Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Imprimer

    [LUXURYLAB] [DIGITAL] | Des #robots aux #Galeries #Lafayette | @LSA

    DE JEAN-NOEL CAUSSIL | LSA | http://bit.ly/2MzzRFP

    Des #robots aux #Galeries #Lafayette

    Après quatorze mois de test, les robots développés par l'entreprise française Partnering Robotics investissent les allées du grand magasin Galeries Lafayette de Paris-Haussmann.

    Si vous croisez un robot en arpentant les allées du magasin Galeries Lafayette de Paris-Haussmann, pas de panique : c’est parfaitement normal. A compter de ce 12 juin 2018, cinq robots Diya One X (son petit nom n’est pas commode à retenir, on en convient) sont en effet déployés dans le grand magasin parisien.

    La qualité de l'air mais pas que...

    Leur rôle ? Veiller à la qualité de l’air ambiant, sur les 65000 m² de surface de vente, en temps réel, en étant en liaison permanente avec la centrale dédiée qui, en fonction des données transmises, peut agir en conséquence. Qualité de l’air, taux d’humidité, ce robot, développé par la société française Partnering Robotics, est tout entier voué au « bien-être » de la clientèle. En plus de la qualité de l’air, il est capable de déterminer s’il fait trop chaud ou trop froid dans la zone où il se trouve, si la musique est trop forte, si la lumière ne l’est pas assez, etc. Bref, en plus d’être utile au confort de la clientèle, il l’est aussi au travail des équipes pour agir plus rapidement quand un problème est détecté.

    Quatorze mois de test

    Les tests menés pendant quatorze mois au rayon femmes de l’enseigne ont été concluants avec, explique Partnering Robotics sans en livrer davantage, « une baisse significative de la facture énergétique finale ». Rencontrées par LSA à l’occasion du salon Viva Technology, qui s’est tenu à Paris en mai dernier, les équipes de l’entreprise annonçaiten un prix de vente indicatif de 499 euros pour un engagement de trente-six mois.

  • Imprimer

    [#LUXURYLAB] [MARCHE] | #Luxe : La #France et l’#Italie dominent le #marché #mondial | @PREMIUMBEAUTYNEWS

    DE PREMIUM BEAUTY NEWS | http://bit.ly/2xDGnbk

    #Luxe : La #France et l’#Italie dominent le #marché #mondial

    Les grands groupes français continuent de dominer le marché mondial du luxe. Les leaders, comme LVMH, L’Oréal, Kering ou encore Hermès, représentent près d’un quart des ventes totales du Top 100 du secteur, selon le dernier classement annuel publié mardi par la société de conseil Deloitte [1].

    Estée Lauder devant Richemont

    Toutes nationalités confondues, les cent plus grosses entreprises du luxe dans le monde ont réalisé un total de 217 milliards de dollars de ventesau cours de la seule année 2017. LVMH, avec ses 70 marques (dont Louis Vuitton, Fendi ou encore Sephora), arrive en tête de ce palmarès basé sur le chiffre d’affaires. Le groupe de Bernard Arnault devance le groupe de cosmétiques américain Estée Lauder, qui était troisième dans le précédent classement mais qui a maintenant réussi à devancer le suisse Richemont

    La France compte un total de neuf groupes dans ce classement mondial, qui ont réalisé 24,3% des ventes totales comptabilisées. Kering (propriétaire de Gucci, Saint Laurent ou encore Bottega Veneta) arrive en cinquième position, stable sur un an, tandis que L’Oréal gagne une place et se classe sixième.

    Hermès, célèbre pour ses carrés de soie et ses sacs Birkin et Kelly, est douzième. Suivent Christian Dior Couture (26e), Clarins (32e), le groupe SMCP (Sandro, Maje, Claudie Pierlot, 52e), Longchamp (57e) puis Nuxe (94e).

    L’Italie en challenger

    L’Italie devance cependant la France si l’on considère le nombre d’entreprises placées dans ce Top 100 : la Péninsule en comptabilise pas moins de 24, de Luxottica (lunettes) à Prada ou encore Giorgio Armani.

    C’est en revanche une société canadienne, Canada Goose, célèbre pour ses parkas et doudounes, qui signe la croissance la plus forte, ses ventes sur son marché national ayant bondi de 63%.

    « En 2016, la croissance s’était vraiment tassée pour la vente de produits de luxe. 2017 est une bien meilleure année, et on s’attend à ce que 2018 soit très positive aussi », a résumé à l’AFP Bénédicte Sabadie, associée en charge du secteur Luxe chez Deloitte France. « C’est vraiment une tendance globale. Le tourisme a un poids très élevé dans la consommation de produits de luxe, et ce sont surtout les Chinois qui ont porté cette croissance en 2017 et vont continuer de la porter en 2018 : ils se sont mis à beaucoup consommer sur leur marché domestique, et par ailleurs ils se sont remis à voyager. »