Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

arlotto

  • Imprimer

    In memorian Jacques Arlotto [#arlotto #pacitto #entrepreneuriat]

    IN MEMORIAM JACQUES ARLOTTO

    Jacques et l'entrepreneuriat

    Par Jean-Claude Pacitto, maître de conférences, paru dans la Revue de l'Entrepreneuriat, vol.4/14, 2015

    La grande cause de Jacques fut indiscutablement celle de l’accompagnement des entreprises. On se rappelle tous ses efforts pour arriver à la fois à une meilleure définition des différentes structures œuvrant dans le cadre de cette mission et sa volonté d’imposer l’incubation comme un objet d’étude déterminant dans la réussite entrepreneuriale. On peut dire que, d’une certaine manière, la vie, malheureusement trop courte, de Jacques fut vouée à l’incubation. D’une façon pratique et ses multiples responsabilités en témoignent mais aussi en lien avec celles-ci, Jacques comprit vite que l’incubation souffrait en France d’un problème de définition, que la recherche académique sur le sujet n’avait pas suivi l’essor des pépinières en France et dans le monde. De son point de vue, ce différentiel de croissance serait dommageable à terme car comment imposer sur le long terme un type particulier d’accompagnement si l’on n’est pas toujours d’accord sur les réalités qu’il recouvre ?

    (...)

    Je voudrais terminer en resituant les travaux de Jacques dans une perspective plus large. Jacques ne dissociait pas son activité académique de son devoir de citoyen. Pour lui, le problème fondamental de la France résidait avant tout dans une insuffisante prise en compte en amont des problèmes liés à la création d’entreprise et en aval à une mésestimation chronique des problèmes réels des entrepreneurs. Pour Jacques, la France, au-delà des discours faciles et convenus, avait un problème avec ses entrepreneurs et cela ne cessait de le troubler. Il avait décidé de contribuer à régler, à son niveau, ce problème. Car Jacques avait compris que le salut, en ce domaine, viendrait aussi des milliers d’initiatives privées, et non plus seulement du grand soir entrepreneurial venu d’en haut.

    [Pour télécharger l'article complet]