Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2.2- Marques

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [ACCORD] | L’ #Oréal fait son shopping d’été : une marque #bio #allemande et une #station #thermale #française | @PREMIUMBEAUTYNEWS

    PREMIUM BEAUTY NEWS | http://bit.ly/2LYDcl1

    L’ #Oréal fait son shopping d’été : une marque #bio #allemande et une #station #thermale #française

    L’Oréal a annoncé la signature d’un accord pour l’acquisition de la société allemande de cosmétiques naturels Logocos Naturkosmetik AG, ainsi qu’une offre irrévocable en vue de l’acquisition de Holding STRP (Société des Thermes de La Roche-Posay), une station thermale française dédiée aux affections dermatologiques. Avec ces deux acquisitions, le géant français des cosmétiques se renforce sur les deux axes majeurs du moment : le naturel et la dermocosmétique.

    Cosmétiques bio et naturels

    Créée en 1978 par un naturopathe, Logocos Naturkosmetik est basée à Hanovre en Allemagne et emploie environ 340 personnes. En 2017, le chiffre d’affaires net était de 59 millions d’euros, réalisé en Allemagne et dans d’autres pays européens. Toutes les marques de cette société sont vegan et certifiées bio. La marque Logona offre aux consommateurs des soins et des colorations du cheveu, des soins de la peau et des produits d’hygiène distribués à des prix premium dans les circuits spécialisés, notamment les magasins bio. La marque Sante s’adresse aux consommateurs jeunes à la recherche de produits naturels. Elle comprend des produits de soin du cheveu, soin de la peau, produits d’hygiène et maquillage vendus à des prix accessibles dans les circuits grand public.

    Avec cette acquisition, L’Oréal prévoit de développer les marques de Logocos Naturkosmetik à l’international. La transaction devrait être finalisée dans les prochains mois après les autorisations réglementaires habituelles. Ce n’est pas la première incursion de L’Oréal dans le secteur des cosmétiques naturelles, le groupe avait notamment acheté en 2006 la marque française Sanoflore.

    Axe dermocosmétique

    Créée en 1921, la station thermale de La Roche-Posay est exclusivement dédiée aux affections cutanées. L’eau thermale de La Roche-Posay présente des propriétés thérapeutiques anti-inflammatoire, cicatrisante et apaisante, pour soigner les maladies de peau (eczéma, psoriasis, séquelles cicatricielles de brûlure, suites cutanées de traitements contre le cancer). En 2017, l’activité thermale a bénéficié à plus de 7500 patients par an, générant un chiffre d’affaires de 3.6 millions d’euros.

    « Ce projet d’acquisition nous permettra de pérenniser et renforcer l’ancrage dermatologique de la marque La Roche-Posay en développant les indications existantes et de faire de la station thermale le fleuron de la marque, » explique Laetitia Toupet, Directrice Générale de La Roche-Posay.

    Première marque dermocosmétique mondiale, déjà propriété du groupe L’Oréal, La Roche-Posay crée des soins formulés à l’eau thermale pour les peaux sensibles. Les principales gammes de la marque sont Lipikar (peau sèche), Anthélios (photoprotection), Effaclar (peaux à tendance acnéique), Tolériane (peau sensible) et Cicaplast (réparation cutanée).

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [DIGITAL] | Le #luxe #italien met le #turbo sur le #numérique pour mieux servir les #Millennials | @LESECHOS

    DE OLIVIER TOSSERI | LES ECHOS | http://bit.ly/2LNotbJ

    Le #luxe #italien met le #turbo sur le #numérique pour mieux servir les #Millennials

    Alors que les ventes en ligne représenteront 20 % du chiffre d'affaires du luxe en 2025, les marques de l'excellence du Made in Italy veulent rattraper leur retard pour contrer Amazon et Alibaba.

    Altagamma, la fédération italienne des entreprises du luxe , fête ses 25 ans et pense déjà aux 25 prochaines années. Elle le fait en publiant un rapport, « Stratégies pour l'Italie de l'excellence », réunissant les contributions et les réflexions d'entrepreneurs et d'analystes. La génération des Millennials est au centre des enjeux. Les consommateurs nés dans les années 1980 et 1990 assurent 85 % de la croissance du secteur du luxe et ils représenteront 45 % de la clientèle en 2025. Le principal défi à relever, en Italie comme ailleurs, est l'adaptation à l'outil numérique.

    En 2016, le chiffre d'affaires des ventes en ligne atteignait 20 milliards d'euros, soit 8 % des plus de 260 milliards d'euros réalisés par l'ensemble du secteur du luxe mondial. Il devrait grimper à 74 milliards d'euros en 2025 soit 20 % de l'ensemble des achats. Aujourd'hui déjà, les ventes sont à 75 % influencées par le numérique, que ce soit via la recherche et la comparaison de produits ou la publicité, estime l'étude.

    Masse critique

    « La concurrence est rude avec  les géants que sont Amazon et Alibaba , constate Andrea Illy, président de Altagamma. En face, les marques italiennes ont réagi avec retard et de manière disparate. On a la capacité de rattraper ce retard mais il faut que nous leur opposions une masse critique pour rivaliser. C'est pourquoi nous lançons l'idée d'une présence unifiée des marques du luxe italien sur internet basée sur la narration du Made in Italy, la relation avec le client et la transaction pour augmenter les ventes ». Andrea Illy appelle à « une collaboration entre les pouvoirs publics et les entreprises privées » dans ce domaine. « Sinon les concurrents le feront à notre place », prévient-il.

    Mei.com, la plateforme en ligne dédiée au luxe appartenant au groupe chinois Alibaba, est très intéressée par le Made in Italy. Elle distribue déjà les produits de grandes griffes telles que Armani, Dolce & Gabbana, Versace, Valentino ou encore Ferragamo. Le succès de l'italien Yoox Net-à-Porter (YNP), spécialisé dans la vente en ligne de vêtements de marque, chaussures, bijoux et sacs à main, est une source d'inspiration pour faire face.

     
    « Lutte darwinienne »

    « Le numérique n'est pas seulement un canal de vente, estime Antonio Achille du cabinet de conseil McKinsey qui a contribué à la réflexion d'Altagamma sur ce sujet. C'est un test de résistance que chaque entreprise doit appliquer aussi bien à son offre qu'à ses magasins. Sont-ils compatibles avec le numérique ? La lutte darwinienne pour la survie n'en est qu'à ses débuts concernant le luxe en ligne. »

    Les vainqueurs partiront à la conquête de la Chine qui représente, avec les Etats-Unis, le principal débouché pour le luxe Made in Italy ces 25 prochaines années, selon les prévisions de Altagamma. En 2019, la Chine représentera 40 % du marché en ligne.

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [MAGASIN] | L'#émotion au coeur du #Printemps #Haussmann | @ECOMMERCEMAG

    DE DALILA BOUAZIZ | ECOMMERCE MAG | http://bit.ly/2zPcJ3T

     L'#émotion au coeur du #Printemps #Haussmann

    Le grand magasin du boulevard Haussmann veut faire la différence en proposant une expérience d'achat très qualitative en point de vente.

    Un article vendu toutes les 3 secondes, 20 millions de visiteurs par an, plus de 1 000 marques référencées, le Printemps Haussmann, au coeur du 9e arrondissement parisien, conserve son statut d'institution dans la Capitale. Un défi pour une enseigne âgée de 151 ans face aux pureplayers. Son secret ? "Dans notre grand magasin, les clients ne viennent pas juste acheter un article, mais pour se faire plaisir et passer un bon moment, analyse Céline Le Grand, responsable de la relation client. Ils recherchent des émotions, des animations et un lien avec nos vendeurs qui dépasse la simple transaction." La force du Printemps Haussmann réside dans l'expérience d'achat vécue en point de vente par les acheteurs, avec la création de nouveaux métiers comme des experts de la vente, des personal shoppers...

    "Ce sont des métiers où vous avez une vraie expertise dans la relation client personnalisée, indique Céline Le Grand. Pour les personal shoppers, le service -payant- est monté en puissance. Nous l'avons d'abord lancé sur le secteur de la mode femme, puis décliné sur le Printemps de l'Homme, et celui dédié à la Maison. Ils sont à présent une vingtaine." Autre service proposé, les "guest relation", inspiré de l'hôtellerie, sont des facilitateurs de shopping pour les acheteurs. "Leurs missions peuvent consister à réserver un dîner dans un restaurant ou à réserver un chauffeur après leurs emplettes à nos clients ", explique la responsable de la relation client.

    Proposer une expérience complète

    Le grand magasin de 60 000m2 est monté en gamme depuis une dizaine d'années. "La qualité de la relation client est primordiale en point de vente, souligne Céline Le Grand. Nous devons encore monter en compétences par le biais de nos équipes, et développer l'entertainment, les animations, la personnalisation ou customisation des produits. L'idée est de proposer une expérience complète." Les vendeurs suivent donc régulièrement des formations. "Une partie de nos forces de vente sont des démonstrateurs de grandes marques que nous distribuons, qui suivent leur propre formation, explique la responsable client. Néanmoins, nous avons mis en place des parcours spécifiques pour nos employés en fonction de leur métier: personal shopper, vendeurs, attachés de clientèle..."
     
    Si la clientèle du Printemps est très connectée, l'omnicanalité est peu présente, même si l'enseigne propose le click and collect pour les produits de son site e-commerce Placedestendances.com. "Nous n'avons pas été en effet les pionniers ou les précurseurs, mais c'est une direction que nous prenons. Nous avons ainsi déployé, en juin dernier, un service d'expédition assez poussé pour les clients venus en magasin: nous sommes capables de livrer un produit en moins d'une heure dans un périmètre proche de celui-ci, mais aussi de livrer à l'autre bout du monde." Et depuis juillet, l'enseigne a également digitalisé ses services pour la prise de rendez-vous, mais veille à toujours amener le client en magasin.

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [MARCHE] | #Luxe : La #France et l’#Italie dominent le #marché #mondial | @PREMIUMBEAUTYNEWS

    DE PREMIUM BEAUTY NEWS | http://bit.ly/2xDGnbk

    #Luxe : La #France et l’#Italie dominent le #marché #mondial

    Les grands groupes français continuent de dominer le marché mondial du luxe. Les leaders, comme LVMH, L’Oréal, Kering ou encore Hermès, représentent près d’un quart des ventes totales du Top 100 du secteur, selon le dernier classement annuel publié mardi par la société de conseil Deloitte [1].

    Estée Lauder devant Richemont

    Toutes nationalités confondues, les cent plus grosses entreprises du luxe dans le monde ont réalisé un total de 217 milliards de dollars de ventesau cours de la seule année 2017. LVMH, avec ses 70 marques (dont Louis Vuitton, Fendi ou encore Sephora), arrive en tête de ce palmarès basé sur le chiffre d’affaires. Le groupe de Bernard Arnault devance le groupe de cosmétiques américain Estée Lauder, qui était troisième dans le précédent classement mais qui a maintenant réussi à devancer le suisse Richemont

    La France compte un total de neuf groupes dans ce classement mondial, qui ont réalisé 24,3% des ventes totales comptabilisées. Kering (propriétaire de Gucci, Saint Laurent ou encore Bottega Veneta) arrive en cinquième position, stable sur un an, tandis que L’Oréal gagne une place et se classe sixième.

    Hermès, célèbre pour ses carrés de soie et ses sacs Birkin et Kelly, est douzième. Suivent Christian Dior Couture (26e), Clarins (32e), le groupe SMCP (Sandro, Maje, Claudie Pierlot, 52e), Longchamp (57e) puis Nuxe (94e).

    L’Italie en challenger

    L’Italie devance cependant la France si l’on considère le nombre d’entreprises placées dans ce Top 100 : la Péninsule en comptabilise pas moins de 24, de Luxottica (lunettes) à Prada ou encore Giorgio Armani.

    C’est en revanche une société canadienne, Canada Goose, célèbre pour ses parkas et doudounes, qui signe la croissance la plus forte, ses ventes sur son marché national ayant bondi de 63%.

    « En 2016, la croissance s’était vraiment tassée pour la vente de produits de luxe. 2017 est une bien meilleure année, et on s’attend à ce que 2018 soit très positive aussi », a résumé à l’AFP Bénédicte Sabadie, associée en charge du secteur Luxe chez Deloitte France. « C’est vraiment une tendance globale. Le tourisme a un poids très élevé dans la consommation de produits de luxe, et ce sont surtout les Chinois qui ont porté cette croissance en 2017 et vont continuer de la porter en 2018 : ils se sont mis à beaucoup consommer sur leur marché domestique, et par ailleurs ils se sont remis à voyager. »

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [ECORESPONSABLE] | Les #Galeries #Lafayette lancent l’#initiative #écoresponsable « Go For Good » | @FASHIONNETWORK

    DE MARION DESLANDES | FASHION NETWORK | http://bit.ly/2xa1XUp

    Les #Galeries #Lafayette lancent l’#initiative #écoresponsable « Go For Good »

    Portées par la volonté de tendre vers « un commerce plus engagé », les Galeries Lafayette annoncent le lancement du programme Go For Good, qui se concrétisera à la rentrée de septembre par un événement commercial réunissant 400 marques mode, beauté, maison et alimentaire.

    « La mode, qui est le cœur de notre activité, est devenue l’une des industries les plus polluantes. C’est une réalité, mais pas une fatalité. Nous sommes mobilisés pour une transition responsable depuis plusieurs années : Go For Good n’est pas un faire-valoir pour appuyer une stratégie de communication, mais une vraie politique d’entreprise », justifie Guillaume Houzé, directeur de l’image et de la communication des Galeries Lafayette, qui ajoute un troisième B à son slogan « rendre accessible le beau et le bon », avec le terme « bien ».

    Du 29 août au 10 octobre, le magasin du boulevard Haussmann abritera donc au 2e étage un pop-up de 300 mètres carrés garni de produits plus durables ou écoresponsables. Des articles portant la mention « Go For Good » seront aussi disséminés dans les corners des marques déjà installées. En outre, cette initiative sera déployée dans tous les magasins du réseau français : les plus grandes adresses accueilleront un pop-up, tandis que les autres unités présenteront çà et là des produits mis en valeur par cette signalétique mauve. « On ne souhaite pas être dans la sur-promesse avec des intitulés comme "bon pour la planète", les étiquettes indiqueront précisément l’atout du produit, comme "tannage végétal" ou "fabriqué en France" », expose Frédérique Chemaly, directrice des ressources humaines et du développement durable.

    Les équipes des Galeries Lafayette ont établi un cahier des charges pour déterminer quels labels pouvaient s’inscrire dans cette démarche, guidé par trois dimensions : l’impact sur l’environnement, le développement social et le local (fabrication française). « Dans un contexte où l’on entend beaucoup parler de greenwashing, nous nous sommes attachés à déterminer des critères les plus sérieux possibles et avons refusé des produits qui ne pouvaient avancer la preuve de leur caractère responsable, ajoute Frédérique Chemaly. Chaque objet n’est pas parfait dans tous les domaines, mais se distingue dans l’un d’entre eux. »

    Galeries, Lafayette, initiative, écoresponsable

    La marraine de ce mouvement est la créatrice Stella McCartney, qui a imaginé une collection dédiée et investira également les vitrines d'Haussmann. Certaines marques intégrant le mouvement sont déjà vendues aux Galeries Lafayette, comme Fjällraven, Saint James, Nike ou Le Slip Français, tandis que d’autres font leur entrée dans l’assortiment du grand magasin à cette occasion, à l’instar de Katharine Hamnett, Patagonia, Bethany Williams ou Dr.Hauschka et Oden côté cosmétiques. Claudie Pierlot y va d’autre part de sa capsule exclusive, tout comme Zadig & Voltaire, Agnès b. et Armor Lux.

    Pas question de se départir d’une vraie empreinte mode. « il est primordial de concilier style et durabilité, avance Fréderique Chemaly, avec un toujours ce rôle de sélectionneur et de prescripteur. On doit entraîner nos clients, convaincre, par de la pédagogie et une forme d’évangélisation ». Le personnel de vente sera formé dans ce cadre précis.

    Cet élan touche aussi les marques propres du groupe. Lancée en 2016, la collection de mode aux critères durables « Fashion Integrity » change de nom pour désormais s’intituler « Go For Good ». De nouvelles matières apparaissent la saison prochaine dans sa collection, comme le lin et le cachemire responsable, de même que le plastique recyclé. Et, pour la première fois, la ligne de décoration Absolument Maison adopte des matériaux plus responsables (coton bio et lin européen). De son côté, Louis Pion opte pour des bracelets de cuir au tannage végétal, tandis qu’une ligne d’anneaux en or recyclé prend place chez Guérin Joaillerie.

    Accompagnée de cycles de conférences et d'ateliers qui auront lieu à la rentrée, l’initiative Go for Good bénéficiera aussi d’une plateforme Web dédiée, recensant les marques partenaires et les initiatives du grand magasin. Les Galeries Lafayette entendent enfin pérenniser le mouvement en lançant d’autres événements dans les mois à venir.

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [VENTES] | Les #Millennials représentent plus de #40 % des #ventes de #Cartier | @LESECHOS

    DE OLIVIER TOSSERI | LES ECHOS | http://bit.ly/2HPLPZe

    Les #Millennials représentent plus de #40 % des #ventes de #Cartier

    Cyrille Vigneron, président de Cartier International, se confie aux « Echos » sur la stratégie adoptée par le groupe horloger.

    Vous avez pris vos fonctions à la tête de Cartier il y a deux ans, quelle situation avez-vous trouvée ?

    A l'époque, le marché comme la maison étaient dans une mauvaise passe. L'horlogerie a été malmenée par deux phénomènes survenus coup sur coup en Chine. Car ce pays a été le moteur de la croissance, en faisant pratiquement doubler le marché. Ce qui a créé des besoins de capacité très forts et d'importants investissements de l'industrie pour éviter les pénuries, sur des produits de plus en plus chers.

    Le premier coup d'arrêt a été la campagne anti-corruption lancée par le gouvernement chinois. Une grande partie de la demande horlogère, en particulier masculine, a pratiquement disparu du jour au lendemain. Le deuxième choc a été la dévaluation de 25 % du renminbi en 2015-2016. Cela a entraîné une surabondance d'offre.

    Comment avez-vous réagi ?

    Il a fallu prendre des mesures structurelles très fortes. Cartier a été la première maison à le faire, avec une grande ampleur, en rachetant des stocks aux détaillants et en en détruisant une partie. Nous avons ensuite repositionné notre offre, en fonction de la demande, et ajusté notre production et notre politique de prix.

    L'autre grand chantier a été de faire le point sur le positionnement de la maison, son ADN. Que fallait-il arrêter, remettre en lumière, comment retrouver la force de nos icônes, en les adaptant ou pas. On a ainsi relancé notre montre bijou Panthère telle quelle. Notre autre modèle culte, la Santos, a été retravaillé. Au bout de deux ans, je constate que Cartier s'est redressé et que son territoire s'est redéfini. C'est une marque plus féminine que masculine ; bien qu'elle soit synonyme d'élégance pour les hommes, elle évoque la simplicité et l'exubérance.

    Comptez-vous ouvrir de nouvelles boutiques ?

    Non, nous allons conserver notre réseau à environ 300 boutiques. Elles sont bien réparties, notamment sur des marchés très dynamiques comme l'Asie et les Etats-Unis. Il n'y a pas d'ouvertures prévues dans les cinq années qui viennent, sauf si l'Inde s'ouvrait vraiment au luxe international. En revanche nous lançons un programme de rénovation très important, car nous avions besoin de moderniser nos magasins.

    410c9434c4dba55fe75434212a73bf09_XL.jpg

    Qu'en est-il de la génération Millennials, qui est le coeur de cible du secteur du luxe ?

    Les Millennials [la génération née entre le début des années 1980 et le milieu des années 1990, NDLR] représentent 43 % de nos ventes. Donc Cartier séduit très bien la jeune génération. En Chine, ce taux atteint plus de 50 %. C'est surtout une question de répartition de la richesse, possédée par des générations plus matures en Europe, aux Etats-Unis et au Japon. En Chine, c'est l'inverse, avec une première génération d'entrepreneurs. La maison n'a pas de problèmes à séduire les Millennials car nos produits sont transgénérationnels.

    Il faut prendre garde à ne pas créer une catégorie particulière, et faire des « produits jeunes », avec une communication jeune pour les jeunes. Il faut une interaction appropriée avec cette cible, mais qui peut porter sur les mêmes collections qu'auparavant. Les jeunes Chinoises aujourd'hui achètent ainsi les mêmes produits que les jeunes Japonaises il y a vingt ans. La question est de rester pertinent pour toutes les générations.

    Quels sont donc les défis auxquels vous devrez faire face ?

    Pour l'ensemble de la profession, le défi est celui du recalage des maisons, tant pour leur distribution que pour leur outil industriel. Ca n'a pas encore été totalement fait. Même si la demande repart, il y a un risque de commettre les mêmes erreurs que par le passé. C'est une profession qui passe très vite de l'euphorie à la déprime et réciproquement.

    Avec ce redémarrage, la profession estime qu'elle est sortie de la crise mais il y aura certainement une nouvelle crise économique ou financière. C'est comme les tremblements de terre, plus le temps passe, plus la probabilité est grande. Il n'est pas certain que les enseignements de la crise passée aient été tirés. Il faut intégrer les attentes des clients par rapport à l'horlogerie. Elles ont évolué.

    Ils sont plus exigeants. Il faut à la fois clarifier et améliorer notre offre. Cela nécessite un outil industriel flexible, pour continuer à innover. Une des tendances de l'horlogerie a été de se penser comme un marché de nouveautés, alors que tout le monde faisait la même chose, d'où sa banalisation. Il faut que les maisons retrouvent une identité claire, sans quoi les nouvelles générations préféreront acheter une montre connectée. C'est un défi collectif, mais Cartier est bien armé pour le relever.

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [DIGITAL] | #Louis #Vuitton confie à #Axible le #développement de son #premier #objet #connecté, #Louis #Vuitton #Echo | @L'USINEDIGITALE

    DE MARINA ANGEL | L'USINE DIGITALE | http://bit.ly/2HDw9LT

    #Louis #Vuitton confie à #Axible le #développement de son #premier #objet #connecté, #Louis #Vuitton #Echo

    La société toulousaine Axible, spécialisée dans les objets connectés pour applications professionnelles, fait une entrée sur le marché du luxe avec le développement du premier objet connecté de la marque Louis Vuitton : Louis Vuitton Echo.

    C'est un véritable concentré de technologie que les équipes d’Axible, une société spécialisée dans le développement d'objets connectés pour applications professionnelles, ont mis au point pour la marque de maroquinerie de luxe Louis Vuitton (groupe LVMH). Le nouvel objet connecté (via les réseaux internet bas débit de type Sigfox), baptisé "Louis Vuitton Echo", a été tout spécifiquement développé pour offrir aux voyageurs une information précise sur ses bagages, notamment dans le cadre de déplacements par avions de ligne.

    L'objet, très discret, de la taille d'une réglette de 10 cm de long, 2 cm de large et à peine 1,5 cm d'épaisseur, signé par le designer australien de renommée internationale Marc Newson, est en vente depuis quelques jours dans l'ensemble du réseau de boutiques de la marque de maroquinerie de luxe. Il se glisse dans tout bagage pour le rendre communicant. Grâce à une application sur téléphone mobile, le LV Pass, l'utilisateur peut suivre en temps réel le cheminement de ses sacs ou valises. En outre, équipé d'un accéléromètre et d'un détecteur de pression, l'objet détecte les phases de décollage et d'atterrissage et coupe automatiquement la communication radio pendant les vols avions. "Une condition obligatoire pour obtenir les autorisations de la DGAC", précise Cédric Rosemont, directeur général d'Axible.

    Louis Vuitton, Axible, développement, premier, objet, connecté, Echo


    UNE NOUVELLE LEVÉE DE FONDS PRÉVUE POUR SEPTEMBRE 2018

    Un joli coup de projecteur pour la petite société de Labège, près de Toulouse, à la veille d'une nouvelle levée de fonds, programmée pour septembre 2018. Créée en 2007 et soutenue depuis 2015 par le groupe Robinson Technologies, devenu son actionnaire de référence, la société, membre de la communauté d'entreprises de l'IoT Valley, est en très forte croissance depuis la sortie sur le marché de son fameux QuB (prononcer "cube"), présenté au CES de Las Vegas en janvier 2017.

    Ce petit cube, de 7 centimètres de côté, offre à ses utilisateurs en entreprise un éventail de 6 services, dont on peut profiter en tapotant (double tap) l'une des faces du cube (réservation d'une salle de réunion, lancement du chauffage ou de la climatisation, appel au service de maintenance...). Les entreprises ont la possibilité de paramétrer en ligne chaque face du QuB pour répondre à leurs besoins spécifiques.

    Et le succès est au rendez-vous. Le chiffre d'affaires de l'entreprise décolle : 2,5 millions d'euros réalisés en 2017 avec un effectif de 18 salariés, contre 1 million d'euros en 2016. "Avec une levée de fonds de 3 à 5 millions d'euros, nous préparons aussi l'entrée de nouveaux partenaires pour nous accompagner sur de nouveaux projets d'objets connectés et accélérer à l'international", précise Cédric Rosemont, qui ne cache pas son ambition d'implanter une antenne d'Axible en Asie, sans doute à Singapour, d'ici la fin de l'année 2019.

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [BEAUTE] | Pourquoi les marques du #luxe sont-elles si #discrètes sur leur #engagement #durable ? | @PREMIUMBEAUTYNEWS

    DE KRISTEL MILET | PREMIUMBEAUTYNEWS | http://bit.ly/2vppbVG

    Pourquoi les marques du #luxe sont-elles si #discrètes sur leur #engagement #durable ?

    Les grands groupes de l’industrie de la beauté et du parfum ont pour la plupart, et depuis longtemps déjà, mis en œuvre à différents niveaux des politiques et actions de responsabilité sociale et environnementale. Convaincus qu’il faut être durable pour durer, nombre d’entre eux ont instauré des principes d’éthique et d’écoconception pour eux-mêmes comme pour leurs fournisseurs. Une démarche exemplaire qu’ils ne revendiquent pourtant que peu ou pas. Gildas Bonnel, Président de l’agence Sidièse, spécialisée en communication responsable et conseil de la maison Guerlain, expose pour Premium Beauty News les enjeux d’une prise de parole sur ces sujets.

    Premium Beauty News - Pourquoi les marques du luxe engagées depuis longtemps dans une démarche RSE, avec des actions et des résultats tangibles, valorisent-elles si peu leur démarche auprès des consommateurs ? 

    Gildas Bonnel - C’est ce que nous appelons à l’agence du green hidding. Il faut bien comprendre que dans certains secteurs, et c’est particulièrement vrai pour celui du luxe, les entreprises craignent de « prêter le flanc » à la critique. Pour les communicants, le sentiment le plus partagé est qu’il y a plus de coups à prendre que de bénéfices à revendiquer cette démarche de progrès. Cela dit, cette appréciation est en train d’évoluer.

    Une nouvelle offre arrive sur le marché de la beauté en particulier. Une nouvelle proposition de valeurs sur des gammes et des produits plus dépouillés, accompagnée d’un engagement fort sur les sujets sociaux et environnementaux, qui fait que certaines maisons et grandes marques peuvent craindre une sorte de ringardisation, de passer à côté d’une tendance sociétale puissante.

    C’est pourquoi, en tant que conseil, quand une entreprise est prête, quand il y a vraiment des éléments de preuve, sur le pilotage, sur ses objectifs et sa feuille de route de diminution des impacts sociaux et environnementaux, je suis le premier à recommander d’y aller. J’ai beaucoup encouragé la maison Guerlain à communiquer sur sa politique de développement durable car elle rencontre une véritable attente des publics. De plus, communiquer met l’entreprise en tension. Quand on communique, on s’engage. On ne peut plus reculer, on ne peut qu’avancer et être au rendez-vous de ses engagements. C’est toujours une prise de risques de conduire des changements ou de réformer des lignes. Ce qui a été fait par Guerlain pour Orchidée Impériale - avec une réduction de 40% du volume et du poids de l’emballage - était très courageux. L’innovation et la communication ont porté leurs fruits et la proposition a convaincu les clientes qui ne se sont pas détournées du produit, bien au contraire.

    Luxe, discrète, engagement, durable

    La communication, c’est ce qui aide à tracer la voie et à embarquer tout le monde, les collaborateurs comme les clients.

    Premium Beauty News - Comment prendre la parole sur ces sujets quand on est une marque historique prestigieuse ?

    Gildas Bonnel - Pour nous, ce sont des sujets que l’on murmure auprès des clients et des leaders d’opinion, plutôt que de faire une campagne de pub. C’est une stratégie ‘temps long’ qui passe par plus d’influence, de rencontres, d’interventions du dirigeant.

    Cela correspond bien aux entreprises du luxe. Elles ne souhaitent pas être ostentatoires en faisant de la doctrine, mais préfèrent plutôt travailler sur le fond avec celles et ceux qui font l’opinion.

    Premium Beauty News - Ce n’est pas dangereux de jouer cette carte du temps long alors que tout va si vite ?

    Gildas Bonnel - Pas si l’on travaille sur le fond. Si pendant ce temps là, l’entreprise est sur le pied de guerre, qu’elle construit, comme Guerlain, une stratégie et des éléments de discours sincères et pertinents.

    Premium Beauty News - Ces grands noms du luxe ne doivent-ils pas donner l’exemple ?

    Gildas Bonnel - Il y a une grande ambivalence sur ce marché et c’est la raison pour laquelle il est parfois si difficile pour les marques d’opérer des transitions.

    Dans le déclaratif, les consommateurs sont prêts à beaucoup de changements mais à la fois, ils n’ont pas a envie qu’on les bouscule, même les personnes les plus engagées. Il est donc important d’y aller doucement. Il ne faut pas aller plus vite que la machine.

    En revanche, ces entreprises se doivent de réfléchir à des offres plus en rupture, comme Guerlain l’a fait en incubant avec la marque éthique Cha Ling. Le fil est ténu et tout est question d’équilibre et de volonté.

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [STORE] | #Chanel ouvre un #concept #store… dans une #salle de #jeu ! | @L'ADN

    DE LAURA DUBE | L'ADN | http://bit.ly/2IAbIMk

    #Chanel ouvre un #concept #store… dans une #salle de #jeu !

    Pour toucher une clientèle plus jeune et sortir de l’image du luxe inaccessible, Chanel surfe sur la vague de la vintage tech et réveille les souvenirs des adultes nostalgiques avec un concept-store qui signe le rapprochement hardi de la beauté et du jeu.

    Le jeu est partout. Même chez Chanel ! Pour élargir sa cible, La célèbre marque française a ouvert un concept-store expérientiel aux allures délicieusement rétro la semaine dernière dans la capitale japonaise. Une salle d’arcade, où les gloss remplacent les joysticks, où les « beauty rides » prennent la place des courses folles en bolides tunnés, et où la pince (qui attrape VRAIMENT les cadeaux), pioche toutes sortes de rouges à lèvres, vernis et fards à paupières.

    2018-04-09_14h56_50.png

    Des cadeaux, qui s’ajoutent aux potentiels achats (et prises de rendez-vous avec des makeup artists) que les visiteuses et visiteurs pouvaient effectuer sur place. Initialement, le Coco Game Center a été pensé pour la promotion du nouveau Rouge Coco Lip Brush. Mais il pourrait s’agir d’un test plus large sur des nouveaux modes de communication avec les jeunes générations.

    Cet événement montre aussi que le luxe cherche à se rapprocher de son époque et d’une clientèle qui rajeunit. Millennials, tech et women empowerment sont trois thèmes essentiels des évolutions sociétales en action. Rien d’étonnant à ce que Chanel fasse donc de la beauté un jeu, et non plus une norme, et invite les (jeunes) femmes à tâter du jeu vidéo, malheureusement encore trop largement réservé aux hommes. C’est Sadie Sink, AKA Mad Max dans Stranger Things, qui devrait être contente.

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [ENVIRONNEMENT] | #Parfums #ressourçables : Le #nouveau #geste #luxe et #responsable ? | @PREMIUMBEAUTYNEWS

    DE KRISTEL MILET | PREMIUM BEAUTY NEWS | http://bit.ly/2J2a7QK

    #Parfums #ressourçables : Le #nouveau #geste #luxe et #responsable ?

    Depuis une vingtaine d’années, les parfums Angel de Thierry Mugler sont ressourçables via des fontaines à parfum positionnées dans les points de vente du monde entier. Après deux décennies de relative indifférence de la part des autres marques, l’idée fait aujourd’hui de plus en plus d’émules. Les grands noms de la parfumerie perçoivent dans cette solution, l’opportunité de marier démarche environnementale et codes du luxe. La force d’innovation des fabricants et la maturité des consommateurs semblent faire le reste.

    Mugler, et maintenant Louis Vuitton, Guerlain, Viktor&Rolf, By Kilian … plusieurs grands noms du luxe s’emparent progressivement du concept de « parfum ressourçable », pour apporter une valeur supplémentaire au produit et redonner toute son aura au flacon. Loic Bouet, responsable clientèle de Techniplast, société française spécialisée en développement de pièces plastiques, à l’origine de plusieurs solutions de refill confirme la tendance. « Nous travaillons avec beaucoup de marques du luxe comme celles du groupe LVMH et L’Oréal, très intéressées par nos systèmes. La demande de réduire l’impact environnemental se fait sentir à tous les niveaux de la part des marques de luxe. Il y a un travail effectué en amont, du côté de la chaine de fabrication, mais également en aval, au niveau du client final, en lui proposant de ne plus jeter son flacon, » assure-t-il. 

    Nouvelles solutions techniques

    À l’instar de l’agro-alimentaire, le marché de la cosmétique et des parfums étudie donc les solutions de recharges dans une optique d’écoconception. Qui plus est, le parfum à base d’alcool, peu soumis aux problématiques de contaminations bactériennes, se prête volontiers aux remplissages consécutifs. Néanmoins, le ressourçage implique majoritairement un remplissage du flacon en dévissant la pompe, or la majorité des produits sont conditionnés avec une pompe sertie sur le col du flacon. Une fois fermé on ne peut le rouvrir et donc le remplir à nouveau. En réponse, les industriels travaillent à de nouvelles solutions.

    Le spécialiste des systèmes de distibution Aptar Beauty+Home, note un retour vers des solutions plus flexibles. « Systématiquement ou presque, les grandes marques nous demandent d’avoir une version de leur gamme avec des pompes qui vont pouvoir être démontables. L’objectif est soit de permettre de recharger le flacon, soit de pouvoir séparer la pompe du flacon afin de recycler proprement le produit. Nous travaillons sur de nouveaux sujets », déclare Patrick Bousquel, directeur marketing et développement d’Aptar Beauty+Home.

    Outre ses systèmes RT Lift, RT Twist et embouts verseurs, adaptés au remplissage des flacons de parfum avec col à vis, Techniplast a également développé pour parer au problème des pompes serties, une technologie unique et brevetée, baptisée RT Plug, permettant de remplir tous types de flacons, même ceux dont la pompe ne se dévisse pas. Le principe est de positionner le flacon à recharger la tête en bas sur la source, de façon à mettre la pompe en position ouverte. Un petit moteur piloté par une carte électronique va augmenter la pression dans le flacon recharge positionné en dessous à 0,5 bars. Cette pression va permettre au parfum d’être transféré par un réseau de tube depuis la recharge jusqu’au flacon client.

    Parfums, ressourçables, nouveau, geste, luxe, responsable

    Le luxe « autrement »

    Ce concept a séduit l’équipe de développement de la marque Louis Vuitton qui l’a retenu pour sa ligne de fragrances lancée en 2016. « Cela fait partie de la philosophie des produits haut de gamme de chez Vuitton. Le produit n’est pas jeté, il est conservé car c’est un produit Vuitton. Nous avons apporté une solution pour garder ce bel objet, qui peut être personnalisé, gravé. Cela lui redonne de l’importance », ajoute Loïc Bouet.

    Bien qu’il soit encore rare, le concept de la source à parfum cumule effectivement plusieurs avantages dont celui de redonner toute sa valeur au flacon, reflet du luxe du produit, que la plupart des consommateurs peine à jeter.

    « On est complètement dans les codes du luxe. Quand vous jetez vous polluez, vous n’êtes donc plus dans un geste d’élégance, c’est d’autant plus vrai sur le parfum. Le ressourçable est l’occasion de redonner toute sa dimension au flacon. Chez Pochet nous en sommes convaincus et travaillons à la notion de ‘luxe autrement’ », confirme Isabelle Lallemant, directrice marketing et innovation du groupe verrier.

    Gildas Bonnel, président de l’agence Sidièse, spécialisée en communication responsable et conseil de la marque Guerlain, souligne par ailleurs l’importance de la relation client instaurée par la démarche. « Les codes du luxe sont beaucoup plus intéressants dans les rituels de vente que dans la surabondance de la matière. Guerlain propose à ses clientes de s’approprier, de personnaliser ce très beau flacon Abeille qui fait partie de l’histoire de la marque, et ensuite d’aller le remplir à une fontaine à parfum en magasin. Il y a là l’énorme intérêt d’une nouvelle expérience pour la cliente. Quelque chose de beaucoup plus exclusif et personnalisé qui correspond aux codes du luxe, » explique-t-il.

    La solution du remplissage en parfumerie, quelle que soit la méthode, fontaine ou recharge avec embout verseur, touche également de manière significative le marché de la parfumerie de niche, plébiscitée pour son approche alternative du marché.

    « Il y a là une opportunité pour les marques d’inventer un luxe différent, de rafraichir les codes, un discours, de trouver de nouveaux concepts et du coup de se différencier, » conclut Patrick Bousquel.