Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

martinhirsch

  • Imprimer

    #covid-19 Le Naufrage du Titanic où comment l'histoire se rappelle à nous.

    En dressant un bilan personnel de la gestion de la crise du #COVID-19 par nos dirigeants actuels, je me suis rappelé les propos de FrederiqueDumas92, l'une des premières députés LREM a avoir quitté en 2018 la majorité présidentielle.

    Elle établissait, dans le cadre de la gestion de l'affaire #Benalla à l'époque, un parallèle saisissant avec l'affaire du Titanic, parallèle qu'elle a explicitée depuis lors (https://bit.ly/3b17KKy). Certes on admettra qu'une métaphore n'est bien souvent d'un raccourci déformant une réalité plus complexe, mais le parallèle est tout de même saisissant

    On s'arrêtera au rappel des deux événements et de ce qui les sous-tend, un même déni de réalité :

    [1]- Deux événements d'une ampleur "exceptionnelle" toute chose étant égale par ailleurs. Le navire le plus grand, le plus rapide, le plus luxueux, le plus sûr au Monde qui sombre corps et âmes dans l'Atlantique Nord, dans la nuit du 14 au 15 Avril 1912. Le #COVID-19, une pandémie d'une violence inouïe par ses répercussions sanitaires, économiques et sociales, en 2020.

    [2]- Le même déni de réalité, qui entraîne un aveuglement fatal. A bord du Titanic, ont pris place le capitaine Edward Smith, une figure qui ne manque pas d'évoquer celle d'#EdouardPhilippe, le propriétaire de White Star Line, J. Bruce Ismay (#EmmanuelMacron) et beaucoup de personnalités célèbres du monde des affaires et du show-biz (John Jacob Astor, George Widerner, Charles Hays, Arthur Ryerson, etc.). Il s'agit dans le cas du Titanic, dont c'est la traversée inaugurales, d'aller "plus vite et plus loin", des propos souvent tenus par notre Président pour qualifier son esprit de réforme. Ce déni de réalité finit par nier la réalité dans son ensemble.

    Quelques faits pour nous le rappeler :

    [a] - La même faiblesse à s'enfermer dans de fausses certitudes. Le Titanic ne peut pas couler, car il est insubmersible, tout comme l'hôpital français ne peut pas être submergé, car "nous avons l'un des meilleurs systèmes de santé en Europe" (https://bit.ly/2z7tuaE). Or on sait ce qu'il en fût, avec une crise hospitalière d'une ampleur inouïe et un système d'urgences hospitalières au bord de la rupture (https://bit.ly/3feRxow).

    [b] - Le même aveuglement à nier la réalité.Le Titanic avait reçu dans la journée qui a précédé le naufrage de nombreux message radiotélégraphiés qui prévenaient de la présence d'icebergs dérivants dans sa zone de navigation. De même, nos autorités politiques et sanitaires ont-elles reçu de nombreux avertissement de la part de l'OMS, de la Chine et de même de l'Italie dont il ne fût tenu aucun compte. Il est vrai que la France, tel le Titanic, ne pouvait se comparer à rien : nous n'étions pas l'OMS (trop technocratique), ni la Chine (trop peu démocratique), ni même l'Italie (trop petite), nous étions le Titanic, le plus grand navire insubmersible au Monde.

    [c]- Lorsque les faits s'imposent, la même obstination à occulter les faits eux-mêmes, tout au moins leurs conséquences prévisibles, et les moyens mêmes insuffisants pour y faire face. Par souci d'éviter la panique à bord, comme le prétendront les représentants de la White Star Line à la commission d'enquête américaine (https://bit.ly/35oxlvM)? Peut-être ? Mais rappelons tout de même quelques éléments de la chronologie d'une tragédie :

    L'épidémie du #COVID-19 ? Elle n'atteindra pas la France ou si peu (#Agnesbuzyn, fin Janvier 2020), tous comme les icebergs de l'Atlantique Nord n'avaient aucune chance de croiser la route du Titanic. On se demande encore pourquoi.

    Le port du masque ? "Les masques n'ont aucun intérêt pour le Grand Public" selon #Jeromesalomon (04 Mars 2020), et d'ailleurs "moi, je n'en ai pas et je ne sais pas les mettre" (#Sibethndiaye, 20 mars 2020). Tout comme les gilets et les canots de sauvetage, trop peu nombreux à bord du Titanic, mais jugés inutiles, puisque, on vous l'a déjà dit, le Titanic est insubmersible, et puis de toute façon, pas sûr que les passagers de la troisième classe sachent enfiler un gilet ou grimper à bord d'un canot.

    Les tests de dépistage ? Réservés aux cas seuls suspects d'être contaminés (#Edouardphilippe, 28 Avril 2020), une stratégie pour le moins douteuse (https://bit.ly/2St3CwH). En réalité, on le sait bien aujourd'hui, une affirmation de principe destinée à "masquer" (sans jeu de mots), le trop faible nombre de tests disponibles. On lui préférera ici le geste chevaleresque (et So British) des passagers du Titanic laissant les quelques places de canots disponibles aux femmes et aux enfants d'abord !

    [d]- Quelques acteurs qui jouent leur rôle jusqu'au dernier moment, dans une partition qui semble les dépasser. Tel le radiotélégraphiste Harold Sidney Bride du Titanic, qui lancera jusqu'au dernier moment les messages de détresse qui permettront au Carpathia de secourir les trop rares naufragés (retrouver ici le témoignage émouvant de H.S. Bride, https://bit.ly/2YEwnuj). On ne peut que faire le parallèle avec l'avertissement lancé par #Martinhirsh, le responsable de l'AP-HP qui lance le 25 Mars 2020 "plus qu'un appel à l'aide" (https://bit.ly/2YqhRWC).

    On pourrait multiplier à l'infini le parallèle métaphorique. Les deux commissions d'enquêtes sur la tragédie du Titanic, la Commission Sénatoriale Américaine et la Commission Britannique, se sont très vite attirées les foudres de la presse, en raison du caractère inexpérimenté des enquêteurs, des interférences politiques dans l'enquête, et des controverses nombreuses. En sera-t-il de même demain pour celles qui ne manqueront pas d'enquêter sur la gestion de la crise du #COVID-19 en France ?

    Il est temps d'arrêter pour moi le visionnage du film le Titanic de #Jamescameron (@Jimcameron, 1997). Tiens, je viens de me rappeler que FrederiqueDumas92 est une ancienne productrice de cinéma. Sûrement pas un hasard, si cette métaphore audacieuse est précisément celle qu'elle a mise en avant pour justifier d'avoir quitté le navire avant qu'il ne coule. Elle citait aussi le film Matrix, mais c'est une autre histoire. Je vous en reparlerai plus tard.

    Très bonne nuit.

    A Paris, le 03/05/2020, 6h30 PM.