l'auteur de plusieurs ouvrages en marketing et études marketing. 

    Philippe Jourdan est chercheur à l’IRG (CNRS) et l’auteur d’ouvrages en marketing. Philippe Jourdan est depuis 2011 rédacteur en chef de la revue de l’ADETEM, RFM, qui sous son impulsion figure désormais dans le classement des meilleurs revues en Sciences de Gestion publié par la FNEGE conjointement avec l'AERES (CNRS).

    Pour contacter Philippe Jourdan : philippe.jourdan@promiseconsultinginc.com

    La RFM, Revue Française du Marketing en quelques mots...

    La Revue Française du Marketing a pour vocation de contribuer à faire connaître les techniques et les pratiques marketing les plus innovantes aux communautés académiques, étudiantes et professionnelles dans le monde francophone. Elle poursuit donc une double ambition : une qualité scientifique dans le choix des articles publiés et une sélection basée sur la pertinence, l'intérêt, la portée pour l'ensemble des professionnels du marketing (enseignants et praticiens)des meilleurs articles.

    Première revue française dans le domaine des études et de la stratégie marketing, la Revue Française du Marketing diffuse, en France et dans 38 pays, 4 numéros par an.

    [Découvrir la revue]

    [En savoir plus sur la Nuit du Marketing]

  • Imprimer

    [@adetem @sorbonne] Faites connaissance avec un Membre du Jury du 1er Prix de la Recherche RFM /Adetem [#adetem #RFM #NuitDuMarketing]

    Aujourd'hui, Sophie Gaultier-Gaillard membre du Jury qui décernera lors de la Nuit de l'Adetem, le 05 Juillet 2016 à Paris, le Prix de la Recherche RFM / ADETEM nous présente son parcours en quelques mots.

    sorbonne,adetem,rfm,sophie gaultier-gaillard,marketing,defense

    Sophie, ton parcours en quelques mots... 

    Sophie Gaultier-Gaillard, Maître de Conférences à l'université Panthéon-Sorbonne (Paris 1). Je suis enseignante-chercheur à l'Ecole de Management de la Sorbonne (UFR06 Sciences de Gestion). J'exerce la responsabilité de Directrice adjointe de l'Institut des Etudes sur la Guerre et la Paix (IHMC UMR 8066), rattaché à l'Université Panthéon Sorbonne. Je suis également responsable du Pôle "Etudes Humanitaires et Protection Civile" de l'IHMC.

    Depuis 2009, je suis le Référent Défense et Sécurité Nationale de l'Université Panthéon Sorbonne dont le rôle est d'informer sur les ur les filières et études de défense existant dans l’établissement, de promouvoir au sein des enseignements disciplinaires, la prise en compte des notions de défense et sécurité nationale et de de favoriser la création, dans le cadre de la nouvelle licence, d’unités d’enseignement libres « défense et sécurité nationale".

    Après avoir soutenu ma Thèse de Sciences Economiques et de Gestion en 1997 - "Pré-Crises et Logiques de Décision : une application aux Risques de Santé Publique" - à l'Ecole Nationale Supérieure de Cachan, sous la direction du Professeur Bertrand Meunier, j'ai obtenu une Habilitation à Diriger des Recherches (HDR) délivrée par l'Université Paris 1 Sorbonne et menée sous la direction du Pr. Jean-Jacques Pluchart - "Quelle méthodologie adopter pour une approche globale en gestion des risques et des crises ? 10 ans d’expérience en gestion environnementale".

    J'ai publié de nombreux articles dans des revues scientifiques tant en France qu'à l'International ainsi que plusieurs ouvrages sur la gestion des crises et des risques [http://bit.ly/295BviV]. 

    Je suis actuellement auditrice de la 68ème session nationale "Politique de Défense" de l'Insitut des Hautes Etudes de la Défense Nationale (IHDN). 

    Pour contacter Sophie Gaultier-Gaillard : sophie.gauthier-gaillard@univ-paris1.fr

    La RFM, Revue Française du Marketing en quelques mots...

    La Revue Française du Marketing a pour vocation de contribuer à faire connaître les techniques et les pratiques marketing les plus innovantes aux communautés académiques, étudiantes et professionnelles dans le monde francophone. Elle poursuit donc une double ambition : une qualité scientifique dans le choix des articles publiés et une sélection basée sur la pertinence, l'intérêt, la portée pour l'ensemble des professionnels du marketing (enseignants et praticiens)des meilleurs articles.

    Première revue française dans le domaine des études et de la stratégie marketing, la Revue Française du Marketing diffuse, en France et dans 38 pays, 4 numéros par an.

    [Découvrir la revue]

    [En savoir plus sur la Nuit du Marketing]

  • Imprimer

    Faites connaissance avec le Jury du Prix de la Recherche RFM [@adetem @FDJ #adetem #FDJ]

    Aujourd'hui, Pascale ZOBEC nous présente sa motivation à rejoindre le Jury qui décernera lors de la Nuit de l'Adetem, le 05 Juillet 2016 à Paris, le Prix de la Recherche RFM / ADETEM.

    rfm,adetem,fdj,française des jeux,nuit du marketing

    Pascale, pourquoi avoir accepté de rejoindre le 1er Jury de la Recherche RFM / ADETEM

    J'apprécie beaucoup les publications de l'ADETEM et je trouve systématiquement un article qui peut m'aider dans mon travail et/ou qui me permet de m'ouvrir l'esprit. Aussi je suis très honorée de participer au jury ADETEM qui récompensera les meilleurs papiers au titre de l'année 2015.

    Spécialiste des études chez l'annonceur depuis 20 ans, je peux apporter dans ce jury le point de vue de l'utilisateur final. La recherche est-elle facilement exploitable pour les clients études,  correspond-t-elle  aux problématiques demandées, rencontrées dans l'entreprise , est-elle opérationnelle ?  Je serai évidemment plus à même de renseigner les critères d'apports managériaux et  d'utilité pour les décisions.

    Pascale, en quelques mots....

    Rentrée comme contrôleur de gestion à la FDJ, Pascale Zobec est passée au marketing en 1986 (première chef de produit de l'entreprise avec le lancement de la gamme des jeux de grattage et de Millionnaire) puis elle a monté et dirigé le département CMI (Consumer & Market Intelligence) en 1994 composé de 5 personnes pour une centaine d'études réalisées chaque année. Etant le seul département "Etudes" de l'entreprise, les problématiques sont riches et variées du test de concept au bilan de marque.

    Elle a récemment été promue au poste d'Experte Market Intelligence toujours au sein du Groupe Française des Jeux. Pascale complète cette expérience en animant le club des directeurs études de l'UDA, en participant aux comités de programmes de la JNE et du PDE et, depuis 2 ans  est au conseil d'administration de l'IREP. Elle intervient aussi à la Sorbonne et à Paris Descartes afin de partager son expérience avec les futurs marketers. 

    La RFM, Revue Française du Marketing en quelques mots...

    La Revue Française du Marketing a pour vocation de contribuer à faire connaître les techniques et les pratiques marketing les plus innovantes aux communautés académiques, étudiantes et professionnelles dans le monde francophone. Elle poursuit donc une double ambition : une qualité scientifique dans le choix des articles publiés et une sélection basée sur la pertinence, l'intérêt, la portée pour l'ensemble des professionnels du marketing (enseignants et praticiens)des meilleurs articles.

    Première revue française dans le domaine des études et de la stratégie marketing, la Revue Française du Marketing diffuse, en France et dans 38 pays, 4 numéros par an.

    [Découvrir la revue]

    [En savoir plus sur la Nuit du Marketing]

  • Imprimer

    [Ouvrage] - Lancement 01/06 Ouvrage collectif "Entreprendre: un introduction à l'entrepreneuriat" [#entreprise #entrepreneuriat #deboeck]

    Sortie du livre "Entrerprendre: une introduction à l'entrepreneuriat" le 01 Juin 2016, sous la direction de Frank Janssen, chapitre Marketing co-écrit par Jean-Claude Pacitto et Philippe Jourdan.

    "Avec mon collègue, Jean-Claude Pacitto, nous avons voulu démonter une idée fausse selon laquelle les PME-PMI n'auraient pas de démarche marketing. En réalité, elles adoptent aujourd'hui une démarche marketing originale, pragmatique, souvent fondée sur la confrontation de l'obsertvation du terrain et de la stratégie marketing élaborée a priori. A ce titre, les startups ne dérogent pas à cette règle, et nous démontrons dans cette ouvrage que les plus petites structures ont un marketing souvent plus réactif, adaptatif et parfois plus efficace que les grandes organisations. Faut-il y voir une des raisons pour lesquelles le marché se tourne parfois plus volontiers vers ce type d'acteurs dans de nombreux secteurs d'activité ? Nous le pensons et notre contribution à cet ouvrage novateur et courageux permet d'ouvrir le débat", explique Pr Philippe Jourdan, CEO de Promise Consulting et professeur agrégé à l'université Paris-Est. 

    Cert ouvrage collectif à vocation francophone internationale a pour objectif de sensibiliser le lecteur aux differentes facettes de l'entrepreunariat. Son approche est résolument interdisciplinaire et vise à démystifier la "démarche entrepreneuriale". 

    A PROPOS DE L'OUVRAGE

    Cet ouvrage introductif a pour objectif de sensibiliser le lecteur aux différentes facettes de l'entrepreneuriat. Il est conçu de manière à lever le voile sur un certain nombre d'aspects humains, motivationnels, stratégiques, légaux, financiers et commerciaux liés à la démarche entrepreneuriale et à la création d'entreprises. Son approche est résolument interdisciplinaire. Elle vise à intégrer de nombreux aspects de la gestion d'entreprise afin de mettre en évidence comment ces éléments permettent de construire une démarche cohérente dans le but de créer une activité nouvelle ou reprendre une entreprise. La philosophie est, d'une part, de démystifier la "démarche entrepreneuriale" pour donner confiance et, d'autre part, de permettre à l'étudiant ou à l'entrepreneur d'identifier les besoins de formations complémentaires pour le cas où il souhaiterait s'engager plus avant dans cette démarche.

    Au terme de la lecture de l'ouvrage, les différents publics auxquels il s'adresse auront acquis et développé des outils d'analyse et de réflexion qui les aideront à comprendre l'importance de l'entrepreneuriat et de ses processus. Il est divisé en cinq grandes parties : le cadre, la démarche, les méthodes, l'évolution de l'activité et enfin les différentes facettes de l'entrepreneuriat.

    A PROPOS DES AUTEURS

    jean-claude pacitto, upec, iut, univesité paris-est, entrepreneuriat, marketing Jean-Claude Pacitto - Titulaire d'un DEA de gestion (Paris Dauphine), d'un DEA d'études politiques (IEP Paris), d'un DEA d'histoire (Paris 1),  Docteur en Sciences de gestion et Habilité à diriger des recherches, Jean-Claude Pacitto est maître de conférences à l'Université Paris Est et chercheur-associé à l’ESSCA. Spécialiste reconnu de la gestion des PME, et des relations inter-entreprises, il s'intéresse aux nouveaux modes de consommation et à l’impact des nouvelles technologies sur les stratégies d’entreprises. Il est l’auteur de nombreux articles académiques et d’ouvrages sur ces sujets.

    [Contact : jean-claude pacitto@orange.fr]

    philippe jourdan, marketing, entrepreneuriat, université paris-est créteil, upecPhilippe Jourdan - Diplômé d’HEC, Docteur en Sciences de gestion, et Professeur agrégé des Universités, Philippe Jourdan a débuté sa carrière chez Schneider Electric, puis comme directeur d’études au sein de GfK, avant de fonder Promise Consulting. Il est un spécialiste reconnu de la gestion des marques du point de vue du consommateur et conseille de nombreuses entreprises. Il publie régulièrement dans des revues académiques internationales, est l’auteur d’ouvrages marketing. Il est enfin rédacteur en chef de la Revue Française du Marketing (Adetem).

    [Contact : philippe.jourdan@promiseconsultinginc.com ; 06-62-66-09-27]

    POUR SE PROCURER L'OUVRAGE

    Edition : De Boeck Supérieur

    Prix de vente public : 29,50 €uros

  • Imprimer

    #Storytelling: livre blanc pour tout savoir des bonnes pratiques et usages |#agence79c #promiseconsulting]

    [Storytelling]- L'histoire est indissociable du patrimoine des individus et des marques. Depuis que le langage existe, la narration crée et renforce le lien social entre les hommes, les peuples et les générations.

    Elle permet la transmission du savoir, la perpétuation du souvenir. Mythes, légendes, contes, etc. contribuent ainsi à nourrir la mémoire. A l'heure de l'incroyable succès de Games of Thrones et quelques années années après l'odyssée du Seigneur des Anneaux, jamais les légendes nordiques n'ont connu une telle modernité. 

    Pourquoi en serait-il autrement dans l'univers des Marques ? 

    Nous vous proposons sur les pas de Roland Barthes, pour qui le mythe est un système de communication à part entière, de découvrir le livre blanc écrit par l'Agence 79C sur le sujet. Nous avons eu le privilège de contribuer par des données d'études et des analyses récentes à ce très bel opus qui permet une synthèse des apports, des usages et des bonnes pratiques du Storytelling.

    [TELECHARGER LE LIVRE BLANC SUR LE STORY TELLING]

     

  • Imprimer

    Faites connaissance avec le Jury du Prix de la Recherche RFM [@adetem #adetem @nestle]

    Aujourd'hui, Estelle Jobin nous présente sa motivation à rejoindre le Jury qui décernera lors de la Nuit de l'Adetem, le 05 Juillet 2016 à Paris, le Prix de la Recherche RFM / ADETEM.

    Estelle, pourquoi avoir accepté de rejoindre le 1er Jury de la Recherche RFM / ADETEM ?

    Ma motivation pour contribuer à l’ADETEM est fortement liée à ma connaissance et ma grande appréciation de Valérie et Philippe JOURDAN, qui sont des personnes exceptionnelles, tant sur le plan personnel, humain, qu’intellectuel et professionnel. Cette volonté d’aller toujours de l’avant, de découvrir et de partager se retrouve dans tout ce qu’ils entreprennent et m’ont fortement motivée à accepter d’être membre du jury.

    Mon ouverture d’esprit, mon sens de l’analyse, ma curiosité intellectuelle et mon attrait pour réfléchir aux impacts de tous ordres que peut avoir une nouvelle idée ou un nouveau concept.

    Estelle, en quelques mots....

    De formation scientifique et diplômée d’une école de commerce (ESSEC), Estelle Jobin s’est très vite orientée en conseil en stratégie, à la fois au sein de Directions Stratégiques de Groupes (Disneyland Resort Paris et LVMH) et en Cabinet de Conseil (Mc Kinsey).

    Elle apprécie en effet de travailler dans des environnements qui sont intellectuellement stimulants, qui requièrent une certaine curiosité et un sens du challenge. Elle apprécie également de contribuer en équipe à des projets d’amélioration, que ce soit de performance opérationnelle, business ou organisationnelle. L’avantage d’avoir travaillé dans ce type de structure est d’avoir pu construire une vision transversale des entreprises, de leur mode de fonctionnement et des différents challenges auxquels elles peuvent être confrontées. Cela lui a aussi permis de développer des relations humaines très riches et variées.

    Chez LVMH surtout, Estelle Jobin a développé une véritable passion pour le Retail et la Formation, ce qui l’a amenée à contribuer à la mise en place, puis à diriger, des pôles d’amélioration de la Performance Retail et un Centre de Formation.  Depuis janvier 2016 Estelle Jobin a rejoint la Direction International Retail de Nespresso, où elle est chargée, avec son équipe, de soutenir et améliorer de façon continue les opérations dans le réseau de plus de 450 boutiques en constante expansion.

    La RFM, Revue Française du Marketing en quelques mots...

    La Revue Française du Marketing a pour vocation de contribuer à faire connaître les techniques et les pratiques marketing les plus innovantes aux communautés académiques, étudiantes et professionnelles dans le monde francophone. Elle poursuit donc une double ambition : une qualité scientifique dans le choix des articles publiés et une sélection basée sur la pertinence, l'intérêt, la portée pour l'ensemble des professionnels du marketing (enseignants et praticiens)des meilleurs articles.

    Première revue française dans le domaine des études et de la stratégie marketing, la Revue Française du Marketing diffuse, en France et dans 38 pays, 4 numéros par an.

    [Découvrir la revue]

    [En savoir plus sur la Nuit du Marketing]

  • Imprimer

    Le #marketingdelagrenouille, nonimé "Cristal du #livre #digital" 2016 [#promiseconsulting @adetem @editions_kawa]

    PREMIÈRE ÉDITION DU « CRISTAL DU LIVRE DIGITAL » : LA GRENOUILLE EST NOMINEE !

    Le "Marketing de la Grenouille, nouvelles stratégies de marques pour nouveaux consommateurs", nonimé pour le Cristal du Livre Digital 2016.

    A PROPOS DE L'OUVRAGE

    Parce que le digital impacte notre vie quotidienne et en particulier le rapport aux objets, aux marques, aux produits et aux acteurs de l'économie - et pas uniquement à ceux de l'économie digitale - il apparaissait essentiel de disposer d'un ouvrage de marketing qui place le point de vue du consommateur au centre de la Révolution Digitale. Beaucoup de livres - et par ailleurs certains excellents - abordent la Révolution Digitale par la technologie, les réseaux, les applications et les secteurs d'activités. Nous avons souhaité remettre le consommateur à sa place... au centre.  

    marketing, marketingdelagrenouille, kawa, digital, consommateur

    L'ouvrage publié aux éditions Kawa dresse le portrait sans concession de 5 profils types : le récessionniste, le touche-à-tout, le négociateur, le vigile et le minimaliste. Ils met en avant leurs besoins, leurs attentes, leurs motivations, leurs freins pour analyser plus finement leur comportement d'achat et leurs relations complexes aux marques, à la distribution et à la publicité.

    Originalité de la démarche : les auteurs ont assorti chaque portrait d'exemples sur les stratégies gagnantes des marques et des distributeurs, empruntés tant en France qu'à l'International.

    A PROPOS DU CRISTAL DU LIVRE DIGITAL 2016

    Cristal Events (organisateur du Cristal Festival à Courchevel) lance le « Cristal du Livre Digital ». Ce prix littéraire récompensera les ouvrages qui traitent du digital et de la data.

    18 livres dans les catégories "Digital" et "Data" vont concourir. Un jury composés d'annonceurs, de spécialistes du digital, de la data et de journalistes se réunira le 5 juillet prochain.

    Le palmarès sera rendu public le 12 juillet, à l'issue d'une matinée de conférences durant laquelle les auteurs prendront la parole.

    [ACCEDER AU SITE DE L'EVENEMENT]

    A PROPOS DES AUTEURS

    philippe jourdanPhilippe Jourdan - Diplômé d’HEC, Docteur en Sciences de gestion, et Professeur agrégé des Universités, Philippe Jourdan a débuté sa carrière chez Schneider Electric, puis comme directeur d’études au sein de GfK, avant de fonder Promise Consulting. Il est un spécialiste reconnu de la gestion des marques du point de vue du consommateur et conseille de nombreuses entreprises. Il publie régulièrement dans des revues académiques internationales, est l’auteur d’ouvrages marketing. Il est enfin rédacteur en chef de la Revue Française du Marketing (Adetem).

     

    valerie jourdanValérie Jourdan - Diplômée de  l’ESCEM, Valérie Jourdan débute sa carrière comme auditrice chez KPMG, puis comme Responsable administratif et financier chez GfK France, avant de prendre la direction de Promise Consulting. Elle est une spécialiste, régulièrement consultée, du marketing des marques dans le secteur du luxe et des cosmétiques. Elle mène aussi de nombreuses missions dans le secteur de la distribution sélective.

     

    jean-claude pacittoJean-Claude Pacitto - Titulaire d'un DEA de gestion (Paris Dauphine), d'un DEA d'études politiques (IEP Paris), d'un DEA d'histoire (Paris 1),  Docteur en Sciences de gestion et Habilité à diriger des recherches, Jean-Claude Pacitto est maître de conférences à l'Université Paris Est et chercheur-associé à l’ESSCA. Spécialiste reconnu de la gestion des PME, et des relations inter-entreprises, il s'intéresse aux nouveaux modes de consommation et à l’impact des nouvelles technologies sur les stratégies d’entreprises. Il est l’auteur de nombreux articles académiques et d’ouvrages sur ces sujets.

     [LIRE UNE SELECTION DE PAGES DE L'OUVRAGE]

  • Imprimer

    Faites connaissance avec le Jury du Prix de la Recherche RFM [@adetem #adetem]

    karine, cevoz goyat, prix, rfm, adetem, nuit du marketing

    Aujourd'hui, Karine Cevoz Goyat, nous présente sa motivation à rejoindre le Jury qui décernera lors de la Nuit de l'Adetem, le 05 Juillet 2016 à Paris, le Prix de la Recherche RFM / ADETEM.

    Karine, pourquoi avoir accepté de rejoindre le 1er Jury de la Recherche RFM / ADETEM

    En tant que consultante en stratégie et marketing des marques de la beauté et du luxe, et par ouverture personnelle, je mène une veille constante, bien au-delà des frontières sectorielles dans lesquelles j'interviens: innovations des marques à l’échelle internationale, évolutions des marchés, tendances sociologiques, phénomènes de mode, stratégie des différents acteurs, et également avancées dans les différents outils -digitaux, CRM, analyse du parcours client etc-.

    De nature plutôt intuitive et pragmatique, j’aime toutefois questionner en permanence process, méthodologies, et pré-supposés, à la lumière d’expériences empiriques ou de visions croisées, sociologiques ou scientifiques par exemple, afin de toujours garder l’agilité et la réactivité requises par les mutations rapides de nos marchés.

    A ce titre je trouve très stimulant de participer à ce jury dédié à l’évaluation des nouvelles théories et recherches académiques dans mon domaine marketing ! un moyen idéal de « cross-fertilisation », pour échanger avec d’autres professionnels et théoriciens de secteurs variés, et de confronter avancées académiques aux visions issues du marché et besoins opérationnels !

    Karine, en quelques mots....

     

    Karine Cévoz-Goyat puise dans sa connaissance approfondie du marché et sa vision marketing reconnue pour affirmer la force identitaire des marques, et nourrir leur image par des concepts et produits innovants.

    Ses territoires de prédilection: analyse et repositionnement d’image, explorations conceptuelles pro-actives, accompagnement au développement de marques et produits porteurs d’image.

    Son parcours: Responsabilités en marketing international de développement de marques (Givenchy, Issey Miyake, Davidoff Cool Water, Torrente, Féraud, Jean Luc Amsler…), Direction Marketing Europe de Givaudan Fine Fragrance, puis création d’Identité & Concept pour accompagner marques et maisons de parfums dans leur développement.

    La RFM, Revue Française du Marketing en quelques mots...

    La Revue Française du Marketing a pour vocation de contribuer à faire connaître les techniques et les pratiques marketing les plus innovantes aux communautés académiques, étudiantes et professionnelles dans le monde francophone. Elle poursuit donc une double ambition : une qualité scientifique dans le choix des articles publiés et une sélection basée sur la pertinence, l'intérêt, la portée pour l'ensemble des professionnels du marketing (enseignants et praticiens)des meilleurs articles.

    Première revue française dans le domaine des études et de la stratégie marketing, la Revue Française du Marketing diffuse, en France et dans 38 pays, 4 numéros par an.

    [Découvrir la revue]

    [En savoir plus sur la Nuit du Marketing]