Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Imprimer

    [2014]- Culture nationale et orientation entrepreneuriale : une nouvelle perspective pour la recherche en entrepreneuriat

     
    Pacitto Jean-Claude, Arlotto Jacques, Fabiani Thierry et Jourdan Philippe (2014).- Cultures nationales et actions entrepreunariales : une nouvelle perspective pour la recherche en entrepreneuriat.- 12ème Congrès International Francophone en Entrepreneuriat.- AIREPME : Agadir, Maroc.
     

    Jean-Claude Pacitto IRG Management/INRPME/Université Paris-Est Créteil pacitto@u-pec.fr

    Jacques Arlotto Audencia Nantes IRGE/CUE L’UNAM jarlotto@audencia.com

    Thierry Fabiani Université de Corté Th.fabiani@wanadoo.fr

    Philippe Jourdan IRG Management/ Université Paris-Est Créteil philippe.jourdan@u-pec.fr

     

    « Gardons-nous […] de faire rentrer par la fenêtre, la certitude que nous avons chassée par la porte. » Vilfredo Pareto, Traité de sociologie générale, 1917

    Résumé

    AIREPME, entreprise, entrepreneuriatAfin d’expliquer la vitalité entrepreneuriale observable dans certains pays et son absence dans d’autres, on a beaucoup mobilisé ces dernières années le paradigme culturel. A la suite des travaux d’Hofstede consacrés aux cultures nationales et à la mise en évidence de dimensions constitutives de celles-ci, on en est venu à penser que certaines cultures étaient plus enclines à favoriser l’entrepreneuriat que d’autres. A contrario certaines cultures apparaissent comme des freins au développement de l’entrepreneuriat. De fait, beaucoup de travaux ont révélé un lien évident entre la culture et les aptitudes entrepreneuriales. Toutefois, d’autres travaux ont tendu ces dernières années à relativiser l’impact de la culture sur le dynamisme entrepreneurial en révélant par exemple l’importance des variables institutionnelles.

    Si on ne saurait exclure par principe l’aspect culturel de la vitalité entrepreneuriale, un examen attentif des situations montre que la culture peut en effet influer sur la vitalité entrepreneuriale mais à certaines conditions et dans certains contextes. Dans cette perspective, il n’y a aucun déterminisme dans le déclin entrepreneurial d’un pays, tout dépendant en dernier lieu de la volonté des différents acteurs concernés d’établir des « règles du jeu » (Baumol) susceptibles de rendre effectif, sur le long terme, l’essor entrepreneurial. C’est en révélant ces contextes  que l’on sera le mieux à même de mettre à jour les mécanismes qui font qu’à un moment un pays est plus entreprenant qu’un autre. A vouloir trop simplifier les phénomènes étudiés, on risque de légitimer l’inaction, car comment changer une culture ? De ce point de vue, il est à penser qu’une interprétation abusive du travail de Max Weber sur l’éthique protestante a débouché sur des résultats quelque peu contre-productifs. De ce point de vue, une relecture critique de ce travail pionnier s’impose aussi. Ce travail permettra de mieux resituer le rôle joué par les valeurs, en tentant d’éviter le double écueil de la sur-estimation et celui de la sous-estimation voire de la négation. Le détour par l’histoire est de ce point de vue indispensable. En effet, seul un examen attentif des situations permet de mieux comprendre les mécanismes explicatifs du dynamisme entrepreneurial. On se rend compte dès lors que si la culture a pu jouer un rôle, ce n’est qu’à certaines conditions, ce qu’ont montré d’ailleurs de très nombreux travaux qui ont examiné la relation culture/capitalisme à la suite de Weber. Ces travaux ont le mérite de resituer dans toute sa complexité la problématique du lien entre culture et capitalisme et par là entre culture et entrepreneuriat. Dans cette perspective, aucune culture n’est en soi favorable ou défavorable à l’entrepreneuriat. Il importe donc de bien saisir les phénomènes d’interaction qui font qu’à un moment donné une culture peut favoriser l’entrepreneuriat et à un autre le freiner. Il importe aussi de bien comprendre le caractère ambivalent des cultures et le fait que celles-ci recèlent des valeurs qui sont selon les contextes des freins à l’activité entrepreneuriale autant que des moteurs comme par exemple la propension à l’individualisme.

    Mots clefs : cultures, entrepreneuriat, religions, institutions.

    [CLIQUER POUR TELECHARGER ARTICLE EN PDF]

  • Imprimer

    Voeux 2015 : à tous les lecteurs, auteurs et relecteurs de la RFM / @ADETEM

    Cher(e)s tous, cher(e)s collègues,
     
    adetem, rfm, marketing, digitalA l'occasion de ce début d'année 2015, le Comité de Rédaction, le Secrétariat de Rédaction de la Revue Française du Marketing et l'Adetem vous souhaitent leurs Meilleurs Voeux pour cette année. Qu'elle apporte à toutes et tous Bonheur, Santé et Réalisation tant personnelle que professionnelle. 
     
    Nous souhaitons profiter de l'occasion pour remercier l'ensemble des relecteurs dont l'implication ne s'est jamais démentie et qui ont permis aux auteurs de bénéficier en retour de conseils précieux pour améliorer la pertinence et la qualité de leurs articles. C'est au final l'ensemble de la communauté académique et professionnelle, ainsi naturellement que la Revue Française du Marketing, qui ont pu, une année encore, profiter des retombées de votre travail. 
     
    Notre revue s'inscrit naturellement dans une démarche collective : auteurs, relecteurs, secrétaires et rédacteurs travaillent de concert pour que la communauté scientifique bénéficie en retour des contributions de chacun. Au final, cette année se clôture avec 5 numéros publiés, une qualité et une originalité d'articles en hausse et un nombre d'articles soumis en très forte croissance. Ce sont ici les signes d'une bonne santé dont nous souhaitons prolonger sinon amplifier les effets en 2015. 
     
    Soyez en notre nom personnel et au nom de la #RFM et de l'#ADETEM chaleureusement remerciés. 
     
    Très cordialement. 
     
    Philippe JOURDAN, rédacteur en chef
    Jean-Claude PACITTO, rédacteur en chef adjoint
    Germaine GAZANO, rédactrice en chef adjointe