Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

suisse

  • Imprimer

    Les montres et la joaillerie dopent les résultats de #LVMH | @LVMH @adetem @louisvuitton

    TRIBNUE DE GENEVE | LUNDI 10 AVRIL 2017

    [LIRE L'ARTICLE EN LIGNE]

    Le groupe français LVMH, numéro un mondial du luxe, a vu son chiffre d'affaires bondir de 15%, à 9,88 milliards d'euros (10,45 milliards de francs), grâce en partie à une base de comparaison favorable. Montres et et joaillerie sont en croissance.

    La croissance organique du groupe aux quelque 70 marques - dont Louis Vuitton, Fendi, Guerlain, Hennessy ou Sephora - s'affiche également en forte progression de 13%, alors qu'elle avait été de 6% pour l'ensemble de l'exercice 2016, et de seulement 3% pour le premier trimestre 2016, a-t-il indiqué lundi dans un communiqué.

    LVMH met en avant «une progression à laquelle contribuent tous les groupes d'activités. La croissance est positive en Asie, en Europe et aux Etats-Unis», souligne-t-il.

    Mais il indique aussi qu'il «bénéficie durant ce premier trimestre (2017) d'une base de comparaison favorable, notamment en Europe, où l'activité avait été affectée l'an dernier par l'impact des attentats de novembre 2015 à Paris. La tendance actuellement observée ne peut raisonnablement pas à ce jour être extrapolée à l'ensemble de l'année».

    Premier trimestre plus facile

    Le PDG, Bernard Arnault, avait indiqué dès janvier, lors des résultats annuels, qu'en 2017, «il fallait s'attendre à un premier trimestre relativement facile», mais à une deuxième partie de l'année «beaucoup plus difficile».

    Cette performance trimestrielle est supérieure au consensus compilé par l'agence d'informations financières Factset, qui tablait sur 9,53 milliards d'euros de chiffre d'affaires et 9,3% de croissance organique.

    La division-phare du groupe, la Mode et Maroquinerie - portée par la marque Louis Vuitton - a totalisé 3,4 milliards d'euros de ventes, en progression organique de 15% (contre 4% pour l'ensemble de l'année 2016).

    L'activité Distribution Sélective (dont Sephora) continue de talonner la Mode/Maroquinerie, avec des ventes atteignant 3,15 milliards d'euros et 11% de croissance organique.

    Du côté des Vins et Spiritueux, le chiffre d'affaires progresse de 13%, à 1,19 milliard d'euros. Les Parfums et Cosmétiques affichent pour leur part 1,39 milliard de ventes ( 12%).

    Montres et joaillerie en hausse

    L'activité Montres et Joaillerie totalise un chiffre d'affaires de 879 millions d'euros (11%) au cours des trois premiers mois de l'année. Pour rappel, LVMH possède notamment les marques neuchâteloises TAG Heuer et Zenith ainsi que vaudoise Hublot. Le pôle comprend encore Bulgari, entreprise italienne, mais dont le pôle horloger est basé à Neuchâtel.

    LVMH, qui ne donne pas de perspectives chiffrées pour l'année, indique que «dans un environnement particulièrement incertain», il continuera à concentrer ses efforts sur la mise en valeur de ses marques, maintiendra une stricte maîtrise des coûts et ciblera ses investissements et qu'il compte «renforcer encore en 2017 son avance sur le marché mondial des produits de haute qualité».

  • Imprimer

    [@adetem] Faites connaissance avec un Membre du Jury du 1er Prix de la Recherche #RFM /#ADETEM

    Aujourd'hui, David JEANNERET nous présente sa motivation à rejoindre le Jury qui décernera lors de la Nuit de l'Adetem, le 05 Juillet 2016 à Paris, le Prix de la Recherche RFM / ADETEM.

    david jeanneret, marketing, rfm, suisse, nuit du marketing, communication, sante

    David, pourquoi avoir accepté de rejoindre le 1er Jury de la Recherche RFM / ADETEM

    Ma motivation pour contribuer à l’ADETEM est fortement liée à ma connaissance et ma grande appréciation de Valérie et Philippe Jourdan, qui sont des personnes exceptionnelles, tant sur le plan personnel, humain, qu’intellectuel et professionnel. Cette volonté d’aller toujours de l’avant, de découvrir et de partager se retrouve dans tout ce qu’ils entreprennent et m’ont fortement motivée à accepter d’être membre du Jury.

    Comme membre du jury de la recherche RFM - Adetem, j’apporterai le pragmatisme de l’entrepreneur, l’esprit de l’amoureux de l’innovation et l’œil de la génération X.

    David, en quelques mots....

    David Jeanneret est diplômé en droit de l’Université de Fribourg (lic. utr. iur) avec mention cum laude, spécialiste en lutte contre la criminalité économique avec mention magna cum laude de la Haute Ecole de Gestion de Neuchâtel et il a des connaissances approfondies en informatique. 

    Après avoir travaillé auprès du Ministère public du canton de Berne et au Département de Justice et Police, il a créé avec des amis médecins deux entreprises dans le domaine médical et une autre dans le domaine des alicaments et des nutricaments. Dans ce contexte, Davis a dû s’occuper de la vente DTC (direct to consumer), du commerce électronique et du marketing notamment de produits naturels et sous le label biologique (ex. : super food). Il a assuré aussi la conformité légale des allégations médicales de tous ces produits innovants.

    Actuellement, il s’intéresse beaucoup au marketing digital, émotionnel et relationnel (parcours client).

    Pour contacter David Jeanneret : d.jeanneret@detecmed.com

    La RFM, Revue Française du Marketing en quelques mots...

    La Revue Française du Marketing a pour vocation de contribuer à faire connaître les techniques et les pratiques marketing les plus innovantes aux communautés académiques, étudiantes et professionnelles dans le monde francophone. Elle poursuit donc une double ambition : une qualité scientifique dans le choix des articles publiés et une sélection basée sur la pertinence, l'intérêt, la portée pour l'ensemble des professionnels du marketing (enseignants et praticiens)des meilleurs articles.

    Première revue française dans le domaine des études et de la stratégie marketing, la Revue Française du Marketing diffuse, en France et dans 38 pays, 4 numéros par an.

    [Découvrir la revue]

    [En savoir plus sur la Nuit du Marketing]

  • Imprimer

    Face au ralentissement économique, l'horlogerie de #luxe accélère la baisse des #prix [#joaillerie]

    Le Salon de Bâle, qui se tient jusqu’au 24 mars, se déroule dans un contexte inédit : le recul du marché depuis un an. Pour résister, les marques misent sur des tarifs plus abordables.

    Le secteur de l’horlogerie de luxe a fini par se faire rattraper par le ralentissement économique mondial. Après avoir affiché une croissance solide entre 2009 et 2014, les exportations horlogères suisses ont commencé à reculer dès mars 2015. Le phénomène était attendu ; la seule question était de savoir quand il se produirait. Si la décroissance est modérée, elle est plutôt alarmante : certes, les marchés historiques, à l’instar du Japon, tirent leur épingle du jeu avec encore + 35 % en janvier ; mais, à l’inverse, les Etats-Unis reculent de 13 %.

    Facteur aggravant, le franc suisse s’est renchéri depuis janvier 2015 et a entraîné à la hausse les prix à l’export. Le premier marché mondial de la montre suisse, Hongkong, s’affiche ainsi en retrait de 33 % en un an − un recul intimement lié à celui de son géant voisin, la Chine, dont les importations baissent encore de 1,9 %. Dans cette région, le contexte économique se conjugue avec les logiques d’influence et la chasse à la corruption − autant de facteurs qui entament le premier débouché de la montre suisse.

    Dans ses franges moins coûteuses, l’horlogerie subit la montée en puissance des montres connectées. Ces petits ordinateurs tactiles de poignet produits par Samsung ou Apple détournent une partie des acheteurs traditionnels de montres de moins de 450 € − un segment en baisse de 20 % en janvier 2016. L’influence de ce nouveau type de produit − inscrit dans la logique de l’industrie électronique, et donc à durée de vie courte − sur les segments milieu et haut de gamme reste cependant à prouver. Seule certitude, l’adaptation à cette nouvelle conjoncture passe par une redéfinition des seuils de prix, qui est la tendance lourde de Baselworld 2016.

    Nouveaux matériaux

    Les réservoirs d’inventivité et de valeur dans l’horlogerie portent à la fois sur les complications, les matières et les technologies. Sur tous ces aspects, les tarifs sont orientés à la baisse. Le domaine le plus visible est celui des complications – c’est ainsi que le secteur nomme les indications et dispositifs internes de la montre. Deux des plus grands classiques ne cessent de se démocratiser. La Perpetual Calendar Slimline Manufacture de Frédérique Constant indique automatiquement la date complète, quelle que soit la durée du mois − 28, 29, 30 ou 31 jours −, ce qui n’a rien de simple. A 8 000 €, elle est encore 20 % moins chère que le précédent modèle, déjà très agressif.

    Cela vaut également pour la complication la plus emblématique des années 2000 et 2010, le tourbillon. Dispositif mécanique visant à augmenter la précision, il s’est transformé en martingale. Lui aussi subit une baisse de prix à marche forcée. TAG Heuer vient de définir un nouveau palier avec la Carrera Heuer-02T, commercialisée autour de 15 000 €. Un plancher d’autant plus bas que la montre propose un design sophistiqué et un chronographe en prime.

    [LIRE L'ARTICLE COMPLET]

     

  • Imprimer

    L'horlogerie suisse à l'heure de la crise [#lesechos #horlogerie #suisse]

    Dominique Chapuis / Journaliste |

    Les exportations horlogères helvétiques ont reculé de 3,3% en 2015, à 21,5 milliards de francs. Une première depuis 2009, après la chute des commandes de Hong Kong.

    L’heure de la crise a sonné pour les horlogers suisses. Les exportations du premier exportateur mondial de montres ont plongé de 3,3 % en valeur en 2015, à 21,5 milliards de francs suisses (19,5 milliards d’euros). Une première depuis 2009 !. En volume, le recul est de 1,6 %, soit 28,1 millions de pièces exportées. La baisse des commandes de Hong Kong, le premier marché des manufactures helvétiques a lourdement pesé dans ce résultat. « Le montant total des exportations est pratiquement revenu à son niveau de 2012, après deux années consécutives de consolidation », indique la Fédération de l’industrie horlogère suisse.

    [READ MORE]