Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [RELATION] | #Chanel investit dans #Farfetch pour #personnaliser sa #relation #client | @LSA

    DE LELIA DE MATHAREL | LSA | http://bit.ly/2oflRWi

    #Chanel investit dans #Farfetch pour #personnaliser sa #relation #client

    Chanel prend une participation minoritaire au sein de la marketplace spécialiste de la haute couture, qui va développer pour la marque une application mobile visant à personnaliser sa relation client.

    Chanel ne vend toujours pas en ligne et ne souhaite pas le faire dans les prochaines années… mais annonce ce 19 février un partenariat avec la marketplace britannique spécialisée dans la haute couture Farfetch. La marque tricolore prend également une participation minoritaire dans le capital de l'entreprise, sans dévoiler le montant déboursé.

    Chanel, Farfetch, personnaliser, relation, client

    Les équipes de Farfetch développeront pour Chanel "un éventail de services digitaux [pour offrir aux clients du groupe] de nouvelles expériences et des services personnalisés", indiquent les deux entreprises dans un communiqué. Concrètement, ces services digitaux seront fournis via une application mobile. Les fidèles de Chanel qui ont téléchargé le programme sur leur smartphone pourront être reconnus par les vendeurs lorsqu'ils pousseront les portes de l'un de 190 magasins de la marque dans le monde. Ils auront notamment accès à l'historique d'achat des clients et aux derniers articles qu'ils ont consultés sur la plateforme mobile, pour leur offrir une aide plus personnalisée dans leur parcours d'achat en magasin. Ce service pourrait notamment séduire la clientèle asiatique.

    La vente en ligne de produits de luxe est sur le point de décoller, cette prise de participation dans Farfetch est donc très stratégique pour Chanel. En 2016, 7% seulement des ventes du secteur étaient réalisées via ce canal, mais ce pourcentage devrait tripler d'ici 2025 selon le Boston Consulting Group. Fondée en 2008 basée à Londres, la marketplace est bien positionnée sur ce marché : elle commercialise les produits de 800 marques de mode et distribue ces articles dans plus de 190 pays. Farfetch est valorisé plus d'un milliard de dollars à la suite de sa dernière levée de fonds en 110 millions de dollars en mai 2016, à laquelle a participé le fonds d'investissement tricolore Eurazeo.

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [INNOVATION] | #Philippe #Thuvien, L’#Oréal : « L’#année de l’#innovation #packaging ! » | @PREMIUMBEAUTYNEWS

    DE JEAN-YVES BOUGEOIS | PREMIUM BEAUTY NEWS | http://bit.ly/2DRD6aR

    #Philippe #Thuvien, L’#Oréal : « L’#année de l’#innovation #packaging ! »

    À nouveau une année 2017 très riche pour le métier du Packaging chez L’Oréal avec plus de 600 moules développés et 90 brevets déposés. C’est l’année de l’Innovation avec de nombreuses innovations qui sont éco-conçues car l’environnement est un enjeu majeur dans la stratégie du Groupe L’Oréal. Et toujours, bien sûr, un packaging qui garantit les fondamentaux, à savoir la qualité et la sécurité pour les consommateurs. Le point avec Philippe Thuvien, Directeur Packaging & Développement du Groupe L’Oréal.

    Premium Beauty News - Merci de donner quelques exemples d’Innovation Packaging marquantes ? 

    Philippe Thuvien - Il est clair que l’innovation Packaging est stratégique pour booster la performance produit et protéger la formule. Et le packaging a un rôle clé pour augmenter la valeur perçue du produit et aussi, pour apporter un service supplémentaire au consommateur.

    Citons parmi les grandes innovations 2017 :

    • Les Mascaras Lash Paradisede L’Oréal Paris et Mister Bigde Lancôme avec des brosses fibres offrant à la fois volume et séparation.
    • L’Armani to Go avec un boitier qui permet une étanchéité extrême pour protéger les formules les plus sensibles.
    • Tatouage couture d’YSL, un nouveau Rouge à lèvres liquide avec un applicateur haute précision laissant apparaitre le logo YSL lors de l’utilisation.
    • Pour le soin, le Généfique Sensitive qui permet à la première utilisation, en une pression, de libérer un booster ; les deux formules offrant ainsi un double concentré alliant activateur de jeunesse et propriétés apaisantes.
    • Également le premier pot rechargeable L’Oréal Paris avec une recharge dont l’extérieure a un aspect texturisé « billes » en cohérence avec la formule pour augmenter la valeur perçue.
    • Enfin pour le Capillaire, le Power Mix dans la franchise Serie Expert de L’Oréal Professionnel qui permet au coiffeur d’offrir à sa cliente un soin personnalisé mélangé sous ses yeux ; le coiffeur utilise ainsi la juste dose avec les 2 liquides qui se transforment en crème avec un impact environnemental très positif comparé à un kit de monodoses.

    Philippe Thuvien, L'Oréal, l'année, innovation, packaging

    Premium Beauty News - Justement ou en êtes-vous dans l’innovation durable ?

    Philippe Thuvien - Chez L’Oréal le Développement durable est une réalité depuis plus de 10 ans. En matière d’emballage, c’est une vision et un engagement clair qui s’appuie sur 3 principes : Respecter, Réduire, Remplacer.

    Respecter nos consommateurs, l’environnement et la biodiversité avec par exemple des matériaux en contact avec le contenu de qualité alimentaire, des cartons issus à 100% de forêts gérées durablement et certifiés ou l’éradication totale du PVC. 

    Réduire le poids et le volume de nos emballages, partie intégrante de la conception ; c’est un levier majeur de l’amélioration du profil environnemental des produits

    Remplacer les matériaux issus de ressources non renouvelables par des matériaux issus du recyclage ou de la biomasse ; en 2017, 7294 tonnes de matériaux recyclés (soit +33% pour le Plastique) ont permis d’économiser la quantité équivalente de matériaux vierges.

    Premium Beauty News - Et votre programme Sharing Beauty With All ?

    Philippe Thuvien - Pour l’innovation responsable, notre engagement pour 2020 est très clair : 100% de nos nouveaux produits doivent avoir un impact environnemental ou social amélioré par rapport aux produits qu’ils remplacent. C’est pourquoi le Groupe a développé un outil d’évaluation SPOT (Sustainable Product Optimization Tool) pour permettre de mesurer la performance de ces nouveaux produits en les comparant à ceux qu’ils remplacent. En 2017, cet outil a été déployé sur l’ensemble des marques du Groupe.

    Premium Beauty News - Le digital est-il un enjeu pour le Packaging ?

    Philippe Thuvien - Le Packaging a accéléré en 2017 sa transformation digitale en déployant dans ses processus de développement toutes les technologies 4.0 dont notamment la généralisation et l’internalisation de l’impression 3D (un laboratoire 3D à New York, l’autre à Paris) pour plus de 8000 prototypes réalisés et la mise en place d’outils de simulation pour prédire le comportement mécanique de nos nouveaux emballages. Ces outils ont déjà permis de générer des gains conséquents sur nos délais de développement.

    Mais la révolution digitale ne s’arrête pas là pour le Packaging ; les capteurs dans les moules, le digital printing, la réalité augmentée et les big data vont transformer notre Métier !

    Premium Beauty News - Quelles perspectives pour l’année 2018 ?

    Philippe Thuvien - L’année 2018 s’annonce encore passionnante pour notre métier dans un monde qui change très vite. Nous venons de regrouper les équipes Design au sein des équipes Packagings permettant ainsi d’illustrer et de traduire en volume notre démarche « consumer centric », au service de la valeur perçue, de l’ergonomie d’usage et de la cohérence avec les codes de Marques ; ce sont ainsi plus de 700 projets qui pourront être traités en design de produit en 2018. L’innovation au service des consommateurs, la diminution des impacts environnementaux de nos packagings sans diminuer la valeur perçue de nos produits et en répondant aux exigences du e-commerce seront des challenges très excitants pour nos équipes ; avec toujours les fondamentaux du métier : un packaging responsable avec une parfaite qualité d’exécution et garantissant la sécurité de nos consommateurs !

  • Imprimer

    [PRESS RELEASE] [DESIRABILITY & EXCLUSIVITY] [#PROMISECONSULTING| The wealthiest #English women #desire the #European #brands but purchase most often the #American ones

    FROM PROMISE CONSULTING IN PARTNERSHIP WITH EXANE BNP PARIBAS 

    The wealthiest #English women #desire the #European #brands but purchase most often the #American ones

    THE « DESIRABILITY & EXCLUSIVITY » BAROMETER OF PROMISE CONSULTING ON LUXURY BRANDS  PUBLISHES ITS RESULTS FOR THE UNITED KINGDOM. THIS MEASURE IS INCLUDED IN THE « BRAND HEALTH » INDEX OF THE FINANCIAL ANALYSIS COMPANY EXANE BNP PARIBAS.

    The results of the 4th edition of the « «Desirability &Exclusivity » barometer for the United Kingdom show that European and especially French high-end brands in fashion are considered more exclusive than the US ones and equally desirable. But the American brands are more known and more often purchased. Consequently, 4 US brands rank in the top 4 places while only Chanel integrates the top 5. Burberry on the other hand falls behind in its domestic market.

    As well-known as their European counterparts, American brands certainly benefit from a less high-end (and therefore more premium and accessible) positioning to take the leadership on sales. But they also seduce by a more trendy and sporty style, more in line with the dominant values of the “bourgeois” aristocracy of the US East coast. An evidence of the better fit of the transatlantic fashion brands with the dominant lifestyle values in the United Kingdom. Certainly but not only!

    However, European brands, essentially French and Italian ones, remain very desirable and even more exclusive (perhaps too much?). Chanel is by far the most desired brand in the UK while high-end brands occupy the top of the ranking with three brands neck and neck (Ralph Lauren, Louis Vuitton and Christian Dior). Finally, the high-end brands in fashion continue to widen the gap in exclusivity (Chanel, Louis Vuitton, Hermès, Prada), while Dior and more surprisingly Burberry lie behind.

    There is indeed, as Brexit is going on, an irreducible specificity of the English market of the luxury fashion that we invite you to discover!

    PRESS FULL SURVEY REPORT (10 PAGES INCLUDING GRAPHICS AND ANALYSES) ON DEMAND

    Leave us your contact details : http://bit.ly/2GBhOvL

     

    ABOUT PROMISE CONSULTING

    Promise Consulting is a market research and consulting firm issued from the merge of the French company Panel On The Web and the American company Promise Consulting. 

    Promise Consulting delivers market research and consulting services of upmost added value. The company created an innovative methodology and modeling for measuring the performance and the ROI of marketing strategies and brand-focused investments (Monitoring Brand Assets©.  This methodology has been deployed in nearly 50 countries to date, fully investigates 250 brands in the most diverse sectors and totalizes more than 1,500,000 administered questionnaires worldwide. 

    Promise consulting has an established reputation for its innovative methods and models and has been awarded with Prizes 7 times in 10 years by the profession at the national and international levels. The company works with the main brands in luxury, cosmetics and retailing helping them to grow in their national market or at the international level. It is also active in many other business sectors, whenever the brand managers want to have an informed growth strategy, to better understand their market, or to better reach out and retain their customers.  

    Promise’s CEO, Philippe Jourdan, is the chief-editor of the Adetem’s review, the French Marketing Review (RFM) since 2011. He publishes in academic international magazines on issues related to brand equity in the universes of luxury, beauty and selective retailing. He also publishes in the economic and news press (Le Monde, Les Echos, Le Figaro, l’Opinion, La Revue des Marques, etc.). Philippe is also an associate professor, researcher at the IRG (CNRS) and was awarded for the best Research Paper, AFM in 2000. He has also a certification in Social Media. http://www.promiseconsultinginc.com/  

     

    ABOUT EXANE BNP PARIBAS

    Founded in 1990, Exane BNP Paribas is an investment company specializing in three businesses:

    • Cash equities: under the brand name Exane BNP Paribas, Exane provides institutional investors with a range of services, such as research, sale and execution on European equities.
    • Derivatives: Exane Derivatives has built a robust structured products franchise, based on its longstanding leadership in European convertible bonds and options.
    • Asset management: the asset management arm of the Exane Group is embodied by its 2 asset management companies, Exane asset management and Ellipsis AM, based respectively on the equity and fixed-income universes.

    Exane BNP Paribas works primarily with institutional clients around the world (pension funds, fund managers for banks or insurers, etc.) and markets its derivatives to a broad spectrum of clients, including private fund managers and investment counselors. Exane employs more than 800 people worldwide, in offices in Paris, London, Frankfurt, Geneva, Madrid, Milan, New York, Stockholm and Singapore. Exane BNP Paribas’ research teams cover more than 600 major companies around the world and are regularly awarded with prizes for the high quality of their sector analyses. In the luxury sector, Luca Solca has been elected Best Financial Analyst by its pairs and clients during the years 2011, 2014 and 2015.

     

    Download the press release : PRESS RELEASE BAROMETER UK.pdf

  • Imprimer

    [COMMUNIQUÉ DE PRESSE] [EXCLUSIVITÉ & DÉSIRABILITÉ] [#PROMISECONSULTING]| Les #Anglaises fortunées #désirent les #marques #Européennes mais #achètent le plus souvent les #marques #Américaines

    PROMISE CONSULTING EN COLLABORATION AVEC EXANE BNP PARIBAS

    Les #Anglaises fortunées #désirent les #marques #Européennes mais #achètent le plus souvent les #marques #Américaines

    LE BAROMETRE « DESIRABILITE & EXCLUSIVITE » DES MARQUES DE LUXE DE PROMISE CONSULTING PUBLIE SES RESULTATS POUR LE ROYAUME-UNI. CETTE MESURE EST INTEGREE DANS LE « BRAND HEALTH INDEX » DE LA SOCIETE D’ANALYSE FINANCIERE EXANE BNP PARIBAS[1].

    Les résultats de la 4ème édition du Baromètre « Exclusivité & Désirabilité » pour le Royaume- Uni montrent que les marques européennes et surtout françaises sont jugées plus exclusives et également désirables mais que les marques américaines sont davantage connues et achetées. Ce sont donc quatre marques américaines qui trustent les 4 premières places tandis que seule Chanel intègre le top 5. Burberry en revanche s’inscrit en retrait sur son marché national.

    Aussi connues que leurs homologues européennes, les marques américaines bénéficient certes d’un positionnement plus premium luxe pour s’imposer en achat, mais elles séduisent également par un style plus branché, plus sportif, plus en phase avec les valeurs dominantes de « l’aristocratie » bourgeoise de la côte Est américaine. Reflet d’une plus forte congruence des marques d’outre-Atlantique avec les styles de vie sociologiquement dominants au Royaume-Uni ? Certainement.

    Pour autant, les marques européennes, essentiellement françaises puis italiennes, restent très désirables et plus encore exclusives (peut-être trop ?). Chanel est de loin la marque la plus désirée au Royaume-Uni tandis que les marques de luxe occupent le sommet du classement avec trois marques dans un mouchoir (Ralph Lauren, Louis  Vuitton et Christian Dior). Enfin, les marques de grand luxe continuent de creuser l’écart en termes d’exclusivité (Chanel, Louis Vuitton, Hermès, Prada), Dior et plus surprenant Burberry se situant en retrait.

    Il existe donc bien, à l’heure du Brexit, une spécificité irréductible du marché anglais de la mode de luxe que nous vous invitons à découvrir.

    DOSSIER DE PRESSE (10 PAGES AVEC GRAPHIQUES COMMENTÉS) SUR DEMANDE

    Laissez-nous vos coordonnés : http://bit.ly/2GBhOvL

     

    A PROPOS DE PROMISE CONSULTING

    Promise Consulting est une société d’études et de conseil marketing issu de la fusion des sociétés française Panel On The Web et américaine Promise Consulting Inc.

    Promise Consulting intègre des prestations de conseil et d’études à forte valeur ajoutée. Elle a créé une méthodologie innovante de mesure de la performance de marque et du ROI des investissements centrés sur la marque : Monitoring Brand Assets©. Cette méthodologie a été déployée dans près de 50 pays à date, porte sur l’étude de 250 marques dans les secteurs les plus divers et totalise plus de 1.500.000 questionnaires administrés en ligne dans le monde.

    Promise Consulting a su développer des méthodes et des modèles innovants, récompensés 7 fois en 10 ans, par la profession au plan national et international. Elle accompagne les plus grandes marques de luxe, de cosmétiques et de distribution dans leur développement sur le marché national et les marchés étrangers. Elle intervient également dans de nombreux secteurs d'activité, chaque fois que les marques souhaitent disposer d'une stratégie de croissance éclairée pour mieux comprendre leur marché, s'adresser à leurs consommateurs, séduire et fidéliser leurs clients.

    Le CEO de Promise Consulting, Pr Philippe Jourdan, est rédacteur en chef de la Revue Française de Marketing (RFM), depuis 2011. Il publie dans des revues académiques de niveau international sur les problématiques de valorisation des marques dans les secteurs du luxe, de la beauté et de la distribution sélective. Il publie également dans la presse économique et d’actualités (Le Monde, Les Echos, Le Figaro, l’Opinion, La Revue des Marques, etc.). Il est également professeur des universités, chercheur à l’IRG (CNRS) et lauréat du Meilleur Article de Recherche AFM 2000. Il a enfin une certification Social Media. 

    http://www.promiseconsultinginc.com/

     

    A PROPOS D’EXANE BNP PARIBAS

    Spécialisé dans les actions européennes, Exane BNP Paribas est présent dans trois métiers :

    • L'intermédiation en placement d'actions européennes.
    • Les dérivés actions appelés Exane Dérivatives.
    • La gestion d'actifs via la gestion de fonds d'investissement de moyen et long termes.

    Exane BNP Paribas travaille principalement avec des clients institutionnels dans le monde entier (fonds de pension, gestionnaires de fonds pour le compte de banques ou d'assureurs, etc.) et commercialise ses produits dérivés à un spectre étendu de clients, comprenant des gestionnaires de fonds privés et des conseillers en investissements. Exane emploie plus de 800 personnes dans le monde, dans ses bureaux de Paris, Londres, Francfort, Genève, Madrid, Milan, New-York, Stockholm et Singapour.

    Les équipes de recherche d’Exane BNP couvrent plus de 600 grandes sociétés, dans le Monde, et sont régulièrement récompensées par des Prix pour la grande qualité de leurs analyses sectorielles.  Pour plus d'informations : http://www.exane.com.

    Dans le secteur du luxe, Luca Solca a été élu Meilleur Analyste financier par les investisseurs du secteur au cours des années 2011, 2014 et 2015.

     

    Télécharger le communiqué de presse : COMMUNIQUE PRESSE BAROMETRE UK.pdf

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [BEAUTE] | On n'est jamais assez #narcissique | @ELLE

    DE DOROTHEE WERNER | ELLE N°3760 | 12 JANVIER 

    On est jamais assez #narcissique

    Vous ne pensez qu'à vous, vous vous regardez trop ? Tant mieux ! Répond Fabrice Midal. Explications d'un philosophe iconoclaste.

    C'est l'insulte suprême. Etre narcissique, s'aimer, se trouver canon, passer du temps à prendre soin de soi, se chérir et se chouchouter, c'est mal. L'attitude noble, valorisée entre toutes, l'altruisme, c'est bien. Surtout pour les filles nées, c'est bien connu, pour s'occuper des autres, se dévouer, se sacrifier, s'excuser de mal faire et baisser les yeux. On exagère ? A peine ! Et voilà qu'un psychologue met le doigt pile sur cette question loin d'être anecdotique. Déjà auteur de "Foutez-vous la paix ! et commencez à vivre" (best seller 2017 vendu à plus de 100 000 exemplaires), ce fin connaisseur de la philosophie antique, fou d'art et de poésie, lance un pavé dans la marre, un plaidoyer vibrant, iconoclaste et presque punk pour réhabiliter d'urgence l'amour de soi-même, "Sauvez votre peau ! devenez narcissique" (éd. Flammarion). Conférencier brillant, jamais avare en anecdotes personnelles, il explique comment, à force de nous dévouer aux autres, de nous suradapter aux sollicitations extérieurs toujours plus grandes et de répondre "présent" sur tous les fronts, nous nous sommes perdus de vue. Une errance, un genre d'exil de nous-même qui nous mène sur les rives de l'épuisement et du burn-out. Sauve qui peut ! Il y a urgence à devenir narcissique, voici pourquoi et comment.

    Narcissique

    Elle : On se trompe sur le narcissisme ?

    Fabrice Midal : Oui, puisqu'on le considère comme une faute morale. Pourtant, de nos jours, nous souffrons d'un défaut de narcissisme majeur : on ne s'autorise plus à ressentir ce que l'on ressent, à penser ce que l'on pense, à être ce que l'on est. Partout je rencontre des gens qui acceptent d'être maltraités, et qui se maltraitent eux-mêmes, parfois jusqu'au burn-out. Combien aujourd'hui acceptent d'être pris pour des serpillières, de se laisser marcher sur les pieds en silence ? Au travail, c'est manifeste. Et du côté de la vie intime ou familiale, où règne le dogme du sacrifice, c'est la même chose. Cette pression pèse notamment sur les femmes, sommées d'être en permanence de bons petits soldats dans tous les domaines, tout le temps, et avec tout le monde.

    Elle : Pourtant on entend partout que le lien social se défait sous le poids de l'hyper-individualisme ...

    FM : Les analystes qui font ce constat doivent sortir de leur bureau et observer la réalité en face. Ils verront que les gens ne se regardent pas le nombril toute la journée. Au contraire, il se sacrifient pour leur travail, leu entreprise, leur famille, leur entourage. Et ils ne savent plus s'écouter. La mode des selfies en est la preuve : c'est une manière d'avoir besoin de la validation permanente des autres dans une image idéalisée de soi.

    Elle : Le bon narcissisme c'est quoi ? 

    FM : Oser faire confiance à ce qui nous habite. Se rencontrer. Sentir ce que l'on sent. Etre en paix avec soi, en acceptant ses émotions sans les juger et ses limites sans se sentir disqualifié. Arrêter de s'excuser toutes les cinq minutes. 

    ELLE: Votre réflexion part de votre enfance vécue tel "un vilain petit canard" ?

    FM : Je souffrais beaucoup car j'étais très maladroit, mal latéralisé et hypersensible. C'était extrêmement dur, je me sentais comme un martien. Pendant longtemps j'ai espéré trouver des parades pour devenir plus adapté. Plus je me martyrisais, moins j'arrivais à changer, et plus je me trouvais nul. Aujourd'hui j'accepte ce que je suis. J'essaie de travailler avec la situation, et c'est un soulagement de ne plus me mettre la pression en permanence avec l'idée qu'il faut être différent, devenir ceci ou cela ... Je suis hypersensible, j'ai 50 ans, c'est comme ça.

    ELLE : En quoi est-ce narcissique ?

    FM : Parce que je commence par écouter mes besoins et mes limites, au lieu de partir d'emblée avec l'idée que ce que je suis ne va pas. Cela change complètement la perspective. On peut ainsi tout faire une force de ses propres limites, au lieu de vouloir correspondre à) un idéal publicitaire inhumain, fabriqué et écrasant.

    ELLE : C'est l'idée de renforcer l'estime de soi ?

    FM : Non, cette mode de l'estime de soi me fait sortir de mes gonds. Je ne vais pas me sentir mieux en me répétant toute la journée "je suis génial" devant le miroir ! C'est absurde et cela ne marche pas. Le nombrilisme ne mène nulle part. La confiance, je vais la retrouver en me confrontant au réel, pour rencontrer ce qui m'habite, prendre conscience de ce que je sais faire ... Pas en m'identifiant à une espèce d'identité méta je-ne-sais-quoi soi-disant géniale et qu'il faudrait que j'aime !

    [...]

     

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [DIGITAL] | #Luxe : la #révolution #digitale en #marche | @ECOMMERCEMAG.COM

    DE DALIDA BOUAZIZ | ECOMMERCEMAG.COM | http://bit.ly/2DLCaR6

    #Luxe : la #révolution #digitale en #marche

    Pour capter une clientèle ultra-connectée, les marques de luxe accélèrent à présent leur développement on line sur un marché fortement compétitif. Et doivent affronter des acteurs spécialisés déjà implantés dans l'e-commerce.

    En juin dernier, le Groupe LVMH a lancé, après 18 mois de développement, 24Sevres.com, sa plateforme en ligne internationale - et son application mobile - dédiée à ses marques de luxe. Ce site, conçu comme la vitrine numérique de son célèbre magasin parisien Le Bon Marché, réunit plus de 170 enseignes et offre la ­possibilité de commander depuis 70 pays. Autre exemple, fin septembre, Givenchy a à son tour ouvert son site marchand avec pour objectif de faire de l'e-commerce l'une des cinq premières boutiques de la marque dans le monde.

    Si des marques comme Burberry ou Hermès ont pris le virage du digital dès les années 2000, nombreuses sont celles qui ont été à la traîne et viennent seulement d'aborder le commerce électronique. Le chiffre d'affaires mondial réalisé par le secteur dans l'e ­commerce n'est actuellement que de 8%, un chiffre néanmoins amené à monter à 12% en 2020 et à 20% en 2025, selon les prévisions du cabinet spécialisé en stratégie d'entreprise Boston Consulting Group.

    "C'est assez incroyable que les marques aient mis autant de temps à intégrer l'e-commerce, alors que le marché est totalement prêt, pointe Ulric Jerome, de Matchesfashion.com, e-shop de mode anglais. Les consommateurs du luxe sont ceux qui voyagent le plus, ils sont ­hyperconnectés et ce sont donc les plus aptes à acheter sur Internet."

    Luxe, révolution, digitale, marche

    2017 s'annonce en effet comme une année record pour le secteur, les ventes dans le monde (textile, maroquinerie, accessoires, montres, bijoux, etc.) représentent 262 milliards d'euros, selon les prévisions du cabinet Bain & Co, publiées fin octobre. Celui-ci souligne "l'inéluctable ascension des ventes en ligne", en hausse de 24 %. Exemple avec le Groupe Kering, qui a annoncé une progression de 60% des ventes en ligne de ses produits de luxe au premier trimestre 2017, après une croissance de 12% en 2016, plus importante que ses boutiques physiques. Le site e-commerce de Gucci, la griffe italienne, atteint même une croissance de 86%. "L'idée d'incompatibilité entre l'e-commerce et le luxe est aujourd'hui totalement révolue. Une marque qui ne vend pas en ligne n'existera bientôt plus", note Sébastien Ozanne, dirigeant de l'agence eBrand Commerce.

    Aujourd'hui, six ventes sur dix dans le secteur sont influencées par le Web, en achat direct ou en boutique après des recherches effectuées en ligne, selon la dernière étude du cabinet Boston Consulting Group "Digital or Die : The Choice for Luxury Brands", publiée en 2016 et réalisée dans dix pays. "Aujourd'hui, les enseignes du luxe comprennent que le comportement des consommateurs a évolué, notamment par l'intermédiaire des réseaux sociaux, analyse Ulric Jerome, CEO de Matchesfashion.com. Le digital est le nouveau canal de distribution essentiel pour l'industrie du luxe."

    Le baromètre de l'Institut français de la mode et du site marchand britannique Matchesfashion.com, publié en novembre 2017, indique en effet que 76% des clients français du luxe commandent au moins une fois en ligne et près d'un quart des clients du luxe achètent désormais sur mobile. Des changements dans les modes de consommation poussés notamment par la clientèle chinoise, clientèle numéro 1 dans le luxe, mais aussi par les millennials, génération entre 18 et 35 ans.

    "Elles y sont allées à marche forcée et avec des réussites diverses, pointe Franck Delpal, économiste à l'Institut français de la mode. Dans le digital, vous êtes sur une notion de verticalité où le client peut devenir acteur en termes d'émission de messages, de commentaires, de contenus générés. Des pratiques opposées à ce que souhaitent les maisons de luxe. Elles ont dû accepter de laisser échapper une partie de leur contrôle."

    Une transformation profonde, en effet, pour ces marques qui doivent conserver un ­s­ervice optimal et une expérience client de haute qualité pour ne pas impacter leur image et leur réputation, tout en faisant face en parallèle à la concurrence établie des e-shops de luxe. "L'attentisme des maisons de luxe a permis à des sites multimarques haut de gamme comme Net a Porter, Matchesfashion.com ou Farfetch de devenir des acteurs incontournables dans l'e-­commerce dédié au luxe, souligne Franck Delpal, de l'Institut français de la mode. Des plateformes qui réalisent un chiffre d'affaires entre plusieurs centaines de millions et quelques milliards d'euros, autant de sommes que les maisons de luxe ne réalisent pas en direct."

    Des marques de luxe se sont également créées ces dernières années sur le Web. "Vous avez aujourd'hui une émergence de marques de luxe 100% digitales. Tory Burch est ainsi l'une des plus grandes réussites dans le secteur de la mode depuis dix ans, explique Michel Campan, CEO de l'agence McGarry Bowen Luxury et fondateur du site Hermès. Cette marque américaine a basé sa communication entièrement sur le social media, elle vaut aujourd'hui près d'un milliard de dollars."