Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

kering

  • Imprimer

    Rumeurs sur la vente de #Puma | @Puma @Kering @bfmbusiness

    NINA GODART | BFM BUSINESS | 25 AVRIL 2017

    Les rumeurs autour d'une éventuelle cession de Puma par Kering vont bon train ces jours-ci. Faut-il y accorder du crédit? Réponse et analyse de Philippe Jourdan, directeur de Promise Consulting.

    puma, luxe, lvmh, under armour, kering

    [lire l'article en ligne]

    Kering s'apprête-t-il à vendre Puma? Le PDG du numéro deux mondial du luxe, François-Henri Pinault, a quitté officiellement le conseil d'administration de l'équipementier mi-avril. Aussitôt, les rumeurs de cession récurrentes de la marque de sport qui flirte avec la mode ont refait surface. D'autant qu'il avait indiqué l'été dernier qu'il conserverait ses 85% du capital Puma, au moins jusqu'en 2018. Alors que l'échéance approche, ces supputations des marchés sont-elles à prendre au sérieux? L'analyse de Philippe Jourdan, spécialiste du luxe et directeur de Promise Consulting.

    [NG] LA VENTE PROCHAINE DE PUMA EST-ELLE PLAUSIBLE ?

    [PJ] En 2014-2015, on parlait de vente parce que Puma traversait une période de remous au même moment que Gucci, qui d'ordinaire tire les résultats du pôle luxe. Du coup, les dirigeants de Kering se demandaient quelle activité il fallait céder pour supporter l'autre. Le top management de l'équipementier avait été complètement renouvelé. Björn Gulden avait pris la direction générale. Il devait solidifier l'activité sport pour rendre Puma moins poreuse aux vicissitudes du "lifestyle", la mode, aux performances très cycliques.

    Et là, il y est parvenu. Les équipes d'Arsenal et de l'OM sont tombées dans son escarcelle. Dans la mode, le recrutement de Rihanna, égérie très populaire et directrice du style, a été une très juteuse opération. Donc personnellement, je pense que si le rééquilibrage des résultats entre le pôle luxe et le pôle sport de Kering se confirme (Puma vient de relever ses objectifs 2017 après un premier trimestre où le bénéfice a doublé, à 50 millions d'euros, ndlr), la cession devient moins urgente, et moins stratégique pour le groupe. En même temps, pour réussir une belle vente, le mieux est de dire qu'on n'est pas vendeur.

    [NG] CES BONS RESULTATS NE RENDENT-ILS PAS LA MARQUE D'AUTANT PLUS BELLE A MARIER ?

    [PJ] Si la motivation était purement financière, le prix de Puma aujourd'hui serait effectivement bien plus élevé qu'hier. Mais avant de racheter Puma en 2007, la santé de l'ex-PPR ne tenait qu'aux résultats de Gucci. Depuis, François-Henri Pinault a toujours martelé vouloir faire grandir Kering sur deux jambes: le luxe d'un côté, le sport-lifestyle de l'autre. Une vente contredirait ce discours.

    Kering pourrait néanmoins avoir besoin de fonds pour financer ses investissements dans Saint Laurent et Bottega Venetta. Mais les deux jambes de Kering marchent, et lui rapportent de la trésorerie. Le groupe pourrait encore avoir besoin d'une rentrée importante de cash s'il y avait une opportunité d'achat pour le pôle luxe. Mais aujourd'hui, il n'y a pas vraiment de grandes marques sur le marché.

    [NG] SI UNE VENTE SE CONFIRMAIT, QUI POURRAIT-ETRE CANDIDAT AU RACHAT ?

    [PJ] Le numéro un mondial du luxe, LVMH, ne devrait pas se presser. Il lui faudrait apprendre un métier dans lequel il n'est pas du tout impliqué, qui ne semble pas l'intéresser. Quant aux concurrents de Puma, Adidas ou Nike, ils ne devraient pas se bousculer non plus. Dans le secteur du sport où seules trois marques pèsent vraiment, chacune avec une image, une offre, une gamme de produits et de sports bien distincts, cela n'aurait pas d'intérêt pour eux. D'autant que dans le sponsoring sportif, il y a un vrai intérêt pour les marques à ce qu'il y ait une concurrence à battre dans les matchs.

    Éventuellement, Under Armour, l'équipementier en embuscade, pourrait en avoir envie. Ce serait David qui avalerait Goliath, mais ce serait possible aujourd'hui, avec des montages financiers qui permettent d'absorber plus gros que soi par effet de levier. À condition que les résultats de Puma permettent de rembourser la dette. Or la marque a connu des hauts et des bas, sa croissance est loin d'être pas garantie. Ce serait quand même un très gros risque.

  • Imprimer

    Dans le #luxe la tendance est au #vert | In #luxury business, the trend turns on #Green | @Gucci @LVMH @COP21

    FROM CAROLINE ROUSSEAU | LE MONDE | 17 FEVRIER 2017
     

    LES MARQUES HAUT DE GAMME PARLENT ENCORE PEU DE DÉVELOPPEMENT DURABLE, MAIS LES GRANDS GROUPES QUI LES ABRITENT, COMME LVMH ET KERING, COMMENCENT A EXPLIQUER LEURS ACTIONS ET A AVANCER DES RÉSULTATS.

    Le 9  février s'est ouvert à New York le long tunnel des Fashion Weeks qui, après Londres et Milan, s'achèvera à Paris le 7  mars au soir. Un mois frénétique où il sera question de l'automne-hiver 2017-2018, de silhouettes, de directeurs artistiques, de stars et starlettes au premier rang… En tendant l'oreille, on entendra peut-être quelques acheteurs évoquer les niveaux de prix délirants ou la baisse de fréquentation des boutiques, mais personne ne parlera " gaz à effet de serre ", " empreinte carbone ", " traitement des eaux usées "…

    La mode s'accommode mal de ce vocabulaire et des catastrophes qu'il suggère. Pourtant, les deux géants du CAC 40 que sont LVMH (37,6  milliards d'euros de chiffre d'affaires) et Kering (11,5  milliards) – ils représentent à eux seuls une trentaine de marques de luxe et de mode parmi les plus influentes au monde – commencent à s'exprimer sur les actions qu'ils mènent en matière de protection de l'environnement, de façon désormais plus structurée.

    Si le groupe de Bernard Arnault s'intéresse depuis vingt ans aux questions d'empreinte environnementale sous la houlette de -Sylvie Bénard, directrice environnement de LVMH, à la tête d'un service de onze personnes, son programme LIFE (LVMH Initiatives For En-vironnement) n'est apparu qu'en  2013. Des vins et spiritueux aux marques de mode et parfums (Guerlain est en pointe dans ce domaine) jusqu'à la distribution (notamment Sephora), tout le monde est sensibilisé. Cela a permis à LVMH d'annoncer les premiers résultats du fonds -carbone qu'il a mis en place en interne en janvier  2016 : depuis un an, à chaque fois qu'une maison émet une tonne de gaz à effet de serre, elle doit investir 15  euros dans des projets innovants permettant justement de limiter ces émissions. En novembre dernier, le fonds avait récolté 6  millions d'euros.

    " La préservation des ressources naturelles est une priorité inscrite au budget de LVMH ", souligne Sylvie Bénard. En  2016, le montant consolidé des dépenses liées à la protection de l'environnement a atteint 23,8  millions d'euros (13,5  millions de charges d'exploitation et 10,3  millions d'investissements). Un total qui comprend aussi les dépenses indirectes liées notamment à la haute qualité environnementale des bâtiments, à la formation technique des équipes ou au mécénat environnemental.

    Chez Kering, François-Henri Pinault a pris le sujet en main et prêche personnellement la bonne parole auprès de ses présidents de marques (Gucci, Bottega Veneta, Yves Saint Laurent, Balenciaga…). " Le développement durable, ce n'est pas seulement une responsabilité et une nécessité, c'est une opportunité d'innover, de créer de la valeur à travers de nouveaux modes d'organisation et, en fin de compte, de bâtir un modèle d'affaires plus pérenne, défend le PDG. Le luxe, qui a cette capacité à lancer les tendances, a une responsabilité majeure dans ce domaine… "

    " QUELQUE CHOSE AVEC LA COP 21 "

    Le groupe s'est doté en  2012 d'un comité développement durable au niveau de son conseil d'administration. Il publie depuis 2015 un compte de résultat environnemental (Environmental Profit &  Loss) concernant 100  % de ses marques. Parmi elles, Stella McCartney, pionnière du luxe durable, qui a fait du zéro cuir et zéro fourrure sa marque de fabrique, publie son propre compte de résultat environnemental depuis l'an dernier. L'occasion pour la styliste de communiquer sur une réduction de 35  % de son empreinte environnementale sur ses approvisionnements " matières " entre 2013 et 2015.

    " Les analystes s'intéressent de plus en plus à la façon dont les entreprises abordent les questions de développement durable car elles font partie intégrante du risk management. Il est important de comprendre que si nos convictions sont sincères, cela ne nous empêche pas de raisonner en tant que groupe coté : on y croit, et c'est bon pour le business ", précise Marie-Claire Daveu, directrice du développement durable chez Kering, dont le service bénéficie d'un budget annuel de 10  millions d'euros. Le groupe indexe d'ailleurs les bonus de ses PDG sur leurs performances environnementales.

    " Il s'est passé quelque chose avec la COP 21, et quelles que soient ses motivations, le monde de l'entreprise s'intéresse davantage à ces enjeux, décode Sylvain Lambert, associé responsable du développement durable chez PwC. Au départ, en  1993, nous étions deux pour tout le cabinet d'audit. Maintenant, nous sommes 40 en France et 800 dans le monde répartis dans 65  pays, explique-t-il. Ce qui est frappant aussi, c'est l'intérêt -croissant depuis 2010 du capital investissement pour les entreprises à la croissance éco-compatible. En quinze ans, le luxe a mesuré les effets potentiellement négatifs d'une mauvaise prise en compte de ces enjeux qui peuvent ruiner l'image d'une marque. Mais il y a aussi une donnée concrète : l'échéance approche. Quand, au Sommet de la Terre à Rio, en  1992, on parlait de l'épuisement des ressources minières ou agricoles dont dépend cette industrie, la perspective de 2030 ou 2050 semblait bien lointaine… Pour ces maisons de luxe encore patrimoniales, l'idée de pérennité et la notion de transmission de l'entreprise sont cruciales, elles ont donc anticipé. Heureusement, car 2030 c'est demain… "

     

    Lire la suite

  • Imprimer

    #Exclusivity & #Desirability US Barometer of #PromiseConsulting & #ExaneBNP reinforce positive ratings on both #LVMH and #Kering.

    FROM EXANE BNP & PROMISE CONSULTING - SEPTEMBER, 07, 2016

    Luca SOLCA
    Managing Director
    Sector Head Global Luxury Goods

    Rue du Rhône 80, 1204 Genève, Switzerland
    Tel: +44 203 4308503
    Mob: + 44 7881249464
    luca.solca@exanebnpparibas.com

    Luxury goods brand desirability in America shows domestic and aspirational bias
    We find a number of surprises and a few confirmations in the results of our extensive consumer investigation in America: 1) Americans like their local champions; 2) Americans seem more attracted by fashion brands; and 3) Our analysis confirms a strong accessible luxury bias among American consumers.

    Luxury brand exclusivity perception is also quirky
    Prada, Versace, Louis Vuitton, Gucci and Giorgio Armani lead the group - with Hermès coming in only 6th place. Louis Vuitton, Burberry, Prada and Versace look strong, as they boast higher desirability than purchase - a convergent indicator of exclusivity perception.

    We are adding 'brand identity' analysis to our desirability and exclusivity research
    Louis Vuitton and Gucci rank in the top 5 of all brand identity traits we have investigated, with the exception of 'elegance', in which Chanel and Prada lead.

    Investment conclusions
    Our analysis of brand desirability and exclusivity in America reminds us of how important mega-brands remain in this industry. Louis Vuitton stands out as the strongest brand by far, followed by Gucci, which seems to have lost some of the vigour of a few years back but is likely benefiting from its successful and thorough turnaround. These results reinforce our positive ratings on both LVMH and Kering.

    Ask for the full document : philippe.jourdan@promiseconsultinginc.com

  • Imprimer

    Luxury brands are putting more weight into sustainability [#lvmh #gucci #kering]

    Blog Entry by Vikas Vij in Corporate Social Responsibility

    (3BL Media/Justmeans) – Luxury product consumers have increasingly become vocal about social and environmental causes, and more importantly, are willing to make a difference through their buying choices. Luxury companies also face increased attention from investors who want to know about a company’s sustainability practices before they invest.

    Positive Luxury has a released a new report titled “2016 Predictions for the Luxury Industry: Sustainability and Innovation,” which examines impactful events from 2015 to forecast how the increasing recognition of climate change concerns will impact luxury in 2016.

    Diana Verde Nieto, co-founder of Positive Luxury, London, said that sustainability will help luxury brands to de-risk their business and remain competitive. Together with the Luxury Institute, Positive Luxury conducted interviews with opinion leaders in the luxury lifestyle space, which included LVMH, Kering, Forevermark, IWC and the British Fashion Council, among others.

    During the Paris climate summit, French luxury conglomerate LVMH took the opportunity to showcase its sustainability practices. LVMH, which owns brands such as Louis Vuitton and Bulgari, shared insights about its sustainability programs and strategies on its corporate Facebook account.

    Kering, which owns brands such as Gucci, Saint Laurent, and Puma, is helping the world visualize its environmental impact with an interactive environmental profit and loss statement. To ensure transparency, Kering has presented this interactive statement on its website, depicting the various steps in production and environmental categories where it is making an impact.

    Brands such as Saint Laurent and Christian Dior have implemented tactics that are environmentally sound. For instance, three Saint Laurent storefronts have been given the highest LEED certification, while Dior has incorporated responsible lighting in a number of its international boutiques.

    Additionally, brands are becoming more conscious about protecting the resource supply chain. Prada has purchased the French tannery Tannerie Mégisserie Hervy to ensure the skills held by its workers are preserved. In a similar move, Chanel purchased French lamb hide tannery Bodin-Joyeux in 2013.

    [READ MORE] 

    [READ ABOUT THE SAME SUBJECT]

  • Imprimer

    Don’t discount China’s appetite for luxury goods [#China #luxury #Gucci]

    The domestic Chinese market for luxury goods may be struggling, but investors shouldn’t discount the huge amount of high-end products Chinese tourists buy, as the forecast-beating results from Kering – owner of Gucci – testify.

    Luxury goods maker Kering gave the markets a pleasant surprise on Friday as earnings at its flagship Gucci luxury brand thrashed expectations and raised hopes of more good things to come as more new designs are set to be introduced this year.

    Gucci revenue advanced 4.8%, compared with the 1.5% growth analysts anticipated – the brand’s strongest result in three years. However, while the company reported that conditions in Hong Kong and Macau (China’s luxury market bellwethers) were still lacklustre, there is hope for the sector more broadly.

    The domestic Chinese market for luxury goods may be struggling, but investors shouldn’t discount the huge amount of high-end products Chinese tourists buy.

    Indeed, they spent $116.8 billion (£87 billion)) on luxury when abroad in 2015, according to China Daily.

    [READ MORE]