Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ligne

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [PLATEFORME] | Le #BHV #Marais a mis en #ligne sa #plateforme #marchande | @FASHIONNETWORK

    DE MARION DESLANDES | FASHION NETWORK | http://bit.ly/2K6B19o

    Le #BHV #Marais a mis en #ligne sa #plateforme #marchande

    Sur la Toile, le BHV Marais vient de propulser en catimini son site e-commerce flambant neuf, dont le lancement officiel est programmé en septembre, comme FashionNetwork.com vous l'annonçait il y a quelques semaines. L’heure est donc aux tests et aux réglages pour le grand magasin du groupe Galeries Lafayette, mais l’on peut d’ores et déjà passer commande au rayon mode, beauté, décoration, cuisine ou encore bricolage.

    Le BHV n'avait plus d'e-shop depuis la fermeture du précédent, en 2012. Mais aujourd'hui, son navire amiral de la rue de Rivoli a achevé sa rénovation et la concrétisation d'un projet omnicanal devenait indispensable. La nouvelle plateforme réunira d’ici la fin de l’année 70 000 références provenant de 600 marques. Le grand magasin a choisi de procéder de deux façons : une partie de l’offre sera commercialisée en propre, alors qu'une autre partie sera pilotée par les marques sous le format marketplace. Une façon sans doute d’accueillir en ligne des articles qu’il ne vend pas dans ses points de vente.

    Parmi les services proposés au client, la livraison est offerte à partir de 89 euros d’achats, et peut s’effectuer en magasin ou à domicile, tandis que les retours sont gratuits. Le consommateur peut aussi consulter la disponibilité des articles dans un des cinq magasins de l'enseigne entre Paris et Lyon. Le click & collect dans la journée serait également à l’étude.

    La stratégie du groupe Galeries Lafayette, qui a en outre acquis La Redoute cette année, est réellement d’affirmer une empreinte lifestyle, sans se focaliser sur la mode, afin de concurrencer à son échelle l’offre pléthorique d’un géant comme Amazon. Dans cette optique, il a tout récemment noué un partenariat avec Boulanger, spécialiste de l’électroménager et de l’électronique, pour installer des corners en magasin Galeries Lafayette mais aussi référencer l’offre de l’enseigne sur les e-shops des Galeries Lafayette et du BHV. 25 000 références produit de Boulanger seront à terme commercialisées sur les deux sites marchands.

    L’objectif fixé par la direction du groupe est que la part des ventes réalisées sur Internet atteigne 30 % de ses ventes globales à horizon 2020 (estimées à 5,5 milliards d’euros), mais celui-ci part de loin puisqu'en 2016, il ne réalisait que 2 % de son chiffre d’affaires via l'e-commerce.

  • Imprimer

    [LUXURY LAB] [E-COMMERCE] | #Cacharel se convertit finalement à la vente en #ligne | @Fashion Network

    FROM ANAÏS LEREVEREND | FASHION NETWORK | http://bit.ly/2xkgLfs

    #Cacharel se convertit finalement à la vente en #ligne

    En changeant de cible pour rajeunir, Cacharel a dû se tourner vers les habitudes de ses nouvelles clientes. Et de fait, en ciblant de plus jeunes femmes, la maison parisienne s'est finalement convertie au e-commerce. Après avoir longtemps résisté, la griffe a finalement ouvert mi-septembre son premier e-shop.

    Reconstituant petit à petit un réseau de distribution à l'image de son nouveau positionnement luxe accessible, Cacharel avait d'abord visé les multimarques, avant d'ouvrir cinq boutiques en France à la rentrée 2016, et enfin d'ouvrir son point de vente virtuel. On retrouve pour l'instant sur le site les « must have » du début de la saison, mais la sélection s'enrichira petit à petit de nouvelles propositions.

    Cacharel, ligne

    Toujours pour coller aux nouvelles habitudes de consommation, l'offre sera donc régulièrement renouvelée, au moment où la maison annonce, qui plus est, qu'elle va passer à un rythme de quatre collections par an au lieu de deux dès l'automne 2018.

    Cacharel a amorcé sa relance sur le segment du luxe accessible il y a deux ans, toujours son l'impulsion de l'homme qui l'a fondée en 1958 : Jean Bousquet.