Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

américaines

  • Imprimer

    [COMMUNIQUÉ DE PRESSE] [EXCLUSIVITÉ & DÉSIRABILITÉ] [#PROMISECONSULTING]| Les #Anglaises fortunées #désirent les #marques #Européennes mais #achètent le plus souvent les #marques #Américaines

    PROMISE CONSULTING EN COLLABORATION AVEC EXANE BNP PARIBAS

    Les #Anglaises fortunées #désirent les #marques #Européennes mais #achètent le plus souvent les #marques #Américaines

    LE BAROMETRE « DESIRABILITE & EXCLUSIVITE » DES MARQUES DE LUXE DE PROMISE CONSULTING PUBLIE SES RESULTATS POUR LE ROYAUME-UNI. CETTE MESURE EST INTEGREE DANS LE « BRAND HEALTH INDEX » DE LA SOCIETE D’ANALYSE FINANCIERE EXANE BNP PARIBAS[1].

    Les résultats de la 4ème édition du Baromètre « Exclusivité & Désirabilité » pour le Royaume- Uni montrent que les marques européennes et surtout françaises sont jugées plus exclusives et également désirables mais que les marques américaines sont davantage connues et achetées. Ce sont donc quatre marques américaines qui trustent les 4 premières places tandis que seule Chanel intègre le top 5. Burberry en revanche s’inscrit en retrait sur son marché national.

    Aussi connues que leurs homologues européennes, les marques américaines bénéficient certes d’un positionnement plus premium luxe pour s’imposer en achat, mais elles séduisent également par un style plus branché, plus sportif, plus en phase avec les valeurs dominantes de « l’aristocratie » bourgeoise de la côte Est américaine. Reflet d’une plus forte congruence des marques d’outre-Atlantique avec les styles de vie sociologiquement dominants au Royaume-Uni ? Certainement.

    Pour autant, les marques européennes, essentiellement françaises puis italiennes, restent très désirables et plus encore exclusives (peut-être trop ?). Chanel est de loin la marque la plus désirée au Royaume-Uni tandis que les marques de luxe occupent le sommet du classement avec trois marques dans un mouchoir (Ralph Lauren, Louis  Vuitton et Christian Dior). Enfin, les marques de grand luxe continuent de creuser l’écart en termes d’exclusivité (Chanel, Louis Vuitton, Hermès, Prada), Dior et plus surprenant Burberry se situant en retrait.

    Il existe donc bien, à l’heure du Brexit, une spécificité irréductible du marché anglais de la mode de luxe que nous vous invitons à découvrir.

    DOSSIER DE PRESSE (10 PAGES AVEC GRAPHIQUES COMMENTÉS) SUR DEMANDE

    Laissez-nous vos coordonnés : http://bit.ly/2GBhOvL

     

    A PROPOS DE PROMISE CONSULTING

    Promise Consulting est une société d’études et de conseil marketing issu de la fusion des sociétés française Panel On The Web et américaine Promise Consulting Inc.

    Promise Consulting intègre des prestations de conseil et d’études à forte valeur ajoutée. Elle a créé une méthodologie innovante de mesure de la performance de marque et du ROI des investissements centrés sur la marque : Monitoring Brand Assets©. Cette méthodologie a été déployée dans près de 50 pays à date, porte sur l’étude de 250 marques dans les secteurs les plus divers et totalise plus de 1.500.000 questionnaires administrés en ligne dans le monde.

    Promise Consulting a su développer des méthodes et des modèles innovants, récompensés 7 fois en 10 ans, par la profession au plan national et international. Elle accompagne les plus grandes marques de luxe, de cosmétiques et de distribution dans leur développement sur le marché national et les marchés étrangers. Elle intervient également dans de nombreux secteurs d'activité, chaque fois que les marques souhaitent disposer d'une stratégie de croissance éclairée pour mieux comprendre leur marché, s'adresser à leurs consommateurs, séduire et fidéliser leurs clients.

    Le CEO de Promise Consulting, Pr Philippe Jourdan, est rédacteur en chef de la Revue Française de Marketing (RFM), depuis 2011. Il publie dans des revues académiques de niveau international sur les problématiques de valorisation des marques dans les secteurs du luxe, de la beauté et de la distribution sélective. Il publie également dans la presse économique et d’actualités (Le Monde, Les Echos, Le Figaro, l’Opinion, La Revue des Marques, etc.). Il est également professeur des universités, chercheur à l’IRG (CNRS) et lauréat du Meilleur Article de Recherche AFM 2000. Il a enfin une certification Social Media. 

    http://www.promiseconsultinginc.com/

     

    A PROPOS D’EXANE BNP PARIBAS

    Spécialisé dans les actions européennes, Exane BNP Paribas est présent dans trois métiers :

    • L'intermédiation en placement d'actions européennes.
    • Les dérivés actions appelés Exane Dérivatives.
    • La gestion d'actifs via la gestion de fonds d'investissement de moyen et long termes.

    Exane BNP Paribas travaille principalement avec des clients institutionnels dans le monde entier (fonds de pension, gestionnaires de fonds pour le compte de banques ou d'assureurs, etc.) et commercialise ses produits dérivés à un spectre étendu de clients, comprenant des gestionnaires de fonds privés et des conseillers en investissements. Exane emploie plus de 800 personnes dans le monde, dans ses bureaux de Paris, Londres, Francfort, Genève, Madrid, Milan, New-York, Stockholm et Singapour.

    Les équipes de recherche d’Exane BNP couvrent plus de 600 grandes sociétés, dans le Monde, et sont régulièrement récompensées par des Prix pour la grande qualité de leurs analyses sectorielles.  Pour plus d'informations : http://www.exane.com.

    Dans le secteur du luxe, Luca Solca a été élu Meilleur Analyste financier par les investisseurs du secteur au cours des années 2011, 2014 et 2015.

     

    Télécharger le communiqué de presse : COMMUNIQUE PRESSE BAROMETRE UK.pdf

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [MAGASIN] | #Ba&sh a ouvert ses premières #boutiques #américaines | @FASHIONNETWORK

    DE ANAÏS LEREVEREND | FASHION NETWORK | http://bit.ly/2xMF3hN

    #Ba&sh a ouvert ses premières #boutiques #américaines

    Depuis la prise de participation de L Capital (Groupe Arnault et groupe LVMH), Ba&sh se donne les moyens de ses ambitions. Alors qu'elle vise un chiffre d'affaires de 115 millions d'euros en 2017, en hausse de 20 % environ, la griffe féminine parisienne a enclenché son internationalisation à vitesse grand V. Pour faire grandir l'export, qui pesait jusque-là pour un tiers des ventes et s'appuyait quasi exclusivement sur le continent européen, Ba&sh a lancé deux chantiers à la fois : l'Asie et les Etats-Unis.

    Alors qu'elle a lancé l'offensive asiatique plus tôt dans l'année, c'est cette fois outre-Atlantique que la griffe de luxe accessible investit. Après avoir amorcé en 2016 son entrée aux Etats-Unis avec l'ouverture d'une dizaine de corners chez Neimann Marcus, elle confirme ses intentions avec l'ouverture de boutiques en propre.

    La première a ainsi ouvert ses portes début septembre à Miami, en Floride, dans le quartier du shopping haut de gamme recherché qu'est le Miami Design District, un investissement pour positionner la griffe sur le segment premium puisqu'elle y est voisine de Dior ou Hermès.

    Ba&sh, boutiques, américaines

    Une première boutique américaine suivie de près par la seconde, à New York Downtown, au numéro 403 de Bleecker Street. Une boutique qui se fond dans les codes industriels des bâtiments new-yorkais et qui ne restera pas longtemps la seule adresse de Ba&sh à Manhattan. En effet, la griffe a déjà trouvé un second emplacement pour la fin d'année, « uptown » cette fois, dans le quartier d'Upper East Side sur Madison Avenue.

    La marque française, qui finalise également une signature à Los Angeles toujours pour la fin de l'année, compte ensuite ouvrir des adresses en propre au compte-gouttes, privilégiant une approche omnicanale équilibrée du marché américain. Elle cible ainsi de nouveaux grands magasins partenaires pour 2018, les internautes, avec un site dédié aux Américaines qui sera remanié pour le premier trimestre, mais aussi les multimarques pointus. Ba&sh a ainsi exposé récemment sur les salons Coterie à New York et LA Fashion Market pour tisser un réseau sélectif de revendeurs haut de gamme.

    « Cette offensive américaine est également appuyée par des investissements marketing forts », précise Pierre-Arnaud Grenade, le directeur général. « Nous faisons notamment appel à une agence de célébrités, entre autres, pour nous permettre de gagner rapidement en notoriété dans un pays qui a une résonance mondiale intéressante », ajoute-t-il.

    Ce déploiement a été confié par la griffe à une ex-collaboratrice de The Kooples, Sarah Benady, nommée début 2017 à la tête de la nouvelle filiale nord-américaine de Ba&sh.