Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Imprimer

    [2015-02] French people's Favorite Brands of Engagement Rings: Fashion Brands participate to the Wedding!

    PRESS RELEASE

    Monitoring Brand Assets© :

    French people's most desirable brands of engagement rings

    To read it in French: http://bit.ly/16gMtuP

    To download a short extract of the results (in French version only):

    20150203_Short_Summary_Download_V1.0_PJO.pdf

    To donwload the press release in English: 

    2015023_CP Joaillerie UK_VHU.pdf

    To dowload a short presentation of our company in English:

    20150130_WhoAreWe_V1.0_PJO.pdf

    jewellery, ring, engagment, marriageParis, February 2nd, 2015 – A survey conducted by Promise, a company dedicated to consulting and marketing surveys shows that 15% of the French people plan to offer or receive a ring engagement in the next 5 years. This proportion even almost reaches 30% amongst the 18-34 years old. That’s encouraging a few days before Valentine Day. Hence, Promise reveals the ranking of the ideal jewelry/high jewelry brands according to French people’s opinion.

    LOUIS VUITTON AND CHANEL: BRANDS THAT SEDUCE THE YOUNGEST!

    The evolution of morals and another way to conceive the life together aside from the marriage's rules, the creation of the "Pacte Civil de Solidarité" (PACS), the constantly lower number of weddings in France (238 592 in 2013 vs. 416 000 in 1974) despite the “marriage for everyone” law. All of these facts could explain the desuetude of engagement and consequently a lower French people’s interest in engagement ring, the highly symbolic jewelry that is traditionally associated with engagement.

    That’s not the case. Even if 7 French people out of 10 (65%) say that they have never bought or receive any engagement ring and don’t consider it for the 5 forthcoming years, almost one third of the youngest are likely to get engaged in the 5 forthcoming years: 30% of the respondents below 34 years old have the intention to say YES within the 5 forthcoming years.

    If Van Cleef & Arpels and Chaumet are also the 2 best ranked brands amongst the 18-34 years old – 2 emblematic and mythic high jewelry brands at Place Vendome – Louis Vuitton and Chanel are surprisingly ranked 3rd and 4th. Respectively 48% and 43% of the 18-34 consider that those 2 luxury fashion brands (also present in beauty, jewelry and leather goods) are close to their most dessirable brands…as engagement rings.

    “This result is not necessary a surprise. The image for luxury brands works through diffusion and capillarity, which we call halo effect in marketing. We know that Chanel in Fashion and leather goods has a strong image amongst the youngest, a sort of feminine ideal that can be transferred in high jewelry, especially if we consider that Coco Chanel loved jewelry: shall we remind Chanel’s diamond jewelry exposition in November 1932, at Faubourg Saint Honoré, 29th? Nowadays, the brand knows how to use this history and link it with a permanently revisited modernity. Louis Vuitton has made a remarkable comeback in high jewelry, including its regular participations to “La Biennale” (an event for antiquarians), which constitutes the occasion to present exceptional pieces, respecting the brand’s codes (the "monogram cut") and its history. This anchorage in diamonds jewelry perfectly suits the strategy of this national treasure– to become more upper range. », comments Philippe Jourdan, CEO of Promise Consulting.

    MAUBOUSSIN: ITS BRAND STRATEGY SEDUCES FRENCH PEOPLE!

    On the whole sample this year, Mauboussin is the brand that gets the best desirability index. Still, we must mention that Mauboussin, Tiffany & Co and Van Cleef & Arpels have very close scores.

    This is somehow the result of an efficient marketing and communication from the brand that is settled at Rue de la Paix. Is that the consecration of the strategy followed by its CEO Alain Némarq, that consisted in changing the classic jewelry’s usual codes. Creating a rupture with the usual discretion of the segment, the brand has invested in advertising on TV, on billboards and even in the metro. Accelerating the rhythm of its collections, choosing to reposition its prices on more accessible levels for the target (the active and independent woman), the brand aimed to evolve from a “trophy jewelry” logic to a “fashion accessories” logic. Today, the Mauboussin brand is quoted by 38% of our sample as their ideal engagement ring brand (only rejected by a minority: 5%).

    This is undoubtedly a refocusing on more accessible and less intimidating values. Still, that doesn’t seem to harm the dose of dream that is associated with this particular moment of life. The desecration of wedding in society is reflected by a relative desecration of its first symbol”, says Philippe Jourdan.

    TIFFANY & CO AND VAN CLEEF & ARPELS: NOVO TIFFANY AGAINST VCA ROMANCE

    With a very close ranking, Tiffany & Co and Van Cleef & Arpels are nevertheless positioned on 2 distinct territories:

    • Tiffany still capitalizes on the fervor towards the famous movie “Breakfast at Tiffany’s” – its French title being “diamonds on sofa” (released in 1961 with Audrey Hepburn). The brand is ranked 2nd in our survey, particularly seducing the 35-55 years old (37%) and upper classes (50%). “Our recent barometers comfort Tiffany’s good potential in Europe and outside of Europe. This brand may be slightly less luxurious or iconic than others in Europe, but it belongs to a classic / timeless heritage and therefore is a must in engagement rings”, says Philippe Jourdan
    • Van Cleef & Arpels is ranked 3rd in our survey, particularly appreciated by young adults (18-34 years old, 60%). The brand incarnates a unique savoir-faire in the design and creativity of the jewel diamonds. A rigorous selection of precious stones positions the brand on high prices level for exceptional items, but that’s still amongst young adults that the brand gets its best score. “Here again, that’s not necessarily a paradox. The brand may look inaccessible, considering its exceptional creations, but the Y generation doesn’t reject the high luxury brands’ codes. Not at all! This generation is truly interested in high luxury brands, if prices are justified by an exceptional quality and savoir-faire. Hence, our observations are conform to those from the Meltygroup survey”, says Philippe Jourdan.

    Last noticeable result: 7 French brands belong to that TOP 10 of the engagement rings brands! This proves that luxury remains a French specialty that the rest of the world is likely to envy.

    METHODOLOGY

    Field’s support: Online Access Panel
    Field’s period: 2nd semester 2014
    Interrogated target: national population amongst adult men and women from our Access Panel. The national representation is ensured on gender, age groups, PCS and geographical areas.
    Sample’s size: 669 respondents
    Subject: measure of awareness, purchase / consumption habits and inspiring assessment (desirability) applied to engagement rings. 47 jewelry/high jewelry brands have been evaluated.

    The list of the evaluated brand can be communicated on demand.

    ABOUT PROMISE CONSULTING

    The Promise Group is dedicated to consulting and marketing surveys. It includes the following companies: Promise Consulting Inc., JPL Consulting and Panel On The Web. Promise provides consulting and surveys services with a strong added value. Based in Paris, New-York and Casablanca, the Group conducts surveys and consulting services all around the world. The Group is allegedly known for its expertise in the measure of brand equity. Promise has developed innovative methodologies and methods that have been awarded 7 times over the last 10 years by the profession, both in France and abroad. The Group is consulted by the most important brands in luxury, cosmetics and selective distribution, especially concerning their development abroad or on their national market. Besides, the Group has the OPQCM and Social Media certifications.

    LEARN MORE ABOUT US

    PRESS RELATIONS - WELLCOM

     

  • Imprimer

    [2015-02] Bagues de Fiançailles : les Marques de Mode s'invitent à la Noce !

    COMMUNIQUE DE PRESSE

    Monitoring Brand Assets© : les marques de bagues de fiançailles préférées des Français

    drapeau-anglais.jpgTo read it in English: http://bit.ly/1MMAfeQ

    Pour télécharger un extrait des résultats en format PdF:

    20150203_Short_Summary_Download_V1.0_PJO.pdf

    Pour télécharger le communiqué de presse en format PdF: 

    20150202_CP Joaillerie VF_Relu_PJO.pdf

    Pour télécharger une courte présentation de notre société :

    20150130_WhoAreWe_V1.0_PJO.pdf

     

    saint-valentin, bagues, fiançaillesParis, le 02 février 2015 – Selon une étude menée par Promise, société de conseil et d’études en marketing, 15% des Français prévoient de recevoir ou d’offrir une bague de fiançailles dans les 5 prochaines années. Une part qui s’élève même à près de 30% chez les 18-34 ans. Voilà qui est de nature à réveiller les ardeurs à l’occasion de la Fête de la Saint Valentin. Promise révèle donc le classement des marques idéales de joaillerie et de haute joaillerie des Français et des Françaises pour se faire passer la bague au doigt !

    LOUIS VUITTON ET CHANEL : DES MARQUES QUI SEDUISENT LES PLUS JEUNES !

    L’évolution des mœurs accompagnée d’une autre façon de concevoir la vie à deux que les règles imposées par le mariage, la création du PACS, la baisse constante du nombre de mariages en France (238 592 unions en 2013 vs 416 000 en 1974), que ne semble pas enrayer le vote de la loi du mariage pour tous, pourraient expliquer une désuétude de l’engagement au titre des fiançailles et partant de l’intérêt des Français pour la bague de fiançailles, bijou hautement symbolique et traditionnellement associé au fiançailles. 

    Il n’en est rien. Même si 7 Français sur 10 (65%) déclarent ne jamais avoir acheté ou reçu de bagues de fiançailles et ne comptent pas non plus en acheter ou en recevoir dans les 5 prochaines années, les plus jeunes caressent l’espoir de demander ou d’être demandés en fiançailles pour près d’un tiers d’entre eux dans les 5 prochaines années : 30% des moins de 34 ans ont l’intention de dire OUI dans les 5 prochaines années.

    Si Van Cleef & Arpels et Chaumet demeurent les deux marques classées en tête par les 18-34 ans – deux  marques emblématiques et mythiques de la haute joaillerie  de la place Vendôme - la surprise est créée par les 3ème et 4ème places attribuées à Louis Vuitton et Chanel. Respectivement 48% et 43% des Français de 18-34 ans considèrent que ces deux marques de mode de luxe, présentes également dans la beauté, la joaillerie et la maroquinerie, sont proches de leur idéal… de bagues de fiançailles.

    « Ce résultat n’est pas forcément une surprise. L’image des marques de luxe fonctionne par diffusion et capillarité, ce que nous, marketeurs, appelons un effet de halo. Nous savons que Chanel bénéficie dans le secteur de la mode et de la maroquinerie d’une image très affirmée auprès des plus jeunes, une sorte d’idéal féminin, qu’il est alors possible de transférer dans l’univers de la joaillerie  avec d’autant plus de facilité que Coco Chanel était une femme de bijoux : est-il besoin de rappeler l’exposition de bijoux de diamants créés par Chanel de novembre 1932 au 29 Faubourg Saint Honoré ? Une histoire avec laquelle la marque sait aujourd’hui « jouer » pour l’inscrire dans une modernité sans cesse revisitée. Louis Vuitton a fait un retour très remarqué dans la haute joaillerie avec notamment des participations régulières à la Biennale des antiquaires, l’occasion de présenter des pièces exceptionnelles, dans le respect des codes (on se souvient de la taille monogramme) et de l’histoire de cette grande maison. Un ancrage dans l’univers de la joaillerie diamantaire qui s’inscrit parfaitement dans la stratégie de montée en gamme de ce fleuron national. », commente Philippe Jourdan, CEO de Promise Consulting.

    MAUBOUSSIN : UNE STRATEGIE DE MARQUE QUI SEDUIT LES FRANÇAIS !

    Au total de notre échantillon, c’est la marque Mauboussin qui cette année occupe la première place en termes d’indice. Il est vrai que Mauboussin, Tiffany & Co et Van Cleef & Arpels se situent dans un mouchoir avec des scores très proches.

    C’est en quelque sorte l’aboutissement d’un marketing et d’une communication efficace de la part de la marque installée rue de la Paix. Faut-il y voir la consécration de la stratégie suivie par Alain Némarq, son PDG qui a consisté à bousculer quelque peu les codes de la joaillerie classique ? Rompant avec la discrétion associée à cet univers, la maison a investi dans la publicité télévisée, par voie d’affichage et même dans le métro. En accélérant le rythme des collections, en choisissant de se repositionner sur des niveaux de prix plus adaptés à la cible visée (la femme active, libre et maîtresse de sa vie), la marque a voulu passer d’une logique de « bijoux trophée » à une logique « d’accessoires de mode ». La marque Mauboussin est aujourd’hui citée par 38% de notre échantillon comme la marque proche de leur idéal en matières de bagues de fiançailles (et n’est rejetée que par une minorité, 5%). « C’est sans doute ici un recentrage sur des valeurs plus accessibles, moins intimidantes. Cela ne semble pas affecter pour autant la part de rêve associée à ce moment bien particulier de la vie. Une désacralisation du mariage au niveau sociétal qui semble ici se refléter dans une désacralisation relative de son premier symbole », ajoute Philippe Jourdan.

    TIFFANY & CO ET VAN CLEEF & ARPELS : LA TIFFANY NOVO CONTRE LA VC&A ROMANCE

    Très proches en réalité en termes de classement, les deux marques Tiffany & Co et Van Cleef & Arpels se positionnent toutefois dans deux territoires distincts :  

    • Tiffany profite  toujours du rayonnement du célèbre film « Breakfast at Tiffany’s » dont le titre français n’est autre que « diamants sur canapé » (film de 1961 avec Audrey Hepburn). Elle obtient la 2ème place de notre classement, en séduisant plus particulièrement les 35-55 ans (37%) et les catégories socioprofessionnelles supérieures (50%). « Nos récents baromètres confortent le bon potentiel de la marque Tiffany en Europe et en dehors de l’Europe. Cette marque est peut-être un peu moins luxueuse ou iconique que d’autres en Europe, mais elle fait partie d’un patrimoine, d’un héritage dont on ne se lasse pas, elle est intemporelle et à ce titre fait partie des incontournables dans la bague de fiançailles », ajoute Philippe Jourdan.  
    • Van Cleef & Arpels obtient la 3ème place du classement, soutenu en particulier par les plus jeunes adultes (18-34 ans, 60%). La marque incarne un savoir-faire unique dans le design et la créativité du bijou en diamants. Une sélection rigoureuse de pierres précieuses positionne la marque à un niveau de prix certes élevé pour des pièces exceptionnelles, mais c’est pourtant auprès des plus jeunes adultes que la marque obtient son meilleur score. « Là encore, ce n’est pas nécessairement un paradoxe. Certes, la marque peut paraître inaccessible, tout au moins dans ses créations exceptionnelles, mais ce serait oublier que la génération Y ne rejette pas les codes des marques de grand luxe. Bien au contraire ! Elle montre un réel engouement pour les marques de grand luxe sous réserve que le prix soit justifié par une qualité et un savoir-faire d’exception. En cela nos observations sont en phase avec celles issue de l’étude menée par Meltygroup », conclut Philippe Jourdan. 

    Enfin, fait marquant : 7 marques françaises figurent au sein du TOP 10 des marques de bagues de fiançailles ! Preuve que le luxe reste un pré carré hexagonal que le monde peut à juste titre nous envier.

    METHODOLOGIE

    • Mode de recueil : Access Panel en ligne.
    • Période de collecte de données : 2ème semestre 2014
    • Cible interrogée : hommes et femmes représentatifs de la population française des 18+ sur les critères de genre, d'âge, de CSP et de région d'habitation.
    • Taille de l’échantillon : 669 répondants.
    • Sujet : mesure de la notoriété, de l’intention d’acheter et du caractère de marque idéal des marques de bagues de fiançailles. 47 marques évaluées dans l’univers de la joaillerie et de la haute joaillerie. 

    Liste des marques évaluées disponibles sur demande.

    A PROPOS DE PROMISE CONSULTING

    Promise est un groupe de conseil et d’études marketing réunissant les sociétés Promise Consulting Inc., JPL Consulting et Panel On The Web. Promise intègre des prestations de conseil et d’études à forte valeur ajoutée. Elle a créé une méthodologie innovante de mesure de la performance de marque et du ROI des investissements centrés sur la marque : Monitoring Brand Assets. Cette méthodologie a été déployée dans plus de 35 pays à date, porte sur l’étude de 250 marques dans les secteurs les plus divers et totalise près de 800.000 questionnaires administrés en ligne.

    Etabli à Paris, New-York et Casablanca, le groupe mène des études et des prestations de conseil dans le monde entier. Il est plus particulièrement reconnu pour son expertise en matière de mesure de la valeur de marque (brand value) du point de vue des consommateurs. Promise a su développer des méthodes et des modèles innovants récompensés 7 fois en 10 ans par la profession au plan national et international. Il accompagne les plus grandes marques de luxe, de cosmétiques et de distribution sélective en particulier dans leur développement sur le marché national et les marchés étrangers. Il intervient également dans de nombreux secteurs d'activité, chaque fois que les marques souhaitent disposer d'une stratégie de croissance éclairée pour mieux comprendre leur marché, s'adresser à leurs consommateurs, séduire et fidéliser leurs clients : grande conso, automobiles, biens d'équipements, produits financiers, etc. La société est également certifiée OPQCM et Social Media.

    Le CEO de Promise Consulting, Philippe Jourdan, est rédacteur en chef de la revue de l’ADETEM, la Revue Française de Marketing (RFM) depuis 2011. Il publie régulièrement dans des revues académiques de niveau international sur les problématiques de valorisation de marques dans les secteurs du luxe et des cosmétiques. Il est également professeur des universités et chercheur à l’IRG (CNRS). 

    Pour en savoir plus

    Relations Presse - Agence Wellcom

  • Imprimer

    [2009] Un exemple d'utilisation opérationnelle du capital de la marque : le lancement du M3Power de Gillette

    Jourdan P. (2009) - “Un exemple d'utilisation opérationnelle du capital de la marque : le lancement du M3 Power de Gillette”,  Advances in Consumer Research Asia Pacific Conference - Hyderabad, Inde, 2-4 janvier 2009. 
     
    Résumé
     

    LOGO ACR.jpgL’article pr
    ésente une méthode de mesure du capital de la marque fondée sur la valorisation de l’utilité additionnelle apportée par la marque dans le choix d’un produit marqué. Cette méthode, qui s’appuie sur les techniques de l’analyse conjointe, est ici mise en œuvre dans le cadre d’un lancement de produit majeur, le rasoir M3 Power de Gillette. Le cadre théorique est dans un premier temps rappelé. Les enseignements de l’étude (segmentation du marché des utilisateurs de rasoirs à lames, optimisation du prix de la gamme, quantification de l’effet de levier joué par la marque) sont ensuite présentés. La conclusion insiste sur le caractère opérationnel de la mesure présentée, à la différence d’autres méthodes davantage focalisées sur l’étude des déterminants du capital de la marque.

    Mots clés : Capital marque - analyse conjointe – part de marché -  prix de vente – lancement de produit 

    Abstract

    This article presents a measurement method of the brand equity based on the evaluation of the additional utility brought by the brand in the choice of the branded product. This method, using the conjoint analysis technique, is implemented on the occasion of a major product launch, the Gillette’s M3 Power razor. The theoretical background is presented at first. The results of the survey are finally discussed: segmentation of the market of wet shaving razors’ users; optimization of the pricing of the range; estimation of the leverage effect induced by the brand. The conclusion puts the light on the practical results of the measure of the brand equity differing from the other known methods more focused on the elicitation of the brand equity determinants.

    Key words: Brand equity – conjoint analysis – market share – price of a product – product launch 

     

    [CLIQUER POUR TELECHARGER L'ARTICLE EN PDF]

     
  • Imprimer

    [2000] Mesure du capital marque : proposition d'une amélioration conceptuelle et méthodologique

    Jourdan P. et Jolibert A. (2000).-  « Mesure du capital marque : proposition d’une amélioration conceptuelle et méthodologique ».- Actes du 16ème Congrès de l’AFM / sous la direction de R. Michon, Jean-Charles Chebat, F. Colbert (éd.).- Montréal, Québec, p. 587-604. 
    Prix du meilleur article de recherche décerné par l’Association Française de Marketing. 
     
    Résumé
     
    logo_afm.gifCet article développe une méthode de mesure individuelle du capital marque, fondée sur les préférences et les choix du consommateur. Prenant appui sur les travaux de Park et Srinivasan, les auteurs proposent deux améliorations, à la fois conceptuelle et méthodologique. Une expérimentation, confrontant des données de laboratoire et de panels sur 32 marques différentes, atteste de la meilleure validité interne et externe de la méthode révisée. Le construit de capital marque corrigé se révèle effectivement plus fortement corrélé à d’autres indicateurs de la force de la marque, tels que la part de marché, la distribution numérique et la distribution valeur.  Enfin, le modèle de prévision, élaboré à partir du construit, conduit à une bonne estimation des parts de choix, témoignant ainsi de la validité prédictive de la mesure.
     
    Abstract
    The purpose of this article is to come up with an individual measure of brand equity, based on consumers preferences and choices. Using the customer-based brand equity definition and valuation method, initially proposed by Park and Srinivasan, the authors put forwards two improvements, one conceptual, the other methodological.  A survey-based results on 32 brands, comparing laboratory data and panel data, shows that the revised method has a better internal and external validity.  The corrected brand equity construct is indeed better correlated to other constructs related to brand strength, such as market share and distribution indices. Last but not least, the Logit model, elaborated upon the revised construct, leads to a satisfactory prediction of choice shares, attesting that the proposed approach has a good predictive validity. 
     
     

  • Imprimer

    [2002] De la marque en capitales vers le capital marque : quoi de neuf depuis les travaux du MSI ?

    Jourdan P. (2002).- « De la marque en capitales vers le capital marque : quoi de neuf depuis les travaux du MSI ? ».- Actes du 18ème Congrès de l’AFM / sous la direction de W. Ulaga et F. Salerno (éd.).- Lille, France, p. 429-454
     
    Résumé

    logo_afm.gifCet article est une synthèse et une proposition d’ouverture des travaux de recherche poursuivis depuis la fin des années 70 autour du concept de la marque et de sa mesure. Après avoir montré le caractère pluridisciplinaire des recherches menées – qui intéressent aussi bien le financier que l’homme de marketing ou de communication – l’auteur met en évidence deux axes qui structurent les travaux universitaires sur la marque initiés suite au congrès du MSI qui en fit une priorité pour la fin du siècle. La première approche de type « macroéconomique » s’intéresse aux avantages concurrentiels qu’une marque forte procure sur un marché. La seconde que l’on peut qualifier de « microéconomique » par opposition s’intéresse au point de vue du consommateur. Enfin, l’article s’attache à montrer en quoi une approche bâtie autour de la valeur d’information de la marque ouvre de nouvelles perspectives pour la recherche sur le capital marque.

    Mots clés : capital marque – analyse conjointe – comportement du consommateur – image – traitement de l’information.

    Abstract

    This article is a synthesis and an extension of the stream of research pursued since the end of the 70’s around the concept of the brand and its measure. Having shown the multidisciplinary approaches which interest as well the financier as the marketer, the author puts in evidence two axes which structure university works on the brand initiated further to the congress of the MSI which made a priority of it for the end of century. The first approach of “macroeconomic” type is centered on the competitive advantages, which a strong brand gets on a market. The second, which one can qualify of “microeconomic” by opposition is interested in the point of view of the consumer. Finally, the article attempts to show that an approach built around the “Value of Information” of the brand opens  news perspectives for future search on brand equity.

     

    Key words :   brand equity – conjoint analysis –consumer behaviour – image – information processing.

    [CLIQUER POUR TÉLÉCHARGER L'ARTICLE EN PDF]

     

  • Imprimer

    [2001] Le capital marque : proposition d'une mesure individuelle et essai de validation

    Jourdan P. (2001).- « Le capital marque : proposition d’une mesure individuelle et essai de validation ».-  Recherche et Applications en Marketing, 16, 4, p. 3-23.  
     
    Résumé

    logo_RAM_petit.gifCet article introduit une méthode de mesure individuelle du capital marque fondée sur les préférences et les choix du consommateur. Prenant appui sur les travaux de Park et Srinivasan, l’auteur propose deux améliorations, l’une portant sur le cadre conceptuel, l’autre sur la méthode de mesure employée. Une expérimentation, confrontant des données de laboratoire et de panels sur 32 marques différentes, indique une meilleure validité interne et externe de la méthode révisée. Le construit de capital marque corrigé se révèle effectivement plus fortement corrélé à d’autres indicateurs de la force de la marque, tels que la part de marché, la distribution numérique et la distribution valeur.  Enfin, le modèle de prévision, élaboré à partir du construit, conduit à une bonne estimation des parts de choix, témoignant de la validité prédictive de la méthode. Certaines limites qui forment autant de pistes de recherche sont soulignées : l’article se positionne à un stade exploratoire et certains des résultats rapportés nécessitent un approfondissement confirmatoire.

    Mots clés : analyse conjointe – capital marque – marque – biens durables – biens de grande consommation – panel de détaillants – parts de marché

    Abstract

    The purpose of this article is to come up with an individual measure of brand equity, based on consumers preferences and choices. Using the customer-based brand equity definition and valuation method, initially proposed by Park and Srinivasan, the authors put forwards two improvements, one conceptual, the other methodological.  A survey-based results on 32 brands, comparing laboratory data and panel data, shows that the revised method has a better internal and external validity.  The corrected brand equity construct is indeed better correlated to other constructs related to brand strength, such as market share and distribution indices. Last but not least, the Logit model, elaborated upon the revised construct, leads to a satisfactory prediction of choice shares, attesting that the proposed approach has a good predictive validity. Some limits which are paths for new research are underlined : the article is still exploratory and some of the results call for a confirmatory validation.

    Keywords : conjoint analysis – brand equity – brand – durable goods – fast moving consumer goods -  retail panel – market share

    [CLIQUER POUR TÉLÉCHARGER L'ARTICLE EN PDF]