Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

paris

  • Imprimer

    [#PromiseConsulting] [#luxurylab] Sillages Paris : « Le parfum est un exhausteur de vous »

    Témoignage de Maxime Garcia-Janin, fondateur de Sillage Paris, Journal du Luxe

    « Depuis des années, il est possible de se se faire livrer un vêtement, de l’essayer et de le renvoyer s’il ne vous convient pas. Pourquoi est-ce que ce principe, ce droit à l’erreur, ne s’appliquerait pas à la parfumerie ? ». C’est avec cette vision assumée que Maxime Garcia-Janin, Fondateur de Sillages Paris, nous accueille dans son nouvel atelier de la rue de Charonne.

    Niché au fond d’une cour classée, l’espace est lumineux, coloré et dévoile une installation inédite faite de fioles en suspension. Positionnées sur différents niveaux – en haut pour les notes de tête, au milieu pour celles de cœur, en bas pour celles de fond – ces dernières composent un orgue olfactif d’un nouveau genre. Ici, on sent, on teste, on déambule seul ou à plusieurs. Le tout accompagné d’un expert de la marque et d’une application dédiée, celle là même qui fait le succès de Sillages Paris depuis le lancement de son site internet en novembre 2017.

    « J’avais envie de proposer une expérience de Haute Parfumerie 3.0 qui soit à la fois inclusive, accessible, bâtie autour de produits de grande qualité et sans engagement ».

    [Lire plus] 

    #luxury #new #parfum #innovation #perfume #fragrance #paris #business #tech #marketing #creative #design 

  • Imprimer

    [#Promiseconsulting] [#OpinionLab] Pour ou contre le RIP sur la privatisation d'ADP

    COMMUNIQUE DE PRESSE

    PRIVATISATION DE L’AEROPORT DE PARIS (ADP)

    L’intention des Français d’aller voter en cas de Référendum d’Initiative Partagée (RIP)

    SONDAGE FLASH REALISE EN LIGNE ET SUR MOBILE ENTRE LE 11 AVRIL 2019 16H00 ET LE 12 AVRIL 2019 10H00

    Promise Consulting, institut spécialisé dans les études marketing, de consommation et d’opinion, a interrogé son panel en ligne pour mesurer l’intention des Français d’aller voter au Référendum d’Initiative Partagée (RIP) si celui-ci devait avoir lieu, sur la question de la privatisation d’Aéroport de Paris (ADP). Le vote POUR ou CONTRE et les raisons du vote ont également été mesurés auprès des intentionnistes. Trois questions ont été posées :  

    • En cas de Référendum d’Initiative Partagée sur la privatisation d’Aéroport de Paris (ADP), iriez-vous voter… ? (NB : le vote se ferait sur Internet) (Oui, Non, Ne sais pas)
    • Voteriez-vous… ? (Pour, Contre, Ne sais pas)
    • Pourquoi voteriez-vous [POUR | CONTRE] … ?

    Pour télécharger les slides complets :

    http://bit.ly/2v0zKLN

    PAROLE D’EXPERT

     paris,gilets jaunes,rip,ric,referendum,adp

    Philippe JOURDAN, associé fondateur Promise Consulting, Professeur des Universités, membre de l’American Marketing Association (AMA) et de l’Association Française du Marketing (AFM).

    Il est un spécialiste reconnu des études de marchés, des sondages et des enquêtes d’opinion sur les sujets les plus variés : économie, marketing, communication, société, etc. Ses publications les plus récentes portent sur l’Entrepreneuriat, l’Expansionnisme Chinois, l’Emergence de Nouveaux Consommateurs, etc.

    L’initiative parlementaire récente d’organisation d’un Référendum d’Initiative Partagée sur la concession de service public de l’établissement ADP (souvent appelée dans les médias privatisation d’ADP) doit désormais faire l’objet d’un examen par le Conseil Constitutionnel. Les Sages doivent se prononcer avant le 10 Mai, avant que ne soit envisagées les modalités d’une consultation citoyenne, une première pour cette disposition législative récente votée sous la mandature de Nicolas Sarkozy. Nous avons néanmoins pensé qu’il était intéressant à ce stade de prendre le pouls de l’opinion publique en envisageant que ce vote sera effectif, et selon les modalités aujourd’hui envisagées d’un vote électronique.

    Les résultats sont sans appel avec quelques nuances, en particulier selon l’âge des répondants. Une forte majorité de Français en âge de voter se déclare prêt à se rendre aux urnes électroniques (57%). Une forte mobilisation certes encore théorique -les modalités du vote n’étant pas connues à ce jour- mais qui témoigne de l’engagement citoyen, dont on peut penser qu’il s’appuie sur trois ressorts : le contexte actuel de protestation, en particulier contre la politique menée par la majorité présidentielle ; le débat sur la participation citoyenne aux décisions publiques, avec le sujet du RIC mis en avant par les Gilets Jaunes et les médias depuis maintenant quelques mois ; le clivage entre les tenants d’une politique libérale favorable à la privatisation des services publics et les partisans du maintien d’un service public fort, dans des secteurs économiques jugés stratégiques ou relevant de la souveraineté nationale.

    Plus intéressant : le vote auprès de ceux qui déclarent avoir l’intention de voter est sans ambiguïté. 69% des votants sont CONTRE la privatisation d’ADP, avec ici un clivage sur l’âge des répondants. Les plus âgés sont plus nombreux (79% des 65+) à s’opposer à la privatisation que les plus jeunes (57% des 18-34). Faut-il y voir les conséquences d’une perception négative du bilan de la privatisation récente des services autoroutiers ? Une sanction de la politique menée par le Gouvernement actuel, au-delà même de la question posée ? Une réelle inquiétude des Français sur les conflits d’intérêts qui pourrait exister entre services publics et gestion privée ? Un réflexe de souveraineté nationale ? Nul doute que les différentes sensibilités politiques auront une interprétation différente des résultats de notre sondage. Mais c’est là tout l’intérêt… du débat.

    INTENTION D’ALLER VOTER EN CAS DE REFERENDUM D’INITIATIVE PARTAGEE


    photo #3.png

     INTENTION DE VOTE POUR OU CONTRE LA PRIVATISATION D’ADP


    photo #4.png

    RAISONS AVANCEES POUR LE VOTE POUR OU CONTRE (QUESTION OUVERTE)

    photo #5.png

    Pour télécharger les slides complets :

    http://bit.ly/2v0zKLN


    Pour publier ses résultats sur les réseaux sociaux :

    #Promiseconsulting

    #PublicOpinionLab

    Pour contacter les auteurs de l’étude :

    (Interviews, témoignages, directs, analyses)

    photo #2.png

    Pr Philippe Jourdan

    CEO, professeur des Universités

    Promise Consulting

    Téléphone : +33 6 62 66 09 27

    Mail : philippe.jourdan5@promiseconsultinginc.com

     

    photo #10.png

    Jean-Claude Pacitto

    Directeur de recherche, maître de conférences

    Promise Consulting

    Téléphone : +33 6 13 85 92 74

    Mail : jean-claude.pacitto@orange.fr

     

    METHODOLOGIE

    paris,gilets jaunes,rip,ric,referendum,adp

    Sondage réalisé en ligne entre le Jeudi 10 Avril 2019, 16h00, et le Vendredi 11 Avril 2019, 10h00, à la suite de l’utilisation du lanceur de balles de défense par les Forces de l’Ordre dans le cadre des Manifestations des Gilets Jaunes.

     paris,gilets jaunes,rip,ric,referendum,adp

    Echantillon de 1002 personnes représentatives des Français âgés de 18 ans et plus.

    paris,gilets jaunes,rip,ric,referendum,adp

    Interrogation depuis un panel de citoyens et de consommateurs en ligne, échantillonnés selon la méthode des quotas avec redressement sur les variables suivantes :  genre, âge, profession, taille d’agglomération et région d’habitation de l’interviewé.

    paris,gilets jaunes,rip,ric,referendum,adp

    Possibilité de répondre depuis un PC, une tablette ou un mobile grâce à une technologie propriétaire de diffusion en temps réels de questionnaires aux formats ajustés aux caractéristiques des différents supports (Simplexity©).

     

    Merci de veiller à accompagner la diffusion écrite ou orale des résultats suivants des éléments techniques suivants :

    Le nom de l’Institut :

    Promise Consulting | Panel On The Web

    La méthode d’enquête :

    Etude en ligne et sur mobile depuis un panel représentatif des citoyens et consommateurs français

    Période d’enquête :

    11 Avril 2019, 16h00, et 12 Avril 2019, 10h00.

    Taille de l’échantillon :

    1002 individus redressés selon la méthode des quotas (genre, âge, régions, profession, taille d’agglomération)

     

    A PROPOS DE PROMISE CONSULTING

    Promise Consulting est une société d’études marketing, spécialiste de la sociologie de la consommation et des stratégies de marques.

    Promise Consulting est issu de la fusion de deux cabinets, Panel On The Web, pionnier des études en ligne, et Promise Consulting Inc, société américaine de conseil marketing.

    Promise Consulting a été récompensée 7 fois en 10 ans par la profession pour ses innovations. Elle accompagne les plus grandes marques de luxe, de cosmétiques et de distribution dans leur développement sur le marché national et les marchés étrangers. Elle intervient également dans de nombreux secteurs d'activité, chaque fois que les marques souhaitent disposer d'une stratégie de croissance éclairée pour mieux comprendre leur marché, s'adresser à leurs consommateurs, séduire et fidéliser leurs clients.

    Philippe Jourdan, fondateur de Promise Consulting, est directeur du département « Brand et Consumer Research ». Il publie dans des revues académiques de niveau international sur la valorisation des marques dans les secteurs du luxe, de la beauté et de la distribution sélective. Il publie également dans la presse économique et spécialisée (Le Monde, Les Echos, Le Figaro, l’Opinion, La Revue des Marques, etc.) sur le comportement du consommateur, l’impact des communications publicitaires et l’avenir du retail. Il est également professeur des universités, chercheur à l’IRG (CNRS) et lauréat du Meilleur Article de Recherche AFM 2000. Il a enfin une Certification Social Media.

    Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur la consommation dont le dernier en date, le Marketing de la Grenouille publié aux éditions KAWA a été précurseur dans l’étude des changements de comportement de consommation liés à la digitalisation et à la paupérisation des classes moyennes (cliquer pour en savoir plus).

     

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [#MAROQUINERIE] @Letrange prépare à Paris l’ouverture de sa première boutique

    #FASHIONNETWORK via @SarahAhssen - Relancée en mars dernier par Sébastien Létrange, représentant de la septième génération de l'entreprise familiale, la griffe française de maroquinerie de luxe Létrange ouvrira les portes de sa première boutique en novembre au 332, rue Saint-Honoré, dans le Ier arrondissement parisien. [#PROMISECONSULTING]

    Lire la suite

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [POP-UP] | #Nuxe ouvre son premier #pop-up store au coeur de #Paris | @FASHIONNETWORK

    DE AFP | FASHION NETWORK | http://bit.ly/2z7nDk0

    #Nuxe ouvre son premier #pop-up store au coeur de #Paris

    (Relaxnews) - La marque de cosmétiques Nuxe ouvrira les portes, le 15 novembre prochain, de son premier pop-up store dans le 1er arrondissement de Paris. Cet espace entièrement dédié à la beauté et au bien-être abritera l'ensemble des produits de la marque et proposera des ateliers et des animations pendant trois mois.

    Situé au numéro 32 de la rue Montorgueil, juste à côté du spa parisien de Nuxe, cet espace éphémère s'étend sur une quarantaine de mètres carrés. La façade ornée de fleurs blanches et or attendra, dès le 15 novembre, le public, qui sera ensuite accueilli dans un espace décoré de bois clair et de teintes bronze cuivrées pour la touche cosy et cocooning

    NUXE, pop-up, Paris

    L'offre Nuxe sera bien évidemment mise en avant, tandis qu'à l'arrière du pop-up store, chacun pourra participer à un atelier « Do it yourself », permettant de personnaliser ses coffrets cadeaux avant d'y renfermer des soins et autres produits de beauté. Pendant trois mois, l'espace proposera d'autres ateliers animés par des intervenants extérieurs. Il s'agira d'améliorer sa posture, et de se relaxer à travers diverses techniques. Nuxe proposera un agenda en ligne (www.nuxe.com) dès mi-novembre pour tenir ses clients informés des animations à venir.

    Un test retail pour la marque qui est vendue en France dans ses spas, en distribution sélective, mais surtout dans le réseau pharmacie et parapharmacie.

     

  • Imprimer

    #Chtchoukine à la Fondation #Vuitton : les coulisses de l'expo de tous les records

    ARTICLE BFM BUSINESS | INTERVIEW DONNE LE 11-03-2017 | NINA GODART

    Interview de Philippe Jourdan, CEO, Promise Consulting

    LIRE L'ARTICLE EN LIGNE : http://bit.ly/2q0dErL

    Obtenir le prêt par la Russie de 130 œuvres de la collection Chtchoukine a réclamé une débauche de moyens humains et matériel pour LVMH et Bernard Arnault. Pour un retour sur investissement qui ne se compte pas en euros.

    Objectif atteint pour la Fondation Vuitton, qui visait 1 million de visiteurs. 200.000 de plus se sont même pressés à l'exposition "Icônes de l'Art Moderne - La Collection Chtchoukine", qui vient de s'achever. Autant que le record historique détenu jusque-là par le Petit Palais, avec "Toutankhamon et son temps" en 1967. Et encore, la Fondation privée du numéro 1 mondial du luxe a atteint ce total en un temps bien plus court: un peu plus de 4 mois contre 7 mois et demi pour les trésors du Pharaon.

    paris, lvmh, louis vuitton, Chtchoukine

    Un succès à mettre au crédit notamment de Jean-Paul Claverie, proche conseiller de Bernard Arnault depuis 1991. C'est lui, l'homme qui conçoit le projet fou de cette exposition il y a presque trente ans. Dans les années 80, alors qu'il officie au cabinet de Jack Lang, il rencontre le petit-fils de Chtchoukine, André-Marc Delocque-Fourcaud, lui-même fonctionnaire au ministère russe de la Culture.

    Ce dernier rêve d'exposer à Paris la collection de son grand-père, l'homme d'affaires russe Sergueï Chtchoukine. Un rêve partagé par Jean-Paul Claverie. La collection en question comprend des centaines de chefs d'œuvres de l'art moderne, des Gauguin, Matisse, Picasso, Manet, Monet, Van Ghogh. Ce trésor valorisé à plus de 6 milliards d'euros a dû être abandonné en Russie par l'amateur d'art avant-gardiste qui a fuit le pays après la révolution de 1917. Il ne remettra jamais la main dessus. Ses héritiers non plus. La collection est confisquée par l'administration russe, remisée sous Staline qui y voit un art bourgeois honni, puis dispersée en 1948. Ce qu'il en reste a été réparti entre deux musées: celui de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg, et le musée Pouchkine de Moscou. Jamais, depuis, les tableaux n'avaient été réunis, et encore moins dévoilés ensemble hors de Russie.

    paris, lvmh, louis vuitton, Chtchoukine

    Monter une telle exposition a donc relevé de l'exploit. Y compris sur le plan financier? La Fondation a-t-elle par exemple dû payer pour présenter les 130 oeuvres exposées à la Fondation Vuitton, parmi lesquels 29 Picasso, 22 Matisse, 12 Gauguin? Selon plusieurs porte-paroles de musées, les "fees" (droits à payer pour exposer des oeuvres) sont une pratique courante pour les fondations privées. Mais Jean-Paul Claverie assure que Bernard Arnault s'étant engagé à prêter, en échange, des œuvres de sa collection personnelle, aucun contrepartie financière n'a été versée. Reste que la Fondation a dû consentir à d'autres investissements très coûteux, que n'aurait sans doute pas pu se permettre un musée public.

    Comme pour chaque prêt de musée, l'emprunteur a dû assurer les œuvres inestimables qu'il a exposées. Là encore, impossible de connaître le coût de cette protection. Un représentant d'Axa Art admet juste que "même l'État français n'aurait pas les moyens d'assurer la Joconde ou l'Origine du Monde". Il a aussi fallu garantir la sécurité des œuvres, durant leur transport, et pendant l'exposition. Avec notamment "plusieurs gardes par salle, 24 heures sur 24", souligne notre source.

    Le groupe a dû prendre à son compte d'onéreux contrats de restauration, sur place en Russie, avant d'obtenir de transférer les œuvres. Comme pour "L'atelier Rose" de Matisse, dont les grands aplats de couleur menacent de se détacher, et qu'il fallait réencadrer (ci-dessous).

    Le groupe n'a pas lésiné non plus sur les moyens humains. Bernard Arnault s'est impliqué personnellement. Le dirigeant français se reconnaît dans le parcours de Chtchoukine, un homme d'affaire qui doit sa fortune au textile et qui achète des œuvres pour participer au rayonnement culturel de la France. Il a fait sien le rêve de son conseiller et déployé toutes les ressources à sa disposition.

    "Les experts du groupe, toutes les connaissances des différentes maisons de LVMH en Russie ont été mobilisées. Bernard Arnault a parlé à Vladimir Poutine à maintes reprises depuis une dizaine d'années", explique une source. C'est encore l'homme le plus riche de France qui a négocié personnellement la prolongation de deux semaines de l'exposition.

    Le patron du numéro un mondial du luxe est aussi parvenu à faire signer la préface du catalogue de l'exposition à Vladimir Poutine au moment où la situation géopolitique lui faisait renoncer à un voyage en France. Il a obtenu que les héritiers de Chtchoukine renoncent contractuellement à tout recours sur la succession, condition sine qua non de la tenue de l'exposition à Paris. Et du gouvernement français la publication d'un arrêté qui garantit aux musées russes l'insaisissabilité de toutes les œuvres prêtées.

    paris, lvmh, louis vuitton, Chtchoukine

    Le succès de l'exposition a-t-il permis de rentabiliser l'évènement? Pas sûr. Les organisateurs ne donnent aucun chiffre. Mais à 14 euros l'entrée à plein tarif et 5 euros le tarif réduit, on obtient une estimation grossière de 12 millions d'euros tirés de la vente de tickets. Soit juste de quoi rentrer dans des frais estimés entre 10 et 13 millions d'euros selon Le Monde. Jean-Paul Claverie, affirme, lui, que "c'est beaucoup moins"

    Quoi qu'il en soit, "le mot rentabilité n'a pas sa place dans ce type d'opération", analyse Philippe Jourdan, directeur de Promise Consulting et expert du secteur du luxe. Même si des évènements d'une telle ampleur "valorisent la fondation Louis Vuitton, le bâtiment de Frank Gehry en soi", reconnaît le spécialiste, le bénéfice qu'en retire le groupe ne se compte pas en euros. Ce coup magistral sert surtout à "associer le beau et le luxe à un moment où son image pâtit de consumérisme, de mercantilisme". Et à renforcer le statut d'un Bernard Arnault mécène "qui redistribue sa richesse en donnant accès à la culture".

  • Imprimer

    #YSL installe son nouveau siège rue de Bellechasse, Paris (VII) | @luxury @adetem

    LE PARISIEN.FR | LUNDI 10 AVRIL 2017 | ELODIE SOULIE 

    [LIRE L'ARTICLE EN LIGNE]

    Les tractopelles et une grue sont toujours à l’œuvre, dans la cour d’honneur de l’ancienne Abbaye de Penthémont, mais ce n’est toujours que le début : entamé fin 2015, entre la rue de Bellechasse et la rue de Grenelle (VIIe), le chantier va en effet durer une bonne année encore, mais son impact devrait s’atténue dès cet été, dans l’enceinte historique de l’ancienne abbaye cistercienne du XIIIe siècle. C’est là que la maison Yves Saint Laurent installera son nouvel écrin, son siège et des showrooms, dont l’ouverture est confirmée pour mai ou juin 2018 et l’ensemble dessiné par les architectes parisiens Lagneau et Chaix-Morel.

    Le prix à payer pour les petites rues tranquilles et leurs immeubles cossus ? Bruit, poussières, ballets de camions et horaires élastiques… Des « nuisances » dont plusieurs riverains ont déjà saisi la maire (LR) du VIIe, Rachida Dati. Priée de faire le point avec la maison de luxe et de lui demander de « faire cesser dans les meilleurs délais toute forme de nuisance », la maire d’arrondissement a rencontré les dirigeants de YSL. Bilan de la rencontre : un calendrier qui permettra aux moins aux habitants de se préparer… « La fin du gros œuvre dans la cour d’honneur est prévue pour le 26 mai, annonce Rachida Dati dans son courrier à l’intention des riverains. A cette date, la grue sera déposée. La couverture des toits sera achevée le 25 août et le gros œuvre des bâtiments un mois plus tard », précise la maire.

    Pour autant, tout ne deviendra pas tout de suite luxe, calme et volupté : en mai commenceront les travaux d’aménagement intérieur, et dès novembre le revêtement du sol de la cour d’honneur, qui demandera près de 4 mois de chantier. Entre-temps la maison Yves Saint Laurent a néanmoins bien l’intention d’organiser un défilé, dans ce décor inachevé. A terme, le site de 10 000 m2, qui servit de retraite pour « dames de qualité », de caserne militaire et même d’entrepôt, avant d’abriter l’ancien ministère des Anciens Combattants, retrouvera « l’esprit Rive gauche » et Saint-Laurent retrouvera son berceau historique. La toute première boutique YSL avait ouvert à deux pas de là il y a 50 ans, rue de Tournon.

  • Imprimer

    [@pointsdevente]- Face à la crise, quelle posture pour les marques de luxe françaises ? [@adetem @luxurysociety]

    Quelle est la meilleure attitude à adopter pour les marques luxe françaises ?

    Propos recueillis par Cécile Buffard

    [Philippe Jourdan]. Elles possèdent de solides atouts. On ne construit pas une marque de luxe en quelques années. Les acteurs mythiques ont construit leur image, leur activité, leur savoir-faire et leur position sur un temps long. Après, ce n'est pas parce qu'on dispose d'un temps long qu'on ne peut pas le bousculer.

    Oui, il y a une élégance à la française, une vision de la femme française qui plaît avec une vraie tradition de savoir-faire. Ce qui est compliqué, c'est que nous ne sommes pas les seuls acteurs. Je crois beaucoup aux marques italiennes même si on a longtemps cru que l'Italie resterait l'atelier de nos marques de mode.

    De la même façon, il existe aux États-Unis de très nombreuses marques de luxe dont certaines ne servent que les clientèles américaine et anglosaxonne et qui sont de vraies concurrentes aux marques françaises. D'une façon générale, on ne développe pas de la même façon un secteur qui affiche 1 % de croissance au lieu de 5 %. Mais si le marché est compliqué, je ne crois pas à la mort du luxe. Ce n'est pas pour rien que dans toutes les civilisations, on a consacré autant de dépenses, d'énergie, et de ressources dans l'économie du luxe. Quel que soit le contexte, le luxe est intemporel. 

    [LIRE LA SUITE DE L'INTERVIEW SUR CE BLOG]

    [LIRE L'INTERVIEW DANS POINT DE VENTE]

  • Imprimer

    L'#insécurité et la #consommation de produits de #luxe : vrai ou faux problème ? [@adetem]

    Deux études de Promise Consulting analysées par Philippe Jourdan et Jean-Claude Pacitto apportent un éclairage intéressant sur la relation entre insécurité perçue et les moindres usage et consommation de produits de luxe.

    Editorial paru dans Cosmétique Mag Hebdo, 14 novembre 2016.

    Par Philippe Jourdan, associé de Promise Consulting et professeur des Universités, et Jean-Claude Pacitto, maître de conférences et chercheur associé à l'ESSCA.

    [EN SAVOIR PLUS SUR COSMETIQUE MAG HEBDO]

    [TELECHARGER L'EDITORIAL

    La récente actualité du braquage de Kim Kardashian auquel font écho d’autres cambriolages effectués en plein jour place Vendôme ou rue de la Paix relance le débat sur l’insécurité des biens des personnes sur notre territoire. On peut sur le même sujet souligner l’angoisse de la communauté chinoise, particulièrement visée en raison de la détention supposée d’argent liquide en quantités par ses résidents et ses touristes. Alors l’insécurité est-elle un faux débat s’agissant des achats de luxe en France ? S’agit-il d’une réalité fantasmée, exagérée par les média, sans conséquence sur le désir d’achat des produits de luxe. Deux études récentes nous apportent un éclairage intéressant.

    En dehors du caractère douloureux de ces affaires, force est de constater que l’impact sur l’opinion ne peut être tenue pour négligeable, car si l’affaire Kardashian est « un acte très rare survenu dans un espace privé » selon les propos malheureux de la Maire de Paris, c’est négliger l’effet cumulatif sur l’opinion d’un fait divers qui succède à d’autres (sans compter le maintien de l’état d’urgence dans notre pays). C’est aussi faire fi de la popularité de la star sur les réseaux sociaux. Insécurité réelle ou perçue ? Acte de violence généralisée ou circonscrit ? Là n’est pas le problème. En matière d’opinion, ce qui compte c’est, d’une part, la perception du grand public et, d’autre part, le poids des politiques. Interrogé immédiatement après l’affaire Kardashian, 35% des habitants de Paris et de l’Ile de France ont exprimé leur crainte d’une nouvelle chute de l’activité touristique (et 42% des catégories socioprofessionnelles supérieures)[1]. On peut certes espérer qu’ils se trompent, car inquiétude ne vaut pas nécessairement prévision et nul n’est Pythie en la matière ! On peut aussi penser qu’en matière de tourisme, seule l’opinion des touristes étrangers comptent au final. Or, à cet égard, plusieurs faits méritent d’être rappelés. Les Chinois fortunés achètent pour l’essentiel en dehors de la Chine continentale pour plus de 70% de leurs achats. Or ils boudent aujourd’hui notre Capitale avec un repli de l’ordre de 20% sur le premier semestre 2016, les autorités chinoises n’ayant pas manqué de se faire le relais du climat d’insécurité à l’encontre de la communauté chinoise en France, qui se surimpose – répétons-le – au maintien de l’état d’urgence. S’agissant des Américains, le repli est moindre (5,7% sur la même période), ces derniers se déplaçant comparativement moins en Europe et effectuant l’essentiel de leurs achats de produits de luxe dans leur propre pays (83%). Mais c’est oublier que Paris est une référence obligée dans l’univers de la mode et du luxe, du fait du rayonnement de nos plus grandes marques (Chanel, Dior, Louis Vuitton, etc.), que la Fashion Week s’inscrit dans une concurrence exacerbée avec d’autres Capitales (Milan et New-York en particulier), et que pour la clientèle américaine, la sécurité des biens et des personnes est une liberté fondamentale avec laquelle elle ne transige pas, ainsi que l’atteste l’âpreté des débats au cœur des élections présidentielles américaines.

    Mais le climat d’insécurité a également un impact plus pernicieux, car rarement évoqué sinon quantifié : l’insécurité est un frein à la consommation de produits de luxe car il en raréfie les occasions d’usage. Le désir d’acheter ou de racheter – au-delà de la possibilité financière de le faire- est conditionné d’un point de vue psychologique par l’envie, le besoin, la non saturation, la pression sociale, etc. S’y ajoute le sentiment de sécurité, c’est-à-dire l’absence de crainte, fondée ou non, d’être dépossédé des biens acquis. Qu’en est-il pour les Français aujourd’hui ? Une étude récente[2] menée par notre Cabinet éclaire les comportements de nos concitoyens d’un jugement sans appel : environ une personne sur quatre déclare porter aujourd’hui moins souvent l’objet le plus précieux qu’elle possède s’agissant de vêtements, sacs, bijoux ou montres et la crainte des vols et des agressions est une raison majeure : cette crainte est particulièrement marquée s’agissant des bijoux (36%) , des sacs de marque (34%) et des montres (27%), devançant même les moyens de transport (motos, scooters et voitures). Le vol à l’arraché est donc bien une réalité perçue de nature à réfréner l’usage de produits de consommation de marque ou de luxe

    En conclusion,  il convient de ne pas négliger le poids des facteurs psychologiques dans le choix des destinations touristiques ou bien dans l'usage, et partant l'envie, d'acheter ou de posséder des biens de consommation de luxe. Au-delà de la crise économique, l'envie d'acheter Avenue Montaigne ou Rue du Faubourg Saint Honoré ou bien encore Rive Gauche est dépendant d'un sentiment de sécurité, qui, pour subjectif qu'il soit, devrait plus fortement retenir l'attention des autorités en charge de la sécurité. L'achat de produits de luxe est fragile car il n'est nullement nécessaire mais tout juste désiré. C'est à maintenir ce désir que les acteurs du luxe, les professionnels du tourisme et les pouvoirs publics devraient ensemble se consacrer.


    [1] Baromètre Promise Consulting.- 1.050 personnes interrogées en ligne entre le 03 et le 05 Octobre 2016.- Echantillon représentatif population française sur les critères de genre, d’âge, de région d’habitation, de catégories socioprofessionnelles.
    [2] Ad Hoc Promise Consulting.- 1.050 personnes interrogées en ligne entre le 05 et le 08 Octobre 2016.- Echantillon représentatif population française sur les critères de genre, d’âge, de région d’habitation, de catégories socioprofessionnelles avec un boost sur les 15% de foyers aux revenus les plus élevés.

     

  • Imprimer

    #Kardashian : les Français inquiets pour le tourisme à Paris [#FashionWeek #luxe #France #Amérique #bijoux #tourisme #sécurité]

    [TELECHARGER L'INFOGRAPHIE]

    kimkardashian, paris, luxe, bijoux, vol, fashionweek

     

  • Imprimer

    "L'affaire #Kardashian, un nouveau coup dur pour l'image de #Paris" [#FashionWeek #luxe #France #Amérique #bijoux #tourisme #sécurité]

    L'affaire Kardashian, un nouveau coup dur pour l'image de Paris

    By Jean-François Arnaud, 06-10-2016+, Challenges, Challengesoir

    Selon Philippe Jourdan, professeur agrégé des universités et PDG de l'agence de marketing Promise Consulting, les pouvoirs publics commettent une lourde erreur en négligeant l'affaire Kardashian.

    Ce n’est pas un fait divers de plus. C’est une affaire douloureuse dont la victime se trouve être l’une des deux ou trois personnalités les plus populaires de la planète. Cela reflète un certain climat détestable en France qui au final, va nuire fortement à l’image de Paris alors que la capitale a cruellement besoin de la visite de riches touristes d’Amérique et d’Asie.

    On se demande comment il est possible qu’un établissement hôtelier de luxe, situé en plein Paris, disposant de 11 suites de grand standing, n’ait qu’un seul employé présent sur place la nuit. Les visiteurs étrangers ont besoin d’être rassurés.

    > Quelles leçons doit-on tirer de l’affaire Kardashian ?
    > Est-ce si grave alors que les riches Américains sont peu nombreux à venir en France ?
    > Comment jugent-ils la France ? Les événements négatifs finissent-ils par imprimer durablement les esprits?
    > Que peut-on faire ?
    > Peut-on inverser la tendance ?

    [LIRE L’ARTICLE ENTIER]